100%.png

Les Amours (1553)/Poème 171

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Les amours de P. de Ronsard Vandomois, nouvellement augmentées par lui, & commentées par Marc Antoine de Muret. Plus quelques odes de l'auteur, non encor imprimées
chez la veuve Maurice de la Porte (p. 203).

Ni les dedains d'un Nymfe si belle,
Ni le plaisir de me fondre en langueur,
Ni la fierté de sa douce rigueur,
Ni contre amour sa chasteté rebelle :

Ni le penser de trop penser en elle,
Ni de mes yeus la fatale liqueur,
Ni mes soupirs messagers de mon coeur,
Ni de ma flame une ardeur eternelle.

Ni le desir qui me lime & me mord,
Ni voir écrite en ma face la mort,
Ni les erreurs d'une longue complainte,

Ne briseront mon coeur de diamant,
Que sa beauté n'i soit toujours emprainte :
Belle fin fait qui meurt en bien aimant.