Lettres à Herzen et Ogareff/À un inconnu (19-11-1862)

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Lettres à Herzen et Ogareff
Lettre de Bakounine à un inconnu - 19 novembre 1862



LETTRE DE BAKOUNINE À UN INCONNU


19/7 novembre 1862, Londres, 10, Paddington Green. W.


Je profite de la nouvelle adresse que m’a donnée M. Ch. Mitchell Grant, pour vous prier, en premier lieu, de remettre la lettre ci-jointe à ma femme Antonia Xavérievna, dans le cas où elle serait encore à Irkoutsk. En cas d’absence, veuillez l’envoyer à Julia Mikhaïlovna ou à Sophia Xavérievna Kwiatkovska. À partir de demain, je vous expédierai la Cloche à cette même adresse.

Mon adresse par Pékin :


England, London per Oveland Mail,
via Shanghaï and Marseilles
F.-P. Koe.
for remitting to Fanny Althorp,
2, Wettcombe. Park-Road.
Blackheath-Kent.


C’est clair. Écrivez-moi donc plus souvent. Vous trouverez en moi un correspondant et un commissionnaire très exact. Si possible, donnez-moi des nouvelles de ma pauvre femme, car, loin d’elle, mon cœur se consume de chagrin. Écrivez-moi toujours, ne fût-ce que pour m’informer que mes envois vous arrivent bien, sans quoi je n’aurais plus le courage de continuer à vous les expédier. Je vous envoie cette lettre en me conformant à vos ordres et j’en ferai autant pour les journaux, les livres et les brochures. Je vous les enverrai en gros paquets, si vous le voulez, à l’adresse de la maison Lane Crawfort et Cie à Tien-Tsin, avec prière de les transmettre à M. N. N…, et, dans le cas où il aurait quitté la ville, par l’ambassade russe à Pékin. C’est à vous, alors, de juger si cette adresse est bonne ; sinon, rectifiez-la et écrivez-la bien lisible. C’est à vous encore qu’il appartient de charger M. X… de régler les comptes avec la maison Lane Crawfort et Cie pour les frais de transport. Ici nous cherchons à faire, non seulement toutes les économies possibles, mais, comme vous allez le voir dans la Cloche, nous nous cotisons de plus pour la « cause russe » ; le produit de ces cotisations sera versé dans la caisse de nos « fonds » à Londres.

Maintenant, cette affaire marche à toute vapeur, et de la théorie pure, elle va passer dans le domaine des solutions pratiques…

Vous autres, en Sibérie, vous êtes richissimes ; amassez-donc de l’argent et envoyez-le nous directement à la caisse des « fonds » ou, si vous aimez mieux, à l’adresse ci-jointe. De mon côté, peu à peu, je vous ferai parvenir des choses très intéressantes.

Salut amical à tous ceux qui ont gardé souvenir de moi et qui m’aiment comme par le passé.


Nota. — Évidemment, cette lettre ne fut pas expédiée à destination, car nous la trouvons en original (Drag.).