Le Zend-Avesta (trad. Darmesteter)/Volume III/Chapitre VII

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


 
Traduction de James Darmesteter

Édition : Musée Guimet. Publication : Ernest Leroux, Paris, 1893.
Annales du Musée Guimet, Tome 24.


INTRODUCTION
CHAPITRE VII
Rédaction de l’Avesta


CHAPITRE VII

RÉDACTION DE L'AVESTA

I. Distinction des textes dont le fond est récent et des textes dont le fond est ancien. — Date des G ;lhas, type des textes de la première classe. Se place, d’une façon générale, entre le i" siècle avant notre ère, époque de Télaboralion du Néo-Platonisme, et l’époque du roi Huvishka dont les monnaies présentent l’Amshaspand Shalirèvar ; d"iine façon plus précise, mais hypothétique, entre Philon d’Alexandrie et Huvishka ; probablement sous Yologèse I", le premier éditeur de TAvesta (troisième tiers du i"" siècle). II. Le zend était une langue morte quand les Gàthas ont été écrites. — Le zend est la langue ancienne d’une province autre que la Perse. — Affinité étroite du zend et de rafj5’han. Le zend est la langue, soit de la Médie, soit de l’Arachosie. — Les GAthas supposent l’existence d’une littérature zende antérieure qui a fourni les matériaux des textes dont le fond est ancien : mais il n’en reste pas une page reproduite littéralement. — De l’existence d’une littérature religieuse en langue vulgaire, le palhavik ou zend,

IIL Récapitulation.