Le Lay de Bonne Esperance

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher


Le Lay de Bonne Esperance


Longuement me sui tenus
De faire lais,
Car d'amours estoie nus;
Mais dès or mais
Feray chans et virelais:
G'i sui tenus,
Qu'en amours me sui rendus
A tous jours mais.

S'un petit ay esté mus,
Je n'en puis mais,
Car pris sui et retenus
Et au cuer trais
Tout en un leu de ij trais
D'un yex fendus,
Varis, dous, poingnans, ses et agus,
Rians et gais.

Car ma dame, que Diex gart,
Par un dous riant regart,
D'ardant desir fist un dart
Et un d'esperence.
Mais mort m'eüst, sans doubtance,
Desirs, et sans deffiance,
S'espoirs où j'ay ma fiance
Ne fust de ma part.

Quar quant je senti l'espart
Dou regart qui mon cuer art,
Ne perdi, à tiers n'à quart,
Sens et contenence,
Mais tout: maniere et puissance.
Lors me fist penre plaisence
En ma jolie souffrence
Espoirs par son art.

Mais ce durement m'esmaie,
Que ne say
Se ceste amoureuse plaie
Qu'au cuer ay
Vient d'amours ou de cuer vray,
Car dous regars maint cuer plaie,
Qu'ailleurs dame amy a gay.
S'en morray,
S'einsi m'est; mais d'amour vraie
L'ameray.

Ne voloir que m'en retraie
Ja n'aray
Pour doleur que mes cuers traie,
Eins seray
Vrais et de cuer serviray
Ma dame plaisant et gaie,
Et quant mes jours fineray,
Sans delay
Mon cuer, que s'amour deplaie,
Li laray.

Ne savoie,
Quant fui pris,
Se j'estoie
Mors ou vis;
N'entendoie
Gieu ne ris,
Eins sambloie
Homs ravis;
Ne queroie
Paradis,
Autre joie
N'autre pris;
Ne sentoie
Riens, tandis
Que veoie
Son cler vis
Qui m'a de s'amour espris.

Toute voie
Je repris
En la coie
Mon avis,
A qui proie,
Com sougis,
Qu'elle m'oie,
Quar envis
Gariroie,
S'escondis
Me trouvoie
A toudis:
Faut que soie
Ses amis.
Or soit moie;
Ne devis
Plus: si seroie assevis.

Ne say, se je dor ou veil,
Quant son riant oueil,
Son gent corps qui n'a pareil
Et son dous accueil
Voy et son cointe appareil,
Simple et sans orgueil,
Et son vis blanc et vermeil
Plus que fleur en brueil,
A qui d'amer me conseil,
Dont maint plaisant mal recueil.

Son chief d'or samble au soleil,
Et s'a bel acueil.
Pour ce avoir autre conseil
Ja ne quier ne vueil,
Einsois dou tout m'appareil
A faire son vueil
Et à li servir m'esveil,
Qu'en li tel bien cueil
Dont je me seingne et merveil,
Car tous vices en despueil.

Ne fait il bon tel dame amer
Et desirer
Et honnourer
Où homs trouver
Ne puet amer
Fors douceur fine à savourer?
Tres noble destinée
Ha cils qui s'i puet assener
Sans dessevrer,
Qu'elle n'a per,
Eins est nomper;
Et, sans doubter,
On ne puet milleur regarder
Ne si tres bele née.

Dont doy je bien s'onneur garder
Et sans cesser
Ymaginer
A li porter
Foy, sans fausser,
Et là tout mon scens appliquer
Sans villeinne pensée.
Mais miex vorroie estre outre mer
Sans retourner
Qu'entroublier
Son dous vis cler
Ne que penser
Chose qui peüst empirer
Sa bonne renommée.

Certes, j'ay si grant deport,
Quant je voy son noble port
Et quant, sans vilein raport,
J'oy que chascuns son effort
Fait de li prisier tres fort
Dessus toute creature,
Que je n'ay pensée obscure,
Tristece, mal ne pointure
Ne chose qui me soit dure,
Eins ay une envoiseure
Si tres douce et si tres pure
Qu'elle vaut mercy au fort.

Qu'en li veoir me deport,
En li servir me confort,
En li amer pren confort
Et l'espoir qui me fait fort
Contre desir qui me mort;
Mais riens ne doubt sa morsure,
Et s'on dist qu'elle m'est dure
Ou qu'elle n'a de moy cure,
Ne m'en chaut, qu'en sa figure
Preng si douce norriture
Que ne doubt riens que j'endure
Mal d'amour ne desconfort.

Et quant je puis vivre einsi,
Liement et sans sousci,
Trop grant folour
Seroit de rouver s'amour
Ou sa mercy,
Car je n'ay pas desservi
Si grant honnour
Et si n'en sui, par nul tour,
Dignes aussi.

Tost m'aroit di: "va de cy."
Helas! se ce avoie oÿ
De sa douçour,
Bien seroit la joie plour
Dou cuer de my,
Car il partiroit par mi.
Pour ce demour
En souffrence et en cremour,
Subjés a li.

La sont mis tuit mi plaisir,
Là m'ottroy,
Là porter foy
Vueil bonnement;
Là vueil amoureusement
Vivre et morir;
Là me tir,
Là mi desir
Sont, là m'employ,
Là meint tous le cuers de moy
Entierement,
Doucement
Et humblement,
Pour li servir.

D'amer ne me puis tenir,
Quant je voy
Le meinteing coy
De son corps gent,
A qui je sui ligement,
Sans retollir,
Sans partir,
Sans repentir.
Faire le doy,
Car cent mille biens reçoy
Contre un tourment;
Autrement,
Certeinnement,
N'ay à souffrir.

Si n'est vie
Si jolie
Com de desirer amie
En Espoir
Qui chastie
Et maistrie
Desir, si qu'il n'ait maistrie
Ne pooir,

Qu'il detrie
Vie lie,
Quant Espoirs ne s'amolie.
Pour ce avoir,
Quoy qu'on die,
Sans partie,
Vueil d'Espoir la compaingnie
Main et soir.

Car je fusse, lonc temps ha, mors,
S'il ne fust à martire,
Par l'ueil qui trait a en mon corps
De desir une vire,
Qui ja n'en sera traite hors,
Se m'amour ne l'en tire
Ou bons Espoirs qui m'a dès lors
Viset&eactue com dous mire
Et conforté mes desconfors
Doucement, Diex li mire.

C'est mes chastiau, c'est mes ressors,
C'est ce qui estaint m'ire;
C'est li avoirs, c'est li tresors
Dont homs ne puet mesdire;
C'est de ma vie li drois pors,
C'est ma joie, à droit dire.
Tous li argens et tous li ors
De France et de l'Empire
Ne vaut pas l'un de ses confors
Où Desespoirs s'aïre.

Et quant à ce sui venus
Qu'amis sui vrais
Et d'espoir bien pourveüs,
Un joli fais
Gracieus et plein de pais
M'est accreüe,
Qui ne sera mis en sus
De mi ja mais.

Car se je amoie assés plus
Que je ne fais
Et se heüsse plus que nus
Pris en tous fais,
Si suis je norris, refais
Et pourveüs
Largement, et bien peüs
De ses bienfais.