Le Mespris de la vie et consolation contre la mort/« Nous tansons tous les jours le destin implacable »

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le Mespris de la vie et consolation contre la mort
Le Mespris de la vie et consolation contre la mortNicolas de Moinge (p. 59).
LXIX.


Nous tansons tous les jours le destin implacable
Pourquoy la dure mort laisse jusqu'a la fin
Le viel homme languir, & couppe le chemin
Au jeune adolescent de facons sociable :

Lequel des deux, chetif, est le plus raisonnable
Ou que tu obeisse au vouloir du destin,
Ou bien que du destin le neu diamantin
Suive ta volonté legere, & variable ?

Combien je vive bien vient de DIEU seulement.
Luy seul nous a donné l'estre & le mouvement
Mais nous avons forgé nostre propre misere.

L'àge est exterieur, qui n'estant pas à nous
Quant il est plus petit d'autant plus il est dous ;
Mais que jusqu'au tombeau sans honte il persevere.