Le Tour du monde/Volume 24

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

LE TOUR DU MONDE

NOUVEAU JOURNAL DES VOYAGES

Volume 24 — 1872 / 2e semestre



LA RUSSIE LIBRE, par M. WILLIAM HEPWORTH DIXON. 1869. – Texte et dessins inédits

  • I. Les routes. – La tarantasse. – Départ d’Arkhangel. – Les forêts. – Les vagabonds – Hameaux et villages. – II. La vie patriarcale. – Une noce. – Condition des femmes. – III. Villages républicains. – Communisme. – IV. Les villes. – V. Kiev. …1
  • VI. L’exil. – VII. Les Sibériens. – VIII. Une cour tartare. – IX. Les serfs. – X. L’émancipation. …17
  • XI. La liberté. – XII. La tsek et l’artel. -XIII. Maîtres et serviteurs. – XIV. Les prêtres de paroisse. …33
  • XV. Une révolution conservatrice. – XVI. La police secrète. – XVII. Les gouverneurs provinciaux. – XVIII. Kazan. …49
  • XIX. Le steppe oriental. – XX. Les cosaques du Don. – XXI. Sous les armes. – XXII. Alexandre. …65


VOYAGE À LA NOUVELLE-GRENADE, par M. le docteur SAFFRAY. 1869. – Texte et dessins inédits.

  • I. DE SAINTE-MARTHE À TURBACO. – Avant-propos géographique. – En vue de Sainte-Marthe. – Description de la ville. – Letasajo. – Une ruade à un requin. – La Vierge de Rio Hacha. – Coup d’oeil rétrospectif sur Sainte-Marthe. – Les Indiens de laSierra-Nevada. – La bodoquera. – Notice sur l’Erythroxyloncoca. – Carthagène des Indes. – Le passé de Carthagène. – Description de Carthagène. – Danses et chants. – Lebambuco. – Intérieur de la cathédrale. – L’inquisition en Amérique. – Promenade au marché. – Lescocuyos. – Productions et commerce. – Un muletier modèle. – La vérité sur l’arbre à lait. – Les volcans d’air deTurbaco. – Le temple de l’Esprit des guérisons. – Antiquités indiennes de Turbaco. …81
  • II. DE TURBACO À NARE. – Des pays que les Espagnols nommèrent Terre-Ferme, Nouvelle-Andalousie et Castille-d’Or. – Christophe Colomb et le Paradis Terrestre. – Reconstructon de la carte de la Nouvelle-Grenade au temps de la Conquête. – Politique et tactique des conquérants. – Dispositions des Indiens envers les Espagnols. – Mœurs et coutumes des Indiens des côtes de l’Atlantique. – Les sépultures du Rio Zénu. – Les armes empoisonnées. – Le mancenillier. – Route de Turbaco à Calamar. – Les guêpes cartonnières. – Passage du canal de Carthagène. – Tableaux de la nature tropicale. – Les mangeurs de terre. – Manière de naviguer sur la Magdalena. – Iles et plages. – Embouchure du Cauca. – La ville de Mompox. – Un mot sur la vallée de Upar. – Les fourmis sont-elles comestibles ? – Opinion sur l’origine des langues indiennes. – L’île Margarita. – Les singes hurleurs. – Le vin de palmier et le chou palmiste. – Désillusion au sujet des cocotiers. – Les îles flottantes. – La terre des papillons. – L’ivoire végétal. – Le Cédron. – Différentes manières de chasser le caïman. – Arrivée à Naré : situation, commerce, habitants. …97
  • III. DE NARE À MEDELLIN. – Navigation sur le Rio Naré. – La Bodéga de San-Christobal. – Chemins dans les Cordillères. – Moyens de transport. – La liane du voyageur. – Les Tambos. – Archéologie de la Nouvelle-Grenade. – La nature dans les Andes. – Marinilla. – Combats de coqs. – De Rio Negro à Médellin. – Vue du sommet de la montagne Santa-Elena. – Médellin et les environs. – Mœurs et coutumes. – Pépito et Pépita. – Les étrennes. – Sérénades. – Commerce. – Promenade au marché de Médellin. – Le pain dejuca. – Le fil de cabuya et de pita. – Honneurs au Saint-Sacrement. – Monuments de Médellin. – Maisons particulières. – Constructions en pisé. – La fête. – Juana la folle. – De l’esclavage à la Nouvelle-Grenade. – Appréciation du caractère de Las Casas. …113
  • IV. PROVINCE D’ANTIOQUIA. – Découverte de la province d’Antioqua. – Le chevalier Saint-Jacques. – Civilisation des indigènes. – Invention de la balance. – Le chien américain. – Limites de la province. – Divisions et points remarquables des Cordillères. – Fleuves et rivières. – Navigation du Cauca. – Voies de communication. – Climat de la province. – Terres Chaudes, Tempérées et Froides. – Population, coutumes. – Commerce, industrie. – Sur l’histoire de la canne à sucre. – Du sucre, considéré comme aliment. – Coup d’oeil sur la faune et sur la flore de la province. – Géologie, minéralogie : sources salées, gisements métalliques. – Etat actuel des districts miniers. – Différentes espèces de mines d’or. – Travaux d’exploitation. – Statistique des mines d’or de la Nouvelle-Grenade. – Influence de la découverte des mines du Nouveau-Monde sur la valeur des métaux précieux en Europe. …129


L’INDE DES RAJAHS. VOYAGE DANS LES ROYAUMES DE L’INDE CENTRALE ET DANS LA PRÉSIDENCE DU BENGALE, par M. LOUIS ROUSSELET. 1864-1868. – Texte et dessins inédits (suite).

  • XXI. D’ULWUR À AGRA. – Un camp royal. – LeMewat. – Digh. – Le palais du rajah de Bhurtpore. – Fêtes àDigh. – Secundra. – XXII. AGRA. – La Fortesse d’Akber. – La mosquée des Perles. – Le Tâdj. – Le mausolée d’Etmaddowlah. – Les jardins de laJumna. – XXIII. LE DURBAR IMPÉRIAL D’AGRA. – Importance du Durbar. – Refus du Maha Rana. – Arrivée du vice-roi des Indes. – Fêtes de Scindia, au Tâdj. – Grande revue. – Cérémonie d’investiture de l’Étoile de l’Inde. – Le Durbar. – Rajahs présents. …145
  • XXIII (suite). LE DURBAR IMPÉRIAL D’AGRA. – Les invités du Durbar. – Le Nuzzur. – Le Khillut. – Un Maha Rajah qui danse. – XXIV. ROYAUME DE BHURTPORE. – Le sutter-tchopaya. – Bhurtpore. – Les Jâts. – Les deux sièges. – Le capitaine Fantôme. – XXV. LES RUINES DE FUTTEHPORE. – Futtehpore-Sikri. – Ensemble des ruines. – Le Dourgah de Sélim. – L’empéreur Akber et le saint. – Palais duPadishah. – Le jeu de Pâtchisi. – Le Dewani-khâs. – Le vieux guide deFuttehpore. – XXVI. ROYAUME DE DHOLEPORE. – Kahiragurth. -Dholepore. – Visite du ministre. – Le cimetière du Jarjira. …161
  • XXVI (suite). ROYAUME DE DHOLEPORE. – Le lac sacré deMutchkhounda. – Le Mahunt. – Durbar du Maha Raj Rana. – Passage du Chumbul. – Changda. – Nourabad. – XXVII. GWALIOR. – Historique de Gwalior. – La Forteresse. – Palais du roi Pâl. – Le vandalisme britannique. – Temples jaïnas. – Temple bouddhiste. – Le ravin de l’Ourwhaï ou la Vallée-Heureuse. – Le Jaïnisme. – Excavations du Sud-Ouest. …177
  • XXVIII. LA COUR DE SCINDIA. – Origine de la puissancemaharate. – Les Cosaques de l’Inde. – Le porteur de pantoufles dePeichwah. – Daolat Rao et les officiers français. – Le général Perron. – États de Scindia. – Le camp maharate de Gwalior, ses bazars, ses monuments. – Un carrousel royal. – Entrevue avec le Maha Rajah. – Le durbar et les bayadères. – XXIX. ROYAUME DE DUTTIAH. – Départ de Gwalior. – Notre caravane. – Le Bundelcund. – Hurdeo Sing et l’esclave Boundi. – Principautés Boundêlas. – Duttiah. – Palais de Birsing Deo. – Le mindi ou henné. – La curée d’un chameau. – Entrevue avec le Rao Maharajah de Duttiah. – Les danseurs de corde. – La montagne sacrée de Sounaghur. – Le fakir de la fleur sacrée. – Les forêts de pâlas. – Le Pahoudj.
  • XXX. PROVINCE DE JHANSIE. – Jhansie. – Le Rani et Tantia Topi. – Les montreurs d’ours. – La Betwa. – Barwa. – Le camp aérien. – Le lac et la digue de Birsing. – Le souper de « mon oncle ». – Une nuit à l’afflût. – XXXI. OURTCHA. – Ourtcha, ancienne capitale duBundelcund. – Les rois Boundêlas. – Le palais des fleurs. – La citadelle et les palais. – Le temple deChutter-Bhoje. – Le tombeau de Birsing Deo. – Préparatifs d’une fête. – Katchnair. – Le chien et les gendarmes. – XXXII. ROYAUME DECHUTTERPORE. – Jaghir d’Alipoura. – Nowgong. – Une mésaventure. – Now. – Chutterpore. – Les premiers coups de canon. …209


L’ARCHIPEL MALAISIEN, PATRIE DE L’ORANG-OUTAN ET DE L’OISEAU DU PARADIS. – RÉCITS DE VOYAGE ET ÉTUDE DE L’HOMME ET DE LA NATURE, par ALFRED RUSSELL WALLACE.

  • V. SUMATRA. – Novembre 1861 à janvier 1862. – VI. TIMOR. – Coupang, 1859. – Delli, 1861. – VII. CÉLÈBES. – Macassar. – De Septembre à novembre 1856. …225
  • VII (suite). CÉLÈBES. – Macassar. – De septembre à novembre 1856. – VIII. MACASSAR. – Juillet à novembre 1857. – Menado. – Juin à septembre 1859. – IX. BANDA. – Décembre 1857. – Mai 1859. – Avril 1861. – X. AMBOINE. – Décembre 1857. – Octobre 1859-février 1860.


VOYAGE EN THURINGE (ALLEMAGNE DU NORD), par M. A. LEGRELLE. 1869. – Texte et dessins inédits. …257 VOYAGE D’EXPLORATION EN INDO-CHINE. – Texte inédit par M. FRANCIS GARNIER, lieutenant de vaisseau( suite). – Illustrations inédites, d’après les dessins de M. DELAPORTE, lieutenant de vaisseau. – 1866-1867-1868.

  • XI. Muong You. – Arrivée de M. de Lagrée. – Fabrique d’armes deSamtao. – Navigation sur le Nam Leuf. – La vallée de Muong Long. – Une route et un pont chinois. – Nouvelles difficultés. – Départ pour XiengHong. – Description de cette ville. – État politique de la contrée. …289
  • XI (suite). Populations mixtes de Xieng Horg. – Voyage de Xieng Hong à Muong La ou Se-mao. – Arrivée en Chine. – XII. Réception à Se-mao. – Description de cette ville. – Guerre des Mahométans. – Départ pour Pou-eul. – Salines d’Ho-boung. …305
  • XIII. De Pou-eul à Lin-ngan. – Les salines de Mo-he. – Nous changeons de bassin. – Le Pa-pien kiang et le Pou-kouKiang. – Ta-lan. – Les mines d’or. – Yuen-kiang et le fleuve duTong-king. – Je me sépare de l’expédition. -Lin-ngan. – Une quasi-lapidation. …321


VOYAGE EN ESPAGNE, par MM. GUSTAVE DORÉ et le baron Ch. DAVILLIER. 1862. – Dessins inédits de GUSTAVE DORÉ ; Texte inédit de M. le baron Ch. DAVILLIER.

  • Le château d’Alba de Tormès. – La ville. – Le couvent des Carmelitas Descalzas ; encore sainte Thérèse. – Les environs de Salamanque. – Les Charros et les Charras ; leur naïveté ; leur costume. – Le Tormès. – Les Carboneros de Salamanque. – Le Carpio. – Bernado delCarpio. – Les Batuecas ; les Hurdes. – Fables singulières sur les Batuecas. – Les Béotiens de l’Espagne. – Un roman de Mme de Genlis sur lesBatuecas. – L’ermitage de Nuestra Senora de la Pena de Francia (Notre-Dame du Roc de France). – Quelques mots sur la langue castillane. – Opinion de Brantôme et de Cervantès. – Hablar et Parlar. – Éloge de la langue castillane par Yriarte et par le marquis deLangle. – Ce qu’en dit le Vago italiano. – Critique du cardinal du Perron. – Les Os et les As. – Charles-Quint et la langue des dieux. – Deux perroquets tués parce qu’ils parlaient français. – Comment le conseiller Bertaut se trouve bien de savoir l’espagnol. – LaGermania, ou argot espagnol. – Les romances de Germania. – Classification noms des voleurs. – Expressions pittoresques : parties du corps ; noms des vêtements. – La prison, la justice et le garrotte. – Les armes, etc. – Analogie entre la Germania et l’argot français. – De Salamanque à Zamora. – Le palais de Dona Urraca. – Les murailles et la Puerta de Zambranos. – Toro. – Le Duero et ses eaux. – Medina del Campo. – Ses foires au seizième siècle. – Le Castillo de la Mota. – Isabelle la Catholique et César Borgia. – Charles-Quint et le brasero d’or massif. – Le brasero du duc d’Albe et celui de PhilippeIII. – Les blés de la Castille au marché de Medina del Campo. – Valladolid, ancienne capitale de l’Espagne. – La Plaza Mayor et la Acera de San Francisco. – Encore des autos de fé. – Le Campo-Grande. – La Calle de laPlateria. – Les orfévres de Valladolid au seizième siècle et ceux d’aujourd’hui. – Le musée. – Pompeo Leoni. – Le Berruguete, Gregorio Hernandez et leurs sculptures en bois. – La cathédrale. – La façade de San Pablo. – San Gregorio et sonpatio. – La maison où naquit Philippe II. – La Calle de Colon. – La maison de Cervantès. – L’Esgueva et le Pisuerga. …337
  • PALENCIA ET LEON. – Palencia et les Palencianos. – Le rio Carrion et le romancero du Cid. – La cathédrale : la chaire en bois sculpté ; la reja (grille) du chœur ; les broderies ; la Cuslodia de Juan de Benavente. – Les fleurs de lis et la légende de San Antolin. – De Palencia à Léon en chemin de fer. – Paredes de Nava. – Grajal. – Sahagun et son clocher. – Léon. – La cathédrale et le cloître. – Le couvent de San Marcos ; les sculptures de la façade ; les salles du chœur : Guillermo Doncel. – L’église de San Isidro el Real. – Des ravages et des déprédations attribués à tort aux Français. – La Casa de los Guzmanes. – La Plaza Major. – De Léon à Astorga. – L’ancienne Asturica Augusta. – La cathédrale : le retable de Baspar Becerra. – La statue de Pedro Mato. – La Maragateria. – Encore les Maragatos ; leurs mœurs et leur caractère ; les Maragatas ; la Bible et le Maragato. – La feria d’Astorga. – Les gitanos dans la province de Léon. – Un photographe antiquaire. – Le théâtre. – Les comicos de la legua. – Les titeres ou marionnettes ; le tiliritero. – Les sombras chinescas. – La posada d’Astorga. – Naïveté d’une servante. – La cuisine espagnole. – Sobriété nationale. – Les buveurs d’eau et les borrachos. – Quelques festins célèbres en Espagne. – Le puchero d’aujourd’hui. – La olla podrida d’autrefois. – L’oille et les pots-à-oille de nos pères. – Comment se fait un bon puchero. – Les garbanzos. – Les altramuces. – L’ « animal encyclopédique ». – Le jamon et le tocino. – Les choziros, morcillas, etc. – La manteca de cerdo. – Le dessert en Espagne : cabellos deangel, orejones, mostillo, etc. – Le chocolat d’Astorga. – Introduction du chocolat en Espagne. – Opinion des théologiens et des casuistes. – Le chocolat rompt-il le jeûne de l’Eglise ? – Ce qu’en passe Escobar. – Comment le pape Paul V résolut la question. – Le livre du P. Tomas Hurtado. – Comment on falsifiait autrefois le chocolat en Espagne. – Saint-Simon, Philippe V et les jésuites. – Différentes manières de prendre le chocolat. – Quelques anciennes recettes : la cannelle, le poivre rouge, le musc et l’ambre gris. – Leschocolateros. – Un empoisonnement par le chocolat. – Comment les médecins l’ordonnaient à leurs malades. – Les jicaras et le jicarazo. – Un couplet populaire sur la tasse de chocolat des nouveaux mariés. …353
  • GALICIE. – BURGOS. – Le Vierzo. – Villafrancha del Vierzo. – LaGalice. – Lugo. – Les Gallegos. – Les segadores. – Quelques plaisanteries sur les Gallegos. – L’accouchement du Galicien. – LaGallegada. – Saint-Jacques de Compostelle. – Les pèlerins. – Le Camino francés. – La cathédrale de Santiago. – Oviedo. – Les reliques de la Camara Santa. – Les Asturies. – Don Pelayo. -Covadonga. – L’inscription du roi Silo. – Le Puerto de Pajares. – Burgos. – Le climat. – La Plaza de laLibertad. – Les Castillans. – Des monteras espagnoles, considérées dans leurs rapports avec les casques. – Guenilles et haillons. – Les Pobres de Solemnidad. – Le Mercado de lallendre. – Un poëte espagnol et les piojos. – L’éloge de la puce. – Le poëte Cetina et les pulgas. – Les chinches. – Un vers de Martial. – Une copla populaire à propos des chinches. – Seguidillas philosophiques chantées par un mendiant. – La Casa del Cordon. – L’Ayuntamiento. – Les os du Cid et de Chimène… en bouteille. – La cathédrale de Burgos. – Une porte en bois sculpté. – Les stalles du chœur. – La Capilla delCondestable. – Ses tombeaux. – Un escalier monumental. – La Capilla del Santo-Cristo. – Traditions et légendes. – Un Christ recouvert de peau humaine. – Le Papa-moscas de Burgos. – Une vierge de Sébastien del Piombo. – Le Cofre del Cid. – Deux juifs accommodants. – Le clergé de la cathédrale de Burgos. – La musique dans les églises d’Espagne. – Les oiseaux dans les églises d’autrefois : les serins, les alouettes et les corbeaux. – La légende de saint François. – Une séguidille populaire. – Encore les processions religieuses : les Pasos et le Corpus. – Les tapisseries aux balcons. – Les drames religieux. – Un dialogue entre le grand prêtre Anne et Judas. – Les processions deporfia. – Un fanfaron andalous et le Saint-Sacrement. …369
  • BURGOS. – ARAGON. – Le monastère de Las Huelgas, près Burgos. – Les religieuses espagnoles et les confitures. – Les parloirs. – Les grilles hérissées de pointes de fer. – La Cartuja de Miraflores. – L’ancien couvent de San Pedro de Cardena. – Le tombeau du Cid Campeador et de son chevalBabieca. – Ses trois épées favorites : la Colada, la Joyosa et la Tizona. – Pourquoi on les appelait ainsi. – Comment le héros sortit de son tombeau, et tira l’épée contre un Juif qui lui prenait la barbe. – Le Cid a-t-il existé ? – Quelques opinions pour et contre. – Un descendant duCampeador. – Un auteur espagnol cité en justice pour avoir à confesser l’existence du héros. – Le Romancero del Cid. – Les plaintes de la Vieille Castille. – Les Gangantas de Pancorbo. – Le monastère de Bujedo. – Passage de Philippe IV et de sa cour. – Miranda de Ebro. – L’Ebre. – Le rioZadorra. – Lagrono. – La Rioja. – Calahorra. – La Navarre et les Navarrais. – La Jota Navarra. – Quelques couplets populaires. – LeMoncayo. – L’Aragon et les Aragonais. – Le Justicia. – Lescontrabandistas. – Costume aragonais : le scapulaire ; la faja morada ; les alpargatas ; quelques proverbes. – Les Aragonaises et les Andalouses. -Riclas. – Le rio Jalon. – Les Melocotones de Aragon. – Carinena et ses vignobles. – Teruel. – La légende de los Amantes de Teruel : Isabel et Marcilla. – L’église de San Pedro et le tombeau des deux amants. – Calatayud. – Le poëte Martial et l’ancienneBilbilis. – Le quartier de la Moreria. – Le Castillo del Reloj. – Alhama de Aragon. – L’ancien monastère de Piedra. – Médina-Celi. – Sigüenza. – L’université de Sigüenza. – Les médecins et la médecine en Espagne. – Le Curandero ; le Barbero ; le Cirujano ; le Comadron ; le Sacamuelas ; le Sangrador. – La saignée. – Proverbes et satires. – La médecine populaire. – Le Médico de si mismo et le Médico de lospobres. – Guadalajara. – Le palais des ducs de l’Infantado.
  • SARAGOSSE. – Saragosse et les Aragonais. – Comment on reconnaît un bon Aragonais. – Les « poignards saragossoys » et les épées d’Andrés Ferrara. – Un ancien palais arabe : l’Aljaferia. – La Tour penchée ouTorre Nueva. – La Casa de la Infanta. – LeCoso. – Les Romanceros. – L’imagerie populaire : les Aleluyas ; les gravures pour enfants ; les histoires de brigands ; les satires et caricatures contres les estudiantes ; les chansons andalouses, etc. – Les églises de Saragosse : laSeo. – Nuestra Senora del Pilar. – Le Pilier et les fidèles. – Les femmes à l’église. – Images et scapulaires. – Les fêtesde Notre-Dame del Pilar. – Dévotion à la Vierge. – Les saints populaires en Espagne. – San Anton. – Les panecillos. – Pourquoi on met le saint dans un puits. – San Juan de Dios, San Pedro et San roque. – San Sebastian. – La vie de saint Benoît mise en seguidilles. – La vente publique du trésor de Notre-Dame del Pilar. – Plus de cinq cents bijoux. – Les taureaux d’argent de Pepe Hillo et de Cuchares. – Quelques mots sur la Curiosité au point de vue espagnol. – L’Orfévrerie religieuse et civile. – LesPlateros. – Les Nielles. – Les « Esmaulx de la façon d’Espaigne ». – L’Argenterie de table et les meubles d’argent massif. -Les Epées et les Armures. – La Damasquine. – Les Azulejos et les faïences. – La Porcelaine. – La Verrerie en Espagne. – Les Mosaïques. – La Sculpture en bois. – Les Ivoires. – L’ancien Ameublement espagnol : les cabines sculptés ; les escritorios Barguenos ; les escapartes. – Les Tissus arabes et espagnols ; les Soieries et les Tapisseries ; les Broderies et le « Poinct d’Espagne ». – Les Bordadores deImagineria. – Les Amateurs espagnols d’autrefois. – Les Anticuarios et les antigüallas. – Les Amateurs il y a vingt ans, et ceux d’aujourd’hui. – Les marchands d’antiquités en Espagne.


REVUE GEOGRAPHIQUE DU DEUXIEME SEMESTRE DE L’ANNEE 1872, par M. VIVIEN DE SAINT-MARTIN (Texte inédit). …417


LISTE DES GRAVURES. …425


LISTE DES CARTES, PROFILS ET PLANS. …430