Les Poëmes de l’amour et de la mer/J’ai rencontré mon idéal

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher

◄  Tes yeux
Élégie  ►

VI.

J’ai rencontré mon idéal
En me promenant par la vie ;
De son doux sourire amical
Mon âme est à jamais ravie.

Ce matin je l’ai rencontré ;
L’océan chantait sur la grève,
Et dans leur langage sacré
Parlaient les cloches de mon rêve.

Les belles cloches de l’amour,
De la joie et de la jeunesse,
Qui de leur matinal bonjour
Me saluaient avec tendresse.


Elles disaient : « Marche en avant
Où le vert sentier te convie,
Au radieux soleil levant
Qui va sourire sur ta vie.

« Puisque le hasard t’a béni,
Que ton cri de ferveur première
Monte joyeux dans l’infini
Comme un salut à la lumière.

« Pour toi, tout s’emplit de chansons
Dans la nature maternelle,
Et nous mêlons à leurs doux sons
Notre grande voix solennelle. »

Moi, le visage tout en pleurs,
J’écoutais les cloches mystiques,
Et je marchais parmi les fleurs,
Le cœur plein d’étranges musiques.