Le Portrait de madame Jabulot

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
La Peau de tigre (recueil, partiellement original)Michel Lévy frères (p. 207-222).



LE PORTRAIT DE MME JABULOT


SCÈNE COMIQUE


Le palier d’un septième étage. M. Jabulot, bourgeois cramoisi, en redingote raisin de Corinthe exorbitant, pantalon eau du Nil plombée, breloques d’aventurine, souliers à bouffettes, paraît sur le haut de l’escalier, essoufflé, haletant comme un hippopotame à sec.


JABULOT, VOIX INTÉRIEURES, UN RAPIN, UN BOULE- DOGUE, HENRI, CORALIE.


JABULOT.

Ouf ! je crois que je vas prendre mon attaque, je n’en puis plus. Sept étages au-dessus de l’entre-sol, merci ! C’est au premier en venant du côté du bon Dieu. Mais ces peintres, c’est si gueux ! ça se loge près du ciel, sous prétexte d’avoir le jour meilleur. Comme c’est commode pour les pratiques ! Où est la sonnette maintenant ? Pas de sonnette ! le cordon est arraché. Plus souvent, si j’étais propriétaire, que je voudrais loger des artistes, ça fait plus de dégâts que des chèvres ou des lapins. (Il frappe.)


VOIX INTÉRIEURES.
Ne pas confondre avec les poésies de ce nom.

Traderi dera ! — Boum, boum ! — Ouah ! ouah ! — Ma Normandie… — L’or est une chimère !Tu n’auras pas ma rose ! — Hou ! hou !


JABULOT, exaspéré.

Ah çà ! mais c’est donc un Capharnaüm ici ? Quel vacarme ! (Il refrappe.) Ils vont me laisser moisir à la porte.


UN RAPIN DU DEDANS.

On y va !


JABULOT.

Mais non, on n’y va pas du tout.


LE RAPIN, faisant nu saut en arrière.

Tiens ! c’est un bourgeois. (À part.) Oh ! ce mufle !


LE BOULEDOGUE.

Ouah ! ouah ! ouah !


JABULOT, effrayé.

Jeune homme, contenez votre bête féroce, ne me laissez pas dévorer. Page:Gautier - La Peau de tigre 1866.djvu/217 Page:Gautier - La Peau de tigre 1866.djvu/218 Page:Gautier - La Peau de tigre 1866.djvu/219 Page:Gautier - La Peau de tigre 1866.djvu/220 Page:Gautier - La Peau de tigre 1866.djvu/221 Page:Gautier - La Peau de tigre 1866.djvu/222 Page:Gautier - La Peau de tigre 1866.djvu/223 Page:Gautier - La Peau de tigre 1866.djvu/224 Page:Gautier - La Peau de tigre 1866.djvu/225 Page:Gautier - La Peau de tigre 1866.djvu/226 Page:Gautier - La Peau de tigre 1866.djvu/227 Page:Gautier - La Peau de tigre 1866.djvu/228 Page:Gautier - La Peau de tigre 1866.djvu/229 la dernière pipe pendant que tu t’escrimais avec le bourgeois : je vais descendre en chercher.


CORALIE.

Ça fait tout de même une demi-heure de carottée sur la pose.