75%.svg

Le Ruban (Desbordes-Valmore)

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
PoésiesA. BoullandTome 1 (p. 177-179).


Cette couleur, autrefois adorée,
Ne doit plus être ma couleur ;
Elle blesse mes yeux, elle attriste mon cœur,
En retraçant l’espoir qui m’avait égarée.
Pour un objet plus frivole que moi,
Reprenez ce lien qui n’a rien de durable;
Celui qui m’enchaîna longtemps sous votre loi
Ne me parut que trop aimable !
Il est brisé par vous, et brisé sans retour :

Faut-il en rappeler le souvenir pénible ?
Oubliez que je fus sensible,
Je l’oublîrai peut-être un jour.

Je pardonne à votre inconstance
Les maux qu’elle m’a fait souffrir ;
Leur excès m’en a su guérir :
C’est à votre abandon que je dois l’existence.
J’ai repris le serment d’être à vous pour toujours ;
Mais mon âme un instant fut unie à la vôtre,
Et, je le sens, jamais un autre
N’aura mes vœux, ne fera mes beaux jours.
Ces jours consacrés à vous plaire,
Ces vœux, si tendres et si doux,
Et toujours inspirés par vous,
Désormais qu’en pourrai-je faire ?
Aime-t-on dès qu’on veut aimer ?
Si je trouve un amant plus fidèle et plus tendre,

Mieux que vous il saura m’entendre;
Mais comme vous saura-t-il me charmer ?
Pourquoi feignez-vous de le croire ?
Vous offensez l’amour, en accusant mon cœur :
Ah ! cet amour eût fait ma gloire,
S’il avait fait votre bonheur !
Votre bonheur, hélas ! sera d’être volage ;
Vous séduirez encor dès qu’on vous entendra ;
Vous ferez le tourment de qui vous aimera ;
Et de vous, en fuyant, j’ai gardé cette image :
 
« Aussi léger que prompt à s’enflammer,
De l’amour en riant il inspire l’ivresse ;
Mais pourquoi, quand son amour cesse,
Ne cesse-t-on pas de l’aimer ? »