Les Amours (1553)/Poème 131

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Les amours de P. de Ronsard Vandomois, nouvellement augmentées par lui, & commentées par Marc Antoine de Muret. Plus quelques odes de l'auteur, non encor imprimées
chez la veuve Maurice de la Porte (p. 152).

Œil, qui mes pleurs de tes raisons essuie',
Sourci, mais ciel des autres le greigneur',
Front estoilé, Trofée à mon Seigneur,
Qui dans ton jour ses dépouilles etuie':
Gorge de marbre, où la beauté s'apuie,
Col Albastrin emperlé de bonheur,
Tetin d'ivoire, où se niche l'honneur,
Sein, dont l'espoir mes travaux desennuie:
Vous avés tant apâté mon désir,
Que pour souler la faim de son plaisir,
Et nuit et jour il faut qu'il vous revoie:
Comme un oiseau, qui ne peut sejourner,
Sans revoler, tourner, et retourner,
Aus bors conus pour i trouver sa proie