Odes et Ballades/Les Funérailles de Louis XVIII

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Odes et BalladesOllendorf24 (p. 140-144).


Les Funérailles de Louis XVIII


Ces changements lui sont peu difficiles ; c’est l’œuvre de la droite du Très-Haut.
— Ps. LXXVI, 10.

I



La foule au seuil d’un temple en priant est venue ;
Mères, enfants, vieillards gémissent réunis ;
Et l’airain qu’on balance ébranle dans la nue
      Les hauts clochers de Saint-Denis.
Le sépulcre est troublé dans ses mornes ténèbres.
      La Mort de ces couches funèbres
      Resserre les rangs incomplets.
Silence au noir séjour que le trépas protège ! —
Le Roi Chrétien, suivi de son dernier cortège,
      Entre dans son dernier palais.


II



      Un autre avait dit : « De ma race
      Ce grand tombeau sera le port ;

      Je veux, au roi que je remplace,
      Succéder jusque dans la mort.
      Ma dépouille ici doit descendre !
      C’est pour faire place à ma cendre
      Qu’on dépeupla ces noirs caveaux.
      Il faut un nouveau maître au monde ;
      À ce sépulcre, que je fonde,
      Il faut des ossements nouveaux.

« Je promets ma poussière à ces voûtes funestes.
À cet insigne honneur ce temple a seul des droits ;
Car je veux que le ver qui rongera mes restes
      Ait déjà dévoré des rois.
Et lorsque mes neveux, dans leur fortune altière,
      Domineront l’Europe entière,
      Du Kremlin à l’Escurial,
Ils viendront tour à tour dormir dans ces lieux sombres,
Afin que je sommeille, escorté de leurs ombres,
      Dans mon linceul impérial ! »


      Celui qui disait ces paroles
      Croyait, soldat audacieux,
      Voir, en magnifiques symboles,
      Sa destinée écrite aux cieux.
      Dans ses étreintes foudroyantes,
      Son aigle aux serres flamboyantes
      Eût étouffé l’aigle romain ;
      La Victoire était sa compagne ;
      Et le globe de Charlemagne
      Était trop léger pour sa main.

Et bien ! des potentats ce formidable maître
Dans l’espoir de sa mort par le ciel fut trompé.
De ses ambitions c’est la seule peut-être
      Dont le but lui soit échappé.
En vain tout secondait sa marche meurtrière ;
      En vain sa gloire incendiaire

      En tous lieux portait son flambeau ;
Tout chargé de faisceaux, de sceptres, de couronnes,
Ce vaste ravisseur d’empires et de trônes
      Ne put usurper un tombeau.

      Tombé sous la main qui châtie,
      L’Europe le fit prisonnier.
      Premier roi de sa dynastie,
      Il en fut aussi le dernier.
      Une île où grondent les tempêtes
      Reçut ce géant des conquêtes,
      Tyran que nul n’osait juger,
      Vieux guerrier qui, dans sa misère,
      Dut l’obole de Bélisaire
      À la pitié de l’étranger.

Loin du sacré tombeau qu’il s’arrangeait naguère,
C’est là que, dépouillé du royal appareil,
Il dort enveloppé de son manteau de guerre,
      Sans compagnon de son sommeil.
Et, tandis qu’il n’a plus de l’empire du monde
      Qu’un noir rocher battu de l’onde,
      Qu’un vieux saule battu du vent,
Un roi longtemps banni, qui fit nos jours prospères,
Descend au lit de mort où reposaient ses pères,
      Sous la garde du Dieu vivant.


III



      C’est au gré de l’humble qui prie,
      Le Seigneur, qui donne et reprend,
      Rend à l’Exilé sa patrie,
      Livre à l’exil le Conquérant !
      Dieu voulait qu’il mourût en France,
      Ce roi si grand dans la souffrance,

      Qui des douleurs portait le sceau ;
      Pour que, victime consolée,
      Du seuil noir de son mausolée,
      Il pût voir encor son berceau.


IV



Oh ! qu’il s’endorme en paix dans la nuit funéraire !
N’a-t-il pas oublié ses maux pour nos malheurs ?
Ne nous lègue-t-il pas à son généreux frère,
      Qui pleure en essuyant nos pleurs ?
N’a-t-il pas, dissipant nos rêves politiques,
      De notre âge et des temps antiques
      Proclamé l’auguste traité ?
Loi sage qui, domptant la fougue populaire,
Donne aux sujets égaux un maître tutélaire,
      Esclave de leur liberté !

      Sur nous un Roi chevalier veille.
      Qu’il conserve l’aspect des cieux !
      Que nul bruit de longtemps n’éveille
      Ce sépulcre silencieux !
      Hélas ! le démon régicide,
      Qui, du sang des Bourbons avide,
      Paya de meurtres leurs bienfaits,
      A comblé d’assez de victimes
      Ces murs, dépeuplés par des crimes,
      Et repeuplés par des forfaits !

Qu’il sache que jamais la couronne ne tombe !
Ce haut sommet échappe à son fatal niveau.
Le supplice où des rois le corps mortel succombe
      N’est pour eux qu’un sacre nouveau.
Louis, chargé de fers par des mains déloyales,
      Dépouillé des pompes royales,

      Sans cour, sans guerriers, sans hérauts,
Gardant sa royauté devant la hache même,
Jusque sur l’échafaud prouva son droit suprême,
      En faisant grâce à ses bourreaux !


V



      De Saint-Denis, de Sainte-Hélène,
      Ainsi je méditais le sort,
      Sondant d’une vue incertaine
      Ces grands mystères de la mort.
      Qui donc êtes vous, Dieu superbe ?
      Quel bras jette les tours sous l’herbe,
      Change la pourpre en vil lambeau ?
      D’où vient votre souffle terrible ?
      Et quelle est la main invisible
      Qui garde les clefs du tombeau ?


Septembre 1824