Mozilla.svg

Les Complaintes (Mercure de France 1922)/Complainte des pubertés difficiles

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Les ComplaintesMercure de FranceI. Poésies (p. 96-97).


COMPLAINTE
DES PUBERTÉS DIFFICILES


Un éléphant de Jade, œil mi-clos souriant,
Méditait sous la riche éternelle pendule,
Bon bouddha d’exilé qui trouve ridicule
Qu’on pleure vers les Nils des couchants d’Orient.
Quand bave notre crépuscule.

Mais, sot Éden de Florian,
En un vase de Sèvres où de fins bergers fades
S’offrent des bouquets bleus et des moutons frisés,
Un œillet expirait ses pubères baisers
Sous la trompe sans flair de l’éléphant de Jade.


À ces bergers peints de pommade
Dans le lait, à ce couple impuissant d’opéra
Transi jusqu’au trépas en la pâte de Sèvres,
Un gros petit dieu Pan venu de Tanagra
Tendait ses bras tout inconscients et ses lèvres.

Sourds aux vanités de Paris,
Les lauriers fanés des tentures,
Les mascarons d’or des lambris,
Les bouquins aux pâles reliures
Tournoyaient par la pièce obscure,
Chantant, sans orgueil, sans mépris :
« Tout est frais dès qu’on veut comprendre la Nature. »

Mais lui, cabré devant ces soirs accoutumés,
Où montait la gaîté des enfants de son âge,
Seul au balcon, disait, les yeux brûlés de rages :
« J’ai du génie, enfin : nulle ne veut m’aimer ! »

Août 1882. 99, boulevard Saint-Michel.