Les Liaisons dangereuses/Lettre 154

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
J Rozez (volume 2p. 236-238).


Lettre CLIV

Madame de Volanges à madame de Rosemonde

Les bulletins vous instruisent mieux que je ne pourrais le faire, ma chère amie, du fâcheux état de notre malade. Tout entière aux soins que je lui donne, je ne prends sur eux le temps de vous écrire, qu’autant qu’il y a d’autres événements que ceux de la maladie. En voici un, auquel certainement je ne m’attendais pas. C’est une lettre que j’ai reçue de M. de Valmont, à qui il a plu de me choisir pour sa confidente, & même pour sa médiatrice auprès de Mme de Tourvel, pour qui il avait aussi joint une lettre à la mienne. J’ai renvoyé l’une en répondant à l’autre. Je vous fais passer cette dernière, & je crois que vous jugerez comme moi, que je ne pouvais ni ne devais rien faire de ce qu’il me demande. Quand je l’aurais voulu, notre malheureuse amie n’aurait pas été en état de m’entendre. Son délire est continuel. Mais que direz-vous de ce désespoir de M. de Valmont ? D’abord faut-il y croire, ou veut-il seulement tromper tout le monde, & jusqu’à la fin ? [1] Si pour cette fois, il est sincère, il peut bien dire qu’il a lui-même fait son malheur. Je crois qu’il sera peu content de ma réponse : mais j’avoue que tout ce qui me fixe sur cette malheureuse aventure, me soulève de plus en plus contre son auteur.

Adieu, ma chère amie ; je retourne à mes tristes soins, qui le deviennent bien davantage encore par le peu d’espoir que j’ai de les voir réussir. Vous connaissez mes sentiments pour vous.

Paris ce 5 décembre 17…

  1. C’est parce qu’on a rien trouvé dans la suite de cette correspondance qui pût résoudre ce doute, qu’on pris le parti de supprimer la lettre de M. de Valmont.