75%.png

Les Amours (1553)/Poème 28

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Les amours de P. de Ronsard Vandomois, nouvellement augmentées par lui, & commentées par Marc Antoine de Muret. Plus quelques odes de l'auteur, non encor imprimées
chez la veuve Maurice de la Porte (p. 33).

Injuste Amour, fusil de toute rage,
Que peut un cœur soumis a ton pouvoir,
Quand il te plaist par les sens émouvoir
Nôtre raison qui preside au courage ?

Je ne voi pré, fleur, antre ni rivage,
Champ, roc, ni bois, ni flots dedans le Loir,
Que peinte en eus, il ne me semble voir
Cette beauté qui me tient en servage.

Ores en forme, ou d'un foudre enflamé,
Ou d'une nef, ou d'un Tigre affamé,
Amour la nuit devant mes yeus la guide:

Mais quand mon bras en songe les poursuit,
Le feu, la nef, et le Tigre s'enfuit,
Et pour le vrai je ne pren que le vuide.