Les silences du colonel Bramble/16

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche


XVI


Chanson du Comte de Dorset.
(1665)


En cet instant, belles personnes,
Un adolescent bien poudré
A coup sûr près de vous fredonne
La chanson que vous adorez.
____Fa, do, sol, ré.

En caressant ses cheveux lisses
Avec des gestes maniérés,
Il vous fait des yeux en coulisse
Et des regards énamourés.
____Fa, do, sol, ré.


La vague cependant balance
Notre vieux bateau délabré,
Le vent qui siffle avec violence
Chante notre Miserere.
____Fa, do, sol, ré.

En vain, pour conjurer l’image
D’un sort, hélas ! trop assuré,
Accrochés à nos bastingages,
Nous fredonnons désespérés :
____Fa, do, sol, ré.

Poussés vers les sombres royaumes
Par votre oubli prématuré,
Le plus lamentable des psaumes
Chante en notre cœur ulcéré :
____Fa, do, sol, ré.

Quoi ? Votre âme était si petite
Et votre amour si mesuré ?
Vous avez oublié si vite
Que ce fut notre air préféré,
____Fa, do, sol, ré.

En semblable cas, les Romaines
Restaient près du foyer sacré
Et chantaient en filant la laine
Des hymnes aux dieux ignorés.
____Fa, do, sol, ré.


Ne pouvez-vous faire comme elles ?
Oh ! dites que vous le voudrez
Et qu’en des amours éternelles
Pour nous seuls vous vous garderez.
____Fa, do, sol, ré.

Car si vous êtes inconstantes
Comme ces flots désemparés.
Craignez qu’un jour le doux andante
Ne devienne un Dies irae.
____Fa, do, sol, ré.