Mozilla.svg

Le Rêve du forgeron

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Chants révolutionnairesAu bureau du Comité Pottier (p. 112-113).



LE RÊVE DU FORGERON



Au citoyen Jules Guesde (Voie du Peuple).


Le forgeron s’accoudait sur l’enclume,
Brisé des reins et tombant de sommeil ;
En songe alors, sa forge se rallume,
Un homme en sort et dit : Pense au réveil !

Cet homme est large et velu comme Hercule,
Un lion roux lui fournit un manteau,
En ruisseaux bleus son sang de fer circule,
Ses deux bras nus lèvent un lourd marteau.

« Je suis Travail, dit-il, mes reins humides
» Gardent encor les sueurs du passé ;
» J’ai, bloc à bloc, monté les Pyramides,
» Les conquérants sur mon corps ont passé.

» Je fus jadis le paria, l’ilote,
» Le vil esclave aux murènes jeté,
» Le serf meurtri qu’à la glèbe on garrotte,
» Quatre-vingt-neuf me cria : Liberté !…

» Moi, libre ? oh ! non, j’appartiens au salaire,
» Maître sans nom qui paie au jour le jour ;
» Je suis encor le bétail populaire,
» L’œil sans lumière et le cœur sans amour.

» Pour gagne-pain, j’eus mes bras, mon échine.
» Les supprimant par un progrès trompeur
» Sur moi, l’usure a lancé la machine,
» L’écrasement marche à toute vapeur.


» N’est-il pas temps d’enrayer ce système
» Dégradant l’homme et la femme et l’enfant ?
» Mon rédempteur, l’unique, c’est moi-même,
» J’aurai raison du monstre en l’étouffant.

» Des parlements, j’ai trop payé les hontes,
» Je ne veux plus Judas pour agréé.
» Au capital, je dis : Réglons nos comptes !
» Tu m’appartiens, puisque je t’ai créé.

» Entre tes mains, ma vie est au pillage,
» La concurrence est un jeu meurtrier.
» Donc, je reprends mon immense outillage,
» L’outil doit être aux mains de l’ouvrier.

» N’ayant qu’un but, la force doit être une,
» Elle est en moi, la force, et pas ailleurs.
» Paris, martyr, proclamant la Commune,
» A, dans leur sang, sacré les travailleurs.

» Vaincus de Mai, que vos morts soient fécondes !
» Au grand rappel, quand vous vous lèverez,
» Morts radieux, portez dans les deux mondes
» Le drapeau rouge aux peuplés fédérés.

» Toi, compagnon, prends ces outils qu’on nomme
» Raison, Progrès, Science, Égalité,
» Sois plus qu’un roi, sois ton maître, sois homme :
» Ô Travailleur, deviens l’Humanité ! »


Paris, retour d’exil, 1884.