Li Romanz de l’estoire dou Graal

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Robert de Boron


<poem class="verse"> Ci commence li R[o]manz de l’esto[i]re dou Graal.

Savoir doivent tout pecheeur Et li petit et li meneur Que devant ce que Jhesus-Criz Venist en terre, par les diz Fist des prophetes anuncier Sa venue en terre, et huchier Que Diex son fil envoieroit Çà-jus aval, et soufferroit Mout de tourmenz, mout de doleurs, Mout de froiz et mout de sueurs.

A icel tens que je vous conte, Et roi et prince et duc et conte, Nostres premiers peres Adam, Eve no mere et Abraham, Ysaac, Jacob, Yheremyes Et li prophetes Ysayes, Tout prophete, toute autre gent, Boen et mauveis communément, Quant de cest siecle departoient, Tout droit en enfer s’en aloient. Quant li Deables, li Maufez, Les avoit en enfer boutez, Gaaigniez avoir les quidoit Et en ce adès mout se fioit. Les boennes genz confort avoient Ou Fil Dieu, que il attendoient. Lors si plut à Nostre-Seigneur, Qu’il nous féist trestouz honneur Et qu’il en terre descendist Et nostre humeinne char préist ; Dedenz la Virge s’aümbra, Tele com la voust la fourma ; Simple, douce, mout bien aprise, Toute la fist à sa devise. Pleinne fu de toutes bontez, En li assist toutes biautez ; Ele est fleiranz comme esglentiers ; Ele est ausi com li rosiers, Qu’ele porta la douce rose Qui fu dedenz sen ventre enclose. Ele fu Marie apelée, De touz biens est enluminée ; Marie est dite, mer amere ; Fille Dieu est, si est sa mere ; Et Joachins si l’engenra, Anne sa mere la porta, Qui andui ancien estoient. Onques enfant éu n’avoient ; Meis mout en estoient irié, Et Diex leur eut tost pourchacié Par son angle, qu’il envoia A Joachym, quant il ala Ou desert à ses pastouriaus ; Et demoura aveques aus, Pour ce que courouciez estoit De s’offrande que li avoit L’esvesque ou temple refusée, Pour ce que n’avoit engenrée Nule portéure en sa fame, Ki estoit de sa meison dame. Ce dist l’angles à Joachyn : « Va tost, si te mest au chemin, Que Diex le t’a par moi mandé ; Et se m’a-il mout commandé Enseurquetout que je te die Ta volentez iert acomplie, Car tu une pucele aurras, Et Marie l’apeleras. D’Anne ta fame iert engenrée, En son ventre saintefiée, N’en sa vie ne pechera Tout son aage que vivra. De ce ne soies esperduz ; Et que j’en soie mieux créuz, Par Jherusalem t’en iras Et à la porte enconterras Ta fame, puis vous en irez En vo meison et si serez Ensemble comme boenne gent : Ainsi avendra vraiement. » Le pueple que il feit avoit D’Evein et d’Adam, couvenoit Raieimbre et giter hors d’enfer Que tenoit enclos Lucifer Pour le pechié d’Adam no pere, Que li fist feire Eve no mere Par la pomme qu’ele menja Et qu’ele son mari donna.

Entendez en quantes mennieres Nous racheta Diex nostres peres : Li Peres la raençon fist, Par lui, par son fil Jhesu-Crist, Par le Saint-Esprit tout ensemble. Bien os dire, si con moi semble, Cil troi sunt une seule chose, L’une persone en l’autre enclose. Diex voust que ses fiuz char préist De la Virge et que de li naschist, Et il si fist puis que lui plust ; Pour rien contredist ne l’éust. Cil Sires, qui humanité Prist en la Virge, humilité Nous moustra grant quant il venir Daigna en terre pour morir, Pour ce que il voloit sauver L’uevre son pere et delivrer De la puissance L’Ennemi, Qui nous eut par Eve trahi. Quant ele vit qu’ele eut pechié, Si ha tant quis et pourchacié Que Adans ses mariz pecha ; Car une pomme li donna Que Diex leur avoit deveé Et trestout l’autre abandonné ; Meis il tantost la mist au dent Et en menja isnelement. Et tantost comme en eut mengié, Pourpensa soi qu’il ot pechié ; Car il vit sa char toute nue, Dont il ha mout grant honte éue. Sa fame nue véue ha, A luxure s’abandonna. Après ce coteles se firent De fueilles, qu’ensemble acousirent. Et quant Nostres-Sires ce vist, Adan apele et si li dist : « Adan, où ies-tu ? » -- « Je sui çà. » Tantost de delist les gita, Si les mist en chetivoison Et en peinne pour tel reison.

Eve eut conçut, si enfanta A grant doleur ce que porta, Et li et toute sa meisnie Eut li Deables en baillie ; A la mort les vout touz avoir. En enfer les covint mennoir Tant com Diex le vout, et ne plus, Qu’il envola sen fil çà-jus Pour saver l’uevre de son père ; Si en soufri la mort amere. Pour ce besoing prist-il no vie Ou ventre la virge Marie, Et puis en Bethleem naschi De la Virge, si cum je di. Ceste chose seroit greveinne A dire, car ceste fonteinne Ne pourrait pas estre espuisie Des biens qu’a la virge Marie.

Dès or meis me couvient guenchir A ma matere revenir, De ce que me rememberrai, Tant cum santé et povoir ei. Voirs est que Jhesus-Criz ala Par terre ; et si le baptisa Et ou flun Jourdein le lava Sainz Jehans, qu’il li commanda Et dist : « Cil qui en moi creirunt, En eve se baptiserunt Ou non dou Pere et dou Fil Crist Et ensemble dou Saint-Esprist, Que par ice serunt sauvé, Dou povoir l’Anemi gité, Tant que il s’i remeterunt Par les pechiez que il ferunt. » A sainte Eglise ha Diex donné Tel vertu et tel poesté. Saint Pierres son commandement Redona tout comunalment As menistres de sainte Eglise, Seur eus en ha la cure mise : Ainsi fu luxure lavée D’omme, de femme, et espurée ; Et li Deables sa vertu Perdi, que tant avoit éu. A bien peu.v. mil anz ou plus Les eut-il en enfer là-jus ; Meis de tout son povoir issirent, Dusqu’à tant que il s’i remirent ; Et Nostres-Sires, qui savoit Que fragilitez d’omme estoit Trop mauveise et trop perilleuse Et à pechié trop enclineuse (Car il couvenroit qu’il pechast), Vout que sainz Pierres commandast De baptesme une autre menniere : Que tantes foiz venist arriere A confesse, quant pecheroit, Li hons, quant se repentiroit Et vouroit son pechié guerpir Et les commandemenz tenir De sainte Eglise : ainsi pourroit Grace à Dieu querre, et il l’aroit.

Au tens que Diex par terre ala Et sa creance preescha, La terre de Judée estoit Souz Romme et à li respondoit, Non toute, meis une partie, Où Pilates avoit baillie. A lui servoit uns soudoiers Qui souz lui eut v chevaliers, Jhesu-Crist vit et en sen cuer L’aama mout ; meis à nul fuer N’en osast feire nul semblant Pour les Juis qu’il doutoit tant, Car tout estoient adversaire A Jhesu la gent de pute eire. Ainsi doutoit ses ennemis, Jà soit ce qu’à Dieu fust amis. Jhesus peu deciples avoit, Et de ceus l’uns mauveis estoit, Pires plus que mestiers ne fust. Ainsi le voust, ainsi li plust. Meintes foiz tinrent pallement Li Juif queu peinne ou tourment Nostre-Seigneur soufrir feroient Et comment le tourmenteroient, Et Judas, que Diex mout amoit, Une rente eut c’on apeloit Disme, et avec seneschauz fu Entre les deciples Jhesu ; Et pour ce devint envieus Qu’il n’estoit meis si gracieus As deciples come il estoient Li uns vers l’autre et s’entr’amoient : Se commença à estrangier Et treire à la foïe arrier ; Plus crueus fu qu’il ne soloit, Si que chascuns le redoutoit. Nostres-Sires savoit tout bien, Car on ne li puet embler rien.

A ce tens teu coustume avoient Li chambrelein que il prenoient La disme de quanque on donnait A leur seigneurs, et leur estoit. Or avint au jour de la Cene Que Marie la Madaleinne Vint droit en la meison Symom ; A la table trouva Jhesum Avec ses deciples seant, Judas devant Jhesu menjant. Dessouz la table se muça, As piez Jhesu s’agenouilla ; Mout commença fort à pleurer, Les piez Nostre-Seigneur laver De ses larmes, et les torchoit De ses chevous que biaus avoit. Après les oint d’un oignement Qu’aporta, precieus et gent, Et le chier Jhesu autresi ; Et la maison si raempli De la précieuse flereur, De l’oignement et de l’oudeur, Que chaucuns d’eus se merveilla ; Meis Judas mout s’en courouça : Trois cenz deniers, ou plus, valoit ; Sa rente perdue en avoit : C’est en disme trente deniers, C’en devoit estre ses louiers. Commença soi à pourpenser Comment les pourra recouvrer.

Li anemi Nostre-Seigneur, Qui li quierent sa deshonneur, Furent tout ensemble assemblé En un hostel en la cité ; Li hostes eut non Chayphas Ez-vous ilec venu Judas, Qui evesques fu de leur loi, Et preudons fu, si com je croi. Joseph i fu d’Arymathye, N’est pas liez de la compeignie. Et quant Judas ilec sentirent, Douterent le quant il le virent ; Si que tantost con le connurent, Pour la doute de lui se turent. Il quidoient qu’il fust loiaus Vers son seigneur, et il iert faus ; Et quant Judas, qui de pute eire Estoit, les vit ainsi touz teire, Palla et demanda pour quoi Estoient si mu et si quoi. Il li demandent de Jhesu : « Où est-il ore ? Sez-le-tu ? » Et il leur dist où il estoit, Pour quoi là venir ne voloit : « La loi enseigne. » Com l’oïrent, En leur cuers tout s’en esjoïrent. « Enseigne-nous comment l’aruns Et comment nous le prenderons. » Judas leur dist : « Se vous volez, Je l’vous vendrei, si le prenez. » Cil dient : « Oïl, volentiers. » -- « Donnez-moi donc trente deniers. » L’uns en sa bourse pris les ha Et tantost Judas les donna : Ainsi eut son restorement De sa perte de l’oignement. Après li ont cil demandé Comment il leur aura livré. Judas leur mist le jour, pour voir, Comment il le pourrunt avoir Et en quel liu le trouverunt ; Il dist que mout bien s’armerunt Comme pour leur vies sauver, Et si se doivent bien garder De Jake penre tout ensemble, Car merveilles bien le resemble. « De ce ne vous merveilliez mie, Car andui sunt d’une lignie : Il sunt cousin germein andui. » -- « Comment connoistruns donc celui ? » -- « Mout volentiers le vous direi : prenez celui que beiserei. » Ainsi acordent leur afeire. A trestoutes ces choses feire Estoit Joseph d’Arymathye, Cui en poise mout et ennuie.

Ainsi d’ilec se departirent ; Dusqu’au juesdi attendirent ; Et ce juedi chiés Simon Estoit Jhesus, dans sa meison, Où ses deciples enseignoit Les essemples et leur disoit : « Ne vous doi pas trestout retreire ; Meis de ce ne me weil-je teire, Que cius menjut o moi et boit Qui mon cors à mort trahir doit. » Quant Jhesus ainsi pallé ha, Judas errant li demanda : « Pour moi le dites seulement ? » -- « Judas, tu le diz ensement. » Autres choses leur vout moustrer Quant il daigna leur piez laver, D’une iaue à touz les piez lava, Et sainz Jehans li conseilla : « Privément, sire, une chose Demanderoie ; meis je n’ose. » Jhesus l’en ha congié donné, Et il ha tantost demandé : « Sire, à nous touz les piez lavas D’une iaue : tu pour quoi feit l’as ? » Diex dist : « Volentiers le direi, Cest essemple en Perrum penrei. Ausi comme l’iaue ordoia Des premiers piez c’on i lava, Ne puet nus estre sanz pechié, Et tant serunt-il ordoié Com ès orz pechiez demourrunt ; Meis les autres laver pourrunt ; Car, s’il un peu ordoié sunt, Jà pour ice n’ou leisserunt Que il les ordoiez ne puissent Laver, en quel liu que les truissent, Ausi con d’orde iaue ci lavé L’autre ordure qu’ele ha trouvé ; Et semble que li darrien soient Ausi com li premier estoient. Cest essemple à Pierre leirons, Et as menistres le donnons De sainte Eglise voirement, Pour enseignier à l’autre gent Par leur pechiez ordoierunt Et les pecheeurs laverunt Qui à Dieu vouront obéir Et au Fil et au Saint-Espir, A sainte Eglise ; si que rien Ne leur nuist, ainz leur eide bien, Si c’um connoistre ne pouroit Le lavé s’on ne li disoit. Ausi les pechiez ne set mie De nului devant c’on li die, N’il des menistres ne sarunt Devant ce que il les dirunt. » Ainsi saint Jehan enseigna Diex par ce que il li moustra.

Diex fu en la meison Simon, Et il et tuit si compeignon. Judas eut les Juis mandez Et l’un apres l’autre assemblez. En la meison Symon entrerent. Quant ce virent, si s’effreerent Li deciple Nostre-Seigneur, Car il eurent mout grant peeur ; Et quant la meison vit emplie Judas, si ne se tarja mie, En la bouche Jhesu beisa Et par le beisier l’enseigna. Jhesu prennent de touz costez. Judas crie : « Bien le tenez, Car il est merveilles forz hom. » Ainsi emmenerent Jhesum ; Partie font de leur voloir, Qu’il ont Jhesu en leur pooir. Or sunt li deciple esgaré Et sunt de cuer mout adolé. Leenz eut un veissel mout gent, Où Criz feisoit son sacrement ; Uns Juis le veissel trouva Chiés Symon, se l’prist et garda, Car Jhesus fu d’ilec menez Et devant Pilate livrez.

A Pilate Jhesu menerent, De quanqu’il peurent l’encouperent ; Meis petit furent leur pouvoir, Qu’il ne peurent droiture avoir Ne droiture ne achoison Par quoi fust en dampnation. Ne il ne l’avoit deservi, S’il s’en vousist partir ainsi ; Meis trop feule fu la joustice, Dont mout de seigneur sunt en vice, Et force n’i voust mestre mie, Ainz voust soufrir leur enreidie. Toutes voies Pilates dist : « S’on ainsi cest prophete ocist Et me sires riens m’en demande, Je vueil savoir et se l’commande As queus de vous touz m’en tenrei Et à cui ju en revenrei, Qu’en lui ne voi cause de mort ; Ainz le volez ocirre à fort. » A hautes vouiz tout s’escrierent Et riche et poure qui là ierent : "Seur nous soit ses sans espanduz, Seur nos enfanz granz et menuz ! " Lors le prennent et se l’ront mené Devant Pilate et l’ont dampné. Pilates l’iaue demanda Et devant eus ses meins lava, Et dist qu’ausi com nestoiées Estoient ses meins et lavées, Qu’ausi quites et nez estoit Del juste c’on à tort jugoit. Li Juis le veissel tenoit Qu’en l’ostel Simon pris avoit, Vint à Pilate et li donna ; Et Pilates en sauf mis l’a, Dusqu’à tant que conté li fu Qu’il avoient deffeit Jhesu. Et quant Joseph l’a oï dire, Pleins fu de mautalent et d’ire, Vint à Pilate isnelement Et dist : "Servi t’ei longuement Et je et mi.v. chevalier, Ne n’ei éu point de louier, Ne jà n’en arei guerredon Fors tant que me donras un don De ce que touz jours prommis m’as. Donne-le-moi, povoir en has. » Pilates dist : « Or demandez, Je vous donrei ce que vourez. Sanz la foiauté mon seigneur, Nus ne l’aroit à mon honneur. Vous avez granz dons deserviz. » -- « Sire, dist Joseph, granz merciz ! Je demant le cors de Jhesu, Qu’il ont à tort en crouiz pendu. » Pilates mout se merveilla Quant si petit don demanda, Et dist Pilates : « Je quidoie Et dedenz mon cuer le pensoie Que greigneur chose vousissiez Et, certes, que vous l’éussiez, Pour ce que son cors demandez, Pour vos soudées vous l’arez. » -- « Sire, granz mercis en aiez ; Commandez qu’il me soit bailliez. » Dist Pilates delivrement : « Alez le penre isnelement. » -- « Sire, unes granz genz et forz sunt, Bien sai penre n’ou me leirunt. » -- « Si ferunt : alez vistement Et le prenez hardiement. »

D’ileques Joseph se tourna, Errant à la crouiz s’en ala, Jhesu vit, si’n ot pitié grant Quant si vilment le vit pendant ; De pitié commence à plourer, Dist as gueites qu’il vit ester : « Pilates m’a cest cors donné, Et si m’a dist et commandé Que je l’oste de cest despit. » Ensemble respondirent tuit : « Ne l’osterez, car il dist ha Qu’au tierz jour resuscitera ; Jà tant ne sara susciter Que le feruns à mort livrer. » Dist Joseph : « Leissiez le m’oster, Car il le m’a feit delivrer, » Il respondent : « Ainz t’ocirruns, Qu’avant trois jours gardé l’aruns. » A tant s’est Joseph departiz Et à Pilate revertiz, Et li conte comment avoient Respondu ne ne li leissoient Oster Jhesu-Crist de la crouiz ; « Ainz crierent à une vouiz Que je mie ne l’osteroie. » Pilates l’ot, n’en ha pas joie, Ainz se courouça durement ; Ilec vist un homme en present, Qui avoit non Nychodemus : « Alez, dist-il, errant là-jus Avec Joseph d’Arymathye ; Ostez Jhesu de sa haschie Où li encrimé l’ont posé, Et l’eit Joseph tout delivré. Lors prist Pilate le veissel ; Quant l’en souvint, si l’en fu bel ; Joseph apele, si li donne Et dist : « Mout amiez cel homme. » Joseph respont : « Voir dit avez. » Et d’ilec est tantost sevrez ; A la crouiz errant s’en ala O Nychodemus, qu’il mena. Pour ce Pilates li avoit Donné, qu’il o soi ne vouloit Riens retenir qui Jhesu fust, Dont acusez estre péust. Ainsi com andui s’en aloient Plus hisnelement qu’il povoient, Nychodemus si s’en entra Chiés un fevre que il trouva ; Tenailles prist et un martel Qu’ilec trouva, mout l’en fu bel Et vinrent à la crouiz errant. Quant ce virent li chien puant, Si se sunt de cele part treit, Car de ce leur estoit mout leit. Nychodemus dist : « Vous avez Feit de Jhesu quanque voulez, Tout ce que vous en demandastes ; Et nos prouvoz sires Pilates Si l’a à ceste homme donné, Pour ce qu’il l’avoit demandé. Il est morz, que bien le veez ; Apenre soufrir li devez. Il me dist que de ci l’ostasse Et que je à Joseph le donnasse. » Adonc commencent à crier Que il devoit resusciter, Et qu’il mie n’ou bailleroient A Joseph n’à homme qu’il voient. Nychodemus se courouça, Et dist jà pour eus n’ou leira Qu’il ne li baille meintenant Maugrez trestouz leur nés devant. Adonc se prennent à lever, A Pilate s’en vont clamer ; Et cil andui en haut munterent Et Jhesu de la crouiz osterent. Joseph entre ses braz le prist, Tout souef à terre le mist, Le cors atourna belement Et le lava mout nestement. Endrementier qu’il le lavoit, Vist le cler sanc qui decouroit De ses plaies, qui li seinnoient Pour ce que lavées estoient : De la pierre adonc li membra Qui fendi quant li sans raia De sen costé, où fu feruz. Adonc est-il errant couruz A son veissel et si l’a pris, Et lau li sans couloit l’a mis, Qu’avis li fu que mieuz seroient Les goutes ki dedenz cherroient Qu’en liu où mestre les péust, Jà tant pener ne s’en séust. A son veissel ha bien torchies Les plaies, et bien nestoïes Celes des meins et dou costé, Des piez environ et et _(sic)_ en lé.

Or fu li sans touz recéuz Et ou veissel tous requeilluz. Joseph le cors envolepa En un sydoine qu’acheta, Et en une pierre le mist Qu’il à son wès avoit eslist, Et d’une pierre le couvri Que nous apelons tumbe ci. Li Juif si sont retourné, Si ont à Pilate pallé. Pylates commanda et dist, En quel liu que on le méist, Par nuit et par jour le gueitassent, Que si deciple ne l’emblassent ; Car Jhesus à eus dist avoit Qu’au tierz jour resusciteroit. Cil ont leur gueites assemblées Tout entour le sepulchre, armées ; Et Joseph d’ilec se tourna Et en sa meison s’en ala

Li vrais Diex, en ces entrefeites, Comme sires, comme prophetes, En enfer est errant alez ; Ses amis en ha hors gitez, Eve et Adam, leur progenie, Qu’Ennemis eut en sa baillie, Seins, saintes, toute boenne gent (Car des boens n’i leissa neent), Touz ceus qu’il avoit rachetez, Pour qui il fu à mort livrez. Quant Nostres-Sires ce feit eut Quanqu’il li sist et il li pleut, Resuscita, c’onques n’ou seurent Li Juif ne vooir n’ou peurent ; A Marie la Madaleinne S’apparust, c’est chose certainne, A ses apostres, à sa gent, Qui le virent apertement. Quant eut ce fait, la renummée Ala par toute la contrée, Relevez est de mort à vie Jhesus li fiuz sainte Marie. Si deciple l’unt tout véu Et l’unt trés bien reconnéu ; Et ont véu de leur amis Qui furent trespassé jadis Qui o Jhesu resusciterent Et en la gloire Dieu alerent. Les gardes en sunt decéu, Qu’encor ne l’unt apercéu. Quant li Juif ice escouterent, En la synagogue assemblerent Et si tinrent leur parlement, Car leur chose va malement ; Et li un as autres disoient Que se c’est voirs que dire ooient Et que il fust resuscitez, Qu’encor aroient mal assez. Et cil qui l’avoient gardé Disoient bien par verité Qu’il n’estoit pas lau on le mist. Encor unt-il plus grant despist, Car il l’unt par Joseph perdu : De ce sunt-il tout esperdu ; Et se damages y ha nus, Ç’a-il feit et Nychodemus. Adonques tost pourpensé ont Qu’à leur meistres responderont, Se il leur estoit demandez ; Et chaucuns s’i est acordez Comment il en pourrunt respondre, Quant on les en voura semundre. Nychodemus de crouiz l’osta Et à Joseph le commanda, Si l’dient : « Nous le vous leissames, Et puis errant nous en alames. »

Li Juif pensent qu’il ferunt : Joseph, Nychodemus penrunt Si coiement c’on n’ou sara, Et puis ceste chose cherra ; « Et s’il nous welent acuser, Qu’il le nous vueillent demander. Tantost com les pourrons seisir, De mort les couvenra morir. Chaucuns de nous respondera Que on à Joseph le bailla. Se vous Joseph ci nous rendez, Par Joseph Jhesu raverez. »

A ce conseil sunt acordé Tout li josne et tout li barbé. Cist consauz est donnez par sens, Car boens et de grant pourpens. Nychodemus eut un ami A ce conseil, qui l’en garni ; Manda-li que il s’en fuist, Ou il morroit, et il si fist. Et li Juif s’en vunt là droit ; Meis il jà fuiz s’en estoit. Quant il voient que perdu l’unt, En la meison Joseph s’en vunt, Mout tristoié, mout irascu De ce qu’il l’ont ainsi perdu. L’uis de l’ostel Joseph brisierent, Si le pristrent et emmenerent ; Mais ainçois le firent vestir, Car il estoit alez gesir. Demandent li, quant l’ont tenu, Que il ayoit feit de Jhesu. Joseph respont isnelement : « Quant je l’eu mis ou monument, A vos chevaliers le leissei Et en ma meison m’en alei ; Ce sache Diex que puis n’ou vi, Ne meis puis paller n’en oï. » Cil li dient : « Tu l’as emblé. » -- « Non ai, en moie verité. » -- « Il n’est pas là où mis l’avoies ; Enseigne-le-nous toutes voies. » -- « Je ne sai où est, s’il n’est là Où je le mis quatre jours ha ; Et, se lui pleist que pour lui muire, Bien sai ce ne me puet rien nuire. »

Chiés un riche homme l’ont mené, Forment l’ont batu et frapé. Leenz eut une tour roonde, Ki haute estoit et mout parfunde. Lors le reprennent et rebatent, Et tout plat à terre l’abatent ; Avalé l’ont en la prison, Ou plus parfont de la meison, Qui estoit horrible et obscure, Toute feite de pierre dure ; Forment l’ont fermée et serrée, Et par dessus bien seelée.

Mout fu Pilates irascuz Quant set que Joseph fu perduz, Et en sen cuer mout l’en pesoit, Que nul si boen ami n’avoit. Au siecle fu bien adirez Et vileinnement ostelez ; Meis Diex n’ou mist pas en oubli, Cui on trueve au besoing ami ; Car ce que pour lui soufert ha, Mout très bien li guerredonna : A lui dedenz la prison vint, Et son veissel porta, qu’il tint, Qui grant clarté seur lui gita, Si que la chantre enlumina ; Et quant Joseph la clarté vist, En son cuer mout s’en esjoïst. Diex son veissel li aportoit, Où son sanc requeillu avoit. De la grace dou Seint-Esprist Fu touz pleins, quant le veissel vist, Et dist : « Sires Diex tou-puissanz, Dont vient ceste clartez si granz ? Je croi si bien vous et vo non Qu’ele ne vient se de vous non. » -- « Joseph, or ne t’esmaie mie : La vertu Dieu has en aïe ; Saches qu’ele te sauvera En Paradis, où te menra. »

Joseph Jhesu-Crist demandoit Qui il iert, qui si biaus estoit : « Je ne vous puis, sire, esgarder Ne connoistre ne aviser. » -- « Joseph, dist Diex, enten à moi, Ce que je te direi si croi. Je sui li fiuz Dieu, qu’envoier Voust Diex en terre pour sauver Les pecheours de dampnement Et dou grant infernal tourment ; Je vins en terre mort soufrir En la crouiz finer et morir, Pour l’uevre men pere sauver Qu’Adans avoit feite dampner Par la pomme que il menja, Qu’Eve sa fame li donna Par le conseil de l’Ennemi, Qu’ele plus tost que Dieu créi. Après ce, Diex de Paradis Les gita et les fist chetis Pour le pechié que feit avoient Quant son commandement passoient. Eve conçut, enfans porta ; Et li et ce qu’ele enfanta Voust tout li Ennemis avoir En son demeinne, en son pooir, Et les eut tant cum plust au Pere Que li Fiuz naschi de la mere. Par fame estoit hons adirez, Et par fame fu recouvrez ; Fame la mort nous pourchaça, Fame la vie nous restora ; Par fame estions emprisonné, Par fame fumes recouvré.

« Joseph, or has oï comment Li Fiuz Diu tout certeinnement Vint en terre ; et si has oï Pour quoi de la Virge naschi, Pour ce qu’en la crouiz moréust Et li Peres s’uevre réust : Pour ce sui en terre venu, Et li sans de mon cors issuz, Qui en issi par.v. foïes ; Assez i soufri de haschies. » -- « Comment, sire ! Joseph li dist ; Estes-vous donc Jhesus qui prist Char en la Virge precieuse, Ki fu Joseph fame et espeuse ? Cil que Judas xxx deniers Vendi as Juis pautonniers, Et qu’il fusterent et batirent Et puis en la crouiz le pendirent ? Que j’en la sepouture mis, Et de cui dirent li Juis Que j’avoie vo cors emblé Et dou sepuchre destourné ? » -- « Je sui icil tout vraiement : Croi-le, si auras sauvement ; Croi-le et si n’en doute mie : Si auras pardurable vie. » -- « Sire, dist Joseph, je vous proi Que vous aiez pitié de moi. Pour vous sui-je cileques mis ; Si serei tant con serei vis, Se vous de moi pitié n’avez Et de cest liu ne me gitez. Sire, tous jours vous ei amé ; Meis n’en ei pas à vous pallé ; Et pour ce dire ne l’osoie, Certeinnement, que je quidoie Que vous ne m’en créussiez mie, Pour ce que j’en la compeignie Estoic à ceus qui vous haoient Et qui vostre mort pourpalloient. » Lors dist Diex : « Avec mes amis Et aveques mes ennemis Estoie ; meis quant avenue Est aucune descouvenue, N’i ha mestier senefiance. Or le vous leirei en soufrance. Tu estoies mes boens amis, Pouce estoies o le Juis, Et bien seu que mestier m’aroies Et au besoing que m’eideroies ; Car Diex mes peres t’eut donné Le povoir et la volenté Que péus Pilate servir, Qui si le voust remerir : De ten service te paia En ce que men cors te donna. » -- « Hay, sire ! ne dites mie Que miens soiez n’en ma baillie. » -- « Si sui, Joseph, je l’direi bien ; Je sui as boens, li boen sunt mien. Sez-tu que tu as deservi En ce que je donnez te fui ? La vie pardurable aras, Quant de cest siecle partiras. Nul de mes deciples o moi N’ei amené, sez-tu pour quoi ? Car nus ne set la grant amour Que j’ai à toi dès ice jour Que tu jus de la crouiz m’ostas, Ne veinne gloire éu n’en has Nus ne connoit ten cuer loial, Fors toi et Dieu l’esperital. Tu m’as amé celéement, Et je toi tout certainnement. Nostre amour en apert venra Et chaucuns savoir la pourra ; Meis ele sera mout nuisanz As maveis Juis mescreanz. En ten povoir l’enseigne aras De ma mort et la garderas, Et cil l’averunt à garder A cui tu la voudras donner. »

Nostres-Sires ha treit avant Le veissel precieus et grant Où li saintimes sans estoit Que Joseph requeillu avoit, Quant il jus de la crouiz l’osta Et il ses plaies li lava ; Et quant Joseph vist le veissel Et le connut, mout l’en fu bel ; Meis de ce mout se merveilloit Que nus ne seut où mis l’avoit, Qu’en sa meison l’avoit repus, C’onques ne l’avoit véu nus. Et il tantost s’agenouilla, Nostre-Seigneur en mercia : « Sire Diex, sui-je donques teus Que le veissel si precieus Puisse ne ne doie garder Où fis vostre saint sanc couler ? » Diex dist : « Tu le me garderas Et cius cui le comanderas.

« Joseph, bien ce saras garder Que tu ne le doiz commander Qu’à trois persones qui l’arunt. Ou non dou Pere le penrunt Et dou Fil et dou Saint-Esprist, Et se doivent croire trestuit Que ces trois persones sunt une Et persone entiere est chaucune. » Joseph, qui à genouz estoit, Prist le veissel que Diex tenoit. « Joseph, dist Diex, as pecheeurs Est sauvemenz pour leur labeurs. Qui en moi vraiement croirunt, De leur maus repentance arunt. Tu-méismes, pour tes soudées, Has mout de joies conquestées ; Saches que jameis sacremenz Feiz n’iert, que ramembremenz De toi n’i soit. Tout ce verra Qui bien garder y savera. » -- « Par foi ! dist Joseph, je n’ou sai ; Dites-le-moi, si le sarai. »

-- « Joseph, bien sez que chiés Symon Menjei et tout mi compeignon, A la Cene, le juesdi ; Le pein, le vin y benéi, Et leur dis que ma char menjoient Ou pein, ou vin mon sanc buvoient : Ausi sera représentée Cele taule en meinte contrée. Ce que tu de la crouiz m’ostas Et ou sepulchre me couchas, C’est l’auteus seur quoi me metrunt Cil qui me sacrefierunt, Li dras où fui envolepez, Sera corporaus apelez. Cist veissiaus où men sanc méis, Quant de men cors le requeillis, Calices apelez sera. La platine ki sus girra Iert la pierre senefiée Qui fu deseur moi seelée, Quant ou sepuchre m’éus mis. Ice doiz-tu savoir touz dis, Ces choses sunt senefiance Qu’en fera de toi remembrance. Tout cil qui ten veissel verrunt, En ma compeignie serunt ; De cuer arunt emplissement Et joie pardurablement. Cil qui ces paroles pourrunt Apenre et qui les retenrunt, As genz serunt vertueus, A Dieu assez plus gratieus ; Ne pourrunt estre forjugié En court, ne de leur droit trichié, N’en court de bataille venchu, Se bien ont leur droit retenu. »

Ge n’ose conter ne retreire, Ne je ne le pourroie feire, Neis, se je feire le voloie, Se je le grant livre n’avoie Où les estoires sunt escrites, Par les granz clers feites et dites : Là sunt li grant secré escrit Qu’en numme le Graal et dit. Adonc le veissel li bailla, Et Joseph volentiers pris l’a. Diex dist : « Joseph, quant vouras Et tu mestier en averas, A ces trois vertuz garderas, Q’une chose estre ainsi creiras ; Et la dame boneeurée Qui est Mere Dieu apelée, Ki le benooit Fil Dieu porta, Mout très bien te conseillera ; Et tu orras, ainsi le croi, Le Seint-Esprit paller à toi,

« Ore, Joseph, je m’en irei. De ci mie ne t’emmenrei, Car ce ne seroit pas reison ; Ainz demourras en la prison. La chartre sanz clarté sera, Si comme estoit quant je ving ça : Garde que tu n’aies peeur, Ne au cuer friçon ne tristeur ; Car ta delivrance tenrunt A merveille cil qui l’orrunt. Li Seinz-Espriz o toi sera, Qui touz jours te conseillera. »

Ainsis est Joseph demourez En la prison bien enchartrez ; Ne de lui mets plus pallerent, Meis trestout ester le leissierent Et demoura mout longuement Que de lui ne fu pallement, Tant qu’il avint c’uns pelerins, Qui fu assez jounes meschins, En cele terre de Judée Fist là mout longue demourée Au tens que Jhesus-Criz ala Par terre et sen nou preescha, Qui mout de miracles feisoit, Car il bien feire les povoit. Les avugles vi cler veanz Et les contreiz touz droiz alanz, Et autres miracles assez Que n’aroie à lonc tens contez, Car trois morz y resuscita. Li pelerins tout ce vist là ; Meis li Juif, qui grant envie Eurent seur lui par felonnie, Le firent-il en crouiz morir Pour ce qu’il ne vout obéir De riens à leur commandemenz, Car il souduisoient les genz.

Au tens que je vous ei conté Que li pelerins eut esté En Judée, si vint à Romme Et hesberja chiés un preudomme. Adonc li fiuz l’empereeur Estoit en si très grant doleur Qu’il avoit une maladie, Car de lepre iert sa char pourrie ; Si vil estoit et si puanz Que nus o lui n’iert habitanz. On l’avoit en une tour mis, Où n’avoit fenestre ne wis C’une petite fenestrele, Où on metoit une escuele Quant on li donnoit à mengier, Adès quant en avoit mestier.

Li pelerins fu hostelez, Bien aeisiez et bien soupez. L’ostes au pelerin palloit Que mout granz damages estoit Dou fil à leur empereeur, Qui estoit à tel deshonneur ; Et li pelerins demanda Quel duel et quel deshonneur ha ; Et li hostes li ha conté De sa lepre la verité, Que cil Vaspasiens avoit Et nus saner ne l’en povoit : Fiuz estoit à l’empereeur, Tant en avoit-il duel greigneur. Li hostes li ha demandé S’il avoit nule rien trouvé Qui Vaspasien boenne fust N’à lui curer mestier éust. Li pelerins li respondi : « Jo ne sai pas chose ore ci ; Meis ce puis-je bien affermer Que là dont je vieng d’outremer Jadis un grant profete avoit Qui sanz doute preudons estoit, Et meintes foiz fist Diex pour lui. Je vi malades qu’il gari De mout diverses maladies Qu’il avoient, viés et anties ; Je vi contreiz qu’il redreça Et avugles qu’il raluma, Hommes qui tout pourri estoient, Qui de lui tout sein s’en aloient, Et autres miracles assez Que n’aroie à lonc tens contez ; Meis il ne garissoit neent, Ne garessit entierement. Et li riche homme le haoient De Judée, qu’il ne povoient Saner ausi comme il povoit Ne feire autel comme il feisoit. Et li hostes si demanda Au pelerin qu’il hesberja. Qu’estoit devenuz cil preudon Et coment il avoit à non. -- « Je l’vous direi, que bien le sai ; Meintes foiz nummer oï l’ai : Jhesus eut non li fiuz Marie, De Nazareth lez Bethanie. La pute gent qui le haïrent Tant donnerent et tant prommirent A ceus qui le povoir avoient Et qui les joustices tenoient, Tant le chacierent qu’il le prirent Et vilainnement le leidirent Et le despouillierent tout nu, Tant qu’il l’eurent forment batu ; Et quant pis ne li peurent feire Li Juif, qui sunt de pute eire, Si le firent crucefier En la crouiz et martirier ; Et sanz doute, se il veschist, Vaspasien, se il vousist, Garessist de sa maladie, Ne fust si granz ne si antie. » -- « Or me dites, se vous savez, Se vous dire le me volez, Leur oïstes-vous unques dire Pour quoi le mirent à martire ? » -- « Pour ce que il si le haoient Qu’il oïr paller n’en povoient. » -- « Dites-moi en queu seignourie Ce fu feit, n’en quele baillie. » -- « Sire, ce fu feit en Judée, Que Pilates ha gouvernée, Ki est desouz l’empereeur De Romme et est de sa teneur. » -- « Oseriez-vous dire et retraire Devant l’empereeur Cesaire Ce que vous m’avez ci conté ? » Cil dist : « Oïl, par verité. N’est hons devant cui ne l’déisse Et que prouver ne le vousisse. »

Quant hostes ce escouté eut, Tout errant au plus tost qu’il peut Est à l’empereeur alez, Si s’en est ou paleis entrez ; L’empereeur apelé ha ; Toute la chose li conta, Ce qu’eut oï dou pelerin, De chief en chief dusqu’en la fin. Quant l’empereres l’eut oï, Si s’en merveilla mout ausi Et dist : "Estre ce voir pourroit Qu[e] tu m’as conté orendroit ? " -- « Si m’aiust Diex, sire, ne sai, Tout ainsi de lui oï l’ai. Querre l’irei, se vons volez ; Tout ainsi conter li orrez. » L’empereres ha respondu: « Va le querre; que targes-tu ? » L’ostes en sa meison ala, Le pelerin arreisonna Et dist : « L’empereres vous mande Par moi, et si le vous commande Que vous vigniez à lui palier. » Li pelerins, sans demourer, Ha dist : « Volentiers i irei, Quanqu’il demandera direi. »

Li pelerins est là venuz, Qui ne fu fous ne esperduz ; L’empereeur a salué, Et après li ha tout conté Quanque son hoste conté ot Et la chose tout mot à mot. L’empereres respont errant : « Se c’est voirs que nous vas contant, Tu seras mout très bien venuz, De richesces combles et druz. »

L’empereres ha ce entendu, Ses hommes mande : il sunt venu ; Et quant il furent assemblé, Si leur ha tout dist et conté Que li pelerins dist avoit, Et chaucuns s’en esmerveilloit, Pilate à preudomme tenoient Tout cil qui là ensemble estoient, Et disoit chaucuns en son dist Que Pilates pas ne soufrist ; Car ce fust trop grant desreison Se il soufrist teu mesproison En liu où seignourie éust, Puis que deffendre le péust. Là eut Pilates un ami, Qui dist qu’il n’estoit pas ainsi : « Pilates est mout vaillanz hons, Plus que dire ne pourrions ; Pour rien feire ne le leissast, Se il contredire l’osast. » Lors unt le preudomme apelé Et l’oste qui l’eust hostelé : « Pelerin frere, par amour, Ce qu’avez à l’empereour Conté, s’il vous pleist, nous contez : Les vertuz que véu avez, Les biaus miracles de Jhesu, Qui estoit de si grant vertu. » Touz les miracles leur conta, Si cum les vit quant il fu là ; Et a dist que, quant il estoit Lau Pilates povoir avoit, L’empereres force ne fist, Meis que son fil li garissist ; Et qui ce croire ne vouroit, Que il sa teste i meteroit. « Jà Pilates n’ou celera, Quant on ce li demandera ; Et qui de lui pourroit trouver Aucune chose et aporter, Tost en pouroit estre sanez Vaspasiens et respassez. » Quant les genz ont ce dire oï, Si en furent mout esbahi ; Ne seurent Pilate rescourre Ne à ce valoir ne secourre, Fors tant qu’il li unt demandé Que « se ce n’estoit verité, Que vieus-tu c’on face de toi ? » Il dist : « Mes despens donnez-moi Et si me metez en prison En une soufisant meison, Et si feites là envoier, Enquerre bien et encerchier. Se ce n’est voirs que dist vous ei, Je vueil et si l’otroierei Que la teste me soit coupée Ou à coustel ou d’une espée. » Tout dient qu’il ha dist assez, Il l’otroient, et c’est ses grez. Adonc l’unt de toutes parz pris Et en une chambre l’unt mis, Si le firent là bien garder, Que il ne leur puist eschaper.

« Escoutez-moi tout, biau seigneur, Ce leur ha dist l’empereeur, Boen est que nous envoions là Aucun message, qui saura Verité de ceste nouvele ; Car mout seroit et boenne et bele, Se cil miracle estoient voir ; Et se nous poviammes avoir Aucune chose qui men fil Curast et ostast dou peril, Avenu bien nous en seroit Et no chose bien en iroit. »

Vaspasiens la chose oï, Et touz li cuers l’en esjoï ; Quant seut que li estranges hon Estoit jà mis en la prison, Sa doleur li assouaga Et ses maus touz li tresala. Adonc ha sen pere proié Que il, pour la seue amistié, Envoiast là en cele terre Et pour savoir et pour enquerre Se il voloit sa garison N’oster hors de si vil prison Com il estoit : trop estoit dure, Trop tenebreuse, trop obscure. L’empereres feit ses briés feire (De ce ne me weil-je pas teire), Qu’il mande à touz ceus de Judée, As plus pouissanz de la contrée, A Pilate especiaument, Qu’il envoie à eus de sa gent, Et commande que on les oie De tout quanqu’il dirunt et croie De la mort Jhesu, qu’il ocistrent Quant il en la crouiz le pendirent. L’empereres y envoia Le plus sage homme qu’il trouva, Qu’il voloit la chose savoir Et enquerre trestout le voir ; Et si leur mande à la parclose, Se il est morz, qu’aucune chose Ki au preudomme éust esté, Se il l’ont en leur poesté, Que tantost la li envoiassent Et pour rien nule n’ou leissassent. La garison sen fil queroit Et Pilate mout menaçoit Que, se c’est voirs qu’oï dire ha, Granz maus avenir l’en pourra.

Ainsi departent li message, Et s’en vunt tout droit au rivage De la mer et ès nés entrerent. Boen vent eurent, la mer passerent ; Et quant il furent arrivé, S’a l’uns à Pilate mandé, Qui mout estoit ses boens amis. En sa lestre fist sen devis Que de ce mout se merveilloit, Qu’il un homme pendu avoit Et n’avoit pas esté jugiez : Si en estoit mout courouciez. « Certes, ce fu grant mesprison ; Grant desavenant li fist-on. Li messagier sont arrivé, Que l’emperere ha envoié : Encontre eus erramment venez, Car eschaper ne leur povez. »

Pilates les nouveles oit Que ses acointes li mandoit ; Ses genz commanda à munter, Car il voloit encontre aler Les messages l’empereeur Et recevoir à grant honneur. Li messagier errant s’en vunt, Car Pilate trouver vourrunt ; Pilates ausi chevaucha Avec ceus qu’avec lui mena. L’une compaigne l’autre voit Ee _(sic)_ Arimathye tout droit ; Et quant il Pilate encontrerent, Joie feire ne li oserent, Car certainnement ne savoient Se il à Romme l’emmenroient. Li uns les lestres li bailla. Il ha lut ce que dedenz ha : Raconté li unt mot à mot Ce que li pelerins dist ot. Quant eut ce Pylates escouté, Bien set que dient verité ; O les messagiers vint arriere Et leur ha feit mout bele chiere Et dist : « Les lestres lutes ei, Bien reconnois ce qu’i trouvei. » La chose tout ainsi ala, Et chaucuns d’eus se merveilla De ce que il reconnissoit La chose ainsi comme ele aloit. A grant folie puet tourner, Se il ne s’en set descouper ; Car il l’en couvenra morir : Or mete peine à lui chevir. Les messagiers ha apelé, En une chambre sunt alé : La chose à conseil leur dira. Les wis de la chambre ferma Et si les fist mout bien garder, Que les genz n’i puissent entrer ; Mieuz vieut que par lui le séussent Que par autrui le connéussent. Les enfances de Jhesu-Crist Leur aconta toutes et dist Trestout ainsi comme il les seut Et que d’atrui oï en eut ; Comment li Juif le haoient, Ribaut souduiant l’apeloient ; Tout ainsi comme il garissoit Les malades quant il vouloit ; Con feitement il l’achaterent Et paierent et delivrerent De Judas, qui vendu l’avoit Et qui ses deciples estoit ; Trestout le leit que il li firent, Et comment chiés Symon le prirent, Comment devant lui l’amenerent Et comment il l’achoisonnerent. « Requirent moi que leur jujasse Et que je à la mort le dampnasse ; Je leur dis pas n’ou jugeroie, Car reison nule n’i veoie. Quant virent que n’ou vous jugier, Si se prisent à couroucier, Qu’il estoient genz mout puissant, De richesces comble et mennant ; Et il distrent qu’il l’ocirroient, Que jà pour ce n’ou leisseroient. Ce pesoit moi certeinnement ; Je dis à touz communément : « Se mes sires riens demander « M’en vouloit ne achoisonner, « Respondre de ce que pourroie ? « La chose pas ne celeroie ; « Que, se la vouloie celer, « Par vous le pourroient prouver. « Seuraus fust et seur leur enfanz « Josnes et vieuz, petiz et granz, « Fust espanduz li sans Jhesu, « Et ce en responderas-tu, » Il le pristrent et l’emmenerent Et le batirent et fraperent, Et en l’estache fu loiez Et en la crouiz crucefiez, Et ce que vous avez oï Avant que vous venissiez ci. Pour ce que je voil qu’il séussent Et que il bien l’apercéussent Vraiement que plus m’en pesoit Assez que bel ne m’en estoit, Et voloie estre nestoiez, Car ce estoit trop granz pechiez, Devant eus yaue demandei Et erramment mes meins lavei, Et dis qu’ausi nez fussé-ju Dou mal et de la mort Jhesu Comme mes meins nestes estoient Qu’il d’yaue lavées veoient. J’avoie o moi un soudoier, Preudomme et mout boen chevalier. Quant fu morz, se l’me demanda ; Donnei li pour ce qu’il l’ama. Li preudons Joseph non avoit, Et sachiez que il me servoit Tout adès à.v. chevaliers, A beles armes, à destriers. Unques ne voust aveir dou mien, Fors le cors dou profete rien. Grant eschaance éust éue Dou mien, se me fust eschéue. Le prophete osta dou despist Et en une pierre le mist, Que il avoit feite taillier Pour lui après sa mort couchier. Et quant Joseph l’eut leenz mis, Ne vi ne seu et si l’enquis ; Meis ne peu savoir qu’il devint, Quel chemin ne quel voie tint. Espoir qu’il le nous unt ocis Ou noié ou en chartre mis ; Ne que je vers vous povoir ai N’avoit-il vers eus, bien le sai. »

Quant li message unt ce escouté, N’unt pas en Pilate trouvé Si grant tort cum trouver quidoient : « Nous ne savons, ce li disoient, S’il fu ainsi cum dist nous has ; Et, se tu vieus, bien te porras Devant no seigneur descouper, Se c’est voirs que t’oons conter. » Pilates lor ha respondu : « Tout ausi cum l’ei connéu, Devant vous le connoisterunt Et tout ainsi le conterunt. » -- « Or les nous fei donques mander, Et dedenz un mois assembler Trestouz ensemble en ceste vile ; Gar qu’il n’i eit barat ne guille, Car nous assembler les feisuns Pour ce qu’à eus paller vouluns. »

Pylates ses messages prist, Si leur ha commandé et dist Que par toute Judée alassent Et à touz les Juis nunçassent Que sunt venu li messagier L’empereeur dès avant-ier ; Volentiers à eus palleroient, S’il ensemble avoir les povoient. Il leissierent le mois passer, Et Pilates ha feit garder S’on pourroit riens avoir trouvé Qui au prophete éust esté ; Meis il ne peurent trouver rien Qui leur féist gramment de bien.

Tout li Giue en Beremathye S’assemblent à grant compeignie. Pylates ha dist as messages Une chose de quoi fu sages : « Avant paller me leisserez As Juis, si que vous orrez Ce que direi et il dirunt. » Li messagier einsi feit l’unt. Quant il furent tout assemblé, Pylates ha premiers pallé : « Vous veez ci, dist-il, seigneur, Les messages l’empereeur ; Savoir welent quès hons estoit Cius qui on Jhesu apeloit, Qui de la loi se feisoit sires. On leur ha dist qu’il estoit mires, C’on ne pourroit meilleur trouver L’empereres le feit mander, Volentiers à lui palleroit. Je leur ei dist que morz estoit, Que vous deffeire le féistes Pour ce que feire le vousistes : Dites se ce fu voirs ou non. » -- « Ce fu voirs, jà n’ou celeron, Pour ce que il roi se feisoit Et que nostres sires estoit. Tu fus si mauveis que jugier Ne le voussis ne ce vengier ; N’en voussis penre vengement, Ainz t’en pesoit par samblement ; Et nous ne pourrions soufrir Que il ne autres seignourir Seur nous ne seur les noz péust, Fors que Cesar, tant puissanz fust, Ne le méissians à la mort, Car il nous feroit trop grant tort. » Lors dist Pilates as messages : « Ne sui si pouissanz ne si sages Que je eusse seur eus povoir, Qu’il sunt trop riche et plein d’avoir. » Adonc ont dist li messagier : « Encor n’aviens oï touchier A la force de la besoigne ; Je weil c’om le voir m’en tesmoigne.

« Seigneur, je vous weil demander Se Pilates vous voust veer Cel homme qui roi se feisoit ; Dites-le-moi, comment qu’il soit. » -- « Par foi, sire ! ainçois nous avint ; Et sachiez que il nous couvint Que se en l’en demandoit rien, Que nous l’en deliverriuns bien. Se l’en voulez riens demander, Nous suns tenu au delivrer ; Nous i summes engagié, voir, Et après nous trestout nostre oir. Pilates autrement sa mort Ne voust souffrir : dont il eut tort. »

Li messagier unt entendu Que Pilates n’a pas éu Si grant tort comme tuit quidoient Et cum les genz li tesmoignoient ; Il unt enquis et demandé Qui estoit, de queu poesté, Cil prophetes dont on palloit. Il respondent que il feisoit Les plus granz miracles dou munde, Qui le penroit à la roonde ; Pour enchanteeur le tenoient Cil et celes qui le veoient. Adonc dient li messagier : « Saveriez-vous enseignier Qui ha nule chose dou sien ? Qui en aroit aucune rien Que nous en péussians porter, Bien l’amerians à trouver. » L’uns d’eus une femme savoit Ki de lui un visage avoit, Qu’ele chaucun jour aouroit ; Meis sanz doute qu’il ne savoit Où pris l’eut ne se l’eut trouvé. Adonc ont Pilate apelé, Se li content que cil dist ha ; Et Pilates li demanda Tantost comment avoit à non, En queu rue estoit sa meison. « Verrine ha non, si n’est pas fole, S’est en la rue de l’Escole. » Quant Pilates seut où mennoit Et comment ele à non avoit, Il ha tantost envoié là ; Par un message la manda, Ele vint si tost com le sout ; Et Pilates, si cum Diex vout, Quant vist venir, se leva Contre li ; si s’en merveilla La poure femme, quant le vist, De la grant honneur qu’il li fist. Quant il si bienvignant l’eut feite, Si l’a après d’une part treite Et li dist : « Dame, une semblance Avez d’omme en grant remembrance En meison, que vous aourez : le vous pri que la nous moustrez, Se il vous pleist et vous voulez. Riens n’i perdrez, jà n’en doutez. » La fame fu toute esbahie, Quant ele ha la parole oïe ; Forment s’escondist et dist bien Que de ce n’avoit-ele rien A ces paroles sunt venu Li messagier et unt véu La fame, ki venue estoit, Et Pylates à li palloit. Li messagier l’unt acolée Et grant joie li unt menée, Et le besoig li unt conté Pour quoi estoient assemblé ; Dient li, s’ele ha en meison Chose de quoi puist garison Avoir li fiuz l’empereeur, Ele en sera à grant honneur Touz les jours meis que vivera, Jameis honneur ne li faura. « On dist qu’ele ha une semblance De Jhesu, dont feit remembrance ; Et s’à vendre avoir la povons, Mout volentiers l’achaterons. »

Verrine voit bien et perçoit Que descouvrir li couvendroit Et que plus ne la puet celer, Si se commence à escuser Et dist : « Je ne la venderoie Pour riens qui soit, ne ne donroie Ce que vous ci me requerez ; Ainz couvient que tout me jurez, Et vous et vostre compeignon, Qu’à Romme, en vostre region, Que sanz riens tolir me menrez Et que vous riens ne me tourrez, Et je avec vous m’en irei Et ma semblance porterei. » Quant li messagier ce oïrent, Forment en leur cuers s’esjoïrent ; Il dient : « Nous vous emmenruns A grant joie et vous jureruns Trestout quanque vous devisez ; Meis, s’il vous pleist, se nous moustrez La semblance que demandons, Car à vooir la desirruns. » Tout li Juif qui là estoient, Qui toutes ces paroles oient, Dient qu’encor riche seroit Et assez grant honneur aroit. Verrine as messagiers ha dist : « Attendez-moi un seul petit, Querre cele semblance irei Et ci la vous aporterei. » Ele muet d’ilec de randon, Tantost s’en va en sa meison. Quant fu en sa meison entrée, Si ha sa huche deffermée Et si ha prise la semblance ; Et puis n’i ha feit arrestance, Dessouz sen mantel l’a boutée, As messagiers est retournée. Il se sunt contre li levé Et grant honneur li unt porté. Ele leur dist : « Or vous seez, Et puis le suaire verrez Où Diex essua sen visage, Cui li Juif firent outrage. » Il se vunt trestout rasooir ; Tantost cum la peurent vooir, Il les couvint touz sus saillir, Car il ne s’em peurent tenir. La boenne femme ha demandé Pour quoi il s’estoient levé. Chaucuns respont, ne s’en puet teire : « Par foi ! il le nous couvint feire, Quant nous la semblance véimes ; Feire l’estut, si le féimes. Dame, font-il, pour Dieu nous dites Où vous cest suaire préistes. » Ele respont : « Je vous direi, Comment m’avint vous conterei. Un sydoine feit feire avoie Et entre mes braz le portoie, Et je le prophete encontrei En ma voie par où ralei ; Les meins avoit derrier lièes, A une couroie atachiées. Pour le grant Dieu mout me prierent Li Juif, quant il m’encontrerent, Que men sydoine leur prestasse, Au prophete son vis torchasse. Erramment le sydoine pris Et li torchei mout bien sen vis, Car il si durement suoit Que touz ses cors en degoutoit. Je m’en ving, et il l’emmenerent Outre batant, mout le fraperent. Mout li feisoient vilenie ; Nepourquant ne se pleignoit mie. Et quant en ma meison entrei Et men sydoine regardei, Ceste semblance y hei trouvée Tout ainsi comme ele est fourmée. Se vous quidiez qu’ele eit mestier Ne qu’ele puist assouagier Le fil à nostre empereeur Ne lui feire bien ne honneur, Volentiers o vous m’en irei Et avec moi la porterei. » Li messagier mout l’en mercient, Car bien afferment et bien dient Car mestier avoir leur pourra Quant venu serunt par de là, Car il n’unt nule rien trouvée Qu’il aient si bien esprouvée Comme ceste. Ainsi mer passerent Et en leur terre s’en ralerent, Or sunt à Romme revenu. L’empereres mout liez en fu ; Nouveles leur ha demandées Comment les choses sunt alées, Se li pelerins voir disoit. Il dient de rien ne mentoit. « Assez y ha plus que ne dist Et de la honte et dou despist Que il au prophete feit unt, Ne point de repentance n’unt. Pylates si grant tort pas n’a Cum nous jugiuns par deçà. »

L’empereres ha demandé : « Avez-me vous riens aporté Qui à ce seint prophete fust Ne qui men fil mestier éust ? » -- « Oïl, sire, nous aportuns Une chose que vous diruns. » A ces paroles li conterent Commen il la femme trouverent Qu’ele aveques li aportoit, Tout ainsi cum la chose aloit. Li empereres, ce sachiez, Quant l’oï, si en fu mout liez ; Il dist : « Bien avez esploitié Et vos journées emploié ; Vous aportez une merveille, N’oï paller de sa pareille. » Li empereres s’en ala A la femme et la bienvigna ; Dist li bien fust-ele venue, Qu’il la feroit et pleinne et drue, Pour ce qu’ele avoit aporté A son fil et joie et santé. Quant ele l’emperere oï, En son cuer mout s’en esjoï Et dist : « Sire, vostre pleisir Sui toute preste d’acomplir. » La semblance li ha moustrée, Qu’avec li avoit aportée. Quant la vist, iij foiz l’enclina Et durement se merveilla, Et à la preude femme dist Que meis teu semblance ne vist D’omme ne ki si bele fust ; N’y avoit or, argent ne fust. Entre ses deus meins prise l’a Et en la chambre la porta Où ses fiuz estoit emmurez, Pour sa maladie enfermez ; Et à la fenestre la mist, Si que Vaspasiens la vist ; Et sachiez quant il l’eut véue, N’avoit unques la char éue Si sainne cum adonques l’eut, Car Nostre-Seigneur ainsi pleut. Lors ha dist : « Sires de pitié, Qu’est-ce qui si m’a alegié De toute ma grant maladie, De mes doleurs ? ne les sent mie. »

Vaspasiens s’est escriez : « Errant ce mur me depeciez. » Si firent-il hysnelement, C’onques n’i eu delaiement. Quant eurent le mur depecié, Trouverent le sain et hettié. Ore unt bien la nouvele enquise Où fu tele semblance prise Ki ainsi tost gari l’avoit, Ce que nus feire ne povoit ; Et il li unt trestout conté Comment les choses unt alé. Il unt le pelerin hors mis De la prison. Il ha enquis Se c’estoit voirs que dist avoit Dou prophete et s’ainsi estoit Qu’il aient si preudomme ocis ; Il respondent qu’il est ainsis. Au pelerin unt tant donné Que riches fu tout son aé ; Et Verrine pas n’oublierent, Meis granz richesces il donnerent.

L’enfès eut la nouvele oïe : Sachiez que ce ne li plut mie, Ainz en fu iriez durement Et dist : « Trestout certainnement La mort Jhesu achaterunt Tout cil qui au feit esté unt. » Il ha dist à l’empereeur : « Jameis n’arei bien ne honneur De si que l’arunt comparé, Se liu en ei et poesté. » Il ha dist après à son pere : « N’estes pas rois ne emperere ; Meis cil le doit estre pour voir Qui seur nous touz ha tel povoir, Qui de là où est ha donné Teu vertu et teu poesté A la semblance que voi ci Que m’a si bien et tost gari : Ce que hons feire ne péust, Vous ne autres, tant hauz hons fust ; Meis cist ha seur touz le povoir, Et, certes, bien le doit avoir.

« Biaus peres, jointes meins vous pri Cum mon seigneur, cum mon ami, Que me laissiez aler vengier La mort mon seigneur droiturier, Que cil larron puant Juis Unt si vileinnement oçis. » L’empereres li respondi : « Biaus fiuz, jou vueil, si vous en pri ; Feites vo volenté entiere, N’i espargniez ne fil ne pere. » Quant Vaspasiens l’entendi, En son cuer mout s’en esjoï. Ainsi firent, ainsi alerent, Ainsi la semblance aporterent ; On l’apele la Veronique, C’on tient à Romme à grant relique.

Vaspasyanus et Tytus Ilec ne sejournerent plus ; Ainz unt tout leur oirre atournée, Qu’il vuelent aler en Judée. En mer entrent, la mer passerent, Plus tost qu’il peurent arriverent ; Pylate funt errant mander, Qu’il viegne tost à eus paller. Pylates oit le mandement Et set qu’il ameinnent grant gent : Péur eut ; nepourquant palla, Vaspasyen arreisonna : « Sire, vous m’avez ci mandé : Vez-moi ici tout apresté De feire tout vostre pleisir, Quanque j’en pourrei acomplir. » Vaspasyens dist sanz targier : « Je sui ci venuz pour vengier La mort Jhesu, qui m’a gari. » Quant Pylates ce entendi, Si ha éu mout grant peeur, Qu’il quida qu’à grant deshonneur Son cors et sen avoir perdist Et c’on à la mort le mesist : Pour ce estoit si espoventez Qu’il quida que fust encusez. Lors ha dist à Vaspasyen : « S’oïr voulez, je direi bien Qui ha éu ou droit ou tort Dou prophete ne de sa mort. » -- « Oïl, dist-il, bien le voudroie, Car plus aeisé en seroie. » -- « En vo prison me meterez, Et à touz les Juis direz Que c’est pour ce que n’ou voloie Jugier, ainçois le deffendoie. »

Vaspasyens einsi le fist Cum Pylates li avoit dist. Mandé sunt par toute la terre, Ne les tiegne buie ne serre. Quant il furent tout assemblé, Vaspasyens ha demandé Que il unt dou prophete feit : Savoir le vieut tout entreseit ; Plus estoit sires que ses peres Ne rois ne dus ne empereres. « Avez-vous feit que traïteur, Qui féistes tel deshonneur. » Il distrent, li puant renoi, Que Pylates le soustenoit, Et se tenoit par devers li. « Nous ne voliuns pas ainsi, Car trestout cil qui se funt roi Dient contre ten pere et toi ; Et Pylates adés disoit Pour ce mort pas ne deservoit. Nous ne voulsimes pas soufrir : Qui roi se feit il doit morir. Encor disoit plus grant boufois, Qu’il se clamoit le Roi des rois. » Vaspasyens à ce respont : « Pour ce l’ei feit mestre ou parfont De ma chartre, qu’oï avoie, Enseurquetout bien le savoie, Qu’il avoit malement ouvré ; Car plus que moi l’avoit amé. Or vueil-je de par vous savoir Et si me dites tout le voir, As qués de vous touz plus pesoit De ce que seigneur se feisoit Et roi et meistre des Juis Et li qués l’en fist pour ce pis, Comment vers lui vous contenistes Le premier jour que le véistes, Et pour quoi en si grant haïne Le queillites n’en teu cuerine, Li quel dou grant conseil estoient Et li quel mieuz vous conseilloient, Toute l’uevre enterinement Et trestout le commencement. » Quant li Juif ce entendirent, En leur cuers mout s’en esjoïrent ; Que ce fust pour leur preux quidoient : Pour ce plus s’en esjoïssoient Que ce fust pour leur avantage Pylates y éust damage. Il dient au commencement Trestoute la chose, comment Cil Jhesus-Criz roi se feisoit Seur eus touz, se leur en pesoit : Pour ceste chose le haoient, Si que vooir ne le povoient ; Et comment Judas le trahi Et trente deniers le vendi : Judas ses deciples estoit, Mauveis en ce qu’il le vendoit ; Celui qui les deniers paia Li moustrerent, qu’il estoit là ; Ceus qui le pristrent ii moustrerent Et devant lui mout se vanterent Dou despit, de la vilenie Qu’il li firent (Diex les maudie !) ; Comment devant Pylate vintrent : A lui se plaintrent et li distrent Que il Jhesu à mort jujast Et comme mauveis le dampnast. « Certes, sire, il n’ou voust jugier N’il ne le nous vouloit baillier, S’on respondant ne li bailloit A cui il penre s’en pourroit, S’on riens l’en vouloit demander ; Bien s’en vouloit asséurer, Sanz doute seur nos le préimes Et nos cnfanz y aqueillimes. Tout ainsi nous fu-il renduz Et li sans de lui espanduz, Que nous en fumes engagié Et nostre enfant nous unt plegié : Se nous en clamons tout à toi De ce que nous fist tel desroi, Et vouluns que tu nous en quites Des couvenances devant dites. »

Vaspasyens ha ce oï : Leur desloiauté entendi, Leur malice dont plein estoient, Si cum par eus bien le moustroient ; Touz ensemble penre les fist, En une grant meison les mist, Si ha feit Pylate mander Et hors de la prison giter. Pylates est venuz devant, A son seigneur va enquerant Se il avoit éu grant tort Ou prophete ne en sa mort. « Nennil, si grant cum je quidoie Et cum dedenz men cuer jujoie. » Pylate ester devant lui vist, Commanda li et si li dist : « Je vueil touz ces Juis destruire, N’en i aura nul qui ne muire ; Bien s’unt séu tout descouvrir Pour quoi il doivent tout morir. » Devant lui les ha apelez, Trente en ha d’une part sevrez ; Assez feit chevaus amener Et as queues les feit nouer, Que touz trahiner les fera, Jà un seul n’en echapera. Ainsi fist le treitre destruire. Li autre n’unt talent de rire ; Meis mout durement s’esmaierent. Pour quoi ce feisoit demanderent ; Il dist : « Pour la mort de Jhesu, Qui si vilment demenez fu. Ou tout vif le me renderez, Ou tuit vileinnement morrez. » -- « Par foi ! à Joseph le rendimes, Ne unques puis ne le véimes. Joseph de la crouiz jus le mist, Et nous ne savuns qu’il en fist ; Et se tu Joseph nous rendoies, Le cors Jhesu par lui rauroies. » Et Pylates leur respondi : « Ne vous tenistes pas à lui, Ainçois le féistes garder ; Trois jours féistes demourer Vos gardes là où il le mist, Et déistes qu’il avoit dist Qu’au terz jour resusciteroit : A ses deciples dist l’avoit. Vous doutiez qu’il ne l’emblassent Par nuit et qu’il ne l’emportassent, Et il féissent entendant Que véu l’éussent vivant, Et féissent les genz errer En la creance et desvoier ; Car, se il fust resurrexiz, Granz periuz fust et granz ennuiz. » Vaspasiens dist que morir Les couvient touz et si fenir. Il respondemt à une vouiz Que tout ce ne vaut une nouiz ; Car Jhesu rendre ne pourroient, Se Joseph ainçois ne ravoient. Tant en ra feit morir à honte Que je n’en sai dire le conte, Ardoir en fist une partie : Ainsi leur vieut tolir la vie. Quant il virent qu’ainsi morir Les couvendroit et departir, S’en y eut un qui s’escria A haute vouiz et demanda : « Et se je Joseph enseignoie, Ma vie sauve averoie Et ma fame et tout mi enfant ? » Vaspasiens respont erant : « Oïl, et si n’en doute mie, N’i perderas membre ne vie. » Tantost l’a à la tour mené Où Joseph eurent enfermé, Et dist : « Ci enz mestre le vi, Et bien sai que puis n’en issi. Pilates par tout le feisoit Querre ; meis trouver n’ou povoit. » Lo[r]s demanda Vaspasyens Combien povoit avoir de tens. « Dites pour quoi ci le méistes Et pour quoi ceenz l’enclossistes, Et que vous avoit-il meffeit ? » Il li conterent tout le feit, Comment il le cors leur toli Dou prophete, quant il transi, Et en tel liu repus l’avoit Où nus trouver ne le pourroit « Et que ravoir n’ou pourriuns. Emblez nous fu, bien le savuns, Et qu’il nous seroit demandez, Ne ne pourroit estre trouvez. Tout ensemble nous conseillammes Que Joseph tout vif penriammes Et que li touriammes la vie, Si ne nous encuseroit mie ; Et qui Jhesu demanderoit, Par Joseph Jhesu raveroit, Car Joseph l’averoit éu : Ainsi arians peis de Jhesu, Que Joseph n’averoit-on mie, Qu’il averoit perdu la vie. Nous oins dire et tesmoignier A ses deciples avant-ier Que au tie[r]z jour resurrexi Et dou sepulchre hors oissi : C’est ce pour quoi il fu ocis Et dedenz ceste chartre mis. » Vaspasyens leur demanda : « Fu-il morz ainçois qu’il fust là, Et se vous avant l’océistes Et puis en la tour le méistes ? » -- « Nennil ; meis forment le batimes Et puis là-dessouz le méismes Pour les folies qu’il disoit Et que à nous touz respondoit. Nous li demandiuns Jhesu, Qu’emblé nous avoit et tolu. » -- « Or me dites se vous creez Que il soit morz ne trespassez. » Il respondent trestout ensemble : « Nous ne savuns ; meis il nous semble Qu’il ne pourroit pas estre vis : Trop ha lonc tens qu’il fu ci mis. »

Vaspasyens leur ha moustré : « Bien le pourroit avoir gardé Cil méismes qui m’a gari Et m’a donné que je sui ci ; Car je sai bien qu’il n’est nus hon Qui le péust feire s’il non, Et bien voi que c’est veritez Que pour lui fu-il emmurez, Et voirs est que donnez li fu, Et pour lui l’avez-vous batu. Je ne quit mie ne ne sent Que Jhesus si vileinnement L’éust cilec leissié morir ; Je weil garder tout à loisir. » Lors li unt le bouch’uel osté, Et il ha dedenz regardé, Huche le ; meis pas ne respont. Li Juif dient que ce sunt Merveilles s’il ha tant duré, Qu’il y ha longuement esté, C’onques n’i bust ne n’i menja Ne confort nul éu n’i ha. Li rois dist pas ne quideroit Qu’il fust morz, s’il ne le veoit ; Une grant corde ha demandée, Et on li ha tost aportée. Pluseurs fois le ra apelé, Et il ne li ha mot sonné. Quant vist qu’il ne responderoit, S’est avalez là-jus tout droit ; Et quant il avalez fu là, De ça et de là regarda. En un clotest esgarde et voit Une clarté qui là estoit : La corde treire commanda Amont et ou clotest ala.

Quant Joseph Vaspasyens vist, Contre lui se lieve et li dist : « Vaspasyen, bien viegnes-tu ! Que viens-tu querre, que vieus-tu ? » Quant Vaspasyent s’oït nummer, Commença soi à merveillier Et dist : « Qui t’a mon non apris ? Unc respondre ne me voussis Oreinz quant de là t’apelei, Et pour ce çà-jus avalei. Di-me qui tu ies, par ta vie ! -- « Joseph sui, diz d’Arymathye. » Et quant Vaspasyens l’entent, Si s’en est esjoïz forment Et dist : « Cil Diex benooiz soit Qui t’a sauvé ici endroit ! Car nus ne puet ce sauvement Sanz lui feire, n’en dout neent. » Adonc andui s’entr’acolerent, Par grant amour s’entre-beisierent, Lors ha demandé et enquis : « Joseph, qui t’a men nun apris ? » Et Joseph tantost li respont : « Cil qui ha apris tout le munt. »

Vaspasyens à Joseph dist Par amours qu’il li apréist Qui fu cil qui gari l’avoit Dou mal qui si vileins estoit. Joseph dist : « De queu maladie ? » Cil respont : « De meselerie. Si vileinne iert et si puant Car nus ne séist autretant Ne fust lez moi qu’ei ci esté, Pour tout l’avoir d’une cité. » Quant Joseph l’a bien entendu, Si s’en rist et dist : « N’ou sez-tu Qui t’a gari ? Je te dirai, Car tout certeinnement le sai. Se voloies savoir son non, Par foi ! bien le te diroit-on. Il couvendroit, qu’en lui créisses Et ses commandemenz féisses, Et je mout bien les te diroie Et la creance t’apenroie Et tout quanqu’il m’a commandé, Par lui-méismes enhorté. » Vaspasyens dist : « Jou creirei Et mout volentiers l’aourrei. »

-- « Vaspasyen, enten mes diz. Je croi que c’est li Sainz-Espriz Qui trestoutes choses fourma, Et ciel et terre et mer feit ha ; Les nuis, les jours, les elemenz Fist-il et tous les quatre venz ; Il fist et cria les archangles Et tout ensemble fist les angles. De mauveis en y eut partie, Plains d’orgueil et de felonnie Et d’envie et de couvoitise Et de haïne et de faintise, De luxure et d’autres pechiez ; Se les eut Diex tost trebuchiez Çà-aval, que pas ne li plurent. Trois jours et iij. nuis adès plurent Qu’ainz plus espessement ne plut Pluie qui si grevanz nous fust. Trois generacions chéi En Enfer et en terre ausi. Cil qui chéirent en Enfer (Leur meistres en est Lucifer) Tourmentent en Enfer les ames ; Li autre tourmentent les femmes Et les hommes qui sus la terre Chéirent et mestent en guerre Trop grant envers leur createur. Honte li funt et deshonneur En ce qu’il pechent trop griément Contre lui et vileinnement ; Et li angle leur unt moustré, Qui sunt en terre demouré, Et si les mestent en escrist : Ne vuelent pas c’on les oblist. Les autres trois si demourerent En l’eir et ilec s’arresterent ; D’engignier unt autre menniere, Qui n’est pas à penre legiere, Qu’il prennent diverses semblances. Leur darz, leur javeloz, leur lances, Pour decevoir, as genz envoient, Et de bien feire les desvoient. Ainsi sunt leur genelogyes Et sunt par trois foiz trois foïes. Le mal et l’enging aporterent En terre et trestout l’i leissierent, Le barat et la tricherie, Ire, luxure et gloutenie. Li autre qui sunt demouré Ou ciel, si furent confermé, Qu’il ne pourrunt jameis pechier ; Garderunt soi de l’encombrier Que li autre se pourchacierent Quant ou ciel méisme pechierent, Et de la honte et dou despist Que Diex pour leur orgueil leur fist.

« Ainsi furent bien confondu Li angle que Diex eut perdu, Et couvint qu’il homme fourmast Et pour ce despist le criast ; Ausi bel le fist comme lui : Ainsi li plut et abeli. Puissance d’aler, de venir, De paller, vooir et d’oïr, Sens et memoire li donna, Et dist que de lui remplira Touz les sieges de Paradis, Où li angle estoient jadis. Ainsi fu hons feiz et fourmez Et en Paradis hostelez, Car Diex méismes l’i mena Et qu’il feroit li enseigna. Pour reposer là se coucha, Et Diex de sa coste fourma Sa fame, qu’il li ha donnée ; Adans l’a Evein apelée De ces deus suns-nous tout venu, Meis par ce fumes confundu ; Car quant li Ennemis ce vist, Si en eut mout très grant despist Que li hons, qui de boue estoit, Les sieges dou ciel rempliroit. A Eve vint, si l’engingna Par la pomme qu’ele menja. Par l’enhortement l’Ennemi S’en fist Adam mengier ausi ; Et quant il en eurent mengié De Paradis furent chacié, Car li lius pechié ne consent N’à nul mal feire ne s’estent ; Et si les couvint labourer Et leur cors en sueurs tenner. De ces deus fu li monz criez. Et Deables fu si irez Que il touz avoir les vouloit, Pour ce que hons consentu avoit A acomplir sa volenté ; Meis li vrais Diex, par sa bonté, Pour s’uevre qu’avoit feit sauver (Ainsi le vout-il ordener), En terre sen fil envoia, Qui aveques nous conversa. Nez fu de la virge Marie Sanz pechié et sanz vilenie, Sanz semence d’omme engenrez, Sanz pechié concéuz et nez : Ce fu cil-méismes Jhesus Qui o nous conversa çà-jus Et qui les miracles feisoit ; Touz jours à bien feire entendoit, Unques n’ouvra mauveissement, Ainz feisoit bien et sagement ; Ce fu cil qui par les Juis Fu en la crouiz penduz et mis Ou fust de quoi Eve menja La pomme, et Adans li eida. Ainsi voust Diex li Fiuz venir Pour sen pere en terre morir ; Cil qui de la Virge fu nez, Par les Juis morz et dampnez, Ainsi nous voust touz racheter Par son sanc des travaux d’Enfer. Diex li Peres, Jhesus li Fiz, Et méismes li Sainz-Espriz, Tu doiz croire, n’en doute mie, Que cil troi funt une partie. Voo[i]r le puez qu’il t’a gari ; Et se t’a amené ici Pour vooir se il m’a sauvé, Nus fors lui n’i ha poesté ; Et tu le commandement croi De ses deciples et de moi, A cui Diex le voust enseigniez Pou[r] son non croistre et essaucier. »

Vaspasyens ha respondu : « Je t’ei mout très bien entendu De Dieu le Pere, Dieu le Fil, Dou Saint-Esprist que Diex est-il ;

Ou fust de quoi Eve menja La pomme, et Adans li eida. Ainsi voust Diex li Fiuz Venir Pour sen pere en terre morir ; Cil qui de la Virge fu nez, Par les Juis morz et dampnez, Ainsi nous voust touz racheter Par son sanc des travaux d’Enfer. Diex li Peres, Jhesus li Fiz, Et méismes li Sainz-Espriz, Tu doiz croire, n’en doute mie, Que cil troi funt une partie. Voo[i]r le puez qu’il t’a gari ; Et se t’a amené ici Pour vooir se il m’a sauvé, Nus fors lui n’i ha poesté ; Et tu le commandement croi De ses deciples et de moi, A cui Diex le voust enseigniez Pou[r] son non croistre et essaucier. »

Vaspasyens ha respondu : « Je t’ei mout très bien entendu De Dieu le Pere, Dieu le Fil, Dou Saint-Esprist que Diex est-il ; Une seule persone sunt Cil troi et tout un povoir unt. Tout ainsi le croi et crerei, N’autrement croire n’ou vourrei. » Joseph dist : « Si tost cumme istras De ci et de moi partiras, Quier les deciples Jhesu-Crist Qui tiennent ce que il leur dist ; Car il sevent ce qu’il donna Et quanque à feire commanda. Il est de mort resuscitez, A son pere s’en est alez, O soi ha nostre char portée En Paradis gloirefiée. » Joseph tout ainsi convertist Vaspasyen et entroduist, Si que il croit bien fermement Jhesu le roi omnipotent. Vaspasyens ha apelé Ceus qui l’avoient avalé, Si que il bien entendu l’unt, Encor fust-il bien en parfunt. De ce se sunt mout merveillié ; Li Juif n’en serunt pas lié. Vaspasyens prent à huchier Qu’il voisent la tour depecier, Qu’il ha Joseph leenz trouvé Tout sein de cors et tout heitié. Quident que ce estre ne peust, C’ouques n’i menja c’on séust. Li serjant queurent, quant l’oïrent, Et errant depecier la firent. Li rois de la prison oissi, Joseph amena avec lui. Dient li viel et li enfant Que la vertu de Dieu est grant.

Or fu Joseph touz délivrez, Devant les Juis amenez. Quant le virent et le connurent, Li Juif esbaubi en furent ; Comment (_sic_) soi à merveillier, Quant le voient sein et entier. Lors leur ha Vaspasyens dist : « Rendez-moi tantost Jhesu-Crist, Que vez ci Joseph en présent. » Il respondent communément : « Certes, sire, nous li baillames Et bien set que nous li leissames : Die-nous qu’il est devenuz, Qu’il en fist, bien en iert créuz. » Joseph respondi as Juis : « Bien séustes où je le mis ; Car vous le féistes garder, Que il ne péust eschaper. Vo chevalier trois jours i furent, Par jour et par nuit ne s’en murent. Sachiez qu’il est resuscitez De mort à vie, or m’en crez. Tantost en Enfer s’en ala Et touz ses amis en gita, En Paradis les ha menez, Comme Diex est lassus muntez. » Li Juif furent esbahi, C’onques meis ne le furent si. Vaspasyens à un seul mot Fist des Juis ce que lui plot. Celui qui avoit enseignié Lau Joseph avoient mucié, Fist mestre en mer à grant navie, Avec lui toute sa lignie ; En veissiaus les empeint en mer : Or peurent par l’iaue vaguer. Li rois à Joseph demanda Comment ce Juis sauvera. A ce Joseph ne se tust mie : « S’il vuelent croire ou Fil Marie, Qui sires est de charité : C’est en la sainte Trinité, Ou Pere, ou Fil, ou Seint-Esprist, Si con no loi l’enseigne et dist. » Vaspasyens a feit savoir A ceus de sen païs, pour voir, Se Juis vuelent acheter, XXX en donra pour un denier ; Si grant marchié leur en fera, Tant cumme à vendre en y ara. Joseph une sereur avoit, Enygeus par non l’apeloit ; Et sen serourge par droit non, Quant vouloit, apeloit Hebron. Hebrons forment Joseph amoit, Pour ce que mout preudons estoit. Quant Brons et sa femme perçurent Que Joseph vivoit, lié en furent Et l’alerent errant vooir, Quant seurent où estoit, pour voir ; Et li unt dist : « Joseph, de fi, Sire, nous te crions merci. » Quant Joseph ha ce entendu, Mout liez et mout joianz en fu Et dist que « ce n’est pas à moi, Meis au Seigneur en cui je croi, Le fil la seintisme pucele Marie, qui fu Dieu ancele, Celui servuns, celui amons Qui m’a sauvé, celui creons, Et dès ore meis en avant Devons tout estre en lui creant. » Lors fist Joseph par tout crier Se nul en y ha qui sauver Se vueille et croire en Jhesu-Crist, Il les hostera dou despist Nostre-Seigncur et de tourment, Ce leur fera-il soutément ; Et cil à leur amis pallerent, Qui le greent et otroierent Qu’il creroie[n]t tout entreseit Et quanqu’il vouroit seroit feit. Et Joseph leur ha dist à tant : « Ne me feites pas entendant Mençonge, pour péur de mort : Vous l’achateriez trop fort. » Il li dient : « Fei ten pleisir ; Nous ne t’oserians mentir. » Joseph dist : « Se vous me voulez Croire, pas ci ne demourrez ; Ainçois leirez vos héritages, Vos terres et vos hesbergages, Et en eissil nous en iruns : Tout ce pour amour Dieu feruns. » Il dient ce ferunt-il bien. Joseph va à Vaspasyen, Si li pria qu’à cele gent Pardonnast tout sen mautalent, Pour amour de lui le féist ; Vaspasyens ainsi le fist.

Vaspasyens ainsi venja La mort Jhesu, qu’il mout ama. Quant Joseph eut si esploitié, A Vaspasyen prist congié Et d’ileques se departi ; Ses genz mena aveques li, En lointeinnes terres alerent Et là longuement demourerent. A ce qu’il demourerent là, Boens enseignemenz leur moustra Joseph et bien les enseignoit, Car il feire bien le savoit ; Commanda-leur à labourer, Et ce firent sans rebouler : Si ala leur afeires bien Grant tens, et ne leur falli rien ; Meis après ala malement, Et si vous conterei comment : Quar tout ce quanques il feisoient, Par jour et par nuit labouroient, Aloit à mal. A ce soufrir Ne se vourrent plus aboennir. Et cil maus qui leur avenoit, Pour un tout seul pechié estoit, Qu’avoient entr’eus commencié ; Mout en estoient entechié : C’iert pour le pechié de luxure, Pour teu vilté, pour tele ordure. Quant virent qu’il ce endurer Ne peurent ne ce mal tenser, A Hebron sont venu tout droit, Qui mout bien de Joseph estoit ; Si li dient tout bien les fuient, Toutes meseises les poursuient, « N’unques si granz genz cum nous suns Tant n’eurent mal cum nous avuns ; Nous soufruns meseise trop grant, Unques genz n’en soufrirent tant : Si te vouluns pour Dieu prier Que le voises Joseph nuncier Car nous tout si de fein moruns, Par un petit que n’enragons. Nous avons defaute trop grant, Et nos femmes et nostre enfant. » Et quant Hebruns ha ce entendu, Mout grant pitié en ha éu Et si leur ha bien demandé S’il unt longuement enduré. « Oïl, certes, il ha lonc tens ; Tant cum péumes l’endurens, Pour Dieu si te voluns prier, Va-t’en à Joseph conseillier Pour quoi ce nous est avenu, Que nous avons trestout perdu, Par nos pechiez ou par les siens Qu’einsi avons perduz nos biens. » Hebrons respont qu’il i ira, Volentiers li demandera. Lors vient à Joseph, si li conte La grant meseise et la grant honte Que ses genz entour lui soufroient Et le meschief que il avoient ; Si prient c’um leur leit savoir De ceste chose tout le voir, Lors ha pris Joseph à prier De cuer loial, fin et entier, Le Fil Dieu que savoir li face De tout cest afeire la trace. Lors s’est Joseph à douter pris Que il n’éust vers Dieu mespris Et feit chose dont courouciez Fust Diex vers lui, n’en est pas liez. Puis dist : « Hebron, je le sarei ; Et se le sai, j’ou vous direi. »

Joseph à sen veissel s’en va Et tout plourant s’agenouilla Et dist : « Sire, qui char presis En la Virge et de li nasquis, Par ta pitié, par ta douçour, I venis, et pour nostre amour Entre nous vousis converser Pour ta creature sauver Qui à toi vourroit obéir, Ta volonté feire et suir, Sire, tout ausi vraiement Com vif, vous vi mort ensement Si cumme après la mort te vi Vivant à moi paller ausi En la tour où fui emmurez, Où me féistes granz bontez ; Et là, sire, me commandastes, Quant vous ce velssel m’aportastes, Toutes les foiz que je vourroie Secrez de vous, que je venroie Devant ce veissel precieus Où est vostres sans glorieus. Ainsi vous pri-je et requier Que vous me vouilliez co[n]seillier De ce que cele gent demande (Faute unt de pein et de viande), Que puisse ouvrer à vo pleisir Et vo volenté acomplir. » Lors ha à Joseph la vouiz dist, Ki venue est dou Saint-Esprist : « Joseph, or ne t’esmaie mie : N’as coupes en ceste folie. » -- « Sire, dunques par ta pitié Suefre touz ceus qui unt pechié Que les ost de ma compeignie. » -- « Joseph, ce ne feras-tu mie ; Meis une chose te commant, C’iert en senefiance grant : Ten veissel o mon sanc penras ; En espreuve le meteras Vers les pecheeurs en apert, Le veissel tout à descouvert. Sonvigne-toi que fui venduz, Trahiz et foulez et batuz. Et tout adès bien le savoie ; Meis unques paller n’en vouloie Devant que je fui chiés Symon, Où estoient mi compeignon ; Et dis qu’aveques moi menjoit Qui le mien cors trahir devoit. Cil qui seut qu’il aveit ce feit Honte eut, arriers de moi se treit ; Ainz puis mes deciples ne fu ; Meis un autre en y eut en liu. En sen liu ne sera nus mis Devant que i soies assis. Tu sez bien que chiés Symon fui A la taule, où menjei et bui : Ileques vi-je men tourment, Qui me venoit apertement. Ou non de cele table quier Une autre et fei appareillier, Et appar[i]llie l’aras. Bron te serourge apeleras. Bros tes serourges est boens hon, De lui ne venra se bien non. Si le fei en cele iaue aler, Un poisson querre et peeschier ; Et le premier que il penra, Tout droit à toi l’aportera. Et sez-tu que tu en feras ? Seur cele table le metras. Puis pren ten veissel et le mest Sus la table, lau mieuz te pleist ; Meis qu’il soit tout droit emmi liu ; Et là endroit te serras-tu Et le cuevre d’une touaille. Quant auras ce feit sanz faille, Adonc repenras le poisson Que t’avera peschié Hebron. D’autre part le mest bien et bel Tout droit encontre ten veissel ; Et quant tu tout ce feit aras, Tout ten pueple apeler feras Et leur di que bien tost verrunt Ce de quoi dementé se sunt, Qui par pechié ha deservi Pour quoi leur est meschéu si. Adonc quant tu seras assis En cel endroit là où je sis A la Cene, quant je i mengei O mes deciples qu’i menei, Bron assié à ta destre mein : Lors si verras trestout de plein Que Brons arriere se treira Tant comme uns hons de liu tenra. Icil lius wiz si senefie Le liu Judas, qui par folie De nostre compeignie eissi Quant s’aperçut qu’il m’eut trahi. Cil lius estre empliz ne pourra Devant qu’Enygeus avera Un enfant de Bron sen mari, Que tu et ta suer amez si ; Et quant li enfès sera nez, Là sera ses lius assenez. Quant tout ce feit ainsi aras, Ten pueple à toi apeleras ; Et leur di, se il bien creu unt Dieu le pere de tout le munt Et le Fil et le Seint-Esprist, Si cum apris l’avoit et dist (C’est la benoite Trinité, Ki est en la sainte unité), Et de touz les commandemenz Et touz les boens enseignemenz Que je enseignié leur avoie, Quant à eus touz par toi palloie, Des trois vertuz ki une funt ; Se trestout ce bien gardé unt Que il n’en unt trespassé rien, Viegnent sooir, tu le vieus bien, A la grace Nostre-Seigneur, Qui as suens feit bien et honneur. »

Joseph fist le commandement Nostre-Seigneur tout pleinnement, Et tout ausi les apela Cum Diex endoctriné li ha. Dou pueple assist une partie, Li autre ne s’assistrent mie. La taule toute pleinne estoit, Fors le liu qui pleins ne pooit Estre ; et cil qui au mengier Sistrent, si eurent sans targier La douceur, l’acomplissement De leur cuers tout entièrement ; Et cil qui la grace sentirent, Assez errant en oubli mirent Les autres qui point n’en avoient. L’uns de ceus qui se seoient, Qui Petrus apelez estoit, Regarde delez lui et voit, Ceus qui estoient en estant Va mont très humlemeut priant : « Par amours, or me dites voir, Povez-vous sentir ne savoir Riens de ce bien que nous sentuns ? » Cil respondent : « Riens n’en avuns. » Adouques leur ha dist Petrus : « De ce ne doit douter hons nus Que vous ne soiez entechié De ce vil dolereus pechié Dont Joseph enquerre féistes Et pour quoi la grace perdistes. » Adonc pour la honte qu’il unt, De la meison issu s’en sunt. Un en y eut qui mout ploura Et mout leide chiere feit ha. Quant li services fu finez, Si s’est chaucuns d’ilec levez. Entre les autres sunt alez ; Meis Joseph leur ha commandé Que il revignent chaucun jour A cele grace sanz demour. Ainsi ha Joseph percéu Les pecheeurs et connéu : Ce fu par le demoustrement De Dieu le roi omnipotent. Par ce fu li veissiaus amez Et premierement esprouvez.

Ainsi eurent la grace là, Ki mout longuement leur dura. Li autre ki dehors estoient, A ceus dedenz mout enqueroient : « Que vous semble de cele grace ? Que sentez-vous qu’ele vous face ? Et qui vous ha ce don donné, Ne qui vous ha en ce enfourmé ? » Cil respondent : « Cuers ne pourroit, A pourpenser ne soufiroit Le grant delit que nous avuns Ne la grant joie en quoi nous suns, Qu’il nous y couvient demourer Dusqu’au matin et sejourner. Don puet si grant grace venir, Ki ainsi feit tout raemplir Le cuer de l’omme et de la femme Et de bien refeit toute l’ame ? » Lors leur ha Joseph respondu : « Ce vient dou benooit Jhesu, Qui Joseph sauva en prison, Où il estoit mis sanz reison. » -- « Cil veissiaus qu’avuns or véu, Unques meis moustrez ne nous fu ; Que ce puet estre ne savuns, Tant soutillier nous y puissuns. » Cil dient : « Par ce veissel-ci Summes-nous de vous departi, Car il n’a à nul pecheour Ne compaignie ne amour. » -- « Vous le povez mout bien vooir. Meis or me dites tout le voir, Quel talent ne queu volenté Vous éutes ne quel pensé Quant on vous dist : « Venez sooir. » Et si repovez bien savoir Li queus feisoit ce grant pechié, Pour qu’ietes de grace chacié. »

Cil dient : « Nous nous en irun Comme chetif et vous leiruns ; Meis, s’il vous pleist, nous aprenez (Bien savuns que vous le savez) Que diruns quant on nous dira Pour quoi vous avuns leissié çà. » -- « Or escoutez que respondrez Quant de ce oposé serez, Et si respondrez verité : Qu’à la grace suns demouré De Dieu no pere Jhesu-Crist Et ensemble dou Saint-Esprist, Tout confermé en la creance Joseph et en sa pourveance. » -- « Et queu sera la renumée Do veissel qui tant vous agrée ? Dites-nous, comment l’apele-on Quant on le numme par son non ? » Petrus respont : « N’ou quier celer, Qui à droit le vourra nommer, Par droit Graal l’apelera ; Car nus le Graal ne verra, Ce croi-je, qu’il ne li agrée : A touz ceus pleist de la contrée, A touz agrée et abelist ; En li vooir hunt cil delist Qui avec lui pueent durer Et de sa compeignie user, Autant unt d’eise cum poisson Quant en sa mein le tient uns hon Et de sa mein puet eschaper Et en grant iaue aler noer. » Quant cil l’oient, se l’greent bien ; Autre non ne greent-il rien Fors tant que Gaal ( _sic_) eit à non : Par droit agréer s’i doit-on. Tout ainsi cil qui s’en alerent Et cil ausi qui demeurerent Le veissel unt Graal nummé Pour la reison que j’ei conté.

Li pueples qui là demoura, A l’eure de tierce assena Car quant à ce Graal iroient Sen service l’apeleroient ; Et, pour ce que la chose est voire, L’apelon dou Graal l’Estoire, Et le non dou Graal ara Dès puis le tens de là en çà.

Ces fauses genz qui s’en alerent Un de leur compeignons leissierent Qui Moyses à non avoit Et au pueple sage sembloit, En lui gueitier bien engigneus Et en paroles artilleus ; Bien commençoit et bien finoit, En sa conscience feisoit Et semblant que il sages fust Et que le cuer piteus éust. Dist ne se movra entreseit D’avec ces genz que Diex si peit De la grace dou Seint-Esprist. Lors pleura et mont grant duel fist Et triste chiere et trop piteuse, Par semblance trop merveilleuse ; Et s’aucuns delez lui passoit, De la grace mout li prioit Que pour lui devant Joseph fust, Que il de lui merci éust. Ce prioit menu et souvent, Ce sembloit, de cuer simplement : « Pour Dieu ! priez Joseph que j’aie De la grace ki nous apaie. » Par meintes foiz proia ainsint, Tant qu’à une journée avint Qu’il estoient tout assemblé ; De Moyses leur prist pité, Et dirent qu’il en palleroient A Joseph et l’en prieroient. Quant tout ensemble Joseph virent ; Trestout devant ses piez chéirent, Et li prie chaucuns et breit Qu’il de Moyset pitié eit ; Et Joseph mout se merveilla De ce que chascuns le pria, Et leur ha dist : « Vous, que voulez ? Dites-moi de quoi vous priez. » Il respondent hisnelement : « Li plus granz feis de nostre gent S’en sunt alé et departi ; Un seul en ha demouré ci, Qui pleure mout très tenrement Et crie et feit grant marrement, Et dist que il ne s’en ira De ci tant comm’il vivera. Il nous prie que te prions, De la grace que nous avuns Icilec en ta compeignie A grant joie et à seignourie, Qu’avec nous en soit parçonniers ; Car nous le vouluns volentiers. » Joseph respont sans reculer ; « Ele n’est pas moie à donner, Car nostres sire Diex la donne Là où il vieut à tel persone. Cil cui il la donne, pour voir, Sunt tel qu’il la doivent avoir ; Et cil, espoir, n’est pas iteus Comme il se feit, bien le set Dieus Ce devuns savoir, non quidier, Que il ne nous puet engignier. S’il n’est boens, si s’engignera Et tout premiers le comparra. » -- « Sire, nous avuns grant fiance, Et se pert bien à sa semblance. »

[Il semble exister ici dans le manuscrit une lacune d’au moins deux feuillets.]

« Vous voussistes au darriens Soufrir les tourmenz terriens, Et voussistes la mort soufrir Et pour nous en terre morir. Si vraiement com me sauvastes En la prison et m’en gitastes, Où Vaspasyens me trouva Quant il en la chartre avala, Et en la prison me déistes, Quant vous ce veissel me rendistes, Qu’adès quant je vous requerroie, Quant de riens encombrez seroie, Sanz targier venriez à moi ; Si voirement com en vous croi, Moustrez-moi que est devenuz Moyses ne s’il est perduz, Que le sache certeinnement Et dire le puisse à ma gent, Que tu par ta grant courtoisie M’as ci donné en compeignie. »

La vouiz à Josep[h] s’apparu Et se li ha ce respondu : « Joseph, or est à ta venue La senefiance avenue Que te dis quant fundas La table, qu’en liu de Judas Seroit cil lius en remembrance, Que il perdi par signorance Quant je dis qu’il me trahiroit Et cil lius rempliz ne seroit Devant le jour dou Jugement, Qu’encor attendent toute gent, Et tu-méismes l’empliroies Adonc quant tu raporteroies La souvenance de ta mort ; Meis le te di pour ton confort, Que cist lius empliz ne sera Devant que li tierz hons venra Qui descendra de ten lignage Et istera de ten parage, Et Hebruns le doit engenrer Et Enygeus ta suer porter ; Et cil qui de sen fil istra, Cest liu méismes emplira. De Moyses, qui est perduz, Demandes qu’il est devenuz : Or escoute, et jou te direi ; Car bien dire le te sarei.

« Quant si compeignun s’en alerent Et ci avec vous le leissierent, Ce que il tous seus demoura Qu’o les autres ne s’en ala, Ce fist-il pour toi engignier ; Or en ha reçut sen louier. Ne povoit croire ne savoir Que tes gens péussent avoir, Ki aveques toi demeuroient, Si grant grace comme il avoient ; Et sans doute ne remest mie, Fors pour honnir ta compeignie. Saches de voir qu’il est funduz Dusqu’en abysme et est perduz ; De lui plus ne pallera-on Ne en fable ne en chançon, Devant ce que cil revenra Qui le liu vuit raemplira : Cil-méismes le doit trouver. Mels de lui plus [n’estuet] paller. Qui recreirunt ma compeignie Et la teue, ne doute mie, De Moyses se clamerunt Et durement l’acuserunt. Ainsi le doiz dire et conter A tes deciples et moustrer. Or pense que tu pourquis has, Vers moi ainsi le trouveras. »

Ainsi ha à Joseph pallé Li Sainz-Espriz et ha moustré La mauveise euvre Moysest, Et li ha dist comment il est ; Et Joseph ne le coile mie A Bron ne à sa compeignie, Ainz leur ha apertement dist Quanqu’il oï de Jhesu-Crist, Et la chose comment ele est Et qu’il ha feit de Moysest. Il dient tout par vérité : « Granz est de Dieu la poesté. Fous est qui pourchace folie Pour ceste dolereuse vie. » Brons et sa femme lonc tens furent Ensemble tout ainsi con durent, Tant que il eurent douze fiuz Et biaus et genz et parcréuz ; Et en furent mout encombré (Car bien leur couvint à plenté), Tant qu’Enyseus à Bron palla, A son seigneur, et dist li ha : « Sire, vous déussier (_sic_) mander Joseph men frere, et demander Que nous feruns de nos enfanz : Vez-les touz parcréuz et granz ; Car nous riens feire ne devuns Que ainçois à lui n’en palluns. » Brons dist : « Tout ausi le pensoie Que je à vous en palleroie ; Mout volentiers à lui irei Et de boen cuer l’en prierei. »

Brons vint à Joseph, si li dist, Tout ainsi con li plut et sist, Que sa suer l’eut là envoié, De cele besoigne touchié : « Sire, douze granz fiuz avuns ; Assener pas ne les vouluns Ne riens feire se par toi non : Si me diras que en feron. » Joseph dist : « En la compeignie Serunt de Dieu, n’i faurrunt mie. Mout volentiers l’en prierei, Quant je liu et tens en verrei. » Lors ont tout ce leissié ester Dusqu’à un jour qu’alez ourer Fu Joseph devant sen veissel ; Si li souvint et l’en fu bel De ce que Brons li eut prié, Si prist à plourer de pitié Et prie Dieu mout tenrement : « Peres Diex, rois omnipotent, S’il vous pleit, feites-moi savoir De ceste chose vo vouloir, Que nous de mes nevez feruns, En quel labeur les meteruns. Feites-m’en aucune moustrance, S’il vous pleist, et senefiance. » Et Diex à Joseph envoia Un angle qui li anunça, Si li dist : « Diex m’envoie à toi : Sez-tu que te mande par moi ? Il fera tant pour tes neveus, Tout quanque tu pries et vieus ; Il vieut qu’il soient atourné Au service Dieu et mené, Que il si deciple serunt Et meistre seu (_sic_) eus averunt Se il vuelent femes avoir, Il les arunt ; et doit savoir, Cil qui point de femme n’ara Li mariez le servira ; Meis tu commanderas au pere Et si le diras à la mere Que il t’ameinnent devant toi Celui qui femme aveques soi Ne voura avoir ne tenir. A toi les feras obéir ; Et quant serunt à toi venu, Tu ne feras pas l’esperdu ; Meis devant t’en venras, La vouiz dou Seint-Esprit orras. »

Joseph mout bien trestout aprist Quanque li angles li eut dist, Et puis li angles s’en ala, Et Joseph mout liez demoura Pour le grant bien qu’il entendoit Que chaucuns des enfant aroit ; A Bron vint, et li ha conté Le conseil qu’il avoit trouvé : « Sez-tu, dist Joseph, que te proi ? Tes enfant e[n]seigne à la loi De Dieu garder et meintenir ; Femmes aient à leur pleisir, A la menniere d’autre gent Les arunt par espousement. S’aucuns y ha qui femme avoir Ne vueille, et remennoir O moi en ma maison vourra, Icil avec moi demourra. » Brons dist : « A vo commandement Et à vo plelsir boennement. »

Brons à sa femme repeira, Ce que Joseph dist li conta. Quant Enyseus eut tout ce oï, Dedenz sen cuer s’en esbaudi ; A Bron dist : « Sire, or vous hastez S’en feites ce que vous devez. » Brons touz ses enfanz apela, A touz ensemble demanda Queu vie chaucuns vieut mener. Il dient : « Dou tout acorder Vouluns à ten commandement Et le feruns mout boennement. » Et de ce furent-il mout lié ; Meis Hebruns leur ha pourchacié Et loing et près tant qu’il éussent Femmes et qu’il marié fussent Commande leur que loiaument Se tenissent et belement En la compeignie leur femmes, Seigneur soient et eles dames. Pristrent les selonc la viez loi, Tout sanz orgueil et sans bofoi, En la fourme de sainte Eglise ; Et Joseph mout bien leur devise Qu’il doivent leissier et tenir, Comment se doivent meintenir. Ainsi fu la chose atournée. Chaucuns ha la seue espousée, Fors c’un, qui avant escorchier Se leiroit et tout detrenchier Que femme espousast ne préist : N’en vieut nule, si comme il dist. Quant Brons l’ot, mout se merveilla, A privé conseil l’apela Et dist : « Fiuz, pour quoi ne prenez Femme, si cum feire devez, Ausi comme vo frere unt feit ? » - « N’en pallez plus tout entreseit, Qu’en mon aé femme n’arei Ne jà femme n’espouserei. »

Li unze enfant sunt marié ; Le douzime ha Brons ramené A Joseph, sen oncle, et li dist. Quant Joseph l’oï, si s’en rist. Joseph dist : « Cestui-ci avoir Doi, si sera miens pour voir. Se vous et ma sereur voulez, Entre vous deus le me donrez. » Il respondent : « Volentiers, sire ; Vostres soit sanz duel et sanz ire. » Joseph entre ses braz le prist, Acola le, et au pere dist Et à sa suer qu’il s’en alassent Et l’enfant avec lui leissassent. Brons o sa fame s’en ala, L’enfès o Joseph demoura Lors dist Joseph : « Biaus niés, por voir, Mout grant joie devez avoir : Nostres-Sires par son pleisir Vous ha eslut à lui servir Et à essaucier sen douz non, Qu’assez loer ne le puet-on. Biaus douz niés, cheveteins serez Et vos freres gouvernerez. De delez moi ne vous mouvez, Ce que vous direi retenez. La puissance de Jhesu-Crist, Le nostre sauveeur eslist, S’il li pleist qu’il parout à moi, Si fera-il, si cum je croi. »

Joseph à sen veissel ala, Mout devotement Dieu pria Demoustrast li de son neveu Comment il li feroit son preu. Joseph a finé s’oroison, Et tantost ha oï le son De la vouiz, ki li respondi : « Tes niés est sages, ce te di, Simples et bien endoctrinez Et retenant et bien temprez ; De toutes choses te creira, Quanque li diras retenra. Enten comment l’enseigneras : L’amour que j’ei li conteras A toi et à toutes tes gens Ki unt boens endoctrinement. Conte-li comment vins en terre, Comment eurent tout à moi guerre Et comment je fui achetez, Venduz, bailliez et delivrez, Comment fui batuz et leidiz, D’un de mes deciples trahis, Et escopiz et decrachiez, Et à l’estache fu loiez ; Quanque peurent de leit me firent, Car au darrien me pendirent ; Comment tu de la crouiz m’ostas, Comment mes plaies me lavas, Comment ce veissel-ci éus Et le mien sanc y recéus, Comment tu fus des Juis pris Et ou fonz de la chartre mis, Et comment je te confortei Quant en la chartre te trouvei ; Et là un don te donnei-ge, A toi et à tout ten lignage, A touz ceus qui le saverunt Et qui apenre le vourrunt. Di-li et l’amour et la vie Qu’ei à toute ta compeignie, Aies en ten ramembrement Que te donnai emplusement De cuer d’omme en ta compeignie ; A ten neveu n’ou cele mie, Et à touz ceus qui ce sarunt Parfeitement le conterunt, Et pleisance et grace averunt Cil qui au siecle bien ferunt. Leur heritages garderai, En toutes courz leur eiderei, Ne pourront estre forjugié Ne de leur membres mehaignié Et leur chose dont sacrement Ferunt en mon remembrement. Quant tout ce moustré li aras, Men veissel li aporteras, Et ce qui est dedenz li di : C’est dou sanc qui de moi issi. S’il le croit ainsi vraiement, De toi aura confermement. Moustre-li comment Ennemis Engigne et deçoit mes amis Et ceus qui se tiennent à moi, Que il s’en gart, car je l’en proi. Ne li oblie pas à dire Qu’il se gart de courouz et d’ire, Que il enhorbetez ne soit : Maubailliz est qui bien ne voit. La chose très bien court tenra : C’est ce qui mieux le gitera Et plus tost de mauveis pensez D’estre tristoiez ne irez. Cest choses mestier li arunt Et mout très bien le garderunt Contre l’enging de l’Ennemi, Qu’il ne puist rien avoir en lui. De la joie de char se gart, Qu’il ne se tiegne pour musart : La char tost l’ara engignié Et mis à duel et à pechié. Quant tout ce moustré li aras, Tu li diras et prieras Qu’il à ses amis le redie, Pour chose nule n’ou leit mie, A ceus que preudomes saura Et que boens estre connoistra. Il pallera de moi adès Où qu’il sera, et loig et près ; Car plus en bien en pallera Et plus de bien y trouvera. Di-li que de lui doit oissir Un oir malle, qui doit venir ; Ce veissel ara garder, Et si li doiz ausi moustrer Et nous et nostre compeignie. Enseurquetout n’oublie mie, Quant tu averas tout ce feit, La garde de ses frères eit Et de ses sereurs ensement. Puis s’en ira vers occident Es plus loiteins lius que pourra ; Et en touz les lius où venra, Tous jours essaucera men non Par trestoute la region ; Et à son pere priera Qu’il eit sa grace, et il l’aura. Demein, quant serez assemblé, Vous verrez une grant clarté, Ki entre vous descendera Et un brief vous aportera. Le brief qui sera aportez, A Petrus lire le ferez, Et li commanderez briément Que il s’en voit ysnelement En quel partie qu’il vourra Et lau li cuers plus le trerra, Et qu’il ne soit pas esmaiez, Que de moi n’iert pas oubliez. Quant ce commandé li aras, Après ce li demanderas En quel liu li cuers le treit plus ; Il te dira, n’en doute nus, Qu’ès vaus d’Avaron s’en ira Et en ce païs demourra. Ces terres trestout vraiement Se treient devers occident. Di-li lau il s’arrestera Le fil Alein atendera, Ne il ne pourra devier Ne de cest siecle trespasser Devant le jour que il ara Celui qui sen brief li lira : Enseignera li (_sic_) povoir Que cist veissiaus-ci puet avoir, Dira li que est devenuz Moyses qui estoit perduz. Quant ces choses ara véues Et oïes et percéues, Adonques si trespassera, En joie sanz faillir venra. Et quant tu tout ce dist aras, Pour tes neveus enivoieras ; Toutes ces paroles leur di Que je t’ei contées ici, Et trestout cest enseignement Leur di sanz trespasser neent. »

Mout fu bien convertiz Aleins Et de la grace de Dieu pleins. Joseph eut bien tout entendu Que la vouiz dist et retenu ; Alein sen neveu apela, De chief en chief conté li ha Tout ce qu’il seut de Jhesu-Crist Et ce que la vouiz l’en eut dist. Meistres Robers dist de Bouron, Se il voloit dire par non Tout ce qu’en cest livre afferroit, Presqu’à cent doubles doubleroit ; Meis qui cest peu pourra avoir, Certeinnement pourra savoir (Que, s’il y vicut de cuer entendre, Assez de bien y porra prendre) Ces choses que Joseph aprist A sen neveu et qu’il li dist. Et quant tout ce li eut moustré, Si ha sen neveu apelé ; Dist li : « Biaus niés, boens devez estre, Quant de no seigneur, de no meistre, Avez teu grace recouvrée Qu’ele vous est de Dieu donnée. » Lors le mena Joseph arriere, Et à sen pere et à sa mere Dist que ses freres gardera Et que touz les gouvernera Et ses sereurs ; et il l’otroient Que souz lui à gouverner soient. Quant d’aucune rien douterunt, A lui conseillier se venrunt : S’einsi le funt, bien leur venra ; S’il n’ou funt, maus leur sourdera, A Bron le pere ha commandé Et à sa femme l’a rouvé ; Car il vieut qu’il doignent Alein La seignourie de leur mein Seur leur filles, seur leur enfanz, Uns et autres, petiz et granz, Devant eus ; et plus l’en creirunt Et douterunt et amerunt, Et il bien les gouvernera Tant cum chaucuns d’eus le creira. Lendemein furent au servise, Si cum l’estoire le devise ; Et avint c’une grant clarté Leur apparust, s’a aporté Un brief, et trestout, ce me semble, Encontre se lievent ensemble. Joseph le prist, et apela A lui Petrus, et dist li ha : « Petrus, biaus freres, Dieu amis, Jhesu, le roi de Paradis, Qui d’enfer touz nous racheta, A message esléu vous ha ; Ce brief avec vous porterez En quelque liu que vous vourrez. » Quant Petrus Joseph paller oit, Si li dist que pas ne quidoit Que Diex messagier le féist Ne brief porter li couvenist. Cil dist : « Mieuz vous connoist assez Que vous méismes ne savez ; Meis une chose vous priuns, Et pour l’amour qu’à vous avuns : Que vous nous vouilliez demoustrer De quel part vous voudrez aler. » Petrus dist : « Je le sai mout bien, Et se ne m’en ha nus dist rien ; Ainz ne véistes messagier Qui mieuz le séust sanz nuncier. En la terre vers Occident, Ki est sauvage durement, Es vaus d’Avaron m’en irei, La merci Dieu attenderei ; Et vous de moi merci aiez, A Dieu nostre seigueur priez Que n’aie force ne povoir, Enging, corage ne vouloir D’aler contre sa volenté Ne de dire contre son gré. Encor metrez en vo priere Qu’Ennemis en nule menniere Me puist perdre ne tempester Ne de l’amour de Dieu sevrer. » Trestout respondent d’une part : « Diex, qui feire le puet, t’en gart ! »

En la meison Bron s’en alerent, Les enfanz Hebron apelerent, Et à eus touz Hebrons a dist : « Mi fil, mes Filles estes tuit ; Paradis avoir ne povez, S’à cui que soit n’obéissiez : Pour ce vueil et si le desir Vous touz à un seul obéir ; Et tant com je de bien donner Puis et de grace delivrer, Je la doins à men fil Alein, Et ce ne sera pas en vein, Je li commant et vueil prier Qu’il vous preigne touz à garder, Et vous à lui obéirez Comme à seigneur feire devez ; Et s’avez de conseil mestier, A lui irez sanz atargier : Sanz doute il vous conseillera Si loiaument comme il pourra. Une chose dire vous ose : Que vous n’entreprenez pas chose Deseur le suen commandement ; Sen voloir feites boennement. »

Li enfant s’en vunt tout ainsi, De leur pere sunt departi, Et mout boenne volenté unt Qu’il Alein leur frere crerunt. En estranges terres ala, Avec lui ses freres mena ; En touz les lius où il venoit, Hommes et femmes qu’il trouvoit La mort anunçoit Jhesu-Crist Ainsi cum Joseph li aprist, Le non Jhesu-Crist preeschoit, Entre touz mout grant grace avoit. Ainsi furent d’ilec parti ; Meis or d’eus vous leirei ici, Que je n’en vueil or plus paller, Se m’i couvenra retourner. Parti s’en sunt et tout alé. Petrus ha Joseph apelé Et les autres, si leur ha dit : « Il m’en couvient aler, ce quit. » -- « Ce soit au Dieu commandement ! » Après funt leur assemblement, Petrus prient ne s’en voit pas ; Il leur respont ynelepas Qu’il n’a talent de demourer, Car d’ilec l’en couvient aler. « Meis huimeis pour vous demourrei, Et puis demein si m’en irei, Quant aruns esté au servise. » Ainsi remest à leur devise.

Nostres-Sires, qui tout savoit Comment la chose aler devoit, A Joseph son angle envoia, Qui mout très bien le conforta Et dist qu’il ne s’esmaie mie, Que il nule foiz ne l’oublie. « Ma volenté te couvient feire, L’amour de moi et toi retreire. Petrus de vous se doit partir : Sez-tu pour quoi ? Hui retenir L’osastes, et il demourer. Dieu le vouloit ainsi moustrer, Pour ce que voir dire pouist Ne de rien nule ne mentist A celui pour qui il s’en va, Quant il de ton veissel verra Et des choses que je t’ei dites, Qu’eles sunt boennes et eslites. Joseph, il couvient vraiement Les choses qui commencement Ont que fin aient après. Nostres-Sires set bien adès Que Brons mout preudons ha esté, Et pour ce fu sa volenté Que il eu l’iaue peeschast Et qu’il le poisson pourchacast Que vous avez en vo servise. Diex vieut et einsi le devise Que il ten veissel avera Et après toi le gardera. Apren-li comment meintenir Se devera et contenir, Et l’amour que tu has à moi Et qu’ei adès éue à toi ; Apren-li touz les erremenz Et trestouz les contenemenz, Trestout ce que de Dieu oïs Dès cele eure que tu naschis. En ma creance le metras Et très bien li enseigneras. Di-li comment Diex à toi vint En la chartre et ton veissel tint Et en tes meins le te bailla ; Les saintes paroles dist t’a, Ki sunt douces et precieuses Et gracieuses et piteuses, Ki sunt propement apelées Secrez dou Graal et nummées. Quant ce averas feit bien et bel, Commanderas-li le veissel, Qu’il le gart dès or en avant ; N’i mespreigne ne tant ne quant : Toute la mesproison seroit Seur lui, et chier le comparroit. Et cil qui nummer le vourrunt, Par son droit non l’apelerunt Adès le riche Pescheeur, A touz jours croistera s’onneur, Pour le poisson qu’il peescha Quant cele grace commença. Ainsi couvenra la chose estre, Tu l’en feras seigneur et meistre. Ausi cum li monz va avant Et touz jours en amenuisant, Couvient que toute ceste gent Se treie devers Occident. Si tost com il seisiz sera De ten veissel et il l’ara, Il li couvient que il s’en voit Par devers Occident tout droit, En quelque liu que il vourra Et lau li cuers plus le treira ; Et quant il sera arrestez Là où il voura demeurez, Il atendra le fil sen fil Séurement et sans peril ; Et quant cil fiuz sera venuz, Li veissiaus li sera renduz Et la grace, et se li diras De par moi et commanderas Que il celui le recommant Qu’il le gart dès or en avant. Lors sera la senefiance Acomplie et la demoustrance De la benoite Trinité, Qu’avons en trois parz devisé. Dou tiers, ce te di-ge pour voir, Fera Jhesu-Criz sen vouloir, Qui sires est de ceste chose : Nus oster ne li puet ne ose. Quant le veissel à Bron donnas Et grace et tout li bailleras Et tu en seras desseisiz, Ces feiz mout bien touz acompliz, Adonques s’en ira Petrus, Je ne vueil qu’il y demeurt plus ; Car vraiement dire pourra Que il seisi véu aura Hebron, le riche Pescheeur, Et dou veissel et de l’onneur : Pour ce Petrus fu demourez Dusqu’au mein, puis s’en est alez. Quant ce aras fait, il se mouvra, Par terre et par mer s’en ira, Et Cil qui toutes choses garde L’avera dou tout en sa garde ; Et tu, quant tout ce feit aras, Dou siecle te departiras, Si venras en parfeite joie, Ki as boens est et si est moie : Ce est en pardurable vie. Tu et ti oir et ta lignie, Tout ce qu’est né et qui neistra De ta sereur, sauf estera ; Et cil qui ce dire sarunt, Plus amé et chieri serunt, De toutes genz plus hennouré Et de preudommes plus douté. » Ainsi Joseph trestout feit ha Cc que la vouiz li commanda. Lendemein tout se rasemblerent Et au servise demourerent ; Joseph leur ha trestout retreit Quanque la voiz dist entreseit, Fors la parole Jhesu-Crist, Qu’en la chartre li avoit dist. Cele parole sanz faleur Aprist au riche Pescheeur ; Et quant ces choses li eut dites, Si li bailla après escrites. Il li ha feit demoustrement Des secrez tout privéement. Quant il eurent Joseph oï Et chaucuns d’eus bien l’entendi, De leur compaingnie partoit Ne avec eus plus ne seroit, Il en furent tout esbahi. Quant virent Joseph desseisi, Il en eurent mout grant pitié ; Car il seurent qu’il eut baillié Sa grace et son commandement, Ne savoient pas bien comment.

Seisiz fu li riches Peschierres Dou Graal et touz commanderes Congié prist, quant levé se sunt. Au departir mout pleuré unt, Souspirent et unt larmoié : C’estoit tout par humilité. Il funt oroisons et prieres : Ce sunt choses que Diex ha chieres. Joseph remet, pour feire honneur, Avec le riche Peescheeur ; Trois jours fu en sa compeignie, Que Joseph ne refusa mie. Au tierz jour ha à Joseph dist : « Joseph, or m’enten un petit, Verité te direi sanz faille : Volenté ei que je m’en aille, Se il te venoit à pleisir, Par ten congié m’en vueil partir. » -- « Il me pleit bien, Joseph respont ; Car ces choses de par Dieu sunt. Bien sez que tu emporteras Et en quel païs t’en iras. Tu t’en iras ; je remeindrei, Au commandement Dieu serei. »

Ainsi Joseph se demoura. Li boens Pescherres s’en ala (Dont furent puis meintes paroles Contées, ki ne sunt pas foles) En la terre lau il fu nez, Et Joseph si est demourez. Messires Roberz de Beron Dist, se ce ci savoir voulun, Sanz doute savoir couvenra Conter là où Aleins ala, Li fiuz Hebron, et qu’il devint, En queu terre aler le couvint, Et qués oirs de li peut issir, Et queu femme le peut nourrir, Et queu vie Petrus mena, Qu’il devint n’en quel liu ala, En quel liu sera recouvrez : A peinnes sera retrouvez ; Que Moyses est devenuz, Qui fu si longuement perduz : Trouver le couvient par reison (De parole ainsi le dist-on) Lau li riches Peschierres va ; En quel liu il s’arrestera, Et celui sache ramener Qui orendroit s’en doit aler.

Ces quatre choses rassembler Couvient chaucune, et ratourner Chascune partie par soi Si comme ele est ; meis je bien croi Que nus hons ne’s puet rassembler S’il n’a avant oï conter Dou Graal la plus grant estoire, Sanz doute, ki est toute voire. A ce tens que je la retreis O mon seigneur Gautier en peis, Qui de Mont-Belyal estoit, Unques retreite esté n’avoit La grant estoire dou Graal Par nul homme qui fust mortal, Meis je fais bien à touz savoir Qui cest livre vourrunt avoir, Que, se Diex me donne santé Et vie, bien ei voloenté De ces parties assembler, Se en livre les puis trouver. Ausi comme d’une partie Leisse, que je ne retrei mie, Ausi couvenra-il conter La quinte, et les quatre oublier, Tant que je puisse revenir Au retreire plus par loisir Et à ceste uuevre tout par moi, Et chascune m’estu[et] pa[r soi] ; Meis se je or les leisse à tant, Je ne sai homme si sachant Qui ne quit que soient perdues Ne qu’eles serunt devenues, Ne en quele senefiance J’en aroie feit dessevrance.



Mout fu li Ennemis courciez Quant Enfer fu ainsi brisiez ; Car Jhesus de mort suscita, En Enfer vint et le brisa. Adam et Eve en ha gité, Ki là furent en grant viuté ; O lui emmena ses amis Lassus ou ciel, en Paradis. Quant Deable ce aperçurent, Ausi cum tout enragié furent ; Mout durement se merveillierent Et pour ce tout s’atropelerent, Et disoient : « Qui est cist hon Qui ha teu vertu et tel non ? Car nos fermetez ha brisies, Les portes d’Enfer depecies : Riens n’avoit force encontre lui Ne de par nous ne par autrui ; Car il feit tout quanque lui pleit Pour nului son voloir ne leit. Ceci au meins bien cuidions Qu’en terre ne venist nus hons Qui de cors de femme naschist, De no pooir fuir pouist ; Et cist ainsi nous ha destruit, Qu’il Enfer ha leissié tout vuit. Comment puet estre d’omme nez Ne concéuz ne engenrez, Que delit éu n’i avuns Si cum en autre avoir soluns ? »

Uns ennemis ha respondu : « Bien sai par quoi avuns perdu ; Cele chose nous a plus nuit Que quidons qui plus nous vaussist. Membre-vous de ce que palloient Li boen prophete et qu’il disoient, Que li Fiuz Diu venroit en terre Et que il osteroit la guerre Qu’Adans et Eve feit avoient, Et pecheeur sauvé seroient ; Trestout icil que lui pleiroit, A sa volenté en feroit. Adonc ces prophetes prenions Et trestouz les tourmentions ; Et il feisoient le semblant Que il nul mal ne sentiant, Ne nule rien ne leur grevoit De tout le mal c’um leur feisoit, Ainçois les autres confortoient ; Car il as pecheeurs disoient Que cil en terre neisteroit Qui trestouz les deliverroit. Ce distrent qu’or est avenu, Quanque avions nous ha tolu ; Nous n’i poons meis riens clamer, Qu’avec lui les ha feit aler. Comment fu-ce que n’ou séuns ? Unques ne nous en percéuns. En non de Dieu laver les fist Et dou Fil et dou Seint-Esprist Dou pechié qu’en la mere avoient, Quant de son ventre hors issoient. Et pour quoi ne nous pourvéins En touz les lius que nous voussins ? Or les avuns perduz briément Trestouz par cel avenement ; Nous n’avuns meis sor eus pooir Ne nous ne li povons avoir, Devant qu’il méismes reviegnent Et à nos uuevres se repreignent. Ainsi no povoir abeissié Nous ha et trop amenuisié, Car en terre demouré sunt Si menistre et les sauverunt ; Car tant n’arunt feit de pechiez Petiz ne granz, nouviaus ne vies, Se il se vuelent repentir Et leur pochiez dou tout guerpir, Promestre boen amendement, Tout en sunt quite ligement : Et par ce les avuns perduz. Ainsi les nous ha touz toluz ; Et se il ainsi sunt sauvé, Mout ha pour eus fait et ouvré De substance esperiteument, Quant pour homme si soutiument Vout en terre neistre de mere Sanz nule semence de pere, Et essaucier vint le tourment En terre si très sagement Sanz delit d’omme ne de femme ; Unques n’i pecha, cors ne ame, Nous essaiemmes et véismes En toutes choses que poïmes Que nus le pourrait essaier ; Une ne péumes tant cerchier Que riens y péussiens trouver Qui neent li péust grever, Car en lui ne trouveroit-on Nule chose se tout bien non. Toutes voies vout-il venir En terre pour s’uevre et morir : Mout ha donques cele uuevre chier, Quant si chier la vout acheter Et si granz peinnes vout soufrir Pour homme avoir et nous tolir. Bien deverians labourer Que nous péussians recouvrer Ce qu’il nous vient ainsi tolir. Il dist qu’il ne vient rien seisir Ki nostre doie estre par droit : Chaucuns donques de nous devroit Tant pener et tant traveillier Que le péussions engignier : Feisuns-le donc en teu menniere Qu’il ne puist repeirier arriere, Ne paller à ceus n’eus vooir Qui de lui assourre unt pooir Et par cui cil le pardon unt Qui de sa mort racheté sunt. » Adonques s’escrient ensemble : « Tout avuns perdu, ce nous semble, Puis que il puet avoir pardon, Se ès uuevres Dieu le trueve l’on ; S’il adès nos uuevres feit ha, Bie[n] sai que il le sauvera ; Puis qu’en ses uuevres est trouvez, Ne puet par nous estre dampnez ; S’il se repent, perdu l’avuns, S’à ses menistres n’ou remblons. »

Li autre ennemi si runt dist : « Nous savuns bien qu’il est escrist Que cil qui plus nous unt néu Et par qui nous l’avuns perdu, Cil qui les nouveles portoient De sa venue et l’anunçoient, Ce sunt [cil] par qui li damage Nous sunt venu et li outrage ; Et de tant cum plus l’affermoient, Si nostre plus les tourmentoient. Il s’est hastez, ce m’est avis, De tost secourre à ses amis, Pour la doleur, pour le tourment Qu’il avoient communément. Meis qui un homme avoir pouist Qui nos sens portast, et déist Nos paroles et nos prieres A ceus qui les aroient chieres, Si cum nous soliuns avoir Et seur toutes choses povoir, Et entre les genz conversast En terre et o eus habitast, Ice nous pourroit mout eidier A eus honnir et vergoignier. Tout aussi cum nous enseignoient Li prophète qu’o nous estoient, Ausi cil les choses dirunt Qui dites et feite serunt Ou soit de loig ou soit de près : Par ce seront créu adès. » Lors dient bien esploiteroit Qui en teu menniere ouverroit, Car mout en esteroit créuz Et hons honniz et confunduz,

Li uns dist : « De ce n’ai pooir Ne de semence en feme avoir ; Meis, se le povoir en avoie, Sachiez de voir je le feroie, C’une femme en men povoir ei Ki fera quanque je vourrei. » Li autre dient : « Nous avuns Cilec un de nos compeignuns Qui fourme d’omme puet avoir Et femme de lui concevoir ; Meis il couvient que il se feigne Et que couvertement la preigne. Ainsi dient qu’engenrerunt Un homme en femme et nourrirunt, Qui aveques les gens sera Et ce que feront nous dira. » Meis mout est fous li Ennemis, Qui croit que Diex soit entrepris Que il ceste uuevre ne séust Et qu’il ne s’en apercéust.

Ainsi prist Ennemis à feire Homme de sens et de memoire, Pour Dieu nostre pere engignier Et forbeter et conchier : Par ce poüns-nous tout savoir Que Ennemis est fous de voir. Mout deverions estre irié S’ainsi estiuns engignié. De ce conseil sunt departi, Leur uuevre unt acordée ainsi. Et cil qui avoit seignourie Seur la femme, ne targe mie ; A li là ù ele estoit ala, A sa volenté la trouva ; Et la femme toute li donna Sa part de trestout quanqu’ele ha, Néis ses sires l’Ennemi Donna quanqu’il avoit ausi. A un riche homme femme estoit, Qui granz possessions avroit : Vaches, brebiz eut à plenté, Chevaus et autre richeté. Trois filles avoit et un fil Bel et courtois et mout gentil, Si estoient les trois puceles Gentius et avenanz et beles. Li Ennemis pas ne s’oublie ; As chans ala lau la meisnie A ce riche homme repeiroit, Car il tout à estrous beoit Comment les péust engignier Et le riche homme couroucier. Des bestes tua grant partie. Li bergier ne s’en jouent mie, Ainz s’en couroucent durement, Et dient qu’irunt erramment A leur seigneur et li dirunt Qu’einsi ses bestes mortes sunt. Devant leur seigneur sunt venu, Et estoient tout esperdu : Demanda-leur que il avoient ; Il dient leur brebiz moroient, N’il ne sevent pour quoi c’estoit, Meis nul recouvrier n’i avoit. A tant li Ennemis ce jour Leit ester sanz plus de tristour ; Meis durement fu courouciez Li preudons et mout tristoiez. L’Ennemis à tant ne se tint, As autres bestes s’en revint Et à dis chevaus qu’il avoit Et fors et cras, que mout amoit ; Li Ennemis touz les occist Ainz que passast la mie-nuit. Quant li preudons la chose seut, Mout grant duel en son cuer en eut ; Par courouz dist une parole, Qui fu mout vileinne et mout fole, Que ses courouz li ha feit dire ; De mautalent qu’il eut et d’ire, Au Deable trestout donna, Trestout quanque li demoura : « Deables, pren le remennant ; Trestout soit tien, j’ou te commant. Puis qu’à perdre commencié ei, Bien sei que trestout perderei. » Li Deables si fu mout liez, Et li preudons mout corouciez ; Unques beste ne li leissa, Meis toutes occises les ha. Li preudons fuit la compeignie Des gens, car il ne l’aimme mie. Li Ennemis s’est mout penez Et traveilliez et pourpensez Comment plus le couroucera : A sen fil vint, que mout ama ; Si l’a estranlé en dormant. Au matin, ainz souleil levant, Fu li enfès ou lit trouvez Mors, car il fu estranlez, Quant li peres ha entendu Qu’il ha ainsi sen fil perdu, Courouciez fu mout durement. N’en peut meis, car vileinnement Fu de sen avoir damagiez ; Meis plus assez fu courouciez De sen fil, car nul recouvriez Ne li povoit avoir mestier. Tantost cil hons se despera, Et sa creance perdue ha. Quant li Ennemis se perçoit Que il en Dieu meis ne creoit Et que c’estoit sanz recouvrier, Mout s’en prist à esleescier. Tantost à la femme s’en va Par cui conseil ainsi ouvra, En sen celier la fist aler Et sur une huche munter ; Une corde penre li fist, Qu’ele en son col laça et mist, De la huche au pié l’a boutée : Ele fu tantost estranlée. Quant li preudons set qu’einsi va Que sa femme ainsi s’estranla, Tel duel ha qu’a peu k’il n’enrage, Il ne puet celer sen corage ; Une maladie le prist, Ki l’acora et qui l’ocist. Tout ainsi feit li Ennemis De ceus ki en ses laz sunt pris. Quant voit qu’ainsi ha esploitié, Le cuer en ha joiant et lié, Pensa comment engigneroit Les trois filles et decevroit ; Plus n’i avoit de remennant De la meinnie au païsant.

Deables vit que engignier Ne les pourroit ne conchier, Se leur volentez ne feisoient Et le deduit dou cors n’avoient ; A un juene vallest ala, Qui dou tout sen tens emploia En viuté et en lecherie, En mauveistié, en ribaudie. A l’einnée suer l’a mené, Mout li ha requis et proié Qu’ele sa volenté féist ; Meis ele mout li contredist Qu’ele pour riens ce ne feroit, En teu viuté ne se metroit Meis li vallez tant l’a priée Qu’à darrien l’a conchiée Par l’aïde de l’Ennemi, Qui fist dou pis qu’il peut vers li. Meis nus ne s’en apercevoit, Et ce l’Ennemi ennuioit, Qu’il vieut c’on le sache en apert Et que ce soit tout descouvert : Tout ce feit-il pour plus honnir Et pour les suens plus maubaillir, Toute la chose ha feit savoir Par le païs à sen povoir ; Fist tant que li monz touz le seut, Et de tant plus grant joie en eut. A ice tens que je vous di, Femme cui avenoit ainsi Que on prenoit en avoutire, Ele savoit mout bien sanz dire, Communément s’abandonoit Ou errant on la lapidoit Et feisoit- on de li joustise. Ainsi fu feite la devise, Car li juge tout s’assemblerent Et la damoisele manderent. Quant fu devant eus amenée, De sen meffeit fu accusée. Li juge en unt éu pitié Et de ce sunt mout merveillié, Car c’un petit de tens n’avoit Que ses peres preudons estoit, Riches et combles et mennanz, D’amis, de grant avoir pouissanz ; De lui est-il si meschéu Que lui et sa femme ha perdu Et sen fil, qui soudainnement Fu morz, et sa fille ensement, Que Deable unt si engignie Qu’orendroit est à mort jugie, Et droitement pour sen mieffeit Il dient que tout entreseit Que par nuit enfouir l’irunt : Ainsi sa honte couverrunt. Ainsi com il le deviserent, Toute vive as chans la menerent Et l’unt ilec vive enterrée : S’en fu la chose plus celée. Pour honneur des amis le firent, Que mout amerent et chierirent. Ainsi mesmeinne li Maufez Ceus de cui il est hennourez Et qui funt à sa volenté, Trestouz les mest en grant viuté.

Un preudomme ou païs avoit Qui seut que on de ce palloit, Mout durement s’en merveilla ; As deus sereurs vint et palla Ki estoient de remennant, Et mout les ala confortant ; Demanda par queu mespresure Iert avenue ceste aventure, Et de leur pere et de leur mere, De leur sereur et de leur frere. Respondent li : « Nous ne savuns Meis que de Dieu haïes suns. » Li preudons leur ha respondu : « De par Dieu n’avez riens perdu. Or ne dites jameis ainsi ; Car Jhesu-Criz ne het nului, Ainz li poise mout quant il set Que li pechierres si se het. Sachiez, par uuevre d’Ennemi Vous est-il meschéu ainsi. Saviez-vous riens de vo sereur, Ki dampnée est à tel doleur, De ce pechié qu’ele feisoit, De la vie qu’ele menoit ? Eles respondent : « Vraiement, Sire, n’en saviens neent. » Li preudons dist : « Or vous gardez De mal feire ; car vous veez Que de mal feire vient li maus, Et pour bien feire est li hons saus. Nous avuns de saint Augustin, Bien feire atreit la boenne fin. Qui de mal ne se vieut tenir, En boen estat ne puet morir. » Mout bien les enseigne et aprent, S’eles y ont entendement. L’ainnée y entendi mout bien, Trestout retient, n’oublie rien, Et mout li plut ce que li dist ; Car li preudons pour bien le fist. Sa creance li enseigna ; En Dieu prier bien i’enfourma, Jhesu-Crist croire et aourer Et lui servir et hennourer.

L’ainnée y metoit plus sen cuer, Assez plus ne feit s’autre suer ; Car quanqu’il li dist retenoit, Et feit ce qu’il li enseignoit. Li preudons dist : « Se bien creez Ce bien que vous dire m’oiez. Sachiez granz biens vous en venra, Dables seur vous povoir n’ara. Ma fille serez et m’amie, En Dame-Dieu, n’en doutez mie ; Vous n’arez jà si grant besoig Que pour vous ne soie en grant soig, Se vous le me leissiez savoir Et men conseil voulez avoir ; Sachiez que je vous eiderei En Dieu bien et conseillerei. Or donques ne vous esmaiez, Que, s’au conseil Dieu vous tenez Et vous venez paller à moi, Je vous eiderei, par ma foi ! Ma meison n’est pas loig de ci ; N’i ha c’un peu, ce vous afi. N’est pas loig de ci mon estage : Venez-y, se ferez que sage. » Li preudons ha les deus puceles Conseillies, ki sunt mout beles ; Et l’einnée mout bien le crut Et ama tant comme ele dut, Pour ce que bien la conseilloit : Boennes paroles li disoit. Quant li Deables ce esgarda, Mout durement li en pesa ; Car il certainement quidoit Qu’andeus perdues les avoit. Pourpensa soi que engignier Ne les pourroit ne conchier Par nul homme qui fust en vie : Courouz en eut et grant envie ; Pourpense soi que cet afeire Par une femme couvient feire. Au siecle une femme savoit, Ki sa volenté feite avoit Et ses uuevres à la foïe ; A li s’en va et si li prie Qu’ele voist à cele pucele, A la plus jeune demmoisele, Qu’à l’einnée paller n’osa, Que simple et mate la trouva, La vielle la meinnée prist, Demanda-li et si li dist A conseil comment le feisoit, Quele vie sa suer menoit : « Vous ha-ele orendroit mout chiere Et vous feit-ele bele chiere ? » La puceleste li respont : « N’a si courcie en tout le munt. Pensive est pour ces aventures, Ki sunt si pesmes et si dures, Ki ainsi nous sunt avenues Que nous en suns toutes perdues ; Ne feit joie li ne autrui. Uns preudons a pallé à li, Qui la nous ha si atournée. Trop est pensive et adolée, Que ne croit nului se lui non ; En grant peinne est et en friçon. »

La vielle dist : « Ma douce suer, Vous estes bien gitée puer. La vostre grant biauté mar fu, Qu’einsi avez trestout perdu ; Car jameis joie en vostre vie N’arez en ceste compeignie. Meis se vous sentu aviez La joie as autres, et saviez Qués deduiz autres femmes unt Quant aveques leur amis sunt, Certes, ne priseriez mie Vostre eise une pomme pourrie ;

Se saviez quele eise aluns Quant aveques nos amis suns, Car nous summes en compeignie Que nous amuns : c’est boenne vie. Un peu de pein mieuz ameroie, Se delez mon ami estoie, Que ne feroie vos richesces, Que gardez à si granz destresces. N’est si granz eise, ce me semble, Comme d’omme et de femme ensemble. Bele amie, pour toi le di ; Car dou tout as à ce failli, Et si te direi bien pour quoi : Ta suer est ainz née de toi Et pour li se pourchacera, [S]i qu’einçois de toi en aura. ……………….. ………………..</poem>

[Le reste du manuscript est perdu]