Le Parler populaire des Canadiens français/E

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  D
F  ►


E
Eau, n. f.
Faire l’eau, faire eau. Ex. Notre chaloupe fait l’eau, vite gagnons terre.
Faire de l’eau, faire eau. Ex. Le toit de ma maison fait de l’eau.
Aller faire de l’eau, aller puiser de l’eau dans un tonneau, une barrique, pour abreuver le bétail.
Être tout en eau, avoir très chaud.
S’en aller à l’eau, courir à la ruine.
Tomber de l’eau, uriner.
Eau d’endormitoire, n. f.
Opium, ou tout médicament qui a l’effet de produire le sommeil.
Eau de piaume, n. f.
Opium.
Eau d’érable, n. f.
Sève de l’érable recueillie au printemps, que l’on fait bouillir pour fabriquer le sucre du pays ou d’érable.
Eau de vaisselle, n. f.
Tourner en eau de vaisselle, tourner à rien.
Eau salée, n. f.
Campagnes le long du fleuve Saint-Laurent où l’eau est salée. Ex. Nous irons passer l’été à l’eau salée.
Eau (place d’), n. f.
Station balnéaire. Ex. Cacouna et Malbaie sont deux places d’eau toujours populaires.
Eaux, n. f pl.
Urines. Ex. Être gêné de ses eaux.

Ebaroui, e, adj.

— Cuve, tonneau, tinette dont les douves, contractées par la chaleur, laissent filtrer les liquides. Ex. La tinette au beurre est ébarouie.

— Courbaturé par un coup ou une chute.

Ebasourdir, v. a. — Abasourdir, étourdir par le bruit. Ex. Ebasourdi par un fort coup de canon.

— Consterné. Ex. La nouvelle de cette mort m’a ébasourdi.

Ebergiver, v. a. (Cl). ― Héberger.

Ebouillanter, v. a.

— Infuser, échauder. Ex. Marie, ébouillante le thé.

— Arroser par une évacuation d’urine. Ex. Ce bougre d’enfant m’a encore ébouillantée.

— Nettoyer un baril avec de l’eau bouillante.

— Brûler avec un liquide bouillant.

Eboulis, n. m.

Eboulement. Ex. Il y a eu, cette nuit, un éboulis d’une partie du cap Diamant.

Ebourifflant, e, adj.

Ebouriffant, extraordinaire, incroyable. Ex. Une nouvelle ébourifflante.

Ebouriffler, v. a.

Ebouriffer. Ex. Tu as les cheveux ébourifflés, tu as l’air d’un sarpida.

Ebraillé, e, adj. ― Déboutonné. Ex. Avoir la gorge ébraillée.

Ebrassement, n. m. (Cl.) ― Embrassement.

Ebrèché, adj.

Brèche dans un ratelier. Ex. Cet enfant a la bouche ébrèchée.

Ebrècher (s’), v. pron.

Se faire rouler. Ex. Cette affaire est trop difficile à régler pour lui, il va certainement s’ébrècher.

Ebriter, v. a. ― Ebruiter.

Ebruter, v. a. ― Ebruiter.

Ecale, n. f.

— Coquille. Ex. Cet œuf a l’écale bien tendre, il doit être frais pondu.

— Ecaille. Ex. Va jeter les êcales d’huîtres dans la cour.

Ecaler, v. a. — Ecosser. Ex. Ecaler des pois, des fèves.

Ecarde, n. f. — Carde, brosse garnie de pointes métalliques.

Ecardée, n. f.

Cardée, quantité de textile qu’on prend à la fois entre deux cardes.

Ecarder, v. a.

— Carder, peigner, démêler la laine avec des cardes.
— Battre, frapper à la tête, au sens figuré.
De Gaspé a écrit êcardit pour êcarda.

Ecardeur, euse, n. m. et f.

Cardeur, une personne qui carde. Ex. Une êcardeuse de matelas.

Ecartade, n. f. — Incartade, folie, extravagance.

Ecartant, e, adj. Endroit où l’on s’écarte facilement. Ex. Montréal n’est pas une ville aussi écartante que Québec.

Ecarter, v. a.

Egarer, perdre. Ex. J’ai écarté mon parapluie.

Ecarter (s’), v. pron.

— S’égarer, se perdre dans une forêt, dans une ville.
— Se fourvoyer. Ex. Pierre vieillit, il lui arrive parfois de

s’écarter.

Ecartiller, v. a.

Ecarquiller, écarter. Ex. Cesse donc à.’ecartiller les
jambes.
Ouvrir grand. Ex. Ecartille donc les yeux, si tu veux
bien voir.

Ecartillement et ecartiller étaient autrefois en usage, en France.

Ecartiller (s1), v. pron.


S’ouvrir, s’écarter. Ex. S’écartiller les yeux, les jambes, les bras.

Echaffourée, n. f.

Echauffourée, esclandre. Le véritable sens du mot est une réunion où l’on se dispute beaucoup, sans grands résul t ats.
DES CANADIENS-FRANÇAIS 263

Echalote, n. f.

Partir en baie d’échalote, partir à la course.
Passer en baie déchalote, passer rapidement.

Echange, n. f. Echange, n. m. Ex. J’ai fait là une bonne échange.

Echangeage, n. m. — Essangeage, action d’essanger.

Echanger, v. a.

Essanger, passer à l’eau du linge sale avant de le mettre à la lessive.

Echantillon, n. m. — Echantillon.

Echantion, n. m. — Echantillon.

Echappe, n. f.

Echarde, petit fragment d’un corps quelconque qui est
entré dans la chair.
Déversoir, endroit par où s’épanche l’excédent de l’eau
d’un marais, d’un étang.

Echappée, n. f. Moment d’abandon. Ex. Cet écolier a fait un mauvais coup, mais ce n’est qu’une échappée.

Echapper, v. a.

— Laisser échapper. Ex. Il a échappé le cheval en le menant
à l’écurie.
— Laisser tomber. Ex. J’ai échappé mon chapeau au vent.

Echardronner, v. a. Echardonner, arracher les chardons d’un jardin, d’un champ.

Echarogner, v. a.

— Briser à la surface. Ex. Le pain est tout êcharognê.
— Couper mal. Ex. Echarogner un rosbif, la barbe, les
cheveux.

Echarognure, n. f. — Déchirure, écorchure.

Echarpe, n. f. — Echarde. V. Echappe.

Echarpe (en), loc. adv.

— Qui dépérit. Ex. Cet enfant est en echarpe.
En pièces, en loques. Ex. J’ai mis mon habit en êckarpe.

Echarpiller, v. a.

Echarper, mettre en charpie. Ex. Echarpiller de la laine.
Maltraiter. 

Echarpir, v, a.

Echarper. Ex. Aujourd’hui, nous allons echarpir ce qui

nous reste de laiue.

Battre. Ex. Cet enfant est si incommode, que j’ai envie
de l’echarpir.

Echauder, v. a. et n.

Attraper. Ex. Je me suis fait echauder de la belle façon.
Infuser. Ex. Marie, tu êchauderas du thé pour le souper.
Brûler au soleil. Ex. Le blé a êchaudé depuis la dernière

pluie.

Echauffaison, n. f.

Pleurésie grave provenant d’un refroidissement, du chaud et du frette ; le chaud-refroidi dans le langage berrichon et angevin. 

Echauffé, e, adj.

Avoir la peau irritée par une légère inflammation, dans les aisselles, dans les plis du cou. Ex. Un enfant échauffé au cou, dans l’aîne.

Echelle, n. f. Echelette. Ex. Nous allons commencer nos foins, prépare la charrette et n’oublie pas les échelles.

Echeniller, v. a.

Critiquer à outrance un ouvrage, un livre.

Echerpiller, v. a.

Echarpiller, echarper, mettre en charpie. D’après Borel, ce mot aurait signifié voler sur le grand chemin.

Echevinat, n. m. — Echevinage, fonction d’échevin.

Echiffe, n. f.

Chiffe, mauvaise étoffe que l’on met au rebut, bouts de
laine hors d’usage.
Chiffons, eu général, vieux morceaux de toile et de coton
qui entrent dans la fabrication du papier de luxe.

Echiffer, v. a.

— Effiler, défaire un tissu fil à fil. Ex. Echiffer une étoffe.
— Echarper. Ex. Echiffer de la laine, du crin.

Echiffoir, n. m.

Peigne dont se servent les cardeurs pour ec hiffer.

Echigné, e, n. et adj.

Personne malingre, souffreteuse. Ex. Ho ! la grande êchi- gnêe, là-bas, tu te meurs !

Echigner (s’)- v. pron. Travailler au delà de ses forces. Ex. Il faut s’échigner pour faire certains ouvrages.

Echiquette (à Y), loc.

Mesquinement. Ex. Payer ses comptes à Vêchiquetie.

Echiquette (en), loc. En échiquier. Ex. Corder le bois en echiquette, faire un plancher en echiquette. V. Achiquette.

Echo, adj. — Sonore. Ex. Le temps est écho aujourd’hui.

Echouer (s1 ) » v. pron.

Atterrir, en parlant des loups-marins qui viennent au
rivage.
Prendre pied. Ex. Comment se fait-il que tu es venu

V échouer chez nous ?

Echoueries, n. f.

Roches que la mer ne recouvre pas, et où les loups-marins

viennent se reposer. Echousser, v. a.

Enlever les souches qui sont restées dans un terrain après qu’on a abattu les aibres.

Eci, écitte, adv. Ici. Ex. Passe par êcitte. — Par écitte nous sommes tous

rouges. Eclater, v. n.
Fondre en larmes. Ex. Quand il apprit la mort de sa mère, il éclata. Eclater, pris absolument, veut dire éclater de rire. 

Eclater (s’). v- pron. — Eclater. Ex. Il s’est éclaté de rire.

Eclipe, n. f. — Eclipse.

Eclôre, v. n. et a. — Eclore.

Ecluse, n. f. Lâcher l’écluse, ne vouloir plus se taire.

Ecocher, v. a.

Détacher les débris de la partie ligneuse du chanvre ou du lin. 

Le vieux mot êcocher signifiait écraser. Ecochoir, n. m.

Instrument dont on se sert pour broyer le lin, le chanvre. Ecochoué, n. m. — Instrument qui sert à écocher. Ecœuranterie, n. f.

Ecœurement. Ex. Quelle écœuranierie que ce cirque ? École (montrer, faire 1’), loc.

Enseigner. Ex. Nous avons une bonne maîtresse, elle

montre bien l’école-

Mettre un enfant aux écoles, l’envoyer à l’école primaire

aux petites écoles. Ecolleter, v. a. — Décolleter. Ex. Une robe êcolletêe. Ecolleter (s’) » v. Pron. — Se décolleter. Econome, n. et adj.

— Econome. Ex. L’économe du séminaire.
— Ménager. Un homme économe.

Ecopeau, n. m. Copeau. Ex. Ramasser des êcopeaux pour allumer le poêle. Ecore, n. f. et adj.

— Accore, berge. Ex. Nous pécherons à la rivière en nous

tenant sur Y êcore. Monet cite le mot escore pour signifier

une côte à pic, taillée à plomb.
— Incliné. Ex. L.es bords de cette rivière sont écores. Ecorner, v. a.
— Blesser. Ex. En voilà toujours bien un à ! écorné.
— Donner des coups en général.

Ecornifler, v. a. Espionner. Ex. Qu’est-ce que tu viens ecornifler ici ? Il n’y a rien pour toi. En France se dit pour voler, rafler à droite et à gauche. Ecornifleux, se, adj.

Ecornifleur, qui fait métier d’espion.
Fureteur.
Ecosse, n. f. — Cosse.

Ecôsser, v. a. — Ecosser. Ecossois, n. et adj. — Ecossais. Ecot, n. m. — Parti. Ex. Un êcot de tire.

DES CANADIENS-FRANÇAIS 267

Ecourté, e, adj.

Trop court. Ex. Une robe écourtêe.
Etre affublé d’un habit trop court. Ex. Une personne

écourtêe.

Ecourtiché, e, adj. Porter un habit trop court. Ex. Une petite fille êcourtichêe.

Ecourtiller, v. a. — Ecourter. Ex. Avoir une mine êcourtillêe.

Ecoute, n. f. Filer grande écoute, aller un train d’enfer.

Ecouter dire, loc.

Ecouter patiemment. Ex. Il m’a parlé pendant une
grosse heure, et je l’ai écouté dire tout le temps sans dire
un mot.
Entendre dire. Ex. Je l’ai écouté dire des choses insen
sées.

Ecouter (s’). v- Pron-

Soigner sa santé, en se croyant plus malade qu’on ne l’est. Ex. Tu t écoutes trop, tu n’est pas aussi malade que tu penses.

Ecquêt, n. m. Acquêt. Ex. Tu as plus d Acquêt d’aller te coucher, il est. tard.

Ecrabouiller, v. a. Ecraser, mettre en bouillie. Forme du vieux français escra- bouiller, acrabiller.

Ecrapoutir, v. a.

Faire succomber dans la lutte. Ex. S’est-il fait ecrapoutir,

ce vilain menteur ? Il a enfin trouvé son maître.

Aplatir et déformer un corps par un choc violent ou une

pression. Ex. J’ai reçu un coup de poing qui m’a êcra-

pouti le nez.

En Anjou, ecrapoutir comporte la même signification.

Ecrapoutir (s’), v. pron.

S’écraser par terre en prenant le moins d’espace possible.
S’effacer devant quelqu’un au point de faire disparaître
sa personnalité.
Se déformer. 

Ecriancher (s*), v. pron. — V. Egriancher.

Ecrire, v. a. Ecrire tme bonne main, avoir une belle écriture.

Ecrit, n. m.

Un papier, un assignation comme témoin, comme juré. Ecrit (mot d’). n - m -

Courte lettre. Ex. Je vous adresse un petit mot d’écrit pour vous faire assavoir as. mes nouvelles, qui sont bonnes, Dieu marci.

Ecrivain, n. m. — Copiste.

Ecrivisse, n. f. — Ecrevisse.

Ecro, n. m. Ecrou de vis. Autrefois êcro se disait.

Ecroît, n. m. Croît, augmentation’ d’un troupeau par la naissance de petits.

Ecruelles, n. f. pl. — Ecrouelles, scrofules.

Ecu, n. m.

Tu as perdu ton êcu, cours après ta piastre, tu as manqué
ton coup, eh bien ! reprends-toi et fais mieux.
Voilà bien le restant des écus, il ne manquait plus que cela.
Furetière, Scarron et Molière ont employé cette expression.

Ecuelles, n. f. — Ecrouelles.

Ecui, n. m. — Etui.

Ecuisser, v. a. Enlever les cuisses d’un animal. Ecuisser est français, et signifie faire éclater le tronc d’un arbre en l’abattant

Ecuisser (s’), v. pron. Se briser les cuisses en tombant. Ex. J’ai rasé m’ecuisser en tombant.

Ecume, n. f. Blanc d’écume, couvert d’écume. Ex. Un cheval blanc d’écume.

Ecumer, v. n.

Se fâcher noir. FYx. y écume rien qu’à penser à cette sale affaire.

Ecumoire, n. f.

Avoir la figure comme une écumoire, avoir la figure marquée par des pustules varioliques.

Ecurer (s’). v - Pron-S’éclaircir, Ex. I,e temps commence à s’écurer.

Ecureu, n. m.

Ecureuil. Ex. Ma foi à’écureu !

Ecureuil volant, n. m. — Polatouche du Canada.

Ecuyer, n. m.

Ce mot était usité dans le pays avant que nous l’eussions traduit de l’anglais. Cugnet et Berthelot, avocats, portaient le titre d’écuyer avant la cession du Canada à l’Angleterre par la France. Cugnet le prend dans son livre, un des premiers imprimés à Québec. Il est vrai que c’était sous le régime anglais. Nous lisons sur le Traité des Hypothèques de Basnage « Henry Basnage, Ecuyer, Avocat au Parlement de Normandie ». Les raisons que l’on donne pour abandonner ce titre, n’ont rien à faire avec la grammaire et l’étymologie. Elles s’adressent au bon goût seulement ; du reste, comme pour le mot Orateur. La question se trouve réglée par la dernière édition lu Dictionnaire de l’Académie. Dans les Registres du Conseil Souverain, plusieurs de ses membres et des parties qui comparaissaient devant lui, sont qualifiés d’écuyers. Le titre n’est donc pas de provenance anglaise. Au contraire, il est très probable que ce sont les Anglais qui l’ont emprunté aux Normands.

Eduquer, v. a. Instruire. Ex. Mon enfant est bien êduquê.

Efface, n. f.

Gomme élastique qui sert à enlever les marques du crayon ou de l’encre.

Effaçoir, n. m. — Gomme élastique.

Effalé, e, adj. — Qui a la gorge découverte, la f aile à l’air.

Effardocher, v. a.

Enlever les fardoches, les broussailles, les jeunes poussesd.es arbres vivants ou morts, essarter.

Effet, o. ni.

Faire effet, produire de l’effet. Ex. Tu me diras si
remèdes ont fait effet.
Faire de Veffet, produire de l’impression.
En effet de, en fait de. Ex. Ce que je préfère en effet de

sucreries, c’est le chocolat.

Si c’est un- effet de votre bonté, si vous avez la bonté.

Effet que (à 1’), loc - Prép-

— Clause statuant telle ou telle chose.
— A savoir, c’est-à-dire.

Effette (en), loc. adv. — En effet.

Effeuiller, v. a.

Feuilleter, tourner les feuillets.

Effieller (s’) v. pron. Se rendre malade. Ex. Cet enfant s’est effieliê en jouant, (comme si le fiel était en cause).

Effilandre, n. f.

Filandre, fibrille qui se rencontre dans une viande coriace.

Effilandrer, v. a. Enlever les filandres.

Effleurer, v, a. Affleurer. Ex. Vois là-bas cette roche qui effleure l’eau.

Effrayable, adj. Effroyable. Ex. Il fait une tempête effrayable.

Effrayamment, adv. — Effroyablement.

Effrayant, adj. part. C’est beau, effrayant, c’est extraordinairement beau, telle ment beau que je suis stupéfié.

Effuser, v. a. Infuser. Ex. Effusez le thé, Marie, et assurez-vous que l’eau bouille à gros bouillons.

Egail, n. m.

Rosée. Mot employé par les Acadiens pour désigner la rosée du matin qui se dépose en gouttelettes sur les feuilles. Egail est cité par Monet dans le même sens. 

Egaler, v. a. Enlever les gales qui se forment sur une plaie, un ulcère.

Egard de (en), loc. adv.

Par rapport à. Ex. En égard de ce que vous m’avez dit, j’y repenserai.

Egarouiller, v. a.

Egaré, troublé. Ex. Il a les yeux égarouillés, comme s’il devenait fou.

Egermer, v. a.

Enlever le germe des pommes de terre. Egoïsse, adj.

Egoïste. Ex. M’en parle pas, c’est un êgoïsse.

Egousiller (s’), v. pron.

S’égosiller. Ex. Voilà un quart d’heure que je m’égousille

à t’appeler.

Egousser, v. a. — Ecosser. Ex. Egousser des pois, des fèves.

Egoutté, e, adj. Lait égoutté, fromage égoutté, lait caillé dont on laisse égout- ter le petit lait.

Egraffigner, v. a. Egratigner. Ex. Il a le visage tout êgraffignê, couvert de blessures occasionnées par des égratignures. Dans l’ancien français, ce mot signifiait écrire mal.

Egraffignure, n. f. — Egratignure.

Egrandir, v. n. — Agrandir.

Egrandissement, n. m. — Agrandissement.

Egrémiller, v. a.

Egrener. Ex. Egrémiller des épis.
Endetter. Ex. Egrémiller du pain.

Egrener (s’), v. pron. Se disperser, s’en aller les uns après les autres.

Egriancher (s’)> v- pron.

Faire un grand effort, se briser le corps en lui donnant des positions forcées. Ex. Si tu continues à forcer comme cela, tu vas P egriancher. 

Eguenillé, e, adj. — Déguenillé.

Ehancher, v. a. — Déhancher, déséquilibrer les hanches.

Ehancher (s’), v. pr. Se déhancher, se luxer l’articulation de la cuisse.

Eil, n. m. — Œil. Ex. J’ai manqué me crever un eil.

Eiiî, eine, art. et. adj. num. Un une. Ex. Ein bon homme, eine bonne personne, il y en avait rien qa’eine de morte.

Eïoù, adv. — Veux-tu nie dire eïou ce que tu vas ?

Ejambée, n. f. — Enjambée.

Ejamber, v. a. — Enjamber.

Ejârer (s1), v. pron. S’écarter les jambes violemment, de façon à tomber par terre.

Ex. Il s’est êjârê en patinant.

Ejeveau, n. m. — Echeveau. Ex. Un éjeveau de laine, de soie.

Elagne, n. m. Instant. Ex. Attends-moi un êlagne. Expression aca- dienne.

Elaise, n. f. — Planche ajustée à une autre pour l’élargir.

Elaite, n. f. — Laite de poisson.

Elaiter, v. a. Débarrasser le beurre du petit lait. Ex. Marie, cours êlai- tcr le beurre, il nous en faut pour déjeuner.

Elan, n. m.

Moment, instant. Ex. Attends-moi un petit élan.T Cette expression cadre bien avec V êlagne des Acadiens.

Electrique, n. m.

Tramway mû par l’électricité. Ex. Nous prendrons Vélec trique au bas de la côte du Palais.

Elément, n. m. Manière. Ex. C’est son élément de parler mal du prochain. Français, mais familier.

Eléphant, n. m. et f. — Personne très grosse et très lourde.

Elévateur, n. m. Ascenseur. Ex. Prenons Vélévateur pour nous rendre à la haute-ville. Elévateur n’est pas un anglicisme ; se dit d’un appareil pour soulever les poids, les denrées, les navires.

Elèves, n. m. pl.

Veaux, gorets, poulets, canards. Ex. Il faut que j’aille donner de la nourriture à mes élèves.
m. — Elixir. lig’ e, n. m. et f.

personne grande et fluette. Ex. C’est un grand êlinguê. TJne élingue est une corde pour soulever les fardeaux.

adj. — Qui peut être élu. n. m.
Expression acadienne. Borel cite le mot êloese pour éclair. Vient du latin elucere, éclairer.

, n. f. — Inondation. Elonder, v. a. — Inonder. Ex. I^e ruisseau est élondê. Elonger. v. a. — Porter. Ex. Elonger un coup de pied. Elonger (s1 ), v. pron.

— S’étendre de tout son long. Ex. Il s’est élongê sur la
glace en patinant. . — S’étirer, s’allonger en étendant ses membres. Ex. S’é-

loTiger dans son lit. Elure, v. a. — Elire. Emsgination, n. f. — Imagination. Etnaginer, v. a. — Imaginer. Emanation, n. f. Umission. Ex. L,’émanation d’un bref. Emaner, v. a. H,artcer, émettre. Ex. Emaner un bref, un mandat. Embabouiner (s’) » v. pron. S’envelopper la figure avec soin, de manière à ne laisser voir

que le bout du nez. E m bâclage, n. m.

Embarras, obstacle. D’après Oudin, embâcle se disait jadis. Smbâdage se dit encore d’un accoutrement singulier. Embâcler, v. a. Se faire prendre dans une mauvaise affaire. Ex. Nous "voilà bien embâcles, avec cette affaire sur les bras. Embâcler (s’) » v- pron. S’embarrasser. Ex. Je me suis embâcle dans une affaire qui

naenace de me ruiner. Embarcation, n. f.
-Affaire. Ex. J’ai acheté des actions de la Compagnie 18 

minière de la Baie de Chaleur, c’est une bien triste embarcation que j’ai faite. Embardée, n. f.

Emballement. Ex. En voilà un qui n’est bon qu’à
prendre des embardées.
Ecart brusque. Ex. Notre carriole prend des embardées,

pourvu que nous ne versions pas.

Embarder, v. a. — Faire des écarts brusques. Embarder (s’), v. prou.
Se laisser emporter trop loin dans une affaire.
Se mettre de travers, en parlant d’un canot.

Embardeux, se, adj. — Qui s’emballe facilement. Embargo, n. m. Embarras. Ex. S’il continue à mal se conduire, je lui créerai des embargo de façon à ce qu’il se corrige. Embarlificoter, v. a. — V. Emberlificoter. Embarlificoter (s’), v. pron. — V. Emberlificoter (s’). Embarquement, n. m. — Embarcadère. Embarquer, v. a. et n.

Mettre, déposer. Ex. Embarque-moi ces deux piastres
dans ton porte-monnaie.
Entrer, faire entrer. Ex. Embarque dans mes bras, dans

le tramway.

Sauter. Ex. Embarque sur le dos du cheval.
Embarqtier sur le dos de quelqu’un, l’ennuyer par des dis
cours, des plaintes, des doléances interminables. Ex.

Quand celui-là m’embarque sur le dos, il ne débarque plus. Embarras (clôture d’), n. f. Clôture grossière faite avec des branchages et du bois de

rebut. Embârrer, v. a.

Mettre sous clef ou sous verrou. P<x. Embârre pas la porte

sur moi. Embârrer (s’), v. pron.

Fermer la porte sur soi avec une clef, un verrou, une barre. Embas (en), En bas. Ex. Le thermomètre marque six en embas de zéro.

Emberlicoter (s’), v. prou.

S’embarrasser. V. le mot suivant.

Emberlificoter, v. a.

Embarrasser, empêtrer. Ex. Je Y emberlificoterai au pre
mier jour, s’il cherche encore à me blaguer.
Enjôler. Ex. Il m’a conté un tas d’histoires, tellement
qu’il a fini par rn* emberlificoter, et je lui ai prêté cinq pias
tres. I^e vieux français disait embiirdicoqucr. I^a langue
a conservé le mot emberlificoter dans le style familier,
et l’on trouve en patois emberlander, emberliner et ember-
lofer, toujours pour exprimer la même idée.

Emberlificoter (s’), v. prou. S’empêtrer. Ex. S’emberlificoter les jambes dans les bran ches. Sy emberlificoter dans son discours.

Emberné, adj. — Dans l’embarras de mauvaises affaires. Embêter, v. a.

Aveugler quelqu’un en affaires. Ex. Il l’a embêté propre ment.

Embiber, v. a. — Imbiber.

Embich’ter, v. a.

Avaler vite. Ex. J’ai embtch’té ce verre de vin avec un

grand plaisir.

Mettre, déposer. Ex. Embich 7e-moi ce cinq piastres dans

ton porte-monnaie.

Embobiner, v. a. Vêtir chaudement. Ex. Cette femme est bien embobinée.

Embobiner (s’), v. pron. S’envelopper avec soin pour se garantir du froid.

Emboîter, v. a. — Mettre en boîte.

Embotter (s’), v. pron. — Mettre ses bottes.

Embouchage, n. f. Embouchure. Ex. Le jeune Dumais joue bien de la flûte, il a une belle embauchage.

Embouffetage, n. m. — Action d’embouffeter.

Embouffeter, v. a.

Travailler les planches de manière à ce qu’elles puissent être assemblées au moyen de rainures et de languettes. 

Embouifeteur, n. m. — Qui embouffette.

Embourber, v. a.

Engager dans la neige. Ex. Mon cheval est embourbé,

detelons-le.

Engager dans un travail de longue haleine et rempli de
difficultés.

Embourber (s’), v. pron.

S’engager dans un banc de neige.
Se livrer à des travaux multiples dont on 11e peut pré
voir l’issue.

Embourrer, v. a. Envelopper. Ex. Embourre-vaoi ce paquet de linge ?

Embouveter, v. a. — V. Embouffeter.

Embrassement, n. m.

Embrasement, action d’élargir de dehors en dedans la baie
d’une porte pour donner du jeu aux battants. 

Embrelicotage, n. m. — Confusion, brouillamini.

Embrelicoter, v. a. — Embrouiller.

Embreunir, v. pron. S’embrunir, se couvrir. Ex. I,e temps sembreunit.

Embrocher, v. a. Mettre du poisson en broche, pour former une brochetée. V. Broche et Brochetée.

Embrouille, n. f. Embarras, confusion. Imbroglio des Italiens.

Eméché, adj. Pris de vin. Ex. Mon garçon, tu commences à être pas mal êmêchê.

Emécher, v. a. — Moucher. Ex. Emêcher la chandelle.

Emérillon, n. m. — Epervier brun, ou faucon des marais.

Erniocher, v. a. — Emietter.

Emitation, n. f. Imitation. Ex. Ces meubles ne sont pas en chêne solide, mais en emitation.

Emite, n. f. Limite. Ex. Il y a des émîtes à tout. Il fait beau sans êmites.

Emiter, v. a. — Imiter.

Emmaigrir, v. a. et n. — Amaigrir.

Emmalicer, v. a. — Rendre malin.

Emmaler, v. a. — Mettre dans une malle.

Emmancher, v. a.

Ktre pris dans une mauvaise affaire. Ex. S’est-il fait

emmancher un peu ?

Habiller, vêtir. Ex. Ne va pas sortir emmanché comme
cela.

Emmanchure, n. f.

Affaire mal conduite. Ex. ije suis pris dans une triste

emmanchure.

Manière dont un outil est emmanché.
— Habit mal fait. Ex. Quelle emmanchure as-tu sur le dos ?

Emméliorer, v. a. — Améliorer.

Emmenable, adj. Qui peut être emmené. Ex. Habillé comme tu es, mon petit, tu n’es pas emmenable.

Emménager, v. a. Mettre aux bons endroits les collets, les trappes destinées à prendre les animaux à fourrures. (Terme de vénerie.)

Emmener, v. a. Amener. Ex. Cet hiver, il neige tous les jours que le Bon Dieu emmène.

Emmerdement, n. m. — Ennui profond.

Emmerder, v. a. — Tromper grossièrement.

Emmerder (s’), v. pron. — S’ennuyer beaucoup.

Emmiâler, v. a. Tromper comme un chat, chercher â séduire par des avis doucereux, leurrer.

Emmitainer, v. a. — Mettre des mitaines.

Emmitainer s’, v. pron. — Se mettre des mitaines.

Emmitoner (s’), v. pron. — Mettre ses mitons. V. Miton.

Emmouracher (s1), v. pron. — S’amouracher.

Emmurailler, v. a. Emmurer, enfermer entre des murailles.

Emouchettes, n. f. pl. — Mouchettes,

Emoustillé, ée, adj. part. Agité, remuant. Ex. Cet enfant est passablement êmous- tillê, il faudra le calmer.

Emouver, v. a. — Emouvoir.

Emouver (s’), v. pron. — S’émouvoir.

Emoyer (s’), v. pron. S’enquérir, s’informer. Expression acadienne.

Empaffé, e, adj. — Enivré.

Empaffer (s’), v. pron. Se bourrer de nourriture ou se gorger de vin.

Empaillure, n. m. Empaillage, action d’empailler. Ex. L,empaillure d’une chaise.

Empanner (s’), v. pron. — S’en faire accroire.

Emparer (s’), v. pron. S’empresser. Ex. Je me suis emparé de lui faire savoir ma façon de penser. (Cl.)

Empas, n. m. pl. Gonflement inflammatoire du palais des chevaux.

Empâter, v. a, — V. Ampâter.

  • Emphase, n. f.

Conviction, énergie. Ex. Parle-t-il avec emphase cet ora teur là ? (Angl.)

  • Emphatiquement, adv.

Catégoriquement. Ex. Je nie cela emphatiquement. (Angl.)

Empiétation, n. f. — Empiétement.

Empifter, v. a. — Empiffrer. V. Empaffer.

Empigeonner, v. a.

Etre sous l’influence d’un être supérieur. Ex. Je ne sais ce qui se passe, mais depuis quelque temps je ne puis rien faire de bien, mes animaux meurent les uns après les autres, je crois vraiment que je suis empigeonné. 

Empilage, n. m. — Empilement, action de mettre en pile.

Empille, n. f. Empile, ligne, fil qui s’ajoute au bout des ligues latérales. (Terme de pêcheur. )

Emplâte, n. f. — E mplâtre.

Emplâtre, n. m. et f.

— Personne gauche et un peu niaise. Ex. Quel eviplâtrc

que j’ai là à mon service.

— Emplâtre, n. m. Ex. Une bonne emplâtre de moutarde.

Emplayer, v. a.

Employer. Ex. Moi f employé cinquante mains.

Emplette (faire), loc.

Devenir père d’un nouvel enfant. Ex. Me dirais-tu qui ce qui vient de faire emplette ? Entends-tu les cloches qui sonnent le baptême ? Empleyer, v. a — Employer. 

Emplir, v. a.

— Ne pas tarir en racontars. Ex. Ne viens pas m’emplir

comme tu as déjà fait.

Emplois, n. m. — Empois.

Empocher, v. a.

Blouser. (Terme de billard).
Mettre en poche, en sac. Ex. Empocher des patates,
des carottes, des navets.

Empocheter, v. a. Empocher, mettre dans sa poche. Ex. Empocheter des mar bres.

Empoélure, n. f. Substance charbonneuse qui se dépose à la surface extérieure des chaudrons exposés au feu.

Empoisonner, v. a. Sentir mauvais. Ex. Sauve-toi, mon petit salaud, tu em poisonnes tout le monde.

  • Emporter, v. a.
Adopter. Ex. Cette motion sera-1- elle adoptée ? Empor
tée, carried. (Angl.)
Enflammer. Ex. Cet enfant a toute une joue emportée.
Emporter le morceau, réussir d’emblée.

Emprêter, v. a. Emprunter.

Empunaisé, e, adj. part. Infesté de punaises.

.280 I » En, adv.,

Passer en belette, filer dm-
Marcher en bedeau, ^archer avec ordre.

—Passer en souris,

— Voir tout en soleil, avoir des éblomssements.
Enalguillettes.-V. Aiguillettes.

En approbation.-V. Approbation. En arracher. V. Arracher. Enarvement, n. m. — lînervement. Enarver, v. a. — Enerver. En bas de, loc. adv. Au-dessous. Ex. Le thermomètre marque 50 en bas de zéro. Emu, e, adj. part.

Sous l’effet des spiritueux. Ex. Je commence à être légè rement ému, je m’en aperçois. Encabaner (s’), v. pron.
— Se réfugier dans sa cabane, dans sa maison, pour y

séjourner.

— Se couvrir la figure d’une manière presque complète.

Encache, n. f. — Enveloppe de lettres.

Encadrage, n. m. — Encadrement. Encager, v. a. — Mettre en prison. Encalifourchonner, v. a. — Mettre à califourchon. Encalifourchonner (s’). v- Pron-

Se mettre à califourchon. Encalmé, e, adj. — Vaisseau pris dans une accalmie. Encan, n. m.

Par encan, à l’encan. Ex. Fais-tu vendre ton ménage

par encan ? Oui, par encan.

Faire encan, vendre à l’encan.

Encanter, v. a. — Vendre à l’encan. V. Ancanter. Encanteur, n. m. Conimissaire-priseur. Ex. I,e meilleur encanteur de Qué bec, c’est M. Maxime. Encapoter, v. a. Mettre un capot sur le dos d’un autre. Ex. Je vais Venca poter, afin de ménager ton rhumatisme.

Encapoter (s’), v. pron. S’habiller soi-même pour sortir. Ex. Encapote-toi comnx il faut, car il fait une tempête.

Encarcaner, v. a.

— Mettre un animal au carcan.
Réduire une personne à l’impuissance. Ex. Si tu ne te retires tout de suite, je vais t’encarcaner. 

Encaver, v. a.

Faire une entaille dans le bois.
Enfoncer un objet dans un autre ou dans le sol.

Encenser, v. a. Remuer la tête de haut en bas. Se dit du cheval.

Enchâsser, v. a. — Encenser.

Enchensoir, n. m. — Encensoir.

Enchiforné, adj. — Enchifrené.

En ci, loc. D’ici à. Ex. Nous avons le temps de nous voir en ci et le jour de l’An.

Enclaquer (s’), v. prou. — Mettre ses claques.

Enclaver, v. a. — Anneler.

Enclope, n. f. Abot, entrave au pied d’un cheval.

Enclos, n. m. Fourrière. Ex. Mettre un cheval à Y enclos.

Encombrance, n. f. — Encombrement, embarras.

Encombrer, v. a.

Mettre plus que la mesure. Ex. Tu vas me donner un minot d’avoine, mais tu mettras la mesure encombrée, et je te paierai en êqtdpollent.

Encontre (à I’). — Aller à rencontre, aller au contraire.

Encornailler (s1), v. pron. Encorner. Ex. La noire et la grise passent leur temps à. s* encornailler.

Encorner, v. a. Frapper avec les cornes, sans blesser. Ex. Je me suis fait encorner par une vache, elle ne m’a pas fait mal.

Encre de perle, n. f. — Nacre de perle. V. Ancre.

Encrotté, e, adj. _ Rempli de crottes. Ex. Avoir le nez encrotté.

Encrucher, v. a. -Mettre en cruche.

En deci, loc. adv. _ D’ici à. Ex. Je te paierai en deci Noël.

Endécis, adj.-Indécis.

En dedans de, loc adv. En moins de. Ex. Mon cheval fait son mille en dedans de trois minutes.

Endéhorer, v. a. …

Sortir. Ex. Endéhore-moï la porte au plus vite, ou je vais me fâcher.

Endémené, ée, adj. Espiègle, turbulent, évaporé. Ex. Cet enfant est endê- mené. Expression très en vogue autrefois en France. (Lac. de S. P.)

En démon, loc. — Furieux.

En dessous, loc. adv. Hypocrite, sournois. Ex. Cette fille me paraît en dessous.

Endéver, v. a. Impatienter. Ex. Je l’ai fait endêver de mon mieux. Du français diable, de l’italien diavolo, de l’anglais devil.

En devoir, loc. — V. Devoir.

En diable, loc. — Eu furie.

Endormable, adj. Qui peut être endormi. Ex. Des eufants qui ne sont pas endormables.

Endormir (s’), v. pron.

— Se rebuter, se lasser. Ex. C’est un paresseux, il s’en dort sur son ouvrage. 

Endormitoire, n. f.

Sommeil. Ex. Tu ne dors pas, prends de l’eau à ? endormi toire. Vers dix heures, Y endormitoire me prend, et je me flanque au lit.

Endos, n. m.

Endosse, trouble, peine, ennui. Ex. C’est toujours le pau vre qui a l’endos.

Endreit, n. m.

Endroit.
Pays natal. Ex. Nous sommes tous les deux du même endreit.

Endreitte (à ! ’)> loc. Côté par lequel une chose doit être regardée. Ex. Regarde à Vendrette plutôt qu’à l’envers. En France on dit à Vendrette pour envers, vis-à-vis.

Endurer, v. a.

Tolérer. Ex. Je l’endure, celui-là, mais ça force.
Avoir besoin. Ex. Il fait froid, /endurerais bien un
manteau pesant.

Endurer (s’), v. pron. Supporter la douleur. Ex. J’ai un si gros mal de tête, que je ne suis plus capable de m’endurer. En échiquette. — V. Echiquette.

Enfaîter, v. a. Emplir jusqu’au faîte. Ex. Nos foins sont terminés, la grange est en/aîtée.

Enfaller, v. a. Se dit des volailles qui n’ont pas pu digérer les aliments contenus dans leur falle (jabot)

Enfaller (s’), v. pron. — S’engouer. Enfance, n. f. Sénilité. Ex. Ce vieillard est en enfance, c’est certain, il a des paroles écartées.

Enfant de chienne, n. m. Expression grossière à l’adresse d’une personne tarée.

Enfant du diable, n. m. — Bête puante, putois.

Enfarges, n. f. pl.

Entraves mises aux chevaux ou aux bœufs pour les empê cher de sauter les clôtures. 

Enfarger, v. a.

— Mettre les enfarges à un cheval.
— Réduire quelqu’un â l’impuissance.

Enfarger (s’)> v- pron.

— Se fourrer dedans. 
— S’empêtrer. Ex. Ce charretier s’est enfargê les jambes dans ses cordeaux.

En fête, loc. — Sous l’influence des liqueurs fortes.

En fifre, loc. — De très mauvaise humeur.

Enfifreouâper, v. a. Berner outre mesure. Ex. Je l’ai e ? ifi/reouâpê de la belle façon, il ne s’est aperçu de rien.

Enfifreouâpeur, n. m. — Qui fait l’action de tromper.

Enfilée, n. f. — Enfilade.

Enfiler, v. a.

Accompagner.
Enfiler des perles, flâner, s’amuser. D’après Oudin, enfi
ler des perles se disait autrefois pour être un grand discou
reur.

Enfiler (s’), v. pron.

Manger. Ex. Je me suis enfilé une tranche de rosbif sai gnant.

Enfioler, v. a. — Avaler avec rapidité.

Enflammable, adj. — Inflammable.

Enflammation, n. f. — Inflammation.

Enflammatoire, adj.

Inflammatoire. Ex. Je souffre d’un rhumatisme enflamma toire.

Enfle, n. f. — Enflure. Ex. Ce garçon a une enfle au visage. Enflé, e, n. m. et f. Enflé, adj. Individu bouffi d’orgueil. Ex. Un grot enflé. Enfoncer, v. a.

Réfuter, réduire à quia. Ex. Monsieur Ladue a enfoncé

son adversaire sur tous les hustings.

Perdre son argent. Ex. Il s’est fait enfoncer dans sa
récente spéculation à la Bourse.

Enfouir (s’), v. pron. — S’enfuir. Enfourner, v. a.

Avaler. Ex. Enfourne-moi ça dans dans ton gosier.

Enfrédir, v. n. — Refroidir.

Enfrédir (s*), v. pron. — Se refroidir. Ex. Le temps s’enfrédit.

Enfroidir, v. n. — Refroidir.

DES CANADIENS-FRANÇAIS 285

Enfroidir (s’), v. pron. — Se refroidir.

En fusil, loc. — D’une humeur massacrante.

Engagé, e, adj.

Serviteur, domestique. Ex. J’ai deux filles engagées à mon service.

Engagement, n. m.

Fiançailles. Ex. Mademoiselle, voici votre bague d’en
gagement.
Rendez-vous. Ex. J’ai un engagement avec le rédacteur

de Y Action Sociale pour dix heures.

  • Engager, v. a.
Se fiancer. Ex. Pierre et I/ucette se marieront aux jours
gras, voilà déjà plus d’un an qu’ils sont engagés. (Angl.)
Occupé. Ex. Hello ! voulez-vous me mettre en commu
nication avec le numéro 1828 ? — La ligne est engagée.

(Angl.)

Engager, ère, adj. Domestique. Ex. J’ai une bonne fille engagere que je paie dix piastres par mois.

Enganter, v. a. — Mettre des gants.

Enganter (s’), v. pron. Mettre soi-même ses gants.

Engearber, v. a. — Engerber.

Engencement, n. m. — Agencement.

Engenouiller (s*), v. pron. — S’agenouiller.

Engin, n. m. — Locomotive.

  • English, Inn-glishe, (m. a.)
— Saint-Augustin, 14 points. (T. d’impr.)
— Double english, palestine, 28 points.

Engouer (s’). v- pron. S’étouffer en mangeant. Borel écrit : Engouer, se suffoquer en mangeant.

En grand.

Servir la messe en grand, remplir les fonctions de thuri
féraire ou de cérémoniaire.
D’une façon extraordinaire. Ex. En voilà un qui s’est
fait blaguer en grand. 
286 LE PARLER POPULAIRE

Engrandir, v. a. — Agrandir.

Engrener, v. a. S’enraciner. Ex. Il ne faut pas laisser engrener le mal avant qu’il soit trop tard.

Engrener (s’), v. pron.

Accoutumer. Ex. Je suis tellement engrené dans cette
affaire, que je me crois indispensable à ceux qui l’ont

entreprise.

Persister. Ex. Pourquoi s1 engrener dans cette mauvaise
habitude de trop boire de vin ?

En gribouille. — Eu difficulté, en chicane.

Enguenillé, e, adj — Déguenillé.

Engueulade, n. f. — Action d’engueuler.

Engueuleraient, n. m. — Action d’engueuler.

Engueuleur, n. m. Celui qui engueule, qui dit de grossières injures aux autres.

Engueuler, v. a. — Dire de grosses injures.

Enguiabler, v. a. — Endiabler.

Enhuiler, v. a. — Oindre d’huile.

En j’haut, prép. — En haut. Enjôleux, euse, n. et adj. — Enjôleur.

En l’air, loc.

Evaporé. Ex. Une jeune fille en l’air.
Dans un endroit élevé. Ex. Monter en l’air, sauter en
l’air, grimper en l’air.
— Gai, joyeux. Ex. Comme tu es en /’az>aujourd’hui,sur
quelle herbe as-tu pilé ?


Enlargir, v. a. — Elargir.

Enlever (s’), v. pron. — S’en aller.

Enlourdir, v. n. — Alourdir.

En mains, loc. — En caisse.

Enmialer, v. a. — V. Amiauler. Enmoyenné, e, adj. En moyen. Ex. Quand je serai plus enmoyenné, je te paierai.

Enneiger, v. a.

Couvrir de neige. Ex. Si tu veux conserver tes viandes durant l’hiver, mets-les dans un baril et enneig e-les.
DES CANADIENS-FRANÇAIS 287

Enneiger (s’), v. pron.

Etre couvert de neige. Ex. Il fait une tempête épouvanta ble, me voilà tout enneigé. 

Ennicher, v. a. — Mettre dans une niche.

En nuit. — Durant la nuit.

Ennuyant, adj. Ennuyeux. Ex. Dieu, que c’est ennuyant !

Ennuyer (s’) de quelqu’un. Eprouver de l’ennui de son absence.

Ennuyeux (être), loc.

S’ennuyer d’habitude. Ex. Je suis incapable de m’absenter de chez moi pour plus d’une semaine, je suis trop ennuyeux. 

Enondation, n. f. — Inondation.

Enonder, v. a. — Inonder.

  • En opération, loc.

En vigueur. Ex. Cette loi sera mise en opération, aussitôt qu’elle aura été sanctionnée par le lieutenant-gouverneur. (Angl.)

En outre, loc. adv. Outre. Ex. Qu’est-ce que tu veux en outre de ce que je

t’ai déjà donné ? En par (d’), loc. adv.
Dès le moment même. Ex. C’est fini d’en par là,
A partir de. Ex. D’en par aujourd’hui, je ne reconnaî

trai plus tes dettes.


En petit, loc. Servir la messe en petit, remplir les fonction d’acolythe.

En plein. — Beaucoup.

Enque, n. f. — Encre.

En quelque part, loc. adv. Quelque part. Ex. Il est allé en quelque part.

Enrager, v. n. Etre tourmenté d’un désir violent. Ex. J’enrage d’aller me promener aux États.

En rapport avec, loc. Au sujet de. Ex. M. l’avocat est venu à Québec, en rap port avec l’affaire de la banque de St-Pierre.

288 1.B PARLER POPULAIRE


Enrefreidir (s’), v. pron. Se refroidir. Ex. Le temps s’est enrefreidi depuis le matin.

Enrefroidir (s’,) v. pron. — Se refroidir.

Enregistrer, v. a.

Recommander. Ex. Je viens de recevoir une lettre
pleine d’argent, heureusement qu’elle était enregistrée.

(Angl.)

Enregistrer, porter sur un registre.


Enrelaidir (s’), v. p. S’enlaidir. Ex. Mademoiselle Larivière s’e ? irelaidit tous les jours.

En relation avec, loc. — En rapport avec.

Enretourner (s’), v. pron, Retourner. Ex. Nous nous enretournerons chez nous demain matin.

Enrevenir (s’,) v. pron. Revenir. Ex. Je suis enrevenu avec mon petit bonheur.

Enrhumé, e, adj. — Enroué. Ex. Il a le parlé enrhumé.

Enroser, v. a. — Arroser. Oudin et Cotgrave citent enroser.

Enrouillé, e, adj. — Enrhumé.

Enroutiner, v. a. — V. Aroutiner.

Enroutiner (s’), v. pron. — V. S’aroutiner.

Enseigner, v. a. Donner une prescription. Ex. I^e docteur m’a enseigné un bon remède pour le rhumatisme.

Ensemble (se mettre), loc. Se dit d’un homme et d’une femme qui se marient. Breton et sa femme se sont mariés, Se sont mis ensemble, c’est pour faire des paniers.

Ensembler, v. a. — Assembler.

En snette, loc. — En boisson depuis plusieurs jours.

En sorcier, loc. — En furie.

  • En style, staïle (Angl.)
Bien habillé, bien mis.
Bien disposé, en joie.

Ensumencer, v. a. — Ensemencer.

DES CANADIENS-FRANÇAIS 289

Entaille, n. f.

Incision faite à l’érable pour permettre à la sève de s’écouler. 

Entailler, v. a.

Faire une incision à l’écorce de l’érable pour permettre à

la sève de s’écouler.

Fabriquer du sucre d’érable. Ex. Entaillez--vous, ce
printemps ? — Sans doute, je vais commencer demain.

Entarder (s1), v. pron. — S’attarder. En temps, loc.

— A l’heure fixée d’avance. Ex. Le train est-il en temps ?
A temps. Ex. Tu tâcheras d’arriver en temps.

Entendement, n. m.

Ouïe. Ex. Il est un peu dur A’entendement.
— Entente. Ex. Il n’y a pas d’entendement possible avec

un être comme ça.

Entendre, v. a.

Entendre dur, avoir l’oreille dure.
Etre sourd d’une oreille et ne pas entendre de l’autre, être

complètement sourd.

Ne pas entendre de cette oreille-là, ne pas l’entendre de
cette façon.

Enterfaite, n. f. — Entrefaite.

Enterprenant, adj. — Entreprenant.

Enterprendre, v. a. — Entreprendre.

Enterprise, n. f. — Entreprise.

Enterrable, adj. — Qui peut être enterré.

Enterrement, n. m. Ereintement. Ex. Ce beau parleur n’a pas été heureux ; son adversaire lui a servi un enterrement de première classe, tout en le couvrant de fleurs.

Enterrer, v. a. Couvrir. Ex. Va voir dans la cour si ton traîneau n’est pas enterré dans la neige.

— Fêter. Ex. Nous allons, ce soir, enterrer le mardi gras.

Enterrer (s’). v- pron.

Etre surchargé. Ex. Je suis enterré dans l’ouvrage depuis un mois. 19

2 go LE PAKLËR POPULAIRE

  • Entertainement, (m. a.) — Divertissement. Entertiendre, v. a. — Entretenir. Entêter, v. a.

Causer des maux de tête. Ex. Ce parfum-là entête. Enteur, prép. Entre. Ex. Tu passeras enteur deux. Enteurse, n. f. Entorse. Ex. Je me suis fait une enteurse à la jambe. Entièrement, adv. — Entièrement. Entôlage, n. m. — Action d’entôler. Entôler, v. a. Poser de la tôle. Ex. Entôler un poêle. Entome, n. f. Entame. Ex. JOentome d’un pain. Rabelais a écrit en-tomme. Entomer, v. a. — Entamer. Entonne, n. f. — Entonnoir. Entonnoir, n. m. Buveur. Ex. Quel entonnoir que cet ivrogne ! Entonnoué, n. m. — Entonnoir. Entortiller, v. a. — Circonvenir, tromper. Entortiller (s*), v. pron.

Se vêtir chaudement. Entour, adv.

Autour. Ex. Je l’ai toujours entour de moi. En tous les jours, loc. En habit de semaine. Ex. Je suis dans mon en tous les jours, je n’irai pas à l’église comme cela. Entrage, n. f- Ouverture donnée à un hameçon pour former la courbe voulue.

En train (se mettre), loc. — S’enivrer. Entre ci, adv.

D’ici à Ex. Entre ci Pâques, il y a quarante jours. Entre-cloison, n. f.

Cloison en bois lattée, et préparée pour recevoir le crépi. Entre-deux, n. m.

Séparation entre deux stalles (barrures) d’écurie.

DES CANADIENS-FRANÇAIS 291

Entregarder (s’). v- pron. Se regarder réciproquement. Ex. Ils s’entregardent comme deux chiens de faïence.

Entregeler, v. a. A moitié gelé. Ex. De la viande entregelée.

Entre-manger (s’), v. pron. Se dire des injures mutuellement. Ex. A quoi bon vous entremanger tous deux ? accordez-vous.

Entrée, n. f.

Vestibule. Ex. Essuyez vos pieds dans Ventrée.
Inscription. Ex. Tu auras la précaution de faire cette

entrée dans le journal.

Entremi, adv. A travers. Ex. Le pommes ne sont pas bien grosses, cette année, mais il y en a de fameuses entremi.

Entremordre (s’), v. pron. Médire l’un de l’autre. Ex. S’entremordre entre voisins, ce n’est pas édifiant.

Entre-plancher, n. m. Entrevous, intervalle entre deux solives dans un plancher. Ex. Vous mettrez du mortier dans Y entre-plancher.

Entreprendre, v. a.

User jusqu’à la corde. Ex. Mon propriétaire ne fait
pas de trop bonnes affaires, je crois qu’il en a grand d’en
trepris.
Réduire, mettre à la raison. Ex. Si tu veux dire comme
moi, nous allons Y entreprendre, celui-là.

Entrequien, n. m. Entretien. Ex. Une maison à ! entrequien.

Entrequien (dur d’). loc. Difficile à soigner. Ex. Mon cheval est dur d’entrequien.

Entrer, v. n.

— Enregistrer, inscrire. Ex. Veuille donc entrer ce compte
au grand-livre.
— Faire entrer. Ex. Entre le cheval dans l’écurie.

Entrer-sortir, v. n.

Entrer et sortir. Ex. Il n’a fait <\u ! entrer-sortir.

2g2 LE PARLER POPULAIRE

Entresembler (s’), v, pron. Se ressembler. Ex. Ils s’entresemblent comme deux gouttes

d’eau. 
  • Entretenir, v. a.
— Recevoir. Ex. Nous avons passe deux jours chez lui,

il nous a entretenus princièrement. (Angl.)

Concevoir. Ex. Y entretiens des doutes sur son compte.

(Angl.)

Entretint, part, passé. Entretenu. Ex. J’ai entretint mon homme pendant une grosse heure.

Entreverdir, v. n. Commencer à verdoyer. Ex. Les arbres entreverdissent à vue d’ceil.

Envaler, v. a. Avaler. Ex. Envale-moi. ça, mon vieux, ça va te guérir.

Enutile, ad j. — Inutile.

Envaliser, v. a. — Emballer, empaqueter.

Envarié, e, adj. — Avarié.

Envelime, adj. En furie. Ex. Ne me parle pas ce matin, je suis envelime.

Envelimer, v. a.

Envenimer. Vieux français. Un ancien proverbe disait : Paroles rapportées Sont envelimées.

Envelimure, n. f.

Plaie ou coupure infectée par le contact d’un insecte veni meux.

Envers (à 1’). loc - adv-

— Bouleversé. Ex. Qu’as-tu ? tu me parais tout à l’envers.
— Tourner son capot à l’envers, changer de parti politique.

En veux-tu en v’ià, loc.

En grande abondance. Ex. Des noisettes, cette année, il y en a en veux-tu en v ’là.

Envieux, n. m. Envie, petite pellicule qui se détache de la peau autour des ongles. Ex. J’ai un envieux au pouce. Envieux se dit en France, mais au féminin : une envieux.

En v’lime, loc. — V. Envelime.

Environs (aux), loc. Environ. Ex. J’ai aux environs de quinze piastres dans ma poche.

Environs (dans les), loc. A peu près, environ. Ex. Il y a bien dans les environs de deux lieues pour aller au saut Montmorency.

Envoi, n. m.

Facture. (Angl.)
Note.

Envoirai (j’), futur du verbe envoyer. J’enverrai. Ancienne forme française. Nous disons aussi j’envoirais au conditionnel.

Envolée, n. f. Elan. Ex. J’ai pris mon envolée et j’ai sauté par-dessus la clôture.

Envoyable, adj. Qui est à envoyer. Ex. Ce paquet n’est pas envoyable, arran gé comme il est là.

Envoyer, v. a.

// s’est fait envoyer cela, compter avec des expressions
dures.
Ça, c’est envoyé, c’est bien dit.
Envoyer faire foute, chasser.
Envoyer sous le fotir, chasser.
Envoyer à la gomme, chasser.
Envoyer le torchon, dire des mots durs.
Envoyer au diable, envoyer au sucre, envoyer au sacre,
envoyer paître, toutes expressions qui signifient â peu
près la même idée : celle de chasser quelqu’un de sa pré

sence.

Envoyer (s’), v. pron. Se mettre à l’œuvre avec une grande vigueur.

Envrâler, v. a.

Aller de droite et de gauche dans le but de voir ou de faire

PAKI.EK POPULAIRE
294 LR

—pr-jt Ou’as-tu à vouloir ainsi envrâler des recherches. x ^^m*~

tout le quartier. r de tout ce qui se présente.
— Faire table rase, s ei"^

Envrâleux se, n et ad> ^ ^ ^.^

— Qui rôde ci et la ave-.,. .,,
r., Aa f-out ce qui lui tombe sous la main.
— Qui s’empare de toxu. v. H
Envriller, v. a. — Vriller.
Epailler, v. a. — Disperser.

Epailler (s’), v. pron. — Se disperser. Epais, se, adj.

En quantité. Ex. A force de dépenser son argent, a la

fin il ne lui en restera pas épais.

Chargée, en parlant de la langue. Ex. Avoir la langue

épaisse.

Saint-Epais, individu lourd, grossier.
Ne pas en avoir épais sur le brochet, être très maigre.
Etre épais dans le plus mince, être très lourd d’esprit.

Epanouir (s’), v. pron. Fromage qui prend la consistance de la crème. Ex. Un fromage raffiné qui ^ ’épanouit. Epargne, n. f. — Surtout de table. Eparpailler, v. a. Eparpiller, répandre sans ordre. Ex. Le foin est éparj>aillé dans la grange. Eparpillage, 11. m.

Eparpillement, action d’éparpiller. Epatant, adj. — Etonnant. Ex. Ce ^a^-là est épatant. Epaté, e, adj.

Abasourdi, dans un grand étonnement. Ex. Je suis allé voir les pageants, et j ’ ai été épaté. Epatement, n. m. — Action d’épater. Epater, v. a. — Etonner.

Epater (s1), v. pron. S’étonner.
EpatrouiUant, adj. — Kpatant, étonnant. Epatrouiller, v. a. — Ktonner outre mesure. Epaule, n. f.
— Avoir les épaules larges, pouvoir endurer beaucoup. DES CANADIENS-FRANÇAIS
— - En avoir par-dessus les épaules, ne pouvoir endurer davan tage.

Epée, n. f. — Brave comme Vêpêe du roi, très brave Epées, n. f. pl.

Ridelles placées en avant et à l’arrière d’une charrette pour permettre une plus grosse charge de foin ou de gerbes.

Epelan, n. m. — Eperlan.

Epergne, n. f. — Surtout.

Epervier des pigeons, n. m. — Faucon des pigeons.

Epeurer, v. a.

Effrayer. Ex. Epetire-moi point, je suis trop nerveux. « On

peut être épeuré sans être effrayé ». — - (Jaubert.) Epiceries, n. f. pl.

Epicerie. Ex. Où achètes-tu tes épiceries ? — Chez l’épicier du coin.

Epine, n. f. — Aubépine. Ex. Une haie d’épines. Epine du dos, n. f. — Epine dorsale.

Epine dorsale du dos. — Epine dorsale.

Epinette (petite), n. f. — Epinette blanche.

Epinette rouge, n. f. — Mélèse d’Amérique.

Epingle de bois, n. f.

Petit instrument en bois, avec ouverture dans le sens de la longueur, qui sert à tenir en place le linge suspendu sur une corde pour le faire sécher. 

Epinglette, n. f. — Broche, épingle.

Epingue, n. f.

Epingle.
Jouer aux êpingues, jouer à la poussette.

Epître, n. f. Chanter une êpître, faire des remontrances.

Eplucher, v. a. Peler. Ex. Marie, épluche les patates pour le dîner, tu éplu cheras aussi un peu de blé d’Inde et des pommes.

Epluchette, n. f. Réunion de parents et d’amis où on enlève au blé d’Inde en épi ses feuilles.

Eplucheux, euse, n. m. et f. — Eplucheur.

^ LE PARLER POPULAIRE

290 lure, Pelure- Ex. Des êplures de patates, d’oignons.

Epoiler, v. a.

Enlever le poil.
Battre, rosser.

Epoitrailler (s’), v. pron. Laisser sa poitrine découverte.

Bpoïtriner (s*), v. pron.

__ ge forcer les poumons à crier. Ex. Je me suis éfioitrinê à force de crier après lui.
Menacé de phtisie.

Epaumoner (s’), v. pron. S’époumoner, crier à pleins poumons

Eponge, n. f. Buveur invétéré. Ex. C’est une vraie éponge, il boit depuis des années et ne dêrougit point.

Epongeage, n. f. — Action d’éponger.

Eponger, v. a.

Enlever avec un linge humide le lustre des draps, afin d’évi ter les taches que la pluie y ferait sans cette précaution. 

Epouffer (s’), v. pron. Pouffer. Ex. En entendant cette drôle d’histoire, il s’est épouffé de rire.

Bpoussetoir, n. m. — Epoussette.

Epoussettouer, n. m. — Epoussette.

Epoussièrer, v. a. — Epousseter.

Epouvante, n. f.

Grande hâte. Ex. Il fait tout à Y épouvante, ça devient
fatigant.
Allure vertigineuse. Ex. Mon cheval a pris Vépouvante,

nous avons manqué nous tuer.

Equarri, e, adj. Bien planté. Ex. Voici un gas qui est bien êquarri.

Equarrïture, n. f. Stature, carrure. Ex. Le garçon de mon frère a une belle équarriturc.

Eqlierre, 11. f. — Tiré à l’êquerre, bien tiré.

CANADIENS-FRANÇAIS 297

Equeuter, v. a. Enlever la queue. Ex. Equeuter des pommes, des cerises.

Equilatéral, adj. Indifférent. Ex. Cela m’est pas mal équilatéral.

Equilibre (sur 1’), loc.

Indécis. Ex. Je suis sur l’équilibre pour pouvoir dire si je

partirai.

Equiôlé, e, adj. — Etiolé.

Equipage, n. f. Dégât. Ex. Les enfants ont étendu toutes leurs bébdles au beau milieu de la place, c’est pas qu’une petite équipage. Molière a employé ce mot pour désigner costume, et La Fontaine pour metibles.

Equiper, v. a.

Salir. Ex. Comme je passais au coin, je me suis étendu
tout de mon long, et j’ai équipé mes pantalons.
Dans une situation pénible. Ex. En voilà un qui eu a
grand d’équipé.
Malade, blessé. Ex. Je me suis fait mal à la main eu
tombant, regarde comme j’ai le pouce équipé.

Equiper (s1), v. pron.

Se salir. Ex. S’équiper les pieds en marchant dans la
boue.
Se blesser. Ex. Je me suis équipé la jambe sur une
pierre.

Equipet, n. f.

Petit compartiment dans un grand coffre, où l’on dépose les menus objets. Probablement du mot éclipequc, qui, en France, veut aussi dire tiroir latéral d’un coffre. 

Equipollent (en), loc. adv. A F equipollent, équivalant. Ex. Tu me donneras ce que tu voudras, mais en equipollent de ce que je t’ai donné.

Erable bâtarde, n. f. — Erable à épis. Erable sirop (d’), n. m. Sirop fabriqué avec l’eau ou la sève extraite de l’érable.

Erablière, n. f. — Forêt d’érables.

grailler, v. a. — Ecorcher légèrement, effleurer la peau.

298 LE PARLER POPULAIRE

Erailler (s’). v- pron. — S’érafler.

Erbière, n. f. Estomac des ruminants. Ex. Je lui arraché Verbiire. L,a- curne de Sainte-Pallaye cite ce mot.

Ereinte (à toute), loc.

De toutes ses forces. Ex. Je l’ai poursuivi à toute êreinie, et je n’ai pu l’attraper.

Èrer, v. n. Errer. Bx. Si tu laisses "èrer tes animaux, tu seras pour suivi par la municipalité.

Erésipèle, n. m. — Erysipèle.

Eridelle, n. f. Ridelle. Ex. Mets les éridelles à la charrette à foin.

Erien, adv. — Rien. Ex. Je travaille presque pour erien.

Erifler, v. a. — Effleurer la peau.

Eriflure, n. f. — Erafiure, légère écorchure.

Eripiaux, n. m. pl. — Oreillons.

Erlevée, n. f. — Relevée, l’après-midi.

Erocher, v. a. Enlever les roches, les pierres d’un champ.

Eronce, n. f. — Ronce.

Eronde, n. f. Aronde. Ex. Ma maison de campagne est bâtie à queue d’érànde.

Erre, n. f. — Arrhe. Ex. Donner une piastre d’erre. V. Air. Erusser, v. a.

— Détacher les feuilles d’une plante en faisant glisser dans la main, de bas en haut, la tige qui les porte. 1/origine de ce mot vient du fait qu’on cueillait les feuilles du lierre (êru~) au moyen de ce procédé.
— User. Ex. Tu as êrussê tes culottes au genoux.

Erysipère, n. m. — Erysipèle.

Escabeau, n. m.

Tabouret, petit meuble qu’on met sous ses pieds.
Echelle double, échelle de peintre, de tapissier, de libraire.

Escafignon, n. m.

Cafignon, chausson. Ex. Quelle odeur abominable ! ça sent

DES CANADIENS-FRANÇAIS 299,,

Yescafignon. Rabelais s’est servi de la même expression, pour dire la même chose.

Escalier, n. f. Escalier, n. m. Ex. Crois-tu, quelle belle escalier.

Escandale, n. m. — Scandale.

Escandaleux.se, adj. — Scandaleux.

Escapulaire, n. m. — Scapulaire.

Escarres, n. m. pl. Etalage. Ex. Madame fait ses escâres.

Escarrer (s’). v- pron. Affecter de grands airs. Ex. Madame Pépin ne s’escarre : pas qu’un peu, elle fait sa grande dame.

Escarreux, se, adj. Personne affectée, vaniteuse.

Esclande, n. f. — Esclandre.

Esclipe, n. f. — Eclipse.

Esclopé, e, adj. Eclopé. Ex. Ils se sont battus et vergés à coups de poing,, et ils sont revenus pas mal esclopés.

Escogriffe, n. m. Homme mal bâti et de haute taille. Vient d’escroc et de gripon. (Oudin et Cotg.)

Escouer, v. a.

— Secouer. Ex. Escoue mon pardessus, il est couvert de
neige.
— Corriger, battre.

Escouer (s’), v. pron.

Se donner du mal. Ex. Ce garçon arrivera, il s’escoue

gros.

S’agiter brusquement pour se débarrasser d’une chose.
Ex. Va f escouer, ton habit est plein de poussière.
Sortir, s’en aller au grand air. Ex. Cours f escouer, tu
sens mauvais.

Escousse, n. f. Espace de temps. Ex. Je t’ai attendu une bonne escousse. Se disait autrefois pour mouvement, action, course qui sert à mieux sauter. (Mad. de Sévigné.) 300 LE PARLER POPULAIRE

Escousses (par), loc. adv. Par intervalles, à diverses reprises. Ex. Docteur, j’ai des douleurs à l’estomac, mais seulement par escousses.

Escrofuleux.se, adj. — Scrofuleux. Escrupuleux.se, adj. — Scrupuleux, se. Escuse, n. f. Excuse. Ex. Je vous demande escuse. Escuser, v. a. Excuser. Ex. Escusez, Monsieur, si je vous coupe la parole. Espace, n. f.

Espace, n. m.
Intervalle.

Espèce de.•.

Locution pour exprimer toute espèce d’injures. Ex. Espèce d’imbécile ! Espèce de bon à rien ! Espèce de traîneux ! Tout simplement Espèce.

Espérer, v. a. et n.

Attendre. Ex. Espérez-moi, je serai à vous dans cinq
minutes.
Aimer à croire. Ex. J’espère bien que vous ne me trom- I
perez point. ;
  • Espérette, n. f.

Spiritueux. Ex. Allons prendre un verre d’espérette. (Angl)

spirit. ’ |

Espication, n. f. — Explication.

Espiègue, n. m. et f. — Espiègle.

Espionneux, se, adj. — Espion.

Esplicable, adj. j

Explicable. Ex. Une pareille conduite n’est pas esplicable. I

Esplication, n. f. — Explication. j

Espliquer, v. a. — Expliquer. j

Esprès, adv. — Exprès. ’

Espress, n. m. — Express.,

Esprit d’épinette. !
Finesse risquée. Ex. Cet homme, qui en a pourtant pas j
trop à vendre, se mêle de vouloir faire de l’esprit, mais l

c’est de l’esprit d’êpinette. \ I

DES CANADIENS-FRANÇAIS 301

Esqueiette, n. m.

Squelette. Ex. Etre maigre comme un esquelette.

Esquis, e, adj. — Exquis, se.

Essaye, n. m.

Essai. Ex. J’ai pris cet homme-là à Vessaye.

Esseau, n. m.

Ouverture ménagée dans une digue, pour laisser couler l’excès de l’eau.

Esseil, n. m. — V. Essaye.

Esseu, n. m. — Essieu.

Essiver, v. a. — Lessiver.

Essue-mains, n. m. — Essuie-mains.

Essuer, v. a. Essuyer. Ex. Essue la table avant de mettre la nappe.

Essuifer, v. a. — Enlever le suif.

Estampille, n. f.

Timbre-poste. L’estampille est un timbre employé pour at tester l’authenticité, la provenance ou la propriété d’un livre, d’un brevet. 

Estampiller, v. a.

Poser un timbre-poste sur une enveloppe de lettre.

Estampille, n. f. — Estampille.

Estâtue, n. f.

Statue. Ex. Pourquoi restes-tu là planté comme une estâ tue ?

Est-ce pas ? — N’est-ce pas ?

Estèque, n. m.

Fin. Ex. Nous avons fini de construire cette maison,
mettons-y le bouquet, ce sera Y estèque.
Dernière levée, au jeu de cartes. Ex. J’ai fait Y estèque.
Plan, action. Ex. Ne fais pas â’esteques pour te casser
le cou.

Estèqueux, euse, adj. — Personne ingénieuse.

Estime, n. f.

Estimation. Ex. Dans mon estime, je crois qu’il va mou rir aujourd’hui.

  • Estimebotte, n. m. (Angl.) — Steamboat.
3<D2 LE PARLER POPULAIRE
Estimer, v. a.

Croire, juger. Ex. y estime que cela peut bien valoir une piastre.

  • Estimés, n. m. pl. État estimatif des dépenses. Ex. Les estimésseront soumis

à la Chambre, demain. (Angl.)

Estomac, n. m.

Poitrine. Ex. Etre pris de V estomac ; cacher quelque
chose dans son estomac.
Avoir Pestomac ouvert, avoir une mauvaise digestion.
— Avoir V estomac dans les talons, avoir une grande faim.

Estra, n. m. — Extra. Ex. Je paierai tous les estras.

Estradinaire, adj. — Extraordinaire.

Estravagance, n. f. — Extravagance.

Estravagant, e, adj. — Extravagant, e.

Estravaguer, v. n. — Extravaguer.

Estrémité, n. f. Extrémité. Ex. Notre malade est à V estrémité.

Estremeonction, n. f. — Extrême onction.

Estropié, adj. Hernie. Ex. Je me suis estropié en voulant lever le poids d’un quintal.

Estropier (s1), v. pron. Se blesser. Ex. Je me suis estropié au doigt.

Estropique, adj. et n. — Hydropique.

Etabli, n. f. — Etabli, n. m.

Etage, n. m.

Phase. Ex. Nous ne sommes encore qu’au premier étage

de la procédure. (Angl. )

Etage, n. f. Ex. Monte à la seconde étage,

Etain, n. f. — Etain, n. m. Ex. Une cuiller à’étainfine.

Etaler, v. a.

Laisser porter. Ex. Nous ne sommes pas beaucoup habil lés contre le froid, n’importe, étalons. 

Etamper, v. a.

— Dire à quelqu’un son fait. Ex. Je l’ai êtampê de la belle
façon. 
— Frapper, battre.

Etamper (s’), v. prou.

S’étendre de tout son long. Ex. Il est tombé dans une mare de boue, il ^ ’est étampé comme il faut.

Etamperche, n. f. — V. Etemperche.

Etancher, v. a.

Sécher. Ex. Etanche ton papier avec du papier buvard.

Etang, n. m.

Pièce d’eau artificielle. Ex. Nous avons jeté des poissons vivants dans notre étang.

Etanies, n. f. pl.

Litanies. Ex. Maintenant, mes enfants, nous allons dire les étantes, c’est-à-dire les litanies de la sainte Vierge.

Etarnité, n. f. — Eternité.

Etarnuer, v. n. — Eternuer.

États, n. m. pl.

États-Unis. Ex. Je pars pour les États, je m’en vas travailler dans les /aciéries.

Etau, n. m. — Etal.

Etaye, n. m. — Etai, appui, support.

Eté des sauvages.

Intervalle de doux temps vers la fin de l’automne, qui laisse croire que l’été va renaître. Nos sauvages profitent de ce temps pour faire leurs chasses et leurs pêches en vue de l’hiver qui va s’ouvrir.

Eteil, n. m. — V. Etaye.

Eteindu, e, adj. part.

Eteint. Ex. As-tu êteindu la chandelle ?

Etemperche, n. f. — Tendoir, écoperche.

Etenderie, n. f.

Etendage, assemblage de cordes tendues sur lesquelles on
étend des choses qu’on veut faire sécher.
Assemblage de choses étendues sur les meubles ou sur le
plancher.

Etendre, v. a.

Etendre le linge. Ex. Aujourd’hui, il fait beau, nous allons étendre.

Eternité de temps, n. f.

Long intervalle. Ex. Crois-tu que je vais t’attendre une

éternité de temps ?

Etiré, e, adj. part.

— Abattu, fatigué. Ex. Qu’as-tu donc, ce matin, tu es

tout étiré ?

— Tiré, allongé. Ex. Avoir la figure étirée.

Etoc, n. m. — Etau.

Etoffe du pays, n. i-

Etoffe fabriquée chez les cultivateurs avec la laine de

leurs moutons.

Whiskey blanc. Ex. Entrons prendre un coup & étoffe

du pays.

Etoile à grand’ queue, n. f. — Comète.

Etou, adv. — Aussi. Ex. Moê étou, toê êtou.

Etouffer, v. a. — La dévotion

Vétouffe pas, il n’est pas dévot.

Etoupe de France, n. f.

Etoupe très soyeuse employée par les rebouteurs dans les cas de fracture.

Et pis, loc.

Et puis. Ex. Tu iras au bureau de poste, et pis à l’église.

Etrange, adj.

Etranger. Ex. Quel est celui-là qui passe ? — C’est un étrange, ben sûr.

Etranger, v. a. — Etrangler, vendre cher.

Etre bien, loc. — V. Bien.

Etre bon, loc.

Bien disposé. Ex. Peux-tu m’aider à scier une corde de bois ? — Je suis bon.

Etre bon pour, loc. — V. Bon pour.

Etre en cherche, loc.

Etre à la recherche. Ex. Je suis en cherche d’un bon domes tique.

Etre pour, loc.

Etre sur le point de. Ex. Je suis pour me marier la se maine prochaine.

Etreit, e, adj. — Etroit, étroite.

Etreitement, adv. — Etroitement. 

Etriper, v. a.

Tuer de coups. Ex. J’ai manqué me faire êtriper.

Etriqué, e, adj.

Vêtu. Ex. Cet homme est bien mal étriqué. On peut dire êtriquer un habit, êtriquer un discours. Etrivant, e, adj. part. Contrariant. Ex. Que c’est etrivant de se voir condamné

à entendre de pareils discours ! Etrivard, n. et adj — Qui aime à étriver. 

Etrivation, n. f. — Action d’étriver.

Etriver, v. a.

Gouailler, taquiner.

Ce mot semble venir de l’islandais strid, qui signifie guerre, attaque, ou mieux de l’anglais to strive, disputer, gourmander.

Etriver (s’), v. prou. — Se plaisanter mutuellement.

Etriveux, se, n. et adj.

Qui est dans l’habitude d’étriver. E cetera, loc. Et cetera. Jeu de mots très involontaire chez celui qui le

commet.

Eturgeon, n. m. — Esturgeon.1 Eu,

U. Se prononce le plus souvent u. Tradition du vieux français. On dit bien : j’eus, tu eus, il eut, gageure, avec la son u. Tout ce qui parle bien en France, écrivait Théodore de Bèze, au XVIe siècle, prononce hureux.

  • Euchre, you-keur, (m. a.)
Jeu de cartes où le valet d’atout joue un grand rôle. Eune, adj. f. — Une. Ex. Je vous souhaite eune bonne année.
  • Evaluateur, n. m. — Estimateur. (Angl.)

Evangile, n. f.

Evangile, n. m. Ex. Partir de l’église avant la dernière évangile.

Eveiller, n. m.

Réveiller. Ex. Demain, tu m1’éveilleras à six heures. Eventaire, n. m. — Inv entaire.

Eventé, e, adj.

Evaporé, léger. Ex. Une personne éventée.
Goût particulier que prend le lard avancé. Ex. Du porc

frais qui a pris le goût Revente.

Eventer, v. a. — Pousser. Ex. Eventer les cris.

Eventilateur, n. m. — Ventilateur.

Eventiler, v. a. — Ventiler, renouveler l’air dans un lieu clos.

Eventouffle, n. f. — Ventouse.

Eventouse, n. f. — Ventouse.

Eviander, v. a. — Enlever la viande sur un os.

Exactitude, n. f.

Ce mot n’est pas encore reconnu par l’Académie. On l’a vu naître avec peine, et se conserver malgré tous les efforts contraires des puristes. Au XVIIIe siècle, on a mis ea circulation, pour en finir, les mots exactetê et exactesse. Us ont tous deux disparu. Exactitude est resté, et restera, parce que la langue en a besoin et ne peut le remplacer.

Exarcer, v. a. — Exercer.

Excès (d’j, adv.

A l’excès. Ex. Y avait-il bien du monde à l’assemblée d’hier soir ? — Non, il n’y en avait pas d’excès.

Excitement, n. m. — Excitation.

Exciter (s’), v. pron.

Perdre son sang-froid. Ex. Ne vous excitez pas, l’ami, prenez vos sens.

Excrimer (s1), v. pron. S’escrimer, se remuer en tous sens.

Excuse, n. f.

Demander excuse, demander pardon.
Faire excuse, s’excuser. Ex. Faites excuse, monsieur,
ce n’est pas cela que j’ai voulu dire.

Excusez ! v. a.

Pris à l’impératif et sans régime, par voie d’exclamation ironique. Ex. Quelle belle toilette, excusez ! excusez du peu !

Exemple, m. f. Exemple, n. m. Ex. Une belle exemple à suivre.

Exemple (par) ! loc.

Exclamation pour exprimer l’étonnement, comme si on
disait : je vous en prie, vous m’étonnez. Ex. Qu’est-ce

que tu me racontes là, par exemple !

En retour. Ex. Je vais te donner cent piastres pour le
loyer de ta maison, ma\spar exemple, tu en feras réparer
tout l’intérieur.

Exercer, v. a. — Répéter. Ex. Exercer un drame.

— Entraîner. Ex. Exercer un cheval.

Exhibit, n. m. — Document.

Exhibition, n. f.

Exposition. Ex. Vas-tu à Vexhibition du comté de Québec ?

Exil, n. m. — Pénitencier. Ex. Partir pour l’exil.

Exiler, v. a.

Condamner au pénitencier. Ex. Un tel va être exilé pour sa vie.

Existence (en), loc.

Qui existe. Ex. C’est le meilleur remède en existence.

  • Exposé financier. — État budgétaire. (Angl.) Exprès, adv.

C’est fait exprès, c’est comme un fait exprès, c’est une action accomplie expressément dans un but particulier.

Exprès (faire un).

Aller expressément. Ex. J’ai dû faire un exprès pour faire votre commission.

Exprès (par), loc.

Avec intention. Ex. Monsieur, je ne l’ai pas fait par exprès.

  • Express, n. f., (m. a.)
— Petite voiture à l’usage des enfants, pour simuler les

grosses voitures dont se servent les épiciers, les bouchers pour distribuer leurs provisions aux chalands.

Voiture de déménagement, voiture de factage, camion.

Extra, n. m.

Supplément. Ex. Extra de journal.
Excellent. Ex. Ce vin est extra.
Compte additionnel. Ex. Ce qui me coûte le plus cher dans cette maison que je viens de faire construire, ce sont les extras.
Extradinaire, adj.
Extraordinaire.
Extrait d’âge, n. m.
Acte de naissance, baptistaire.
Extra superfin.
Supérieur. Ex. Nous vendons de la fleur extra superfine pour faire de bons gâteaux.