Le Coran (Traduction de Savary)/82

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Traduction de Claude-Étienne Savary.
LE CORAN,

traduit de l’arabe, accompagné de notes, précédé d’un abrégé de la vie de Mahomet, tiré des écrivains orientaux les plus estimés.

Seconde partie.
Réédition de 1821 (première édition en 1782).

Publié à Paris et Amsterdam par G. Dufour, Libraire.
◄  Chapitre LXXXI Sourate 82 Chapitre LXXXIII  ►


CHAPITRE LXXXII.
La Rupture [1].
donné à La Mecque, composé de 19 versets.

Au nom de Dieu clément et miséricordieux.


Lorsque les cieux se briseront,

2Que les étoiles seront dispersées,

3Que les mers confondront leurs eaux,

4Et que les sépulcres seront renversées,

5L’âme verra le tableau de toute sa vie.

6Mortel ! qui t’a rendu rebelle au Dieu adorable qui t’a créé ?

7Qui a dessiné les proportions admirables de ton corps ?

8Il t’a donné la forme qu’il a voulu.

9Ces paroles sont la vérité ; mais vous niez le jour du jugement.

10Au-dessus de vos têtes sont des gardiens honorables [2].

11Ils observent, ils écrivent ;

12Ils voient toutes vos actions.

13Les justes habiteront le séjour des voluptés.

14Les scélérats seront précipités dans l’enfer.

15Le jugement mettra le sceau à leur réprobation. Ils seront dévorés par les flammes.

16Jamais ils ne sortiront de l’abîme.

17Qui te fera comprendre ce jugement terrible ?

18Qui pourrait t’en donner une idée ?

19Dans ce jour, l’homme ne pourra rien pour son semblable. L’Éternel aura l’empire de ce jour.


  1. Le fidèle qui lira ce chapitre recevra une faveur divine pour chaque goutte d’eau qui tombera du ciel, une autre pour chaque tombeau que la terre renfermera dans son sein. Zamchascar.
  2. Ce sont des anges.