Le Parler populaire des Canadiens français/D

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  C
E  ►
D
D’abord que, loc. adv.
— Puisque. Ex. D’abord que tu veux bien m’écouter.
— Du moment que. Ex. D’abord que tu seras présent, nous serons plus à l’aise.
Dague, daye, n. f.
Emporte-pièce, outil dont la tranche, forme exactement le contour de la pièce à découper.
Daguer, dayer, v. a.
Découper avec la dague.
 


Dagueur, dayeur, n. m.

Ouvrier employé dans les manufactures de chaussures.

D’aguette, loc.

Avec précaution. Ex. Cette femme marche toujours d’aguette, sans faire de bruit ; en réalité elle craint d’éveiller la curiosité des autres.

Dalle, n. f.

— Evier.

— Chéneau, conduit de bois ou de métal, qui reçoit les eaux des toits pour les diriger vers le tuyau de descente (dalleau).

— Conduit alimentaire de la bouche à l’estomac. Ex. Allons nous rincer la dalle.

Dalleau, dallot, n. m.

— Conduit en ferblanc, en zinc, en tôle, en bois par où s’écoule l’eau des toits, et qui lui est arrivée par la dalle.

— Doigt de gant ou linge, qui sert à envelopper un doigt malade.

— Ivrogne, buveur.

Dalmatique, n. f.

Chemise. Ex. Ce soir, comme il fait chaud, je vais me mettre au lit en dalmatique.

Damage, n. m.

Dommage. Ex. Beau damage. Nous trouvons damage dans la chanson de Roland.

Damageable, adj. — Dommageable.

Damas, n. m.

Prunes de Damas, prunes violettes, de grosseur moyenne et très succulentes, récoltées sur la côte de Beaupré, et sur l’île d’Orléans.

Dame, n. f.

— Femme. Ex. Votre dame est bien, j’espère.

— Barrage, digue.

— Cage en bois servant de quai. Ex. A la baie Saint-Paul, il y a, en plein fleuve, une dame de difficile abord.

— Grosse dame, dame riche et de haut ton.

— Dame ! inter jection.

Damnation !

Juron assez fréquent, prononcé dans un moment de colère ou de douleur.

Damné, e, adj.

Mauvais. Ex. Voilà une damnée affaire qui me casse les bras.

  • Dampeur, n. m. (Angl.)

Clef de tuyau de poêle, registre de cheminée.

Dandeliner (se), v. pron. — Se dandiner.

  • Dandy, dann’dé, (m. a.) — Elégant.

Dangereux, euse, adj.

— Probable. Ex. C’est pas dangereux qu’il fasse mauvais.

— Imprudent, étourdi. Ex. Cet enfant est dangereux, il faut y faire attention.

Dangéreux, adj. — Dangereux.

Dans, prép.

— Sur. Ex. Grimpe dans l’arbre.

— Par. Ex. Je suis capable de payer cinq chelins dans le louis.

— A peu près. Ex. C’est un homme dans votre taille, dans votre âge.

— A. Ex. Aller au marché un panier dans le bras.

Dans (par), loc. prép.

Dans. Ex. Tu passeras par dans le chemin Gomin.

Dans la lune (être), loc.

Etre très distrait. Ex. A quoi pensez-vous donc, êtes-vous dans la lune ?

Dans le criminel, loc.

D’une façon exagérée. Ex. Vendre cher dans le criminel.

Dans le fil, loc.

Avec beaucoup d’habileté. Ex. Cet ouvrage a été fait dans le fil.

Dans le sac (être),

Régler, terminer. Ex. Notre affaire est dans le sac, tapons-là.

Dans les, loc. prép.

Environ. Ex. Cette maison m’a coûté dans les cinq mil le piastres.

Dans les à peu près, loc. prép.

A peu près. Ex. Il doit avoir quatre-vingts ou dans les à peu près.

Dans les environs, loc. prép.

A peu près. Ex. Ma maison vaut dans les environs de cinq mille piastres.

Dans les grands prix, loc. prép.

Autant qu’il y a moyen. Il s’est fait blaguer dans les grands prix.

Dans le temps de le dire, loc.

En le disant. Ex. J’ai appris ma leçon dans le temps de le dire.

Dans mon opinion, loc. prép.

D’après moi. Ex. Dans mon opinion, il mouillera avant que le soleil se couche.

Dans par, loc. prép.

Par. Ex. Si tu veux dire comme moi, nous partagerons dans par la moitié.

Dans un rien de temps, loc.

En moins de rien. Ex. J’ai fait mon ouvrage dans un rien de temps.

Danse, n. f.

Soirée où l’on danse. Ex. Vas-tu à la danse, ce soir, chez Boulé ?

Danse câllée, n, f.

Danse pendant laquelle quelqu’un appelle les figures. Ce quelqu’un est désigné sous le nom de câlleur. (Angl.)

Danse carrée, n. f. — Quadrille, lancier.

Danse ronde, u, f.

Danse en rond, cotillon.

Danse vive, n. f.

Valse, polka. Ex. Les danses vives sont tout simplement tolérées, elles ne sont pas permises.

Danser, v. n.

— Danser à la corde, sauter en faisant passer sous ses pieds une corde qu’on tourne.

— Danser plus vite que le violon, aller trop vite en besogne.

D’apparence, loc.

Selon les apparences. Ex. Il fera beau avant le coucner du soleil, d’apparence.

D’apparence que, loc. adv. — Apparemment.

D’arculons, loc adv. — A reculons.

De raculons, loc. adv. — A reculons.

De reculons, loc. adv. — A reculons.

Darder (se), v. pron.

Se jeter sur. Ex. Il s’est dardé sur Pierre pour le frapper.

Donne l’idée d’un dard lancé avec force et qui pénètre dans les chairs.

Dardeur, n. m. — Celui qui darde le poisson avec la nigogue.

xxx

Dargnier, adj. et n. Dernier né. Ex. Le| petit dargnier, chez nous, s’appelle Benjamin. Dernier. En dargnier, en dernier lieu. Ex. Quand même tu arriverais en dargnier, ça ne fait rien. Dargnièrement, adv. Dernièrement. Ex. J’ai appris cela tout dargnierement,

  • Darner, v. a. (Angl.)

Repriser, raccommoder, ravauder. De l’anglais to dam. Damier, adj. — Dernier. Ex. Le damier de la classe. Darrière, adv. Derrière. Ex. Passe par darrière la voiture. Moi, je n’ai pas de porte de darrière, je dis tout ce que je pense. Darte, n. f. — Dartre. Darteux, adj. — Dartreux.

  • Dash, dach, n. m., (m. a.)

— Trait, filet (terme d’imprimerie). — Em dash. — Trait de la largeur d’un m. Date (en) de, loc. A la date de. Ex. Je suis à peu près certain que Montréal a été fondé en date de 1642.

  • Date (up-to-), eupe-tou-déte, m. a.

De mode récente, dans les derniers goûts. Ex. Le magasin Morgan est upto-date.

D’avance, loc.

— Prompt, expéditif. Ex. J’emploie beaucoup d’ouvriers, sur le nombre il en est peu qui soient d’avance. Hâtif. Ex. J’ai récolté cent minots de patates d’avance.

D’avant, loc.

Auparavant. Ex. Viens me voir à Noël ? — Non, j’irai la semaine d’avant.

D’avant que, loc. adv. — Avant que.

Davantage, adv. Une plus grande quantité, plus. Ex. As-tu assez de pièces de dix cents ? — Non, j’en voudrais davantage.

  • Day-book, dé-bouc, (m. a.) — Brouillard, livre de commerce.

D’ci et là, loc. adv.

D’un côté et de l’autre. Ex. Il va d’ci et là sans trop savoir où.

D’dans, adv. et prép.

De. Ex. Débarque d’dans la voiture. Dans. Ex. Embarque d’dans les chars. — Dedans. Ex. Je me suis fait fourrer d’dans de la belle façon.

De, prép.

A. Ex. Je suis prêt de m’en aller.

A la place de. Ex. Si j’étais de toi, je m’en irais.

Un. Ex. Il ne pourra avoir de serviteur comme celui-là.

Au prix de. Ex. Il est bien différent de ce qu’il était autrefois.

Depuis. Ex. Il est malade de la semaine dernière.

— Dans. Ex. Pierre est bien-affligé des yeux.

  • Dead lock, dèd, (m. a.)

Arrêt forcé, impasse. Ex. Les affaires vont très mal, nous sommes en plein dead-lock.

Débâcle, n.f.

Diarrhée considérable après une forte constipation.

Débagagement, n. m. Déménagement. Ex. Les dêbagagements à Québec se font du i" au 3 mai.

Débagager, v. a.

— Déménager, enlever sou bagage pour le transporter ailleurs. Ex. Charretier, comment me chargez-vous pour rne débagager ?

— Déraisonner. Ex. L, e vieux commence à débagager. Cotgrave cite débagager pour serrer, mettre en paquets.

Débagoulard, n. m. — Bavard de bas étage.

Débagouler, v. n.

Bavarder, parler avec passion de choses fastidieuses.

Déballé (nouveau), n. m.

Nouvellement arrivé, comme si l’individu était venu enve loppé dans une toile d’emballage. Ex. Encore un nou veau déballé entré au département des terres de la couronne.

Déballer (se), v. pron. — Se décider à agir.

Débaptiser, v. a.

Changer de nom de baptême.

Débarbouiller, v. a. — Battre.

Débarbouiller (se), v. pron.

— Se tirer d’embarras. Ex. Débarbouille-toi comme tu pourras, moi je m’en lave les mains.

— S’éclaircir. Ex. Le temps se débarbouille vite.

Débarquement, n. m. — Débarcadère.

Débarquer, v. a.

Descendre d’un lieu élevé. Ex. Débarque de la voiture, nous sommes trop de monde. Oter. Ex. DêbarqueAt de là, ou je vais le débarquer. Descendre en général. Ex. Débarque de sur mes genoux. Cesser de s’appuyer. Ex. Débarque de sur moi, tu me gênes dans mes mouvements. Cesser d’occuper une position. Ex. Tu vas débarquer de ta place, si tu continues à te mal conduire.

Débarras, n. m.

— Clairière. Endroit où l’on relègue tout objet embarrassant.

— Diarrhée.

Débarrasser, v. a.

Abattre des arbres. Ex. Nous allons construire dans cette partie du bocage, il faudra commencer par débarrasser.

Débârrer, v. a.

Ouvrir une porte, un meuble fermé à clef. Ex. Voici mon trousseau de clefs, dêbârre tous les meubles et toutes les portes qui ont été fermés à clef avant notre départ.* Debater, débéteur, (m. a.) Orateur parlementaire, argumentateur. Débattement, n. m. — Palpitation, battement du cœur.

Débattre (se), v. pron.

Battre. Le cœur me débat comme s’il voulait me sortir du corps.

Débaucher, v. n.

Lancer, partir. Ex. Une fois débauché, il n’y a plus moyen de l’arrêter, celui-là.

  • Débenture, n. f. (Angl.)

Titre ou obligation émise par un gouvernement, une corpo ration municipale.

De besoin, loc.

Besoin. Ex. Voulez-vous acheter des livres ? — Merci, j’en ai pas de besoin. Débifter, v. n. Perdre sa bonne mine, son apparence de santé. Ex. Comme tu es dêbiffé ce matin, as-tu couché sur les ravalements ?

Débine, n. f.

— Misère, pauvreté, gêne. Ex. La débine me poursuit depuis quelque temps.

— Binette.

Débiner, v. a.

— Médire, dénigrer. Ex. Qu’as-tu à tant débiner sur le compte de ton prochain ?

— Perdre contenance. Débiscaillé, adj.

— Bouleversé de figure. D’où viens-tu, comme tu es débiscaillé, ce matin ?

Brisé, déformé. Ex. Un chapeau débiscaillé.

Débitage, n. m.

Action de dépecer.

Action de fendre le bois.

Débiter, v. a.

Dépecer. Ex. Es-tu bon pour débiter un bœuf ? Fendre. Ex. Débiter une corde de bois.

Débiteur, adj. — Dépeceur, fendeur de bois.

Débloquer, v. a.

Mettre un convoi de chemin de fer en état de s’avancer, après avoir enlevé la neige qui l’arrêtait. Ex. Enfin les chars, retenus à Saint-Charles depuis deux jours par une tempête de neige, sont débloqués.

Déboire, v. n. — Vomir.

Débord, n. m. — Diarrhée considérable.

Débordage, n. m. — Saillie.

Débordé, e, adj.

Un lit débordé, un lit dont les couvertures sont pendantes.

Débotter (se), v. pron. — Oter ses bottes.

Débouche, n. m. — Débouché.

Débouler, v. n. et a.

— Rouler de haut en bas. Ex. L’enfant vient de débouler l’escalier, il a dégringolé de tout son long. En France, ce mot veut dire s’enfuir au plus vite, courir comme une boule qu’on lance.

— Devenir mère, en parlant de la femme.

Débouliner, v. n. — Dégringoler.

Déboulis, n. m.

Avalanche de neige, provenant des toits ou des roches, qui culbutent du sommet ou du flanc d’un cap ou d’une montagne.

Eboulis. Ex. Un déboulis de pierres. — Eboulement, chute de ce qui s’éboule.

Débourgeonner, v. a.

Enlever les bourgeons de l’arbre.

Débourrer, v. a.

Vider la pipe du tabac qu’elle contient. Travailler à former l’intelligence.

Débourrer (se), v. pron.

Croître en intelligence. Ex. Notre petit Jean commence à se débourrer, la maîtresse d’école est conten te de lui.

Débouter, v. a.

, Doubler un. cap, en terme de marine. (Cl.)

Déboutonner, (se), v. pron.

Faire preuve de générosité dans une circonstance spéciale. Dire tout ce qu’on pense. Ex. Si je perds patience, je finirai un bon jour par me déboutonner.

Débrager (se), v. pron. — S’agiter, se démener.

Débraqueter, v. a. Enlever les broquettes. Ex. Débraqueter un tapis.

Débrayer, v. n. — Trop parler.

Débrette, n. f. — Gros repas, fête de famille.

Débricoler, v. a. — Enlever la bricole.

Débricoler (se), v. pron. — Oter ses bretelles.

Débringué, e, adj.

Qui a une tournure négligée, nonchalante.

Débris, n. m. pl.

Abatis. Ex. Un débris de veau.

Débriscaillé, adj. part. — Débiscaillé. V. ce mot.

Débrousser, v. a.

Enlever les branchages (brousse) des vigneaux.

Décacher, v. a. — —Enlever les couvertures d’un lit.

Décacher (se), v. pr. — Se désabrier. V. ce mot.

Décaler, v. n.

— Enlever l’écale d’une noix.

— Enlever le brou d’une noix, d’une noisette.

Décalotter, v. a.

Décoiffer, ôter le chapeau, le casque, la casquette.

Décalotter (se), v. pron. — Se décoiffer.

Décampe, n. f.

Allure, dégaine. Ex. En voici un qui a une curieuse décampe.

DécaniHer, v. n.

Déménager, déguerpir, fuir comme un chien ; du latin canis, chien.

Décanter, v. a.

Changer de position un objet mis sur le cant. V. Cant.

Décapoter, v. a.

Enlever le capot ou le pardessus.

Dépecer la baleine.

Décapoter (se), v. pron.

Oter soi-même son capot. Ex. Décapotez-vous, vous allez avoir trop chaud.

Décapuchonner, v. a. — Enlever le capuchon.

Décapuchonner (se), v. pron. — Oter son capuchon.

Décarcaner, v. a. — Oter le carcan.

Décarêmer (se), v. pron.

Faire un repas copieux après quelques jours de privations. Ex. Il y a assez longtemps que nous mangeons de la morue, décarêmons-nous avec du jambon.

Décarrer, v. a. Enlever à quelqu’un sa carre. (T. de jeu.)

Déceinturer, v. a. — Oter la ceinture, déceindre.

Déceinturer (se), v. pron.

Oter sa ceinture. Ex. Déceinturez-vous, afin que vous res piriez plus à l’aise.

De cela (à part), loc adv.

A part cela. Ex. A part de cela, qu’as-tu à me dire ?

De ce que, loc.

Comme, à quel point. Ex. Je ne suis pas capable de te dire de ce que mon père est fâché contre moi.

De delà, loc. adv.

De là. Ex. Ote-toi de delà que je m’y mette ?

Décerner, v. a. — Cerner, entourer de toutes parts.

Décesser, v. n. Cesser. Ex. Il ne décesse pas de m’ennuyer.

Déchafauder, v. a. — Enlever un échafaud.

Déchagriner, v. a. — Consoler.

Déchagriner (se), v. pr. — Se consoler.

Déchaîné, adj. part. Homme en furie. Ex. Cet homme est un véritable déchaîné, il est capable de tuer. De chance que, loc. adv. — Heureusement que.

Déchanger (se), v. pron. — Changer d’habit.

Décharge, n. f.

Ruisseau ou rivière dans laquelle se déversent les eaux d’un lac, d’un étang. Ex. La Grande Décharge du lac Saint— Jean, dans la rivière Saguenay.

Déchargeage, n. m. — Déchargement.

  • Décharger, v. a.

Congédier, retirer à quelqu’un sa charge. Ex. Je suis obligé de partir de Québec, mon patron vient de me décharger. (Angl.)

Décharger (se), v. pron.

Décharger sa bile. Ex. A la prochaine occasion, je me déchargerai sur lui.

Dèche, n. £.

Gêne, misère. Ex. De ce temps-ci, je suis dans la dèche, inutile de me parler de souscription.

Déchesser, v. a. — Dessécher.

Décheter, v. a. — Repousser, mépriser.

Décheviller, v. a. — Oter la cheville.

Déchicoter, v. a. — Déchiqueter.

Déchiffrer, v. a. Défricher.

Déchoquer (se), v. pron. Se défâcher. Ex. Tu te choques, tu n’auras plus qu’à te dêchoquer.

Décimale, n. f. Volée de coups. Ex. Si tu ne te tiens pas tranquille, je te donnerai une bonne décimale. Décirer, v. a. — Enlever la cire des oreilles, des yeux.

Decit et d’ià, loc — Ici et là.

Déclaquer (se), v. pron. Oter ses claques. Ex. Déclaque-toi, tu as fini tes sorties pour ce soir.

Déclarer faillite. — Se déclarer en faillite.

Déclaver, v. a.

Enlever l’anneau qui sert à enclaver un animal.

Déclencher, v. a. — Enlever la clenchette d’une porte.

Déclin, (en), loc. — A clin. Ex. Lambrisser en déclin.

Décloquer, v. a. — Enlever la cloque, le pardessus d’hiver. DES CANADIENS-FRANÇAIS 2ig.’ Décloquer (se), v. pron. — —Oter sa cloque.

Décolérer (se), v. pron. — Se défâcher.

Décoller, v. a. et n.

Congédier. Ex. Allons, fiche-moi la paix, sinon je te décolle d’ici. Décolle, ou je vais me fâcher ? Courir à une grande vitesse. Ex. Je viens de rencon trer un cheval à l’épouvante, je t’assure que ça décollait.

Décollouer, v. a. — Déclouer.

Décompte, n. m.

Revision. Ex. L’élection est finie, les candidats ont pres que le même nombre de votes, il va falloir faire le décompte.

Décompter, v. a. et n.

Compter les bulletins de vote après une élection. Perdre la raison. Condamné à mourir. Ex. Mon frère Thomas est bien malade, le docteur l’a décompté.

Déconçarter, v. a. — Déconcerter.

De conte, prép. — Contre, à côté de. Décoppé, adj. — Sans argent, sans la coppe.

Décorder, v. a. — Défaire une corde.

Décorer, v. n. — Enlever les cors au pied.

Décoter, v. a. et n.

— Faire en sorte que celui qui est accoté change de posi tion.

— Changer de position.

Découde, v. a. — Découdre.

Découdre (en), loc.

Grabuge. Ex. Il va en découdre, si je n’arrive pas à mon but, il y aura du train, du grabuge, on en entendra parler.

Découèffer, v. a. — Décoiffer, enlever son chapeau.

Découleurer, v. a. — Décolorer.

Découper, v. a. Trancher. Ex. Cette couleur bleuâtre découpe très bien sur le jaune.

Découserai, fut. de découdre. Découdrai. Ex. Il en décousera, si je n’arrive pas à temps. 2 2O LB PARIER POPULAIRE

Découvarte, n. f. — Découverte.

Découvert, n. m.

Abatis d’arbres. Chemin tracé à travers la forêt.

Découvrir, v. a. Découvrir saint Pierre pour couvrir saint Paul, dérober à l’un pour donner à l’autre.

Décrasser (se), v. pron.

Se mettre au beau, en parlant de la température. Ex. Le temps commence à se décrasser.

Décravater (se), v. pron. — Oter sa cravate.

Décrocher (se), v. pron.

Se décrocher la palette de Vestomac, se casser l’appendice xyphoïde ou la pointe du sternum. Avoir l’estomac décroché, avoir contracté une maladie des voies digestives qui ruine la constitution.

Décrocheter, v. a. — Décrocher.

Décroits, n. m. pl. — Ecroits.

Déculotter, v. a.

Donner une verte semonce. Tromper dans un marché.

Exposer en public les opinions d’un individu.

Dedans, adv.

Dans. Ex. Va dedans ma chambre. Donner dedans, tromper.

Etre dedans, se mettre dedans, être en perte. Ex. Il s’est mis dedans pour une forte somme. Se faire fourrer dedans, se faire blaguer. Ne pas cracher dedans, ne pas dédaigner le petit verre. — Mettre les animaux dedatis, les envoyer à l’étable.

Dedans (en) de, loc. adv.

En moins de. Ex. Son cheval fait son mille en dedans de trois minutes.

De dedans. — De. Ex. Sors de dedans le salon.

De de. — De. Ex. Je viens d’arriver de de chez lui.

De devant,

— D’avant. Ex. Le dimanche de devant Noël. DES CANADIEN SFRANÇAIS 221 — D’auparavant. Ex. Il est mort dans la semaine de devant.

Dédire (se), v. pron.

Perdre sa bonne mine. Ex. Cette femme, si élégante autrefois, s’est beaucoup dédit depuis un an. Ne pas arriver dans la mesure que l’on pouvait espérer. Ex. Les récoltes avaient belle apparence, mais le blé s’est beaucoup dédit.

De d’ia, loc. adv.

Delà. Ex. Ote-toi de d’là. De cet endroit. Ex. François dit qu’il est de la paroisse de Saint-Pierre, toi, es-tu de d’là ?

Dédoubler, v. a.

— Doubler. Ex. Dédoubler un cap, un coin de rue.

Dédoubler (se), v. pron. — Redoubler d’efforts

D’ein.

Dans un. Ex. J’ai fait mon ouvrage d’ein rien de temps.

D’eine.

— D’une. Ex. Nous avons fait dix lieues d’eine seule bourrée. — Dans une. Ex. Mets les patates d’eine poche.

Défâcher (se), v. pron.

Se remettre en bonne humeur après s’être fâché.

Défaçonner, v. a. — Faire perdre contenance.

Défaire, v. a.

— Ramener plus ou moins à l’état primitif. Ex. Défaire du beurre, l’agiter au point de lui donner la consistance de crème.

Défaire (se), v. pron.

— Oter ses habits extérieurs. Ex. Défaites-vous et venez prendre le dîner avec moi.

— S’agiter ferme, se donner beaucoup de mal.

Défaisable, adj.

Qui peut se défaire. Ex. Ce nœud-là n’est pas défaisable. Défaite, n. f. — Prétexte, excuse. Ex. Ça, c’est encore une défaite de ta part. ^222 LE PARLER POPULAIRE — Echiffes, vieux linge échiffé, cardé et tissé. (B. P. F.)

Défalcataire. (Aagl.) — Concussionnaire.

Défalcation. (Angl.) — Concussion.

Défaller (se), v. pron. — Se découvrir le cou.

Défarger, v. a. — Désentraver.

Défaut, n. m. — Faute. Ex. Tomber en défaut.

Défaut d’une côte, n. m.

Endroit où le chemin commence à s’élever ou à s’abaisser.

Défendre (se), v. pron.

Cesser de jouer. Ex. Je ne joue plus, je m’en défends, Se défendre de son corps et de son sang-, protester forte ment de son innocence.

Défendu, adj. Impossible. Ex. Je ne puis travailler plus de quatorze heu res par jour, cela m’est défendu, (Par qui ? on ne le dit pas.)

Déficile, adj. — Difficile.

Défiger (se), v. pron.

Prendre de l’aplomb, de la vigueur. Ex, Cet enfant com mence à se défiger, sa timidité s’en va peu à peu.

Défint, te, adj.

Défunt. Ex. Mon défint père qui est mort.

Défoncé, adj. part, et n. m.

— N’avoir plus de fonds en banque. Ex. Demande-moi pas d’argent, je suis défoncé. Manger comme un défoncé, manger avec excès.

Défoncer, v. a.

Enfoncer. Ex. Ne défonce pas la porte avec tes poings. Se défoncer. Ex. L, es chemins défoncent ce matin.

  • Défranchisation, (Angl.)

Condamnation d’un électeur à la perte de ses droits politi ques ou civils.

  • Défranchiser, v. a. (Angl.)

Enlever à un électeur ses droits politiques ou civils. —

Défrayer (se), v. pron. — Se divertir.

Défricher, v. a. — Déchiffrer. Défriper, v. a. Défaire les plis d’un vêtement chiffonné, d’un linge fripé.

Défroque, n. f.

Habits eu général. Ex. Ote ta défroque, et entre au salon.

Défroquer (se), v. pron.

Oter sa froc. Se dévêtir. Ex. Dêfroquez-vous, nous allons nous met tre à table.

Défunt, défunte, n. m. et f.

Le défunt, la défunte, se disent pour le père ou la mère défunts. Ex. Ce pauvre défunt, a-t-il souffert avant de mourir. Ce chapeau-là appartenait à la défunte.

Défuntisé, adj.

Décédé. Ex. Mon père et ma mère sont dêfuntisis de puis longtemps.

Détruit, disparu à tout jamais. Ex. Tu te souviens de mon beau chapeau de castor, tu sauras qu’il est défuntisé, le vent l’a emporté dans le fleuve.

Dégainde, n. f. — Dégaine. Ex. Une belle dêgainde. Dégaine, n. f. Attitude, façon de se tenir. Ex. Un tel a une drôle de dégaine.

Dégeancer v. a.

Détruire, désengeancer. Nous finirons pourtant par nous dégeancer des mouches.

Dégeler (se), v. pron.

Se dégourdir. Ex. L’enfant commence à se dégeler, il parle, il s’amuse comme les autres enfants.

Dégendrer, v. a.

Détruire. Ex. Tâche donc de dégendrer les punaises de ma couchette.

Dégêner, v. a. — Mettre à l’aise.

Dégêner (se), v. pron.

Prendre de l’aplomb, sortir de l’état de gêne. Ex. Dêgênez- vous, Monsieur, faites comme si vous étiez chez vous. Dégèrer, v. a. Digérer. Ex. Docteur, je dégire mal. Déglacer, v. a. — Enlever la glace, la froideur.

Déglacer (se), v. pron. — Se donner d e l’aplomb.

Degnier, n. m.

Denier. Ex. Le degnier de Saint-Pierre.

Dégniasier, v. a.

Déniaiser. Ex. D’où viens-tu, tu n’es pas encore dégniaisê ?

Dégniaiser (se), v. pron.

Acquérir de l’intelligence en vieillissant.

Dégobillage, n. m.

Verbiage. Ex. As-tu entendu le discours de cet orateur ? Quel dégobillage f

Dégobiller, v. n.

— Parler mal. Ex. C’est un bavard qui ne cesse de dégo biller sur mon compte.

Vomir abondamment, rejeter ce que l’on a gobé.

Dégoiser, v. n. — Parler mal avec force et volubilité.

Dégommer, v. a.

Dessoûler. Fatiguer, épuiser. — Travailler à donner à quelqu’un l’expérience qui lui man que due à son manque d’intelligence. (B. P. F.)

Dégonfler, v. a.

Percer à jour l’orgueil ou la vanité d’un individu.

Dégorger, v. a.

Forcer à payer une forte somme. Ex. Je lui ferai bien dé gorger les cinq mille piastres qu’il me doit.

Dégosiller, v. n.

Etouffer. Vieux mot français qui signifie égorger.

Dégoter, v. a.

Chasser, perdre sa place. Expression très ancienne, même en Canada. Elle est française, d’après le Courrier de Vaugelas. On la trouve dans la correspondance de Vol taire, dans lettré, mais non pas dans le Dictionnaire de l’Académie.

Dégoiser.

Dégouailler, v. n. — Déblatérer.

Dégoubiller, v. n. — Dégobiller.

Dégouquière, n. f. — Gouttière.

Dégourmer (se). — Jeter sa gourme.

Dégoût, n. m.

Avoir le dégoût, se dit d’une femme mariée incapable de prendre des aliments sans les vomir aussitôt.

Dégoûtation, n. f. — Qui cause du dégoût.

Dégoûté, adj.

Difficile. Ex. J’aime beaucoup les huîtres, les pâtés de foie gras aux truffes. — Tu n’es pas dégoûté !

Dégouttière, n. f.

Gouttière. Ex. Prends garde aux dégouttières, tu vas abî mer tes hardes.

Dégrader, v. a. et n.

Dépasser. Ex. Veux-tu te laisser dégrader f Sinon va plus vite. Etre arrêté sur la route. Ex. Je n’ai pu arriver à l’heure, j’ai été dégradé par la neige. Entraîner par le vent, les courants. (Se dit d’une cha loupe).

Dégrader (se), v. pron.

Tomber par morceaux. Ex. L, e mortier se dégrade d’après la maison.

Dégraisser, v. a.

Voler. Ex. Il s’est fait dégraisser de la belle façon par des voleurs.

Dégraisser (se), v. pron.

Se mettre au beau. Ex. Le temps se dégraisse.

Dégras, n. m.

Rebut. Ex. Jette-moi cela au dégras, ça ne vaut plus rien. Déchets. Dans l’ancien français, dégras signifiait j’aie, plaisir, bom bance.

Dégreyer, v. a.

— Dégarnir. Ex. Marie, dêgreye la table, le dîner est fini. — Enlever les habits. Ex. Dégreyer les enfants.

Dégreyer (se), v. pron.

— Se dévêtir. Ex. Dégreyez-vous, Monsieur, vous êtes le bienvenu chez moi.

— Se défaire^peu à peu de ses meubles. Ex. Pierre descend la côte, il se dêgrcye peii à peu de son ménage.

Dégriller, v. a. — Enlever le Mie sur la peau.

Dégrimoner, v. u. — Médire, déblatérer.

Dégrimoner (se), v. pron. Se défendre avec vivacité, se débattre vivement.

Dégripper (se), v. pron. — Guérir de la grippe. Ex. Enfin me voilà dégrippé, après quinze jours de maladie. — Se tirer d’affaires.

Dégroûler, v. n.

Dégringoler, descendre rapidement d’un arbre.

Déguarpir, v. a. et n. — Déguerpir.

Dégueuler, v. n.

Bavarder. Vomir à pleine bouche. Dégueuleur, n. m. — Bavard de bas étage.

Déhaler, v a.

Tirer d’embarras. Ex. Déhaler quelqu’un d’une mau vaise affaire. Tirer. Ex. Déhaler une jambe enfoncée dans la neige, dans la boue.

Déhaler (se), v. pron.

Se tirer d’embarras. Ex. Déhale-toi comme tu pourras.

Déhancher (se), v. pron.

Se donner un tour de reins.

Dehors, adv. — Marcher dehors, sortir. Ex. Azor, marche dehors. Dehors, adv.

Dehors. Ex. Toi, sors dehors au plus coupant.

Dehors (en) de, loc adv.

Hors de. Ex. Je travaille en dehors des heures de bu reau, afin de réparer le temps perdu. En sus de. Ex. Je travaille en dehors de mes heures de bureau, quoique je n’y sois pas obligé. En cachette. Ex. Moi, je ne fais rien en dehors de mon associé. DUS CANADIENS-FRANÇAIS 227 Déjà, adv.

D’ailleurs. Ex. Vous n’êtes pas déjà si drôle. Déjeter, v. a.

Rejeter, mépriser. Ex. Etre de jeté du public.

Déjener, d’jeûner, v. n. — Déjeuner.

Déjeun-ner, v. n. — Déjeuner. Déjeviller, v. a. — Oter la cheville, décheviller.

Déjointer, v. a. — Déjoindre. Ex. Déjointe tes doigts, ta pri ère est finie.

Déjointer (se), v. pron. Déjoindre, disloquer. Ex. Je me suis dé jointe le pouce en jouant.

Déjouquer, v. a. et n.

Faire sortir du juchoir, déjucher.

Déjuiller, v. a. — Enlever la cheville, décheviller.

Délabre (en), n. m. — Délabré, en ruine. Délacer, v. a. — Délacer.

Délibéré, adj.

Disposé, décidé à faire une chose. Débarrassé, libre de toute occupation. Ex. Quand tu seras délibéré, tu viendras me voir.

Délibérer, v. a. — Donner la liberté, libérer.

Délibérer (se), v. pron. — Se libérer. Délicatesses, n. f. pl. Friandises. Ex. N’abuse pas des délicatesses, tu vas te bri ser l’estomac.

Délicat, e, adj. Difficile à nourrir. Ex. Cette personne est bien délicate, elle ne mange de rien.

Délicatesse (en), loc. — Dans une position délicate. Ex. Je suis en délicatesse avec mon vieil ami.

Délécher (se), v. pron.

Se passer la langue sur les lèvres avec délectation, après avoir bu une liqueur excellente, ou après avoir mangé un bon mets.

Délier, v. a. — Délayer. Ex. Délier de la peinture. 228 LE PARLER POPULAIRE Déligner, v. a.

Ligner, désigner par un trait. Ex. Toi, Baptiste, tu vas dêligner la planche, c’est-à-dire marquer par un trait au crayon la partie qui doit être enlevée par la hache, la scie ou l’égohine.

Délivrer, v. a. (Angl.) — Délivrer un discours, prononcer.

Déloquer, v. a. (Angl).

Desserrer une forme. (Terme d’imprimerie.)

Délurer, v. a. — Déniaiser.

Délurer (se), v. pron. — Prendre de l’aplomb, de l’expérience.

Demage, d’mage, n. m. — Dommage.

Démailler, v. u.

Echapper des mailles d’un filet. Ex. Le poisson démaille souvent.

Démaller, v. a.

Ouvrir une malle. Ex. Démaller un sac de poste. Assortir les lettres dans un bureau de poste.

Démancher, v. a.

Luxer, disloquer. Ex. J’ai un bras démanché. Dénouer. Ex. Cette corde est difficile à démancher.

Démancher (se), v. pron.

Se mettre vigoureusement à l’ouvrage. Ex. Pierre s’est mis à la besogne avec ardeur, évidemment il se démanche. S’agaillardir. Se dévêtir. Ex. Démanchez-vous au plus vite, nous allons dîner. Se luxer un membre. Ex. Se démancher un bras, une jambe.

Démanchure, n. f. — Dislocation d’un os.

Demande, n. f.

Faire la grande demande, demander une fille en mariage.

Demande (belle), n. f.

Demande inutile. Ex. C te belle demande ! Libelle demande !

Demande (à), loc adv. — Au fur et à mesure. Ex. Si tu as besoin d’argent, tu en auras à demande, tant que tu en voudras, mais de mande-le. des canadip ; ns-f eançais 229 En abondance, au gré de la personne. Ex. Comme tu n’es pas économe, je t’enverrai de l’argent, mais seulement à demande. Demander, v. a. Demander des questions, poser. Ex. Ne nie demaude pas de questions, je ne te répondrai point. Demander après quelqu’un, s’informer de quelqu’un avec espoir de le rencontrer. Paire demander quelqu’un, le faire venir. Deviander pour une soirée, inviter. — Demander à ce que, demander que. Démangeaison, n. f. Grande envie. Ex. Avoir une grande démangeaison de parler. Démanger, v. n. Avoir une forte envie. Ex. La main me démange, j’ai envie de te frapper. La langue me démange, j’ai envie de parler. Démarcher, v. n. Marcher d’une façon inusitée, comme un enfant qui n’est pas sûr de ses jambes. Démarrer, v. a. et n. Défaire, détacher. Ex. Démarre mes souliers. Partir, s’en aller. Ex. Il ne démarre pas de là. Démêler, v. a. — Mélanger en délayant. Ex. Démêler de la fleur avec de l’eau. Mettre les cheveux en ordre au moyen d’un démêloir. Démêler (se), v. pron. Se peigner au moyen d’un démêloir. Se tirer d’embarras. Déméliorer, v. a. — Détériorer. Démélouer, n. m. — Démêloir. Démembrer (se), v. pron. S’agiter les bras d’une manière exagérée durant la marche. Démenabie, adj. Qui est susceptible d’être guidé. Ex. Cet homme n’est pas dêmenable. 230 LE PARLER POPULAIRE Déménager, v. a. Perdre la raison. Ex. Chez ce vieux-là, c’est la raison qui déménage. — Jeter à la porte. Ex. Tu ne paies pas ton loyer, déménage, et tout de suite. Démence (en), loc. En décrépitude, en ruines. Ex. Cette maison est en démence.

Déménuer, v. a. et n. — — Diminuer.

Déménution, n. f. — Diminution.

Demeurance, n. f. — Demeure.

Demeurant (le), n. m.

Le reste, ce qui reste.

Demeure (à), loc.

— Bien fait, solidement. Ex. Cet ouvrage est fait à de meure. — Tout à fait, absolument. Ex. Pierre est bête à demeure.

Demeure (en), loc.

En position. Ex. Je ne suis pas en demeure de faire cela. Bossuet a dit:Je n’étais pas en demeure de ce côté-là, pour en retard. Demiard, n. m. Mesure de liquides équivalant â une derni-chopine. En roman, il y a le mot demion qui y correspond.

Demi-lune, n. f. — Table demi-ronde.

Demi-voix (à), loc. — A mi-voix.

Demoiselle, n. f.

Libellule. Fille. Ex. Comment se porte votre demoiselle ? Grosse demoiselle, demoiselle du grand monde, de qualité. Demoiselle à la mode, même sens.

Démon, n. m.

— Génie. Ex. C’est un bon démon qui m’a soufflé cette idée. — Etre en démon, fâché, irrité.

Démonne, n. f. — Femme maligne.

Démontant, adj.

Décourageant. Ex. Il pleut toujours, c’est démontant. DES CANADIENS-FRANÇAIS 231 Démonter (se), v. pron. Se décourager. Ex. Inutile de se démonter pour si peu de chose.

  • Demurrage, (m. a.)

Surestarie. Nombre de jours en plus des estaries donnant droit à une indemnité pour le fréteur. Estarie est le laps de temps stipulé pour le déchargement d’un navire de commerce. Dénarfer, v. a. Anglaiser, enlever â un cheval les muscles abaisseurs de la queue, pour qu’elle se tienne dans une position horizontale. D’en face, loc. En face. Ex. Je viens de louer la maison den face. Dénicher, v. a. — Faire sortir du lit. Dénicheter, v. a. — Dénicher. Dénicheux, n. et adj. — Dénicheur. Denner, v. a. Donner. Ex. Denne-moi donc la main, denne-\vâ une place dans ta voiture. Dénouable, adj. — Qui peut être dénoué. D’en par, loc. prép. A partir de. Ex. D’en par ce jour, je cesse de te considérer comme mon ami. D’en par ici, loc. adv. Par ici, ici. Ex. Tournons d’en par ici. D’en par où, loc adv. Où. Ex. D’en par ou m’arrêterai-je de marcher ? D’en par là, loc. adv. Parla, là. Ex. Finissons-en d’en par là. Dent, n. f. Honnête jusque dans les dents, très honnête. Avoir la gale aux dents, avoir toujours faim. En France on dit n’avoir pas la gale aux dents pour signifier la même chose. Avoir une dent contre quelqu’un, avoir de la rancune. — Montrer les grosses dents, parler sévèrement. Dent de cheval, n. f. — Grain de maïs durci.

232 LE PARLER POPULAIRE

Dent de chien, n. f.

Dent censée devoir pousser chez les enfants qui se refusent de faire extraire leurs dents. Si Une dent tombe d’elle-même, le premier chien qui passe l’avalera, et alors la dent perdue sera remplacée par une dent de chien.

Dent de chien, n. f.

Dent censée devoir pousser chez les enfants qui se refusent de faire extraire leurs dents. Si une dent tombe d’elle-même, le premier chien qui passe l’avalera, et alors la dent perdue sera remplacée par une dent de chien.

Dent de l’œil, n. f. — Œillère.

Denté, e, adj.

Endenté. Ex. Une personne mal dentée, c’est pas beau.

Dentelé, part. pass.

Garni de dents. Ex. En voici un qui est bien dentelé, il a des dents plein la bouche.

Dentisse, n. m.

Dentiste. Ex. Le docteur Linguet est un bon dentisse, il vous arrache les dents en criant ciseau.

  • Dentisterie, (Angl.) — Art du dentiste.

Dénué, part. pass.

Dépourvu d’esprit. Ex. Jean n’est pas bête, je t’assure qu’il n’est pas dénué autant qu’on le dit.

Déouacher, v. a.

Débucher, faire sortir l’ours ou le castor de sa tannière.

Dépaler (se), v. pr.

Se mettre à l’œuvre avec beaucoup d’entrain. Ex. Enfin, il s’est dépalé, il travaille comme un nègre.

Ce mot doit se dire d’un navire entraîné hors de sa route par les vents ou les courants.

Dépareillé, adj. part.

— Qui n’a pas d’égal. Ex. J’ai un remède dépareillé pour la migraine.

— Déparié. Ex. Un bas dépareillé.

Déparler, v. n.

— Délirer, dire des choses insensées. Ex. Ce fiévreux déparle, c’est grave.

— Ecorcher les mots. Ex. Qu’as-tu à déparler ?

S’emploie en France pour dire d’un individu qu’il discontinue de parler.

Département, n. m.

— Comptoir. Ex. Le département des tailleurs.

— Rayon. Ex. Le département des modistes.

Dépasser, v. a.

Désenfiler. Ex. Mon fil est dépassé.

  • Dépêche des affaires, n. f.

Expédition. Ex. Nous allons avoir une session pour la dépêche des affaires. (Angl.)

Dépeindre, v. a.

Peindre, dessiner. Ex. C’est un bon peintre que Charles, il dépeint les oiseaux à merveille.

Dépeinturer, v. a. — Enlever la peinture.

Dépendeux d’andouilles, n. m.

Homme de très haute taille et dégingandé, niais.

Cette locution vient de ce que, chez les charcutiers, les andouilles sont ordinairement accrochées assez haut. Commune dans les environs de Montréal.

  • Dépendre sur quelqu’un, loc.

Compter sur. Ex. Puis-je dépendre sur toi pour ce montant-là ? (Angl).

Dépenillé, adj. — Dépenaillé, en loques.

Dépeniller, v. a. — Effilocher, échiffer.

Dépense, n. f.

Consommation. Ex. J’ai fait assez de beurre pour ma dépense de l’hiver.

Dépense (de), loc.

— Dépensier. Ex. J’ai un garçon de dépense, c’est un usurier.

— Coûteux. Ex. J’ai une servante de dépense, il y a du gaspille quelque part.

Dépenser, v. a.

Consommer, en parlant de la nourriture du bétail. Ex. Les chevaux dépensent beaucoup d’avoine durant l’hiver.

Dépester, v. a.

Débarrasser. Ex. Enfin, nous sommes dépestés des maringouins.

Dépigeonné, v. a. — Délivré d’un prétendu sort.

Depis, d’pis, prép.

Depuis. Ex. Depis quand es-tu marié ?

Dépitaillé (se), v. pron.

Se démener, se donner beaucoup de peine.

Dépiter, v. n.

Décider. Ex. Es-tu dépité enfin ? la besogne ne manque pas.

Dépiter (se), v. pron.

Se démener. Ex. Tu as beau te dépiter, tu as tort.

Déplacer (se), v. pron.

Fréquenter des personnes qui tiennent un rang inférieur.

Déplanter, v. a.

— Prendre la place. Ex. Antoine a réussi à me déplanter là où j’étais si bien installé.

— Tuer. Ex. J’ai tiré cet oiseau à une grande distance, je l’ai déplanté tout de même.

— Faire tomber, jeter par terre.

Déplet, e, adj.

— Vif, alerte.

— De belle taille.

Dépleumer, v. a. — Déplumer, ôter les plumes.

Déplomber, v. a.

— Faire perdre à une chose son aplomb.

— Déplanter.

— Surplomber.

— Gratter l’intérieur des tripes, pour la confection de la saucisse ou du boudin (B. P. F.)

Déplomber (se), v. pron.

Se donner la diarrhée. Ex. Si tu manges trop de tire, tu vas te déplomber.

Dépoitrailler (se), v. pron.

Se découvrir la poitrine, être mal habillé, sans tenue.

Déposer, v. a.

Déposer de l’argent à la caisse, à la banque. Ex Où déposes-tu ? Je dépose à la Banque Nationale.

Dépôt, n. m.

— Gare, station de chemin de fer. Ex. Y a-t-il bien loin pour aller au dépôt ?

— Endroit, chambre où l’on dépose les objets destinés aux élèves des couvents. Ex. Va aux Ursulines, tu jetteras ce paquet au dépôt.

Dépouillant (en), loc.

— En talus. Ex. Un terrain qui va en dépouillant, en pente.

— Obliquement. Ex. Ce chemin va en dépouillant, descend obliquement.

— Se dit d’une voiture qui glisse sur une pente.

— Se dit de tout objet qui frappe une surface sous un grand-angle d’incidence. (B. P. F.)

Dépouille, n. f.

— Vêtement. Ex. Emporte ta dépouille.

— Rage. Ex. Il fait une vraie dépouille de vent.

Dépourvu, adj. part.

Dépourvu d’esprit. Ex. Cet homme n’est pas très futé, ce pendant il n’est pas complètement dépourvu.

Déprendre (se), v. pron.

Se tirer d’affaire. Ex. Déprends-toi comme tu pourras, tu as des ressources.

De profundi.

De profundis. Ex. Nous allons dire un de profundi pour la défunte.

Depu, prép.

Depuis. Ex. Depu le temps que je te chante cela, ça ne sert à rien.

Député, n. m.

— Sous-chef, suppléant.

— Député-ministre, sous-chef de département.

— Député-shérif, shérif suppléant.

— Député-protonotaire, protonotaire suppléant.

— Député-régistrateur, régistrateur suppléant.

  • Déqualification, n. (Angl.)

Perte de ses droits politiques.

  • Déqualifier, v. a. (Angl.)

Faire perdre à quelqu’un ses droits politiques. Ex. Notre député vient d’être déqualifié pour sept ans.

De quand, adv.

Quand. Ex. De quand tu seras pour venir, tu m’écriras.

D’équerre, loc.

N’être pas d’équerre, être de mauvaise humeur.

De qui, loc. — Qui. Ex. De qui t’a parlé contre moi ?

De quoi, n. m.

— Moyens, ressources. C’est un individu qui a de quoi, on dit même qu’il est très riche.

— Cause, raison. Ex. Je vous remercie de votre cadeau.

— Il n’y a pas de quoi.

De quoi que.

— Qu’est-ce que ? Ex. De quoi qu’il est question ?

Dérail, n. m.

Substances grasses qui entourent le péritoine et les viscères abdominaux. Ex. Quand nous aurons fini d’enlever le dérail, nous ferons nos cortons.

Dérailement, n. m. — Déraillement.

Dérailer, v. n.

— Dérailler, sortir de la bonne voie. Ex. Les chars sont dérailés à Saint-Charles.

— Déraisonner. Ex. Ce pauvre enfant est mûr pour l’asile, il déraile à tous propos.

Dérailler, v. n.

— Enlever le gras du péritoine et des viscères de l’abdomen du gros bétail.

— Déraisonner, divaguer. Ex. C’est une espèce de fou que ce garçon-là, il déraille à tout instant.

Déralingué, adj.

En loques, en grand désordre. Ex. D’où viens-tu, petit coureux de chemins ? vois tes habits, ils sont déralingués. Terme de marine, qui signifie dégarnir de ralingues (une voile).

Dérangement, n. m.

— Maladie particulière au sexe.

— Dispersion des Acadiens en 1755, l’année du grand dérangement.

Déranger (se), v. pron.

— S’enivrer. Ex. Tu bois trop, mon cher, tu es presque constamment dérangé.

— Interrompre son travail. Ex. Ne vous dérangez pas, continuez votre ouvrage.

Déraper, v. a. et n.

— Se sauver à la hâte. Ex. Je réussirai bien à le faire déraper de là.

— Arracher, détacher l’ancre du fond, afin de permettre au navire de marcher.

Déraquer, v. a. — Sortir de l’ornière. (B. P. F.)

Dérélingué, e, adj. — V. Déralingué.

Dérêner, v. a.

Lâcher les rênes. Ex. Dérêne ton cheval, si tu veux qu’il reste tranquille.

Dergnier, adj. — Dernier.

Dérhumer (se), v. n. — Se désenrhumer.

De rien, loc.

Cela ne compte pas. Ex. Je te remercie de ton obligeance. — De rien.

Dernier des derniers (le), n. m.

Homme de la pire espèce. Ex. C’est un homme vil, voleur, menteur, ivrogne, enfin c’est le dernier des derniers.

Dérocher, v. a.

Enlever les pierres, les roches dans un champ.

Dérougir, v. n.

— Ne pas cesser de boire des liqueurs enivrantes.

— Etre toujours en colère.

Dérouiller (se), v. pron.

— Enlever du gosier les glaires qui le gênent.

— Reprendre l’ouvrage avec plus d’habileté ou d’adresse.

Dérouter, v. n.

— Faire perdre l’habitude. Ex. ça me déroute de changer mes heures de travail.

Dérouter (se), v. pron.

Se déshabituer. Ex. A force de faire de la paresse, tu finiras par te dérouter complètement de l’ouvrage.

  • Derrick, (m. a.).

— Grue, mât de charge.

— Martinet.

Derrière, n. m., prép. et adv.

— Le derrière de l’église, le bas de l’église.

— Se lever le derrière le premier, se lever de mauvaise humeur.

Des, art.

De. Ex. Ce sont là des braves gens.

Dés, art. — Des. Ex. Dés hommes, dés enfants.

Désabrier, v. a. — Oter les couvertures, découvrir.

Désabrier (se), v. pron. — Oter ses propres couvertures.

Désacclimater (se), v. pron.

— Se déshabituer à vivre dans un lieu où l’on se croyait acclimaté. Les Français qui viennent s’établir au Canada s’acclimatent très aisément, mais après douze ou quinze ans, ils paraissent se désacclimater.

Désaccrocher, v. a.

Décrocher. Mot cité par Cotgrave.

Désagraffer, v. a. — Dégrafer.

Désagréiable, adj. — Désagréable.

Désagriabe, adj. — Désagréable.

Désairer, adj.

Qui se perd à travers les pièces d’une maison dont on ignore les êtres. (B. P. F.)

Désamain, adj. — De difficile accès.

Désamain (à), loc. adv.

Qui n’est pas à portée de la main. Ex. Rapproche cette petite table près de mon pupitre; comme elle est maintenant, elle est trop à désamain,

Désamancher, v. a. — Démancher. V. ce mot.

Désamancher (se), v. pron. — Se tirer d’embarras.

Désâmer, v. a.

— Faire mourrir.

— Exténué, à bout de forces.

— Détruire, mettre en pièces. Ex. Désâmer un jouet. (B. P. F.)

Désancanter, v. a.

Relever quelqu’un d’une position oblique.

Désanmârer, v. a. — Démarrer.

De sans, loc.

Locution pour marquer l’oubli ou le manque d’une chose sur laquelle on a droit de compter. Ex. Je lui avais recommandé de m’apporter une boîte de marchandises de la ville, et il est revenu de sans.

Expression usitée en Normandie et citée par Moisy.

Désapareillé, adj. part.

— Déparié. Ex. Mes bas sont tous désapareillés.

— Qui n’a pas son égal. Ex. J’ai à mon service un serviteur désapareillé.

Désarber, v. a. — Redresser (une faux) (B. P. F.)

Désargenté, adj. p. — Etre à court d’argent.

Désarranger, v. a. — Déranger, changer de place.

Désarter, v. n.

— Défricher, abattre le bois dans les forêts.

— Déserter. Ex. Un écolier qui désarte du collège.

Désattacher, v. a. — Détacher.

Désatteler, v. a. et n.

— Dételer.

— Cesser tout travail (figur.)

Désavenant, adj. — Pas agréable, pas avenant.

Désavisser, v. a. — Dévisser.

Descendable, adj.

Qui peut être descendu. Ex. Cette valise est trop pesante, elle n’est pas descendable dans un escalier.

Descendre, v. a.

Aller en aval du fleuve Saint-Laurent. Ex. Descendre de Québec à Cacouna, de Cacouna à Matane.

Désembourber, v. a.

Tirer d’un tas de neige le cheval embourbé.

Désembourbé (se), v. pron.

Se tirer d’un embarras causé par un amoncellement de neige.

Désemmancher, v. a. — Enlever la manche d’un habit.

Désemmancher (se), v. pron.

Enlever ses habits extérieurs.

Désempailler, v. a. — Dépailler, dégarnir de sa paille.

Désempaqueter, v. a. — Dépaqueter.

Désempester, v. a.

Enlever les mauvaises odeurs. Ex. Désempester une chambre de malade.

Désempêtrer, v. a. — Dépêtrer, délivrer.

Désempigeonner, v. a. — Enlever un sort.

Désempiler, v. a. — Enlever les pièces de bois mises en pile.

Désencadrer, v. a. — Enlever le cadre d’un tableau.

Désencaisser, v. a. — Décaisser, tirer d’une caisse.

Désencanter, v. a. — Décanter. V. ce mot.

Désencapoter, v. a. — Oter son capot.

Désencapoter (se), v. a. — Se débarrasser de son capot.

Désencarcaner, v. a. — Oter le carcan.

Désencercler, v. a. — Décercler, ôter les cercles.

Désenclaquer (se), v. pron. — Oter ses claques.

Désencorner, v. a. — Décorner.

Désencrasser, v. a. — Décrasser. V. ce mot.

Désendetter (se), v. pron.

S’acquitter de ses dettes. Ex. Je me désendette un peu tous les ans.

Désendiabler, v. a. — Défâcher.

Désenfarger, v. a.

Désentraver, ôter les enfarges à un animal.

Désenfarger (se), v. pron.

Se débarrasser d’un embarras physique.

Désenfourner, v. a.

Défourner, tirer du four. Ex. Désenfourner une cuite de pain.

Désengager, v. a. — Dégager.

Désenganter, v. a. — Oter les gants.

Désenganter (se), v. pron. — Oter ses gants.

Désengendrer, v. a. — Détruire. V. Dégendrer.

Désengerber, v. a. — Défaire une gerbe.

Désengraisser, v. n. — Perdre sa graisse, maigrir.

Désengrener (se), v. pron.

Se débarrasser. Ex. Il se désengrene de ses mauvaises habitudes.

Désenlaidir (se), v. pron. — Devenir moins laid.

Désenneiger, v. a. — Enlever la neige.

Désenrager, v. a.

Remettre quelqu’un en son humeur naturelle.

Désenrouler, v. a. — Dérouler.

Désentasser, v. a. — Détasser.

Désenterrer, v. a. — Déterrer, exhumer.

Désentortiller, v. a. — Détortiller.

Désentourer, v. a. — Changer de milieu.

Désentourer (se), v. pr.

Faire le vide autour de soi.

Désenvelopper, v. a. — Développer.

Désergoter, v. a. — Enlever les ongles d’un porc. Déserrer, v. a. — Déserter.

Désert, n. m.

— Essarts, lieux défrichés.

— Vide. Ex. Faire le désert autour de soi.

Déserter, v. a. — Essarter, défricher.

Déserteux, adj. — Déserteur.

Déshabiller, v. a.

Dire à quelqu’un toutes ses vérités. Ex. Il s’est fait déshabiller, c’est-à-dire qu’il s’est fait dire ses vérités sans en oublier aucune, afin de mettre à nu tous les mauvais côrés de l’individu.

Déshabiller (se), v. pron.

Oter son paletot, son pardessus, son chapeau. Ex. Déshabillez-vous, Monsieur, nous allons faire la partie de cartes.

Désigner, v. a. — Dessiner.

Désoblier, v. a. — Oublier.

Désolé au, loc.

Désolé. Ex. Je suis au désolé de cette affaire épineuse, qui m’arrive comme un coup de tonnerre.

Désorceler, v. a. — Désensorceler.

Désordre, adj. — Sans ordre. Ex. Cette personne est désordre.

Désosser (se), v. pron.

Ouvrir une articulation. Ex. Se désosser le bras, la jambe.

Désoublier, v. a. — Oublier.

Désouler, v. a. — Tirer quelqu’un de l’état d’ivresse.


Désouler (se), v. pron. Revenir à son état normal après l’ivresse.

Despatcheur, n. m. (Angl.)

Expéditeur de train, sur les chemins de fer.

De spère, loc. (Angl.)

Chose dont on peut disposer. Ex. As-tu quelques piastres de spère ?

Dessarte, n. f. — Desserte.

Dessein (sans), loc. adv.

Sans plan arrêté. Le Dr J. —C. Taché a écrit dans sa Légende de Cadieux : « Sans dessein est la traduction d’une expression sauvage qui veut dire sans plan arrêté, sans souci, sans soin, sans but particulier, sans signification. » L’expression paraît assez dans le génie de la langue et dans le caractère du langage canadien, pour qu’elle s’explique sans recourir à une traduction du sauvage.

Dessoler, v. a. — Enlever les fondations d’une maison.

Dessour, prép. Par-dessous. Ex. L’enfant est caché dessour le lit.

Dessous, n. et prép.

— Dessous de plat, garde-nappe.

— Dessous la table, sous la table.

— Prendre quelqu’un par-dessous le bras, marcher bras dessus bras dessous.

Dessous (en), loc. adv.

— En aval. Ex. Rimouski est en-dessous de Québec.

— Hypocrite, sournois. Ex. Cette personne me fait l’effet d’être en dessous.

— Etre en dessous dans une affaire, y perdre de l’argent.

— Etre en dessous dans ses affaires, marcher vers la ruine complète.

— Aller en dessous, marcher vers la ruine.

Dessur, adv.

— Dessus. Ex. Ote-toi dessur moi.

— Sur. Ex. Grimpe dessur le cheval.

Dessus, n. m. et adv.

Sur. Ex. Monte dessus la chaise.

— Prendre le dessus, améliorer son sort matériellement et moralement.

— Dessus de fauteuil, voile de fauteuil.

— Dessus de plat, couvre-plat.

— Dessus d’oreiller, taie d’oreiller.

Dessus (en), loc. adv.

— En amont. Ex. Montréal est en dessus de Québec.

— En voie de prospérité, au-dessus de ses affaires. Ex. Ce marchand est en dessus dans ses affaires.

— Avoir l’avantage. Ex. J’ai changé mon cheval, j’ai en outre donné cinquante piastres de retour, tout de même je suis en dessus.

  • Destitution, n. f. (Angl.) — Misère, dénuement, privation.

Détail (au), loc

En détail. Ex. C’est un marchand qui vend au détail.

Détailleur, n. et adj.

Détaillant. Ex. Un marchand détailleur, qui vend en détail.

Détamer, v. a.

Perdre son étamine par un long usage. Ex. Nos casseroles sont toutes détamées.

Détarauder, v. a. — Enlever le taraud.

Détarder, v. n. — Retarder.

Détargetter, v. a. — Soulever la targette.

Détasser, v. a.

Mettre plus d’espace. Ex. Détasser le foin, les gerbes.

Détasser (se), v. pr.

Faire de l’espace. Ex. Détassons-nous, si nous voulons être plus à l’aise dans nos mouvements.

  • Détectif, n. m. (Angl.)

Agent de police secrète habillé en civil. En anglais, détective.

Dételer, v. a.

— Abandonner son ouvrage. Ex. Dételons, il commence à faire noir.

— S’enfuir, décamper.

— Mourir. Ex. Ce pauvre malade a enfin fini par dételer.

— Faire banqueroute. Ex. Si les affaires continuent à mal aller, je détellerai.

Dételer (se), v. pron.

— Se dévêtir, se dégarnir d’habits. — Se mettre à l’ouvrage résolument et travailler ferme.

Détendre, v. a.

— Enlever du linge tendu à une corde. Ex. Détendre des serviettes, des chemises.

— Défaire une pêche à anguilles, à poisson en général.

Déterrer, v. a.

Tirer de la neige. Ex. Déterre la pelle qui est quelque part dans le banc de neige.

Déteurdre, v. a. — Détordre. Ex. Déteurdre une corde.

Déteurdre (se), v. pron.

Se tordre. Ex. Il s’est déteurd les reins, le corps.

Déteurse, n. f. — Entorse.

Détiédir, v. n. — Refroidir, rendre tiède.

Détieindre, v. a. — Détenir.

Détorse, n. f.

Entorse. Ex. Je me suis donné une détorse en débarquant de voiture.

Détour, n. m.

Tour, moment. Ex. A quelque bon détour, j’irai vous faire une visite.

Détraqué, n. et adj.

Fou, névrosé. Ex. C’est un détraqué de la pire espèce.

Détraquer, v. n.

Avoir l’esprit dérangé. Ex. Il est de plus en plus évident que ce vieux-là détraque.

Détraquer (se), v. pron.

Se démantibuler. Ex. Mes meubles vieillissent, plusieurs se détraquent.

Détremper, v. a.

Délayer. Ex. Allons, Justine, détrempe de la farine pour nous faire des crêpes.

Détruiraient, n. m. — Détriment.

Détruire (se), v. pr. — Se suicider, s’ôter la vie.

Dette, n. f.

Créance. Ex. Une dette privilégiée.

Deuce, adj.

Deux. Ex. Comptons nos piastres ensemble : une, deuce, froisse.

Deuel, n. m. — Duel.

Deuil (en), loc.

— Avoir les ongles en deuil, non écurés.

Deux, adj.

— Se fendre, se mettre en deux, faire un grand effort, probablement moindre que lorsque l’on se fend en quatre.

— Marcher en deux, marcher en prenant une position très courbée.

Dévaler, v. n. — Descendre. Expression acadienue.

Dévaliser, v. a.

Enlever le contenu. Ex. Des voleurs ont, la nuit dernière, dévalisé les troncs de l’église de Limoilou.

Devant, n. adv. et prép.

— Auparavant.

— Avant. Ex. Devant mon mariage. Devant de consentir à cet arrangement.

— Vent devant, vent contraire.

— J’ai un peu d’argent devant moi, en ma possession.

— S’en aller les pieds devant, mourir.

— Prendre le devant, prendre les devants.

Devant de chemise, n. m. — Plastron.

Devant que de, loc.

Avant de. Ex. Devant que de venir, tu m’avertiras.

Devantière, n. f.

— Tablier de femme.

— Devant d’un édifice.

Devanture, n. f.

— Devant, partie antérieure d’une personne ou d’une chose. Ex. Mon enfant, tu as sali ta devanture. La devanture d’une maison.

— Propriété de grève qui confine à la terre d’un cultivateur. Ex. Veux-tu me louer ta devanture, pour y tendre une pêche ?

Dévargondé, adj. part. — Dévergondé.

Dévelouteré, adj. part.

Ex. Avoir les boyaux dévelouterés, avoir la muqueuse intestinale enflammée, rugueuse.

D’venir, v. n.

— Venir. Ex. D’où ce que tu d’viens, petit coureux de chemins ?

— Arriver justement. Ex. As-tu été faire ma commission ?

— Oui, j’en d’viens.

Devers, prép.

Vers. Ex. J’irai vous voir devers la Toussaint.

Déviander, v. a. — Enlever la viande d’un os.

Dévider, v. a.

— Dévider son peloton, son chapelet, dévider toute la série des choses qu’on a à dire.

Dévidoir, n. m.

Homme loquace, qui parle avec une grande volubilité. Ex. Cet orateur parle comme une machine, c’est un véritable dévidoir.

Dévidois, n. m. — Dévidoir.

Dévidoué, n. m. — Dévidoir.

Devinade, n. f. — Devise, énigme, charade.

Devinaille, n. f. — Devise.

Devine, n. f. — Devise.

Devinette, n. f. — Enigme.

Dévirage, n. m.

— Détour d’un chemin.

— Action d’aller et revenir dans une direction opposée.

Dévirer, v. a.

— Détourner. Ex. Il ne dévire pas les yeux de dessus son livre de messe.

— Changer de direction. Ex. Nous dévirerons au coin de la rue du Trésor.

— Mettre sens dessus dessous. Ex. Dévirer une pierre, une pièce de bois.

— Revenir sur ses pas. Quand tu seras rendu au parlement, tu. dévireras, et tu me rencontreras ici même.

— Retourner. Ex. Dévire tes poches à l’envers.

— Renverser. Ex, Nous nous sommes pris à brasse-corps, et je l’ai déviré en deux temps et trois mouvements.

Dévirer (se), v. pron.

— Se retourner. Ex. Dévire-toi d’abord, pour voir si ton habit te fait bien.

— Se renverser en luttant.

Déviron, n. m. — Détour.

Dévisager, v. a.

— Envisager. Ex. Qu’as-tu à me dévisager de pareille façon ?

— Répugner. Ex. Cet individu me dévisage, j’en ai peur.

Dévisager (se), v. pron. — Se battre.

Devoir (en), loc.

— De service. Ex. Je suis en devoir ce matin, je ne pourrai pas m’absenter.

— En faction. Ex. Je suis en devoir comme sentinelle à laporte Saint-I/Oîiis.

— En train de. Ex. Je suis en devoir de travailler à mon dictionnaire.

Dévoration, n. f.

— Désir. Ex. Quelle est tout d’un coup cette dévoration d’aller te promener ?

— Démangeaison. Ex. Qu’est-ce que j’ai sur la tête depuis deux jours ? c’est une vraie dévoration.

Dévorer, v. a.

— Dire des paroles dures. Ex. Prends garde de me dévorer, avec ta manière de dire les choses.

— Démanger. Ex. J’ai une puce qui me dévore le dos.

Dévorer (se), v. pron.

Se briser l’épiderme avec les ongles. Ex. J’ai une puce entre les deux épaules, je me dévore à force de me gratter.

Dévôtieux, adj.

Qui inspire la dévotion. Ex. Crois-tu que la chapelle du Sacré-Cœur est dévôtieuse !

De vrai, loc. adv.

Tout de bon. Ex. Dis-tu ça pour de vrai ?

  • Déwasher. (Angl.) — Enlever les rondelles (washer).

D’heure (être), loc.

Le temps est arrivé.

Dia, int.

Cri pour faire aller les chevaux à gauche. En Bretagne, c’est pour les faire aller à droite. Dia, mot grec, signifie à travers, de côté.

Nous prononçons guia.

Diablant, adj.

Contrariant, embêtant. Ex. C’est bien diablant, il faut que je paie les dettes de mon frère.

Diable, n. m.

— Petit véhicule basculant sur deux roues, qui sert à charger et décharger des bagages, des marchandises. Ceux qui le traînent, tirent évidemment le diable par la queue, et comme ce métier n’a jamais dû être bien lucratif, peut-être est-ce lui qui a donné lieu à la locution tirer le diable par la queue, c’est-à-dire être dans un état voisin de la misère.

— Etre en diable, être furieux.

— Parler au diable, être dangereux.

— Se vendre au diable, se tirer aux cheveux.

— Aller au diable au vert, s’en aller très loin. En France, on dit aller au diable Vauvert.

— Avoir le diable au corps, être malin, rusé.

— C’est le diable à faire, c’est une chose bien difficile à faire.

— Que le diable t’emporte, va-t-en.

— Le diable s’en mêle, tout conspire contre mon affaire.

— Il y a du diable là-dedans, il y a du mystérieux et du mauvais.

— Le diable et ses morts. Ex. Il n’y avait pas de monde le diable et ses morts, c’est-à-dire pas beaucoup de personnes.

— Faire le diable à quatre, faire beaucoup de bruit.

— Envoyer au diable, à tous les diables, congédier vivement.

— Le diable bat sa femme, il pleut et il fait soleil en même temps.

— Le diable est aux vaches, il y a du malheur ou du dommage, l’affaire ne va pas bien.

— Le diable n’est pas pire, le diable n’agit pas autrement.

— Méchant comme sept fois le diable, impossible d’être plus méchant.

— Loger le diable dans sa bourse, être dans la misère.

— Que le diable m’ampue (m’ampute), que le diable m’emporte.

— Pas diable, pas extraordinaire. Ex. Du vin qui n’est pas diable.

Diable (bon), n. m.

Une assez bonne personne. Ex. C’est un bon diable, ne lui faisons pas de mal.

Diable d’homme, n. m. — Homme rusé, subtil.

Diable incarné, n. m.

Méchant. Ex. C’est le diable incarné que cet animal-là.

Diable (mauvais), — Très méchant homme.

Diable (pauvre), n. m.

Misérable. Ex. Lâche-le, ce pauvre diable.

Diable (petit), n. m. — Enfant espiègle.

Diable (un), loc adv.

En quantité. Ex. Il y a, cette année, des pommes un diable.

Diable (que le), loc.

Beaucoup. Ex. Ce monsieur mange que le diable.

Diablement, adv.

Beaucoup. Ex. Louis est diablement embêté.

Diâbler, v. a.

Endiabler. Ex. Ne me fais pas diâbler de la sorte.

  • Diamond, daïa-meunde, (m. a.)

Diamant, 3 points. (T. d’imp.)

  • Dickey, di-kê, (in. a.) — Chemisette, plastron.

Dicter, v. a.

Rédiger. Ex. Moi je ne suis pas capable de dicter une lettre comme il faut.

Différence, n. f.

Différend. Ex. Si tu veux, nous allons partager la différence d’en par la moitié.

Différencer, v. a.— Différencier.

  • Difficultés (en), loc.

— Dans une grande gêne. Ex. Notre fournisseur est en difficultés depuis ce matin.

— De l’anglais to be in difficulties, être gêné en affaires.

Difformer, v. a.

Déformer. Ex. Tu as difformé ton chapeau.

Digérable, adj. — Facile à digérer.

Digession, n. f. — Digestion.

Dimanche, n. m.

Faire ses beaux dimanches de quelque chose, c’est-à-dire conserver soigneusement quelque chose pour s’en servir dans les circonstances solennelles.

Diminuer, v. n.

S’en aller vers la tombe. Ex. Notre malade diminue vite.

Dinde, n. m.

— Personne peu intelligente. Ex. Les dindes de la Malbaie. Sobriquet qui n’a plus sa raison d’être.

— Dinde, n. f. Ex. A Noël, nous mangerons un beau gros dinde. Le mot dinde, pris au masculin, semble vouloir aujourd’hui. L’Académie réglera le litige.

Dindon, n. m.

Homme borné. Ex. C’est un gros dindon.

Dindonne, n. f.

Femme d’une intelligence bien médiocre. Ex. C’est une grosse dindonne.

Dîner avec, loc.

Manger. Ex. J’ai dîné avec un homard, aujourd’hui vendredi.

Dîner par cœur. — Se passer de dîner.

Dint, n. f. — Dent.

Dire, v. a.

— Plaire. Ex. J’ai voulu envoyer Pierre aux Pageants, mais ça ne le lui disait pas.

— Ecouter. Ex. Dis donc, qu’est-ce que tu me veux ?

— Cela ne me dit rien, cela ne me tente pas.

— Si le cœur vous en dit, si cela vous plaît.

— Je ne te dis que cela, le reste serait superflu.

— Dire du contraire, contredire.

— Il n’y a pas à dire, malgré tout.

Dire (pour), loc.

— Pour ainsi dire. Ex. As-tu pris de l’argent dans mon porte-monnaie ?

— Presque pas, pour dire.

— Pour parler. Ex. Ce que je te dis, c’est rien que pour dire.

  • Directoire, (Angl.) — Almanach des adresses.
  • Directory, teuré, (m. a.) — Almanach des adresses.

Disable, adj.

Qui peut être dit sans blesser la morale. Ex. Il m’a raconté des choses qui ne sont pas disables.

  • Discarter, v. n. (Angl.) — Ecarter. De l’anglais to discard…

Discompte, n. m.

Escompte. Le mot discompte est français, mais vieilli.

Discompter, v. a. — Escompter.

Disconnecter, v. a. — Enlever la connection.

Discrétionnaire, adj.

Loisible. Ex. Il sera discrétionnaire au directeur de faire comme il l’entendra.

  • Discrimination (sans), loc. (Angl.)

A la légère. Ex. C’est agir sans discrimination que de jouer à la Bourse avec l’argent de ses clients.

Dis donc !

Interpellation pour attirer l’attention. Ex. Dis donc, qu’est— ce que tu me chantes-là ?

Diseur, n. et adj.

Raconteur. Ex. C’est un beau diseur que ce Français qui a donné une lecture à l’Institut-Canadien.

Disez, 2e pers. pl. indic. prés, de dire.

Dites. Ex. Qu’est-ce que vous disez-là. ?

  • Disgrâce, n. f.

Honte. Ex. C’est une véritable disgrâce que la conduite de ce garçon. (Angl.)

  • Disgracieux, adj. — Honteux. (Angl.)

Disputer, v. n.

Gronder, réprimander. Ex. Ce vieux passe tout son temps à disputer, il gronde toute la journée belle et longue.

Disputer (se), v. pron.

Se quereller, se chicaner. Ex. Crois-tu en bonne vérité que je vas me disputer avec toi pour une blague comme celle-là ?

Disputeux, euse, adj.

Chicanier, grondeur. Ex. Vieux disputeux que vous êtes, allez-vous serrer ?

Disqualification, n. f. ― V. Déqualification.

Disqualifier, v. a. ― V. Déqualifier.

  • Dissatisfaction, n. f. (Angl.) ― Dissentiment.

Dissiper (se), v. pron. ― S’amuser.

Dittel, adv.

Même chose, le ditto des Anglais. Il paraît assez probable que ce mot dittel, dans le langage acadien, est le mot ditto transformé par les Acadien dans leurs différentes migrations.

Divorce, n. m.

— Chicane. Ex. As-tu entendu les chiens hier au soir ? C’était un divorce en règle. — En colère. Ex. Je suis en divorce ce matin, j’ai passé une triste nuit.

Dix, n. m.

Jeu. Variété de whist, où il importe surtout de sauver le dix d’atout, lequel compte dix points. La partie est de 21 points.

  • D’jammer, v. a. (Angl.)

Arrêter par suite de resserrement ou de pression. Ex. Les billots sont d’jammés, la roue de cette voiture est d’jammée. De l’anglais to jam.

D’jaque, n. m. et adj.

Individu à taille élancée. Ex. Voici un grand d’jaque. Vient tout probablement du mot Jack ; peut-être aussi de jaque, juste-au-corps autrefois très porté.

D’mi-carême, n. f.

Mi-carême. Ex. Dans quinze jours, ce sera la d’mi-carême.

Document, n. m.

Personne qui fait montre de connaissances inattendues et même étonnantes pour son âge et sa position. Ex. Sais-tu que ce gas-là, c’est un document ?

Dodicher, v. a.

— Bercer un enfant dans ses bras. — Flatter. Ex. Je n’ai pas besoin d’être dodiché pour faire ce que je dois faire, je suis trop vieux maintenant.

Dodiner (se), v. pron. ― Se dandiner, se balancer.

Doigt, n. m.

— Ne pas faire œuvre de ses dix doigts, ne pas travailler du tout. — Se faire cogner sur les doigts, réprimander. — Mettre le doigt dessus, faire connaître clairement. — Montrer du doigt, marque d’infamie. — Etre unis comme les doigts de la main, grands amis. — Ne pas mettre son doigt au feu, avancer une chose. — Se mordre les doigts, regretter une action. — Se mordre les quatre doigts et le pouce, être très en colère.

Doigte, n. m. ― Doigt. Ex. J’ai mal au petit doigte.

Doler, v. a.

Dégrossir un morceau de bois avec une hache ou un couteau.

Doleur, n. m.

Celui qui dégrossit les troncs d’arbres avec une hache.

Dolures, n. f. pl.

Tout ce qui est enlevé par un instrument tranchant en dolant du bois, menus copeaux.

  • Dollar, (m. a.) ― Piastre.

Dommage (beau), loc.

Certainement, sans aucun doute, pourquoi pas ? Ex. Penses-tu que les fêtes du tricentenaire produiront un bon effet à l’étranger ? ― Beau dommage !

  • Dompleines, n. f. pl. (Angl.)

Pâtisserie faite de pommes entourées de pâte et cuite au bain-marie.

Don, adv.

Donc. Ex. Donne-lui don une claque pour moi, je te la rendrai.

Donaison, n. f.

Donation. Ex. Va chercher le notaire Chambalon, je veux faire une donaison.

Dondaine, n. f. ― Grosse fille ou femme.

Dondine, n. f.

Femme ou fille qui a de l’embonpoint. Ex. Un grosse dondine.

Donner, v. a.

— Prendre. Ex. Il est temps que j’aille donner ma leçon de musique. — Faire. Ex. C’est un pauvre diable, donne-lui la charité. — Abonder. Ex. Le poisson donne beaucoup cette année.

Donner (se), v. pron.

— Faire la donation de ses biens. Ex. Je commence à être vieux, je vais me donner à l’aîné de mes garçons. — Se vendre à très bas prix. Ex. Les fraises se donnent, au marché. — Etre contagieux. Ex. Prends garde d’attraper la picote, car ça se donne. — Se procurer. Ex. C’est un mesquin, il n’est seulement pas capable de se donner un chapeau qui a du bon sens.

Doré, n. m.

Poisson très recherché pour la délicatesse de sa chair. Dans le monde des savants, on l’appelle sauger. Doré est féminin.

Dor et en avant, adv. ― Dorénavant.

Dormants, n. m. pl.

Pièces de bois qui servent d’appui et auxquelles sont fixés les rails de chemin de fer, les traverses.

Dormette, n. f.

Somme. Ex. Fais une petite dormette, mon enfant.

Dormeux, euse. adj.

Dormeur. Ex. Moi, je ne suis pas un gros dormeux.

Dormeur (faire le). ― Faire semblant de dormir.

Dormir, v. n. ― Dormir un somme, faire un somme.

Dos, n. m.

— Epine dorsale du dos, épine dorsale. — Etre renvoyé dos à dos, comme on était auparavant. — Dans le dos ! Non, ce n’est pas cela.

  • Dotche, n. f. (Angl.)

— Ecart. Ex. Une pelote (balle) qui fait une dotche. — Fugue contraire à la règle. Ex. Un écolier qui fait une spécialité de la dotche.

  • Dotcher, v. n. (Angl.)

— Rebondir de travers. Ex. Cette pelote dotche trop, prenons-en une autre. — Prendre des libertés avec le règlement. Ex. Il y a parmi les élèves un certain nombre qui aiment à dotcher, c’est mal. — User de ruses pour s’échapper.

  • Dotcheur, n. m. et adj. (Angl.) ― Elève qui dotche.

Douaine, n. f. ― Douane.

Double, n. m.

— Autant. Ex. Je vais te prêter cent piastres, tu m’en remettras deux fois le double dans deux ans, c’est-à-dire deux cents piastres et non quatre cents, comme le mot double semble l’indiquer. — Epaisseur. Ex. Le docteur a recommandé de mettre sur sa blessure une serviette pliée en quatre doubles.

Double (en), loc.

Courbé en deux. Ex. Marcher en double, quand on a la colique.

Double-châssis ; n. m.

Châssis extérieur pour la saison d’hiver seulement.

Double (lit), n. m. ― Grand lit large.

  • Double sole, sôle, (m. a.)

Double semelle. Ex. Porter des bottes à double sole.

Douce, adj. f.

Se la couler douce, vivre sans travailler.

Douceur (en), loc. adv.

Lentement et avec précaution. Ex. Vas-y en douceur avec cet homme-là.

Douceurs, n. f. pl.

Mets très délicats. Ex. Ce malade ne peut se nourrir que de douceurs.

Doucine, n. f.

Cuir à rasoir. Ex. Prête-moi ta doucine, que je repasse mon rasoir. En bon français, la doucine est un rabot de menuisier servant à faire des moulures concaves par le haut et convexes par le bas.

Douille, n. f.

Sorte de chandeliers accrochés au mur.

Douleureux, adj. ― Douloureux.

Doutable, adj. ― Douteux.

Doutance, n. f.

Doute, soupçon. Ex. J’ai une forte doutance de cette affaire-là.

Doute, n. f. s.

Doute, m. s. Ex. Je n’ai pas la moindre doute.

Doute (en), loc.

Demi-intention. Ex. Je suis en doute si je ferai vendre ma maison.

Doux, adj.

Vendre dans les prix doux, vendre à bon marché.

Douzaine, adj. ― La douzaine du boulanger, treize pains.

Doyon, n. m. ― Doigt de gant. V. Catiche, catin.

D’partir, v. n.

Venir de partir. Ex. As-tu été à ton bureau ce matin ? ― Mais oui, j’en d’pars.

  • Drab, (m. a.) ― Gris brun. Ex. Une robe drab.
  • Draft, drafte, (m. a.) ― Traite, devis, dessin.

Drague, n. f.

Mélange de déchets de cuisine, de lait et d’eau, donné comme mangeaille aux porcs.

Draguer, v. a. ― Donner de la drague.

Dragueur, n. m.

Cage de bois préparé pour la descente des rivières.

Drap de pilote, n. m.

Gros drap épais dont on confectionne les paletots d’hiver.

Drave, n. f.

Dérive. Descente d’un train ou cage de bois dans nos rivières, lorsque les eaux sont grosses.

Draver, v. n. ― Faire la drave.

Draveur, n. m. ― Celui qui fait la drave.

  • Drawback, (m. a.)

Mécompte, inconvénient, désavantage. Ex. Dans toutes ces choses-là, il y a toujours un drawback.

  • Dredge, (m. a.) ― Dragueur.

Drégaille, n. m.

Butin, effets. Ex. Cette famille est partie avec tout son drégaille. En Anjou, on dit drigal pour saint frusquin.

Drégaye, n. m.

— V. Drégaille.

Drès, prép. ― Dès. Ex. Je partirai drès demain.

Dressir, v. a. ― Dresser.

Drette, adj.

Droit. Ex. Il est là planté drette comme un as de pique.

Drette (à), loc. adv.

A droit. Ex. Passe à drette.

Drette (tout), loc.

Tout droit. Ex. Le train est passé tout drette sans s’arrêter.

Drettier, ère, adj.

Droitier, opposé à gaucher. Ex. Une personne drettière.

Drigail, n. m. ― V. Drégaille.

  • Drill, n. m. et f., (m. a.)

— Coutil. Ex. Achète deux verges de drill pour doubler les manches de ton habit. — Foret, mèche. — Exercice militaire. Ex. Mon garçon est parti pour la drill.

Drille, n. m. ― Bon compagnon.

  • Driller, v. a. et n. (Angl.)

— Faire l’exercice militaire. Ex. Nous allons driller, ce soir, au manège. — Commander sévèrement. Ex. Je me suis fait driller par mon père. — Forer, percer la pierre. — Dresser, former. Ex. Nous avons un maître qui sait driller ses élèves.

  • Drill shed, (m. a.)

Manège. Ex. Il y aura, ce soir, une grande soirée musicale au drill shed.

  • Drink, n. m., (m. a.)

Boisson. Vient du vieux mot français drinc.

Driver, v. n.

Aller en tous sens sur un chemin glacé. Ex. Prenons garde de verser, la voiture drive terriblement.

Drogue, n. f.

— Donner de la drogue aux bêtes des forêts. — Faire prendre un remède.

Droguet, n. m.

Etoffe fabriquée à la campagne. Adrien Chabot écrivait, en 1886, dans la Revue des Deux-Mondes : « Droguet, sorte de tissu fabriqué par les tisserands des campagnes, avec la laine des bergers et le chanvre des jardins. » Exactement comme ici, mais en substituant la laine des moutons à la laine des bergers.

Drôle, adj.

— Intéressant. Ex. Cet homme n’est pas drôle. — C’est un rien de drôle, sa conduite est blâmable. — C’est pas drôle, la situation est bien triste. — Un drôle de pistolet, un homme singulier.

Drôle, drôlesse, n.

— Expressions employées par les Acadiens pour désigner le cavalier et sa blonde. — Petit garçon. Ex. As-tu vu passer mon petit drôle ?

Drôle (faire), loc.

Eprouver une sensation curieuse et inaccoutumée. Ex. Depuis que j’ai pris ce remède, ça me fait drôle dans le corps.

Drôleté, n. f. ― Drôlerie.

  • Dross, v. a. ― Donner une dégelée, rosser.

Dru, adv.

Rapidement, avec vitesse. ― Ex. Votre cheval file dru, cocher.

D’sour, prép. ― Dessous.

D’sur, prép. ― Dessus.

Dû, part. passé de devoir.

Devoir arriver. Ex. Le train est dû à dix heures.

  • Dude, doude, (m. a.)

Homme élégant, fashionable, synonyme de petit crevé, en France.

  • Dull, dol, (m. a.)

— Sombre. Ex. Le temps est dull. — Calme. Ex. Le commerce est dull.

  • Dumb-bell, domm-bel, (m. a.) ― Haltère.
  • Dumpling, domm – pling, (m. a.) ― Chausson, pâtisserie. V. Dompleines.

D’un sens, loc.

Sous certains rapports. Ex. J’ai manqué mon voyage d’Europe, d’un sens je n’en suis pas trop fâché.

Dur, n. et adj.

— Foie d’un animal. Ex. Nous allons manger du dur de forçure.

— Difficile. Ex. Les temps sont durs.

— Etre dur à son corps, ne pas regarder à ses peines.

— Un dur à cuire, énergique.

— Dur à la détente, parcimonieux.

— Dur de gueule, cheval difficile à contrôler par les rênes.

— Entendre dur, être presque sourd.

— Dormir dur, profondément.

— Coucher sur le dur, sur la dure.

— Taper dur, taper fort.

— Manger dur, manger beaucoup.

— Le vent souffle dur, violemment.

— Etre dur à son mal, être peu sensible à la douleur.

Durante, prép. ― Durant. Ex. Sa vie durante.

Durceur, n. f. ― Dureté. Durcir, v. n.

Devenir sourd. Ex. Les oreilles lui durcissent, il devient sourd.

Durçon, n. m. ― Homme sévère, qui tape fort.

  • Duster, dosseteur, (m. a.) ― Cache-poussière.