Le Banquet des éventualistes

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
P.-V. Stock, éditeur (p. 27-36).



LE BANQUET


DES


ÉVENTUALISTES


À Madame Méry LAURENT.



Le banquet annuel des Éventualistes, sous la Haute-présidence du docteur Tribulat Bonhomet, s’achevait en toasts paisibles.

C’était l’instant délicieux où, l’un l’autre, en se souriant, l’on boit aux « idées » dont on daigne se croire, ici- bas, le principal, sinon l’unique-dépositaire. D’urgentes questions bio-sociologiques venaient d’être débattues : il va sans dire que les noms de Stuart Mill, de Bain, de Smith et de Herbert Spencer, — donnant du lustre aux douces banalités que leur attribuaient leurs insoucieux citateurs, — avaient sillonné maintes périodes, comme des lueurs dans la nuit.

Les esprits, maintenant, se laissaient nonchalamment aller au cours de ces controverses courtoises dont les gens de goût savent stimuler leurs digestions éclairées.

Soudain, la causerie (générale quoique intime), sur on ne sait trop quelle interruption, devint alarmiste. Et, quand le café parut, le mot sonore par excellence, et cependant de syllabes si moelleuses, le mot « dynamite » (horreur !) fut prononcé.

« — La misère parisienne allait, s’aggravant : plus d’issue, les produits excédant les besoins, et les bruits belliqueux n’étant pas de nature à rassurer la pusillanimité du numéraire. Rien ne semblait plus… assis. Les plus lucides, les plus didactiques explications de la crise présente commençaient, elles-mêmes, à sembler peu nourrissantes aux intéressés. « — Les meneurs de la presse radicale, aiguillonnant sans cesse le taureau populaire, à la longue un concert d’explosifs, — de nouveaux et terribles explosifs, — pouvait, d’un moment à l’autre, troubler la paix publique. Oui. De récents procès, — où les accusés, appuyés d’un auditoire menaçant, avaient parlé de faire tout sauter, osant même prétendre, en pleine cour d’assises, que l’honorable président et ses assesseurs en tremblaient « SUR LEURS TIBIAS », — démontraient l’irritation des nécessiteux. Déjà, dans tels clubs des banlieues, on ne rêvait que de dynamiter, de panclastiter même, ou de mélinitiner, comme par distraction, — « pour voir ce que ça donnerait, » — le Corps législatif, le Sénat, la Préfecture de police, l’Élysée, etc., etc. L’on ne parlait que de miner les synagogues, les israélites paraissant être les gens les plus à leur aise, — partant les plus coupables. L’idée, émise d’abord en se jouant, passait, insensiblement, — il fallait bien se l’avouer, — à l’état de projet !… Des listes de massacres partiels étaient dressées ; les enfants anarchistes déjà les récitaient à titre de prières du soir… — Bref, après quelques grands froids, fin courant peut-être, une sédition — bien autrement sérieuse que celle de 1871 (l’ennemi ne cernant plus la capitale) — pouvait… »

— En vérité, messieurs, je cherche, vainement, un euphémisme pour vous laisser entendre que vous raisonnez, ici, positivement, comme des fromages ! s’écria le docteur Tribulat Bonhomet, (en atténuant, de son plus onctueux sourire, ce que le ton de sa remarque pouvait présenter d’imparlementaire). — Vous oubliez que la profondeur, la prudence et l’énergie madrée de nos gouvernants, ont su neutraliser, d’avance, toute possibilité d’insurrection, même partielle, — grâce à certaine mesure préventive, prophylactique, si vous le préférez, d’une simplicité vraiment géniale — et dont les résultats pacificateurs sont littéralement magiques.

— Quelle mesure ? s’écrièrent les convives en ouvrant de grands yeux.

— Ah ! vous ne l’avez pas remarquée ?… continua le président : — eh bien ! — je suis heureux de vous la révéler. Si, de prime abord, elle peut sembler anodine (et c’est là sa force) à quelques esprits superficiels, je déclare qu’on demeure, en vérité, momifié d’admiration pour peu qu’on se donne la peine d’en observer les conséquences. — Il s’agit, tout bonnement, du décret, déjà vieillot, qui autorise les mille et mille beuveries, cabarets, cafés et tavernes de la Capitale à ne forclore leurs auvents que sur les deux heures de la nuit.

— Eh bien ?… Après ?… murmurèrent les Éventualistes, étonnés de la solennité d’intonation de l’éminent thérapeute.

— Après ?… répondit celui-ci : — suivez, je vous prie, ce raisonnement, dont, encore un coup, la miraculeuse banalité a cela de mortel qu’elle ne peut sembler qu’un paradoxe.

Puissiez-vous, (enfin !) vous pénétrer de cette vérité disparue des mémoires : le jour n’a que 24 heures.

Partons de ce principe. — Or, lorsqu’un homme se couche avant minuit et se lève sur les sept heures du matin, cet homme a le regard clair, l’esprit en éveil, le bras solide et reposé ; — il peut, sérieusement, s’intéresser aux affaires de son pays… (tout en vaquant fructueusement aux siennes).

Si cet homme prend, au contraire, le pli de ne s’endormir (et de quel sommeil !) que sur les trois heures du matin, ceci le mène, voyez-vous, à déjeuner bien tard !… L’on s’est réveillé l’œil terne, l’on bâille, l’on hausse les sourcils, l’heure passe, — la journée est perdue. Les soucis, augmentés par de plus qu’inutiles dépenses de liquides, deviennent plus pressants : — bref, l’émeute, si elle fut projetée la veille, est remise à huitaine, — in-dé-fi-ni-ment.

En quinze années, l’on obtient, ainsi, une exemplaire population de songe-creux, dont la force morale et physique se dilue, chaque soir, jusqu’aux deux tiers de la nuit, au milieu d’une brume de nicotine, en vaines discussions, en oiseuses professions de foi, résolutions chimériques et stériles crispations de poings : les propos sont toussés au-dessus de verres de bière ou d’alcool — et s’envolent. Résultat, pour une capitale, en quinze ans, une fluctuation des plus inoffensives d’environ trois cent mille chassieux, plus ou moins ataxiques, à cervelles vidées, aux cœurs avachis, — et dont la plupart céderaient, pour une absinthe, le revolver ou l’explosif octroyé, — comme un Chinois sa femme pour une pipe d’opium.

Vous le voyez, messieurs : cette mesure est d’une politique si efficace qu’elle consolide, quand même, la durée d’un gouvernement, quelques fautes qu’il puisse commettre, — à plus forte raison (et c’est le cas actuel) lorsqu’il n’en commet pas. Elle paralyse d’avance, sans effusion de sang et à la bourgeoise, toute sédition. — Tenez ! si l’ukase en était promulgué à Saint-Pétersbourg, j’incline à penser que le Nihilisme lui-même n’y résisterait pas un semestre ! Et j’en suis à me demander comment l’idée si simple, si pratique, de ce dérivatif paraît avoir jusqu’à ce jour échappé à la sagacité, cependant proverbiale, du cabinet moscovite.

Donc, messieurs, Nous, représentants d’un peuple d’élite, Nous qui, foncièrement prêts, — comme notre nuance l’indique, — à saluer, toujours et quand même, toutes survenances, savons ce qui s’appelle se garder à carreau, éloignons de nos banquets de vaines alarmes !… Élevons nos pensers, nos cœurs et, surtout, nos verres — en l’honneur de Ceux dont la compassée vigilance nous mit, ainsi, dès longtemps, à l’abri de toutes exagérées revendications… de ce même Prolétariat sur les plaies duquel nous ne pouvons, hélas ! que gémir. Allons ! un doigt de champagne, — et buvons, en toute gratitude, à la prospérité sans nuées de Ceux dont la perspicace initiative assura — sans tapage et à l’insu même des perturbateurs charmés — la sécurité de nos loisirs. »

D’unanimes adhésions acclamèrent, ici, l’orateur ; les coupes s’entre-choquèrent à l’envi dans les mains rassurées.

Et le banquet annuel des Éventualistes se prolongea — (l’avenir probable de l’Humanité défrayant les conversations) — jusqu’à cette heure du Berger, si douce, toujours, à ces élus de la vie qui se sentent le corps lesté, l’esprit éclectique, le cœur à jamais libre, les convictions éventuelles — et la conscience vacante.