Le Livre des oraisons/XXIV

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Alphonse Picard et Fils (p. 28-29).
◄  XXIII
XXV  ►

XXIV

O Sire doulz quant iay bien diligemment examinee ma vie comment je suy espovente, car il me semble et pechie et vanite auques toute ma vie, et si aucun fruit est veu en moy il est ou nulle ou imparfait ou en aucune maniere corrompu, tant quil ne pust plaire a toy aincois te desplaist. Doncques o pecheur, ma vie, non pas auques toute, maiz certainement toute, ou est en pechie ou senz fruit. Apres se ie fais nul bien senz doubte en nulle guise celuy ie ne compense es elemens du corps desquielx iay use mauvaisement. Toutesvoyes benigne Dieu tu nourris et atens le tien inutil ver puant par pechie. He non homme, maiz vergoigne daultres hommes plus vil que beste, et pis que charoigne, marme est ennuyee de ma vie. Iay de vivre grant vergoigne marme est merveilleusement miserable, car ne se duelt tant comme elle meisme cognoist que se devroit douloir, aincoys est ainsi pire comme se elle ne savoit que li est a avenir.

O arme aveugle pire et pecherresse le iour du iugement est pres, car tu ne sces quant iour dyre, iour de tubulation et dangoisse, iour de misere, de tenèbres et de calamité. O arme pour quoy dors donc ou sont tes bons fruis ? Ce sont espines poignans et pechiez tresamers lesquielx par ma voulente ie tay fait faire et tu a moy par ma voulente. Je vouldroye que notre Seigneur estimast petit ton pechie, maiz hélas tout pechie deshonneure dieu par transgression. Quel doncques petit puis que tout pechie est deshonneur a dieu ? O fust sec et senz proufit dieux pardurables sires digne, et que respondray ie en ycel iour quant ie seray requeru de tout mon corps iusques à la paupiere de lueil, de tout le temps a moy donne pour vivre en quele manière ie lay despendu. Lors sera condempne en moy tout ce qui sera trouvé par euvre, ou de parole occieuse et de silence iusque la plus petite cogitation et encore ce que ie aray vescu doulz dieu se a ta voulente ne lay adrescie. Hélas et quanz pechiez vendront ainsi comme daguet de quoy ie ne me garderay ne or ne les voy quanz que ie ne cuide que soyent maulx saparront lors tresmauvaiz pechiez a merveilleuse durte de cuer et accessible piresce. Hélas pécheur les choses dessus dictes souffirent bien en moy coutumier en plours, car certes se ie di tout quant que ie pourroye comparer a ce seulement que iay fait. Hélas a qui ay ie pechie ? dieu trestout omnipotent ay deshonnoure, ha sire dieu tout puissant ne tabrive sur moy constraint, ou me muceray ie, qui me delivrera de tes mains, dont aray ie conseil ne dont aray ie salut, certes de nul fors de toy. Doulz vray et puissant dieu ie esperay en toy que ie crains regarde sire moy meschin suppliant tu qui mas fourme, qui es mon sauveur et mon redempteur ne me condempne sire car tu mas cree par ta bonté, ne perisse ton euvre par mes iniquités. Ie te pri trespiteux ne decipe ma mauvaistie ce que a fait ta omnipotent bonté, recognois tresbenigne ce que tien est et oste ce que est dautruy. Sire sire ayez mercy de moy car temps est davoir mercy, pour ce que tu ne me condempnes quant de iugier sera venuz le temps, se tu recoys sires moy dedanz le saing de ta misericorde, car pour moy ne sera plus estroit sire et tresdesire seigneur recoy moy par quoy avec tes esleuz tu seul ie aime et en toy me glorifie.