Le Mystère de la chambre jaune/18

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher

17 Le Mystère de la chambre jaune 19





Chapitre XVIII
Rouletabille a dessiné un cercle entre les deux bosses de son front.



Extrait du carnet de Joseph Rouletabille (suite).

Nous nous quittâmes sur le seuil de nos chambres après une mélancolique poignée de mains. J’étais heureux d’avoir fait naître quelque soupçon de son erreur dans cette cervelle originale, extrêmement intelligente, mais antiméthodique. Je ne me couchai point. J’attendis le petit jour et je descendis devant le château. J’en fis le tour en examinant toutes les traces qui pouvaient en venir ou y aboutir. Mais elles étaient si mêlées et si confuses que je ne pus rien en tirer. Du reste, je tiens ici à faire remarquer que je n’ai point coutume d’attacher une importance exagérée aux signes extérieurs que laisse le passage d’un crime. Cette méthode, qui consiste à conclure au criminel d’après les traces de pas, est tout à fait primitive. Il y a beaucoup de traces de pas qui sont identiques, et c’est tout juste s’il faut leur demander une première indication qu’on ne saurait, en aucun cas, considérer comme une preuve.

Quoi qu’il en soit, dans le grand désarroi de mon esprit, je m’en étais donc allé dans la cour d’honneur et m’étais penché sur les traces, sur toutes les traces qui étaient là, leur demandant cette première indication dont j’avais tant besoin pour m’accrocher à quelque chose de « raisonnable », à quelque chose qui me permît de « raisonner » sur les événements de la « galerie inexplicable ». Comment raisonner ? … Comment raisonner ?

… Ah ! raisonner par le bon bout ! Je m’assieds, désespéré, sur une pierre de la cour d’honneur déserte… Qu’est-ce que je fais, depuis plus d’une heure, sinon la plus basse besogne du plus ordinaire policier… Je vais quérir l’erreur comme le premier inspecteur venu, sur la trace de quelques pas « qui me feront dire ce qu’ils voudront » !

Je me trouve plus abject, plus bas dans l’échelle des intelligences que ces agents de la Sûreté imaginés par les romanciers modernes, agents qui ont acquis leur méthode dans la lecture des romans d’Edgar Poe ou de Conan Doyle. Ah ! Agents littéraires… qui bâtissez des montagnes de stupidité avec un pas sur le sable, avec le dessin d’une main sur le mur ! « À toi, Frédéric Larsan, à toi, l’agent littéraire ! … Tu as trop lu Conan Doyle, mon vieux ! … Sherlock Holmes te fera faire des bêtises, des bêtises de raisonnement plus énormes que celles qu’on lit dans les livres… Elles te feront arrêter un innocent… Avec ta méthode à la Conan Doyle, tu as su convaincre le juge d’instruction, le chef de la Sûreté… tout le monde… Tu attends une dernière preuve… une dernière ! … Dis donc une première, malheureux ! … « Tout ce que vous offrent les sens ne saurait être une preuve… » Moi aussi, je me suis penché sur « les traces sensibles », mais pour leur demander uniquement d’entrer dans le cercle qu’avait dessiné ma raison. Ah ! bien des fois, le cercle fut si étroit, si étroit… Mais si étroit était-il, il était immense, « puisqu’il ne contenait que de la vérité » ! … Oui, oui, je le jure, les traces sensibles n’ont jamais été que mes servantes… elles n’ont point été mes maîtresses… Elles n’ont point fait de moi cette chose monstrueuse, plus terrible qu’un homme sans yeux : un homme qui voit mal ! Et voilà pourquoi je triompherai de ton erreur et de ta cogitation animale, ô Frédéric Larsan ! »

Eh quoi ! eh quoi ! parce que, pour la première fois, cette nuit, dans la galerie inexplicable, il s’est produit un événement qui « semble » ne point rentrer dans le cercle tracé par ma raison, voilà que je divague, voilà que je me penche, le nez sur la terre, comme un porc qui cherche, au hasard, dans la fange, l’ordure qui le nourrira… Allons ! Rouletabille, mon ami, relève la tête… il est impossible que l’événement de la galerie inexplicable soit sorti du cercle tracé par ta raison… Tu le sais ! Tu le sais ! Alors, relève la tête… presse de tes deux mains les bosses de ton front, et rappelle-toi que, lorsque tu as tracé le cercle, tu as pris, pour le dessiner dans ton cerveau comme on trace sur le papier une figure géométrique, tu as pris ta raison par le bon bout !

Eh bien, marche maintenant… et remonte dans la « galerie inexplicable en t’appuyant sur le bon bout de ta raison » comme Frédéric Larsan s’appuie sur sa canne, et tu auras vite prouvé que le grand Fred n’est qu’un sot.

Joseph ROULETABILLE 30 octobre, midi.

Ainsi ai-je pensé… ainsi ai-je agi… la tête en feu, je suis remonté dans la galerie et voilà que, sans y avoir rien trouvé de plus que ce que j’y ai vu cette nuit, le bon bout de ma raison m’a montré une chose si formidable que j’ai besoin de « me retenir à lui » pour ne pas tomber.

Ah ! Il va me falloir de la force, cependant, pour découvrir maintenant les traces sensibles qui vont entrer, qui doivent entrer dans le cercle plus large que j’ai dessiné là, entre les deux bosses de mon front !

Joseph ROULETABILLE 30 octobre, minuit.