La Chanson d’un gas qu’a mal tourné/Les Deux Chemineux

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Les Deux Chemineux


Hé ! l’cabaretier, au tournant du ch’min,
J’somm’s deux chemineux qu’ont chacun eun’ gueule
Pus chaude et pus sèch’ que l’chaum’ des éteules.
Hé ! l’cabaretier, au tournant du ch’min,
Toué qu’as des futaill’s et un cellier plein,
Va quéri à boire et vers’-nous un coup !
        — Les gâs, v’avez-t-y des sous ?

Hé ! le boulanger, su’ la plac’ du bourg,
J’somm’s deux chemineux qu’ont l’vent’ qui commence
À leur chantouanner eun’ drôle ed romance !
Hé ! le boulanger, su’ la plac’ du bourg,
Apport’-nous la mich’ que tu r’tir’s du four,
Et pass’ ton coutieau, qu’on s’en coupe un bout !
        — Les gâs, v’avez-t-y des sous ?


Hé ! la garce bell’, dans l’boug’ plein d’soulauds,
J’somm’s deux chemineux qui pass’nt leurs nuitées
Sans jamais r’cevoir la moindr’ bécotée.
Hé ! la garce bell’, dans l’bourg plein d’soulauds,
Ouvre-nous tes bras, et bourr’-nous d’bécots
Jusqu’à c’que tu voi’s que j’en soyins saouls !
        — Les gâs, v’avez-t-y des sous ?

Hé ! Môssieu l’curé, au templ’ du bon Dieu,
J’somm’s deux chemineux qui cassons nout’ pipe,
Mais qu’ont ben vécu dans les bons principes !
Hé ! Môssieu l’curé, au templ’ du bon Dieu
Vous nous direz-t-y eun’p rière ou deux
Avant qu’on nous jitt’ tertous dans l’mêm’ trou ?
        — Les gâs, v’avez-t-y des sous ?