Le Mespris de la vie et consolation contre la mort/« Celuy seul je repute estre vivant, et sage »

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le Mespris de la vie et consolation contre la mort
Le Mespris de la vie et consolation contre la mortNicolas de Moinge (p. 63).
LXXVII.


Celuy seul je repute estre vivant, et sage
Lequel tasche d'apprendre à vivre justement,
Car il ne garde pas son àge seulement
Mais tout le tems passé il adjouste à son àge :

Avant qu'il eust receu la lumiere en partage,
Des siecles ja passez, il scait entierement
La police & l'estat , & nous pareillement
Pouvons estre receus au mesme apprentissage

Par le labeur d'autruy nos languissans espris
Sont guidez & couduis à chose de grand pris,
Qui nous donne par tout une libre avenue :

Et si nous surmontons nostre imbecillité,
Nous avons assez tems pour rendre plus connue
De nos espris divins la magnanimité.