Les Dieux antiques/Mythes inférieurs grecs

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
J. Rothschild, éditeur (p. 222-235).

Les Heures (bas-relief).
Mallarmé - Les Dieux antiques.djvu



MYTHES INFÉRIEURS GRECS


Les noms mentionnés précédemment ne forment pas la liste complète des personnages connus de la Mythologie des Grecs. Outre ceux des dieux olympiens et des héros dynastiques des cités grecques, il y a un grand nombre d’appellations qu’on peut parfois grouper ensemble, quoiqu’il soit impossible de les rattacher à aucune histoire mythique.

Pour mentionner quelques êtres de cette sorte, voici les Hamadryades, nymphes que l’on supposait vivre et mourir avec les arbres dont elles étaient les déités ; et les Oréades ou nymphes des montagnes. Qui ne connaît les Hyades ? ces filles d’Atlas et d’Æthra, qui est aussi la mère de Thésée ? Elles pleurèrent jusqu’à mourir, dit-on, et forment un groupe d’étoiles, qui présage la pluie. Les Pléiades, leurs sœurs, inconsolables de cette perte, eurent un sort pareil. Ainsi les Héliades, filles d’Hélios, versèrent des larmes d’ambre sur la mort de leur frère Phaéton.
Fig. 166. — Géants (bas-relief).
Mallarmé - Les Dieux antiques.djvu

Arrivons aux Géants (fig. 166). Dans les poèmes homériques, ce sont les Cyclopes qui habitent en Trinacrie ; dans Hésiode, ce sont des êtres produits par le sang d’Ouranos, le ciel tombant sur Gê, la terre. Ils répondent aux Trolls, aux géants des gelées, dans les mythologies du Nord. Deux géants, Otos et Éphialtès, fils de Poséidon, s’appelaient du nom d’Aloades (aloê, aire), en tant que possédant la force de meules à moulins. Connaissez-vous ce nom : les Miolones, signifiant « ceux qui s’occupent à moudre » ? il a été donné à Euryton et Actor, fils de Poséidon, qui répondent, par leur caractère, au Thor Miölnir de la mythologie des Norses.

Qu’était-ce que Borée (fig. 167) ? le fils d’Astraïos et d’Éos, connu comme le dieu du Vent du Nord. Sa femme Fig. 167. — Borée.
Fig. 168. — Clio.
Mallarmé - Les Dieux antiques.djvu
était Oreithya, fille d’Érechthée et sœur de Procris.

Érèbe, rejeton du Chaos, habitait l’espace obscur à travers lequel les âmes vont vers l’Hadés.

Ényo était, dans la théogonie d’Hésiode, l’une des Grées. Tels la donnent pour la déesse qui accompagne Arès et se réjouit du carnage et du sang versé.

Les Harpies sont les vents d’orage. Elles sont présentées comme les belles-filles de Thaumas et d’Électre, par Hésiode ; mais décrites comme des êtres odieux ou repoussants, par Virgile. Fig. 169. — Euterpe.
Fig. 170. — Érato.
Mallarmé - Les Dieux antiques.djvu

Les Muses représentent les déesses de la musique, de la poésie, de l’art et de la science. Elles semblent avoir d’abord été au nombre de trois, qui s’est ensuite accru jusqu’à neuf. On les appelait encore Piérides, de Piérie, près d’Olympe ; mais une autre légende dit que les Piérides étaient des filles de Piéros, roi d’Émathie, et que, venant à lutter avec les Muses, elles furent battues par elles et changées en oiseaux. Les noms des neuf Muses sont : Clio ou Cléio (fig. 168) « le héraut ». Muse de l’histoire ; Euterpe (fig. 169) « la charmeuse ». Muse de la poésie lyrique ; Érato (fig. 170) « l’aimable », Muse de la poésie aimable et de l’art mimique ; Thalie (fig. 171) « la joyeuse », Muse de la comédie et de la poésie idyllique ; Melpomène (fig. 172) la « chanteuse », Muse de la tragédie ; Terpsichore (fig. 173) « qui se réjouit dans Fig. 171. — Thalie.
Fig. 172. — Melpomène.
Mallarmé - Les Dieux antiques.djvu
les danses », Muse de la danse mêlée au chant ; Polymnie (fig. 174) « qui aime les chants ». Muse des hymnes sublimes ; Uranie (fig. 175) « la céleste », Muse de l’astronomie, et Calliope (fig. 176) « à la belle voix », Muse de la poésie épique. On représentait ces neuf Muses, assises ou debout, chacune avec quelque attribut différent.

Un grand chasseur, aimé d’Artémis et d’Éos et placé après sa mort au nombre des étoiles, s’appelle Orion.

Pan est une déité qui présidait aux troupeaux de petit Fig. 173. — Terpsihore.
Fig. 174. — Polymnie.
Fig. 175. — Uranie.
Fig. 176. — Calliope.
Mallarmé - Les Dieux antiques.djvu
et de gros bétail ; quelques auteurs en ont fait le fils d’Hermès, né en Arcadie. On le représente avec la tête et la poitrine d’un homme et les membres inférieurs d’un Fig. 177. — Pan (bas-relief).
Fig. 178. — Pan (camée).
Mallarmé - Les Dieux antiques.djvu
bouc (fig. 177 et 178). On dit qu’il voyagea dans l’Inde avec Dionysos ; et qu’une fois, entouré et captif, il fut délivré par la clameur de ses hommes qui dispersèrent l’ennemi (c’est de là que le mot panique indique une soudaine et vague terreur). Le nom de Pan est parent du mot sanscrit le vent, Pavana, et probablement du latin Pavonius. Syrinx, la nymphe aimée du dieu, nom de flûte, est elle-même le vent dans les roseaux [1].

Le dieu Pan a acquis, dans les temps modernes, une grande importance : il représente souvent à notre pensée le paganisme tout entier dans son crépuscule. On connaît l’histoire de ces mariniers latins qui aux dernières heures du monde impérial entendirent, une fois, par l’air, ces paroles considérables : « Pan est mort ! » [2].

Éros (fig. 179) est le dieu de l’amour. Hésiode en fait une des puissances primitives, avec le Chaos, Gaia et le Tartare. Les poètes postérieurs le disent fils d’Hermès ou d’Arès, d’Artémis ou d’Aphrodite.

L’Odyssée montre Protée comme un vieillard qui Fig. 179. — Statue d’Éros.
Mallarmé - Les Dieux antiques.djvu
accompagne les phoques de Poséidon et sort de la mer à midi pour dormir sur le rivage. Il avait le pouvoir de se changer en quelque forme que ce fût, comme le « fermier Weathersky » dans les contes des Norses.

Priape (fig. 180) est fils de Dionysos et d’Aphrodite : on l’adorait en tant que cause de la fertilité et des fruits et des troupeaux.

Délicieuse et admirable histoire que celle de Psyché (fig. 181) ! Ce mot désigne le souffle des êtres vivants, mais la légende d’Éros et de Psyché parle d’une Fig. 180. — Priape.
Fig. 181. — Psyché.
Fig. 182. — Dioscures (camée).
Mallarmé - Les Dieux antiques.djvu
vierge qui se croit mariée à un monstre : prenant une lampe pour regarder l’époux dans les ténèbres, elle le trouve beau. Or une goutte d’huile tombant de la lampe évellle, en ce monstre, qui ? Éros, lequel s’évanouit et disparaît… Psyché, après des années de douleur, s’unit à lui de nouveau. — Le récit est, en partie, le même que dans la Belle et la Bête ; et les contes du foyer (Grimm, etc.) le donnent sous plusieurs autres formes populaires.

Zagréos semble être un des noms de Dionysos : on présente ce personnage comme l’enfant à cornes de Zeus et Fig. 183. — Statue de Cybèle.
Mallarmé - Les Dieux antiques.djvu
de Perséphone.

Hespéros, ce dieu du ciel occidental, est le père des Hespérides, qui, avec le dragon Ladon, gardaient les pommes d’or d’Héré.

Castor et Polydeukès (appelé par nous, d’après le latin, Pollux) sont les deux Dioscures (fig. 182) ou fils de Zeus. Dans l’Iliade et l’Odyssée ce sont les frères d’Hélène ; mais il y a beaucoup d’autres versions de leur parenté.

Les Cabires apparaissent comme des déités mystiques, que quelques-uns disaient les enfants de Héphaïstos et de Cabéira, fille de Protée.

Les Caribautes et les Dactyles, eux, sont des êtres vraisemblablement de la même sorte que les Cabires, On parle des Carybautes comme de fils d’Apollon. Les prêtres phrygiens de Cybèle s’appelaient Dactyles.

Qu’était-ce que Cybèle (fig. 183) ? On suppose que Fig. 184. — Hébé (camée).
Fig. 185. — Iris.
Fig. 186. — Morphée.
Mallarmé - Les Dieux antiques.djvu
c’était originairement la déesse phrygienne de la terre. Les Grecs l’identifiaient avec Rhé et les Latins avec Ops.

Qu’était-ce que Hébé (fig. 184) ? La déesse de la jeunesse, répondant à la Juventas latine.

Qu’était-ce que Hymen ? Un dieu grec du mariage, que quelques-uns disent fils d’Apollon.

Qu’était Iris (fig. 185) ? Dans la mythologie homérique, comme Hermès, une messagère des dieux. Dans Hésiode, c’est la sœur des Harpies. Suivant d’autres, elle était femme de Zéphyre, vent d’ouest, et la mère d’Éos, l’aurore.

L’artisan des songes est Morphée (fig. 186) : on le nomme fils d’Hypnos, le sommeil.

Ganymède (fig. 189) est présenté, dans la mythologie Fig. 187. — Silène (statue).
Mallarmé - Les Dieux antiques.djvu
homérique, comme un bel adolescent troyen, qui fut enlevé par un aigle et devint dans l’Olympe l’échanson de Zeus.

Silène (fig. 187) est un serviteur de Dionysos et un chef des Satyres, êtres qui, de même que Pan, sont représentés comme ayant la tête, les bras et le buste des hommes, avec les membres inférieurs d’un bouc [3]. Nous ne pouvons pas ne point voir dans les Satyres (fig. 190) le phénomène de vie qui semble animer les bois et faire danser les branches des arbres, au tronc noueux effrayant les voyageurs. Les Nymphes (fig. 188), charmées de la cour qui leur est faite, ce sont les nuages blancs arrêtés dans les cieux au-dessus du bouquet d’arbres.

Le fondateur mythique d’Athènes est Cécrops, qu’on représente comme un héros autochtone ou indigène : la Fig. 188. — Nymphe (statue).
Fig. 189. — Ganymède (statue).
Fig. 190. — Satyres (bas-relief).
Mallarmé - Les Dieux antiques.djvu
partie supérieure de son corps étant celle d’un homme, et les parties inférieures, celles d’un dragon ; Hersé, la rosée, passe pour sa fille. Bref, c’est un personnage parallèle à Érechthée. Les imaginations d’un âge comparativement avancé le font venir de Saïs, en Égypte ; mais il n’y a rien dans la mythologie grecque qui indique un rapport quelconque avec ce pays pendant les siècles mythopiques ou « ceux qui font les mythes ».

Les Grâces.
Mallarmé - Les Dieux antiques.djvu


  1. Gde Myth., liv. II, ch. 5.
  2. Le Traducteur.
  3. Gde Myth., liv. II, ch. 8.