Les Bijoux indiscrets/15

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  XIV
XVI  ►



CHAPITRE XV.


les bramines.


Lorsque les savants se furent épuisés sur les bijoux, les bramines s’en emparèrent. La religion revendiqua leur caquet comme une matière de sa compétence, et ses ministres prétendirent que le doigt de Brama se manifestait dans cette œuvre.

Il y eut une assemblée générale des pontifes ; et il fut décidé qu’on chargerait les meilleures plumes de prouver en forme que l’événement était surnaturel, et qu’en attendant l’impression de leurs ouvrages, on le soutiendrait dans les thèses, dans les conversations particulières, dans la direction des âmes et dans les harangues publiques.

Mais s’ils convinrent unanimement que l’événement était surnaturel, cependant, comme on admettait dans le Congo deux principes, et qu’on y professait une espèce de manichéisme, ils se divisèrent entre eux sur celui des deux principes à qui l’on devait rapporter le caquet des bijoux.

Ceux qui n’étaient guère sortis de leurs cellules, et qui n’avaient jamais feuilleté que leurs livres, attribuèrent le prodige à Brama. « Il n’y a que lui, disaient-ils, qui puisse interrompre l’ordre de la nature ; et les temps feront voir qu’il a, en tout ceci, des vues très profondes. »

Ceux, au contraire, qui fréquentaient les alcôves, et qu’on surprenait plus souvent dans une ruelle qu’on ne les trouvait dans leurs cabinets, craignant que quelques bijoux indiscrets ne dévoilassent leur hypocrisie, accusèrent de leur caquet Cadabra, divinité malfaisante, ennemie jurée de Brama et de ses serviteurs.

Ce dernier système souffrait de terribles objections, et ne tendait pas si directement à la réformation des mœurs. Ses défenseurs mêmes ne s’en imposaient point là-dessus. Mais il s’agissait de se mettre à couvert ; et, pour en venir à bout, la religion n’avait point de ministre qui n’eût sacrifié cent fois les Pagodes et leurs autels.

Mangogul et Mirzoza assistaient régulièrement au service religieux de Brama, et tout l’empire en était informé par la gazette. Ils s’étaient rendus dans la grande mosquée, un jour qu’on y célébrait une des solennités principales. Le bramine chargé d’expliquer la loi monta dans la tribune aux harangues, débita au sultan et à la favorite des phrases, des compliments et de l’ennui, et pérora fort éloquemment sur la manière de s’asseoir orthodoxement dans les compagnies. Il en avait démontré la nécessité par des autorités sans nombre, quand, saisi tout à coup d’un saint enthousiasme, il prononça cette tirade qui fit d’autant plus d’effet qu’on ne s’y attendait point.

« Qu’entends-je dans tous les cercles ? Un murmure confus, un bruit inouï vient frapper mes oreilles. Tout est perverti, et l’usage de la parole, que la bonté de Brama avait jusqu’à présent affecté à la langue, est, par un effet de sa vengeance, transporté à d’autres organes. Et quels organes ! vous le savez, messieurs. Fallait-il encore un prodige pour te réveiller de ton assoupissement, peuple ingrat ! et tes crimes n’avaient-ils pas assez de témoins, sans que leurs principaux instruments élevassent la voix ! Sans doute leur mesure est comblée, puisque le courroux du ciel a cherché des châtiments nouveaux. En vain tu t’enveloppais dans les ténèbres ; tu choisissais en vain des complices muets : les entends-tu maintenant ? Ils ont de toutes parts déposé contre toi, et révélé ta turpitude à l’univers. Ô toi qui les gouvernes par ta sagesse ! ô Brama ! tes jugements sont équitables. Ta loi condamne le larcin, le parjure, le mensonge et l’adultère ; elle proscrit et les noirceurs de la calomnie, et les brigues de l’ambition, et les fureurs de la haine, et les artifices de la mauvaise foi. Tes fidèles ministres n’ont cessé d’annoncer ces vérités à tes enfants, et de les menacer des châtiments que tu réservais dans ta juste colère aux prévaricateurs ; mais en vain : les insensés se sont livrés à la fougue de leurs passions ; ils en ont suivi le torrent ; ils ont méprisé nos avis ; ils ont ri de nos menaces ; ils ont traité nos anathèmes de vains ; leurs vices se sont accrus, fortifiés, multipliés ; la voix de leur impiété est montée jusqu’à toi, et nous n’avons pu prévenir le fléau redoutable dont tu les as frappés. Après avoir longtemps imploré ta miséricorde, louons maintenant ta justice. Accablés sous tes coups, sans doute ils reviendront à toi et reconnaîtront la main qui s’est appesantie sur eux. Mais, ô prodige de dureté ! ô comble de l’aveuglement ! ils ont imputé l’effet de ta puissance au mécanisme aveugle de la nature. Ils ont dit dans leurs cœurs : Brama n’est point. Toutes les propriétés de la matière ne nous sont pas connues ; et la nouvelle preuve de son existence n’en est qu’une de l’ignorance et de la crédulité de ceux qui nous l’opposent. Sur ce fondement ils ont élevé des systèmes, imaginé des hypothèses, tenté des expériences ; mais du haut de sa demeure éternelle, Brama a ri de leurs vains projets. Il a confondu la science audacieuse ; et les bijoux ont brisé, comme le verre, le frein impuissant qu’on opposait à leur loquacité. Qu’ils confessent donc, ces vers orgueilleux, la faiblesse de leur raison et la vanité de leurs efforts. Qu’ils cessent de nier l’existence de Brama, ou de fixer des limites à sa puissance. Brama est, il est tout-puissant ; et il ne se montre pas moins clairement à nous dans ses terribles fléaux que dans ses faveurs ineffables.

« Mais qui les a attirés sur cette malheureuse contrée, ces fléaux ? Ne sont-ce pas tes injustices, homme avide et sans foi ! tes galanteries et tes folles amours, femme mondaine et sans pudeur ! tes excès et tes débordements honteux, voluptueux infâme ! ta dureté pour nos monastères, avare ! tes injustices, magistrat vendu à la faveur ! tes usures, négociant insatiable ! ta mollesse et ton irréligion, courtisan impie et efféminé !

« Et vous sur qui cette plaie s’est particulièrement répandue, femmes et filles plongées dans le désordre ; quand, renonçant aux devoirs de notre état, nous garderions un silence profond sur vos dérèglements, vous portez avec vous une voix plus importune que la nôtre ; elle vous suit, et partout elle vous reprochera vos désirs impurs, vos attachements équivoques, vos liaisons criminelles, tant de soins pour plaire, tant d’artifices pour engager, tant d’adresse pour fixer et l’impétuosité de vos transports et les fureurs de votre jalousie. Qu’attendez-vous donc pour secouer le joug de Cadabra, et rentrer sous les douces lois de Brama ? Mais revenons à notre sujet. Je vous disais donc que les mondains s’asseyent hérétiquement pour neuf raisons, la première, etc. »

Ce discours fit des impressions fort différentes. Mangogul et la sultane, qui seuls avaient le secret de l’anneau, trouvèrent que le bramine avait aussi heureusement expliqué le caquet des bijoux par le secours de la religion, qu’Orcotome par les lumières de la raison. Les femmes et les petits-maîtres de la cour dirent que le sermon était séditieux, et le prédicateur un visionnaire. Le reste de l’auditoire le regarda comme un prophète, versa des larmes, se mit en prière, se flagella même, et ne changea point de vie.

Il en fut bruit jusque dans les cafés. Un bel esprit décida que le bramine n’avait qu’effleuré la question, et que sa pièce n’était qu’une déclamation froide et maussade ; mais au jugement des dévotes et des illuminés, c’était le morceau d’éloquence le plus solide qu’on eût prononcé dans les temples depuis un siècle. Au mien, le bel esprit et les dévotes avaient raison.