Les Amours (1553)/Poème 140

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Les amours de P. de Ronsard Vandomois, nouvellement augmentées par lui, & commentées par Marc Antoine de Muret. Plus quelques odes de l'auteur, non encor imprimées
chez la veuve Maurice de la Porte (p. 161-162).

Epovanté je cherche une fontaine
Pour expier un horrible songer,
Qui toute nuit ne m'a fait que ronger
L'ame effroiée au travail de ma peine.

Il me sembloit que ma douce inhumaine
Crioit, ami, sauve moi du danger,
Auquel par force un larron étranger
Par les forets prisonniere m'emmeine.

Lors en sursaut, ou me guidoit la vois,
Le fer au poin je brossai dans le bois:
Mais en courant apres la derobée,

Du larron mesme assaillir me suis veu,
Qui me perçant le cœur de mon espée
M'a fait tomber dans un torrent de feu