Le Parnasse contemporain/1876/La Volupté et l’Amour

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le Parnasse contemporain  : Recueil de vers nouveauxSlatkine ReprintsIII. 1876 (p. 327).
◄  Domina



LA VOLUPTÉ ET L’AMOUR



O belle, dont le corps semble un vivant poëme,
Pourquoi m’ouvrir les bras, sans me dire : Je t’aime ?
Même à l’heure d’amour, contre ton sein pâmé
Tu ne me presses pas ainsi qu’un bien-aimé ;
Tu ne dis pas le mot envié des dieux même ;
Tu soupires : je meurs ; tu ne dis pas : Je t’aime !
Et pourtant ton œil darde un feu délicieux.
Tel un ange tombé qu’un songe emporte aux cieux,
Mais qui ne pourrait pas, courbé sous l’anathème,
Y proférer le mot angélique : Je t’aime !

Eh bien, reste muette, et, dans ta volupté,
Brûle comme une rose aux flammes de l’été,
Des baisers du soleil s’emplissant ivre et blême.

La rose ne dit rien ; le soleil dit : Je t’aime !