La Tyrannie socialiste

La bibliothèque libre.
(Redirigé depuis La Tyrannie Socialiste)
Aller à : navigation, rechercher

Ch. Delagrave.
« Le socialisme, c’est l’État se substituant à la liberté individuelle et devenant le plus affreux des tyrans. »

Ledru Rollin

12 septembre 1848
Introduction

Qu’est-ce qu’un socialiste ? — Origine du mot socialisme. — Définition de Proudhon. — Ce n’est pas la bonne. — Les socialistes actuels. — Discordes et accord. — Le Quatrième État. — Programmes socialistes. — Idées allemandes. — Le socialiste et le nègre. — L’atavisme social. — L’Évolution. — La Régression. — Définition. — La Régression sociale.

Les socialistes français. — Disciples des Allemands. — Les programmes allemands. — Le programme de Ghota, 1875. — Les trois parties. — Principes collectivistes. — Programme politique. — Protection du travail. — Le congrès de Halle, 1890. — Le congrès d’Erfurt, octobre 1891. — Il accentue le collectivisme du congrès de Gotha. — Vague des formules. — Liberté d’espérances. — Atténuations politiques. — Législation du travail. — Ces programmes sont la base de tout le socialisme contemporain. — Principe directeur : substitution de l’État au contrat.

Conséquences de la définition précédente. — Le despotisme dans les civilisations primitives. — Absence et interdiction de décision personnelle. — Absorption de l’individu dans la Cité. — Tu omnia ! — Liberté de conscience. — Suppression de l’hérésie politique et sociale. — Suffrage universel. — Le progrès dans l’évolution politique, religieuse, intellectuelle de l’humanité, se constate par la substitution des décisions personnelles aux arrangements de l’autorité.

L’esclavage. Absorption de la personnalité. Le serf de corps et le serf abonné. Obligations personnelles et obligations réelles. — L’idée de contrat tardive. — Le contrat d’après le Code civil. — Spécification des services. — Liberté du travail. — Respect de la liberté individuelle. — Sociétés commerciales. — Séparation de l’homme et de la chose. — La société anonyme. — Caractères du contrat. — Substitution du contrat aux obligations imposées d’autorité.

Le collectivisme en est la forme primitive. — Communes agraires. — Nul n’est tenu de rester dans l’indivision.

Toutes leurs aspirations sont régressives. — Propriété collective. — Conseil à M. Henry George. — Suppression des contrats. — Suppression de la décision personnelle. — Travail servile. — Organisation sur le type militaire.

Haine et mépris du gouvernement et de l’administration. — Conclusion : Tout remettre au gouvernement et à l’administration. — Les bons ! — Hommes ou automates ? — Contradiction : liberté politique et tutelle économique. — Mineur et majeur.

Emprunt à M. de Saint-Cricq. — Confusion. — Le travail n’est qu’un moyen. — La loi du moindre effort. — Définition du capital. — Capital fixe et capital circulant. — Définition de la valeur.

La société. — Qu’est-ce ? — Est-ce toute l’humanité ? — À quels groupes s’appliquent les programmes collectivistes ? — Credo quia absurdum.

Abroger la loi de l’offre et de la demande. — La responsabilité de Newton. — Définition de la loi de l’offre et de la demande. — Son universalité. — Son application au travail. — Le travail est une marchandise. — La grève est un accaparement de travail. — La loi de l’offre et de la demande, d’après Cobden.

Vous voulez aussi la maintenir. — Sa formule vient de Turgot. — Très atténuée. — Erronée. — Lassalle l’a prise à Ricardo. — Le texte exact de Ricardo. — Cette loi est fausse. — Cause d’élévation et de baisse du taux des salaires. — Le fonds des salaires. — Erreurs. — C’est le consommateur qui règle le taux des salaires. — Le capital ne fait que l’avance du salaire. — Si la loi d’airain était exacte, dans un même milieu, tous les salaires devraient être égaux. — Loi d’airain ! évocation classique. — Les protectionnistes et la loi d’airain. — Moyen de faire baisser les salaires. — Le salaire des ouvriers dépend de la quantité du travail. — Définition du salaire. — Le salaire est un forfait.

Le patron parasite. Moyen de faire fortune. — Hypothèses erronées.

Quelle est la mesure des besoins ? — Les capacités et les besoins. — Le salaire devrait être en raison inverse de la capacité.

Abolition nécessaire du salariat. — Moyens d’y arriver. — Procédés employés. — L’agrément d’être patron. — Tu l’auras voulu, George Dandin !

La haine des machines. — Caractère de la machine. — Son influence sur le salaire. — Augmente la capacité productrice de l’homme. — Augmente le nombre des employés. — Arkwrigh et son métier. — Les chemins de fer et les diligences. — La valeur de l’homme est en raison de la puissance de l’outil.

Forces productives trop grandes. — La production surabonde. — Personne ne s’en aperçoit. — Au contraire. — Ce n’est pas le désir de consommer qui fait défaut, mais le pouvoir de consommer. — D’où provient la pléthore momentanée et limitée de certains produits.

Elles proviennent d’un excès de consommation. — L’agriculteur et la mauvaise récolte. — La crise des chemins de fer. — Répercussion.

Contradiction. — L’évolution économique. — Augmenter toujours la production. — Pas de crainte d’excès.

L’art de diminuer la production. — Heures de travail. — Fermer les débouchés. — Et la porte au nez. — Machine à produire et machine à vendre. — Singulière fraternité. — Double choc pour le travailleur. — Capacité de crédulité. — Ingratitude.

I. Procédés des docteurs du socialisme. — Proudhon et la philosophie de la misère. — Méthode scolastique. — La mesure de la richesse. — II. La propriété, c’est le vol. — Théorie de Ricardo. — Le premier occupant. — Où est-il ? — Où est sa lignée ? — La théorie des causes finales. — Terre fertile pour elle-même. — États-Unis. — Le Hollandais et la loi de Ricardo. — III. Karl Marx et le capital. — Le surtravail. — Le vampire. — Les métaphores. — Le charlatan. — IV. La loi de Malthus. — En quoi elle consiste. — Les faits. — Richesse et population. — États-Unis. — France. — V. L’orthodoxie économique des socialistes. — Méthode scolastique.

Le surtravail et les salaires de Chicago. — La surproduction et la baisse des salaires. — La loi d’airain et la comparaison du taux du travail. — La loi d’airain et la baisse des prix des objets utiles. — Progression des salaires. — Métallurgie. — Cotons. — Mineurs. — Diminution des heures de travail. — Industrie textile en Italie. — La série de la ville de Paris et l’égalité des salaires. — Progrès du confortable. — La loi de Bastiat. — M. Atkinson. — Loi du travail.

L’affirmation socialiste : Les pauvres deviennent plus pauvres, les riches plus riches. — Petite et grande propriété. — Caisses d’épargne. — Les titres nominatifs de rente. — La répartition des actions et obligations des Compagnies de chemins de fer. — Les obligations de la Ville de Paris. — Les obligations du Crédit foncier. — Les faiseurs de ruines. — La liquidation sociale. — « Rassurer les intérêts. »

I. Position de la question. — La déduction. — « Le moindre effort. » — Illusions. — Contradiction socialiste. — Le vrai motif. — II. La limitation légale des heures de travail dans le monde. La loi et la jurisprudence aux États-Unis. — Proposition de loi faites en France. — III. Timidité. — Le petit patron. — Défense du suicide. — Le perturbateur. — L’ouvrier agricole. — Défense de travailler une minute et de gagner un sou en dehors des heures légale. — Retour en arrière. — La tentative du conseil municipal. — L’engrenage. — IV. Limitation des heures de travail. — Détermination du salaire. — Suppression du travail. — La surenchère démagogique.

Mineurs et incapables. — Abus de la protection. — L’application de la loi. — Travail agricole. — Pourquoi pas ? — Les dix, onze et douze heures. — Limitation du travail des adultes par la limitation du travail des enfants. — Suppression des apprentis. — Le vagabondage obligatoire. — Oisiveté forcée. — L’enfant à la porte de l’atelier. — Conséquences de l’abus de la protection.

I. L’exemple de l’Angleterre. — La surproduction. — Les filatures de Normandie et des Vosges. — Hypocrisie des motifs et mépris des faits. — Mortalité infantile. — Remplacer l’aisance par la gêne et le travail par la mendicité. — Les soixante jours exceptionnels. — Les onze heures du soir et la morale. — Autres exceptions : sept heures sur vingt-quatre. — Les brocheuses. — Suppression du travail des femmes au profit des hommes. — Toute lumière suspecte. — II. Résultats de l’application de la loi. — Déceptions. — Protestations. — Grèves. — III. But réel. — Suppression du travail des femmes. — Hypocrisie du Congrès de Tours. — Égalité de salaires et droits politiques. — La femme mariée hors de l’atelier. — Trop d’amabilité.

Argument biblique. — Les ouvrières agricoles. — Inspecteurs du travail agricole. — L’indemnité. — Le budget. — Les travailleurs ne semblent pas contribuables à leurs amis.

L’internationalisme théorique et pratique. — Le travail national. — Prétextes. — Propositions de lois : toutes sont timorées. — Loi de police. — « Donner satisfaction à l’opinion publique. » — Titre hypocrite. — Expulsion des étrangers pauvres. — Chinois. — États-Unis et Australie. — Législation de carapace. — Le vrai moyen d’expulser les étrangers.

Loi de liberté comprise comme loi de monopole. — Les patrons et les syndicats. — La chambre syndicale des chemins de fer. — Usage abusif de la loi sur les syndicats. — La cuisinière syndiquée. — Loi Bovier-Lapierre. — Un chapelier entre deux syndicats. — Le délit patronal. — La proposition de loi du Sénat. — Syndicats obligatoires. — Les ennemis des syndicats.

Le monopole du travail. — Le placeur professionnel. — La formule du salaire libre. — But de la loi : donner le monopole du placement aux syndicats.

I. Esprit de privilège. — Les associations ouvrières et les travaux publics. — Les privilèges et le conseil municipal de Paris. — II. L’impôt et les sociétés coopératives. — Le privilège, c’est le progrès ! — La participation aux bénéfices. — Son caractère. — La participation aux bénéfices et les ouvriers de l’État. — III. L’arbitrage obligatoire. — IV. La loi sur les accidents. — Le risque professionnel. — L’assurance obligatoire. — L’hygiène du travail. — Confiscation. — La propriété et le président du conseil. — VII. Arbitraire et police. — VIII. « Les lois ouvrières ». — « L’interpellation hebdomadaire. » — L’article 416. — L’article 1781. — Le livret ouvrier. — Lois de progrès, lois d’égalité. — Constitution du Quatrième état. — Législation rétrograde.

Mépris de la loi. — La loi de 1884 et la Bourse du travail. — Les prud’hommes ouvriers et les patrons. — Gagner les salaires d’une année en travaillant vingt-quatre semaines. — Déni de justice.

Travail aux pièces. — Flétrissure. — Contradiction. — Travail à la journée. — Apologie de l’apathie. — Le malthusianisme professionnel. — Union de destruction. — Le droit au vol. — Le vol au détriment du patron est une restitution.

Les grèves en France en 1890 et 1891. — Coût des grèves. — Les grèves en Angleterre en 1892. — Statistique de l’arbitrage. — Pertes résultant des grèves. — Déplacement d’industries. — Les Trades-unions et les grèves. — Méfiance.

Le mineur de naissance et le mineur d’adoption. — Les terrassiers et la Série des prix. — La grève d’Anzin 1884. — Aveu de M. Basly. — Les chapeliers. — Prétention des syndicats. — Grèves imposées par une minorité.

Défense de travailler. — La grève, épisode de la guerre sociale. — Menaces. — Les limonadiers. — Les terrassiers. — À Amiens. — Les cochers. — La grève des verriers en Belgique. — La grève de Homestead. — Autres grèves aux États-Unis. — La grève de Decazeville. — Assassinat de M. Watrin. — Carmaux. — M. Humblot. — L’explosion de la rue des Bons-Enfants.

« L’explosion privée. » — Anarchistes et collectivistes révolutionnaires. — « Le système d’avant garde. » — La théorie de la dynamite. — Propos de Carcassonne. — Le chemin du paradis social. — Évocations des journées de juin et de la Commune. — Le mépris de la patrie. — La lutte des classes. — Le bourgeois. — Pas de danger de guerre sociale. — S’il n’y a pas de complices.

L’opinion publique et les grèves. — Les mineurs. — L’intervention des députés. — Les députés à Bessèges en 1882. — M. Fournière peint par M. Goblet. — Les députés conspués par Fournière. — M. Clémenceau et la grève d’Anzin. — Les arguments de M. Clémenceau. — L’arbitrage de M. Loubet. — Comment il est reçu par ceux qui l’avaient demandé. — Les députés pacificateurs. — M. Baudin à Carmaux. — Demande d’intervention. — Une réponse. — La grève de la salaison. — Le rôle des députés. — Le vrai cadeau des députés.

La question au Conseil municipal de Paris. — Le 2 avril 1884. — Mon argumentation. — Demande repoussée. — Les grèves et le septième Conseil municipal. — Moyens hypocrites. — « Actes sympathiques. » — Proposition de M. Ferroul le 25 novembre 1889. — Les 117.

Mauvais état psychologique. — L’amnistie. — La grâce. — Intervention des ministres. — L’abstention des magistrats. — Les jurés. — La circulaire de M. Lozé. — La force armée. — C’est une provocation ! — Les patrouilles de Carmaux. — Faiblesse du gouvernement. — Même faits pour la grève de la Taupe et du Grosménil. — Les ouvriers des manufactures de l’État. — Concessions.

Ne pas confondre. — Un exemple. — La Bourse du travail. — Les occupations de la Bourse du travail. — Le journal de la Bourse du travail et l’armée. — Le placement. — La salle des grèves. — « Le lèse-syndicat. » — La Commune et la Bourse du travail. — Le Comité Central et la Bourse du travail. — Le nombre des adhérents. — Mise en demeure du gouvernement. — Réponse de la Bourse du travail. — Le lâchez-tout de l’administration. — La liberté de réunion aux États-Unis. — La vraie question de la Bourse du travail. — Les anarchistes permanents.

I. Part de responsabilité dans le mouvement socialiste. — Limitation des obligations du travailleur. Les institutions ouvrières. — D’où vient leur échec moral. — Trop de philanthropie. — « Administration paternelle. » — La docilité de l’ouvrier. — Pas de reconnaissance. — L’expérience de M. Cosserat. — Rapports des ouvriers et des patrons. — Le mot « Patron » est impropre. — II. Définition du contrat. — Le contrat de travail. — Sa limite. — Vendeur et acheteur de travail. — Antinomie erronée du capital et du travail. — Le salaire ne vient pas du capital. — III. Le travail. — L’article 1780. — La loi du 27 décembre 1890. — Elle doit supprimer la grève. — IV. Règles des institutions patronales.

Deux types de civilisation. — Le type militaire. — La conquête de la paresse. — Le doit à l’apathie. — Le protectionniste et le socialiste. — L’un engendre l’autre.

Conclusion