Les Regles de la composition typographique/Orthographe

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Orthographe

Il y a quelques années le Dictionnaire de Littré et le Dictionnaire de l’Académie se faisaient une concurrence acharnée, au grand désespoir des correcteurs, forcés d’étudier et d’appliquer tantôt une orthographe et tantôt une autre.

Aujourd’hui le Dictionnaire de Littré semble avoir succombé dans la lutte et les pleurs seraient superflus.

Mais voilà que depuis peu de temps des bruits alarmants se répandent : on parle de réformer l’orthographe, et ce serait l’Académie qui préparerait cette malice aux typographes et aux correcteurs.

L’Académie aurait fini par remarquer qu’il y a certaines anomalies dans la langue française et qu’il serait bon de les faire disparaître.

Mais comment ? Voilà la difficulté.

Nous avons étudié attentivement une nouvelle grammaire qui a obtenu les suffrages des réformateurs.

Nous voulons bien croire que les nouvelles règles, basées sur la science philologique, sont préférables à celles que l’usage, le temps, le hasard peut-être ont introduites dans nos grammaires.

Mais il faut reconnaître que ces nouvelles règles sont tout aussi difficiles à retenir que les anciennes et tout aussi pleines d’exceptions.

— Alors ?

— Alors… que les typographes se rassurent. L’Académie fera peut-être quelques changements orthographiques dans des mots baroquement écrits jusqu’ici ; mais il passera de l’eau sous le pont des Arts avant que l’horloge de l’Institut sonne l’heure du bouleversement de la langue française.

de la ponctuation écrite et de la ponctuation parlée

La ponctuation écrite n’est pas et ne doit pas être la même que la ponctuation parlée. Leurs rôles différents demandent une autre méthode pour satisfaire l’intelligence.

Nous ne nous étendrons pas sur ce sujet qui serait en dehors de notre cadre. Nous ferons seulement remarquer que la ponctuation écrite a surtout pour objectif de dessiner aux yeux la structure logique et grammaticale de la phrase. C’est pour cela qu’une inversion un peu longue sera accompagnée de deux virgules :

La versification des Grecs et des Latins, par un ordre réglé de syllabes brèves et longues, donnait à la mémoire une prise suffisante.

La ponctuation parlée aura pour objectif de lier le plus possible l’inversion au mot auquel elle se rapporte :

La versification des Grecs et des Latins, par un ordre réglé de syllabes brèves et longues donnait à la mémoire une prise suffisante.

Comme on le voit, la ponctuation parlée ne met pas de virgule entre l’incidente et le mot donnait auquel elle se rapporte.