Les Fleurs du mal/1861/Le Rêve d’un curieux

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

LA MORT
Les Fleurs du mal (1861)Poulet-Malassis et de Broise (p. 303-304).


CXXV


LE RÊVE D’UN CURIEUX



À F. N.


Connais-tu, comme moi, la douleur savoureuse,
Et de toi fais-tu dire : « Oh ! l’homme singulier ! »
— J’allais mourir. C’était dans mon âme amoureuse,
Désir mêlé d’horreur, un mal particulier ;

Angoisse et vif espoir, sans humeur factieuse.
Plus allait se vidant le fatal sablier,
Plus ma torture était âpre et délicieuse ;
Tout mon cœur s’arrachait au monde familier.


J’étais comme l’enfant avide du spectacle,
Haïssant le rideau comme on hait un obstacle…
Enfin la vérité froide se révéla :

J’étais mort sans surprise, et la terrible aurore
M’enveloppait. — Eh quoi ! n’est-ce donc que cela ?
La toile était levée et j’attendais encore.