éléments Wikidata

Livre:Arago - Œuvres complètes de François Arago, secrétaire perpétuel de l’académie des sciences, tome 4.djvu

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Arago - Œuvres complètes de François Arago, secrétaire perpétuel de l’académie des sciences, tome 4.djvu
TitreŒuvres complètes de François Arago, secrétaire perpétuel de l’académie des sciences
Volume4
AuteurFrançois Arago Voir et modifier les données sur Wikidata
Année d’édition1854
BibliothèqueBibliothèque nationale de France
Fac-similésdjvu
AvancementÀ corriger
Série

Pages

- - - - - - -  i  ii 001 002 003 004 005 006 007 008 009 010 011 012 013 014 015 016 017 018 019 020 021 022 023 024 025 026 027 028 029 030 031 032 033 034 035 036 037 038 039 040 041 042 043 044 045 046 047 048 049 050 051 052 053 054 055 056 057 058 059 060 061 062 063 064 065 066 067 068 069 070 071 072 073 074 075 076 077 078 079 080 081 082 083 084 085 086 087 088 089 090 091 092 093 094 095 096 097 098 099 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 297 298 299 300 301 302 303 304 305 306 307 308 309 310 311 312 313 314 315 316 317 318 319 320 321 322 323 324 325 326 327 328 329 330 331 332 333 334 335 336 337 338 339 340 341 342 343 344 345 346 347 348 349 350 351 352 353 354 355 356 357 358 359 360 361 362 363 364 365 366 367 368 369 370 371 372 373 374 375 376 377 378 379 380 381 382 383 384 385 386 387 388 389 390 391 392 393 394 395 396 397 398 399 400 401 402 403 404 405 406 407 408 409 410 411 412 413 414 415 416 417 418 419 420 421 422 423 424 425 426 427 428 429 430 431 432 433 434 435 436 437 438 439 440 441 442 443 444 445 446 447 448 449 450 451 452 453 454 455 456 457 458 459 460 461 462 463 464 465 466 467 468 469 470 471 472 473 474 475 476 477 478 479 480 481 482 483 484 485 486 487 488 489 490 491 492 493 494 495 496 497 498 499 500 501 502 503 504 505 506 507 508 509 510 511 512 513 514 515 516 517 518 519 520 521 522 523 524 525 526 527 528 529 530 531 532 533 534 535 536 537 538 539 540 541 542 543 544 545 546 547 548 549 550 551 552 553 554 555 556 557 558 559 560 561 562 563 564 565 566 567 568 569 570 571 572 573 574 575 576 577 578 579 580 581 582 583 584 585 586 587 588 589 590 591 592 593 594 595 596 597 598 599 600 601 602 603 604 605 606 607 608 609 610 611 612 613 614 615 616 617 618 619 620 621 622 623 624 625 626 627 628 629 630 631 632 633 634 635 636 637 638 639 640 641 642 643 644 645 646 647 648 649 650 651 652 653 654 655 656 657 658 659 660 661 662 663 664 665 666 667 668 669 670 671 672 673 674 675 676 677 678 679 680 681 682 683 684 685 686 687 688 689 690 691 692 693 694 695 696 697 698 699 700 701 702 703 704 705 706 707 708 709 710 711 712 713 714 715

TABLE

DU TOME QUATRIÈME.

TOME PREMIER DES NOTICES SCIENTIFIQUES

LE TONNERRE


CHAPITRE PREMIER. — Définitions

CHAPITRE II. — Caractères extérieurs des nuages orageux

CHAPITRE III. — Foudre des nuages volcaniques. — La foudre s’élabore et se manifeste quelquefois dans des nuages dont la nature semble toute différente de celle des nuages atmosphériques ordinaires

CHAPITRE IV. — De la hauteur des nuages orageux

CHAPITRE V. — Des différentes espèces d’éclairs

§ 1er. Éclairs en zigzag ou de la première classe 29

§ 2. Éclairs de la seconde classe 36

§ 3. Éclairs de la troisième classe 37

CHAPITRE VI. — Anciens exemples d’éclairs de la troisième classe ou globes de feu 39

CHAPITRE VII. — Éclairs en boule 46

CHAPITRE VIII. — Les éclairs s’échappent quelquefois des nuages par leur surface supérieure et se propagent dans l’atmosphère de bas en haut 58

CHAPITRE IX. — Quelle est la durée d’un éclair de la première ou de la seconde classe ? 59

CHAPITRE X. — Des nuages orageux sont-ils jamais lumineux d’une manière continue ? 70

CHAPITRE XI. — Du tonnerre proprement dit, ou du bruit que fait entendre la foudre quand elle s’échappe des nuages 77

CHAPITRE XII. — Fait-il des éclairs sans tonnerre, par un ciel parfaitement serein ? 84

CHAPITRE XVI. — Y a-t-il jamais des tonnerres sans éclairs ? 84

CHAPITRE XIV. Y a-t-il jamais, par un temps couvert, des éclairs sans tonnerre ? 86

CHAPITRE XV. — Tonne-t-il jamais par un temps parfaitement serein ? 88

CHAPITRE XVI. — La foudre développe par son action, dans les lieux où elle éclate, souvent de la fumée, presque toujours une forte odeur qui a été comparée à celle du soufre enflammé 89

CHAPITRE XVII. — Des modifications chimiques que la foudre fait subir à l’air atmosphérique 93

CHAPITRE XVIII. — La foudre opère souvent la fusion des pièces de métal qu’elle va frapper 95

CHAPITRE XIX. — La foudre raccourcit les fils de métal à travers lesquels elle passe, lorsque sa puissance n’est pas assez grande pour en déterminer la fusion 109

CHAPITRE XX. — La foudre met quelquefois en fusion certaines substances terreuses et les vitrifie instantanément 110

CHAPITRE XXI. — Tubes de foudre ou fulgurites 115

CHAPITRE XXII. — La foudre perce quelquefois de plusieurs trous les corps qu’elle frappe 122

CHAPITRE XXIII. — Phénomènes de transport produits par la foudre 124

CHAPITRE XXIV. — Action magnétique de la foudre. — La foudre, quand elle passe près d’une aiguille de boussole, en altère le magnétisme, le détruit entièrement, ou renverse les pôles. — Dans les mêmes circonstances, elle peut communiquer une aimantation plus ou moins forte des barres d’acier qui, auparavant, n’en offraient aucune trace. 128

CHAPITRE XXV. — Aimantation par la foudre 132

CHAPITRE XXVI. — La foudre, dans sa marche rapide, obéit à des actions dépendantes des corps terrestres près desquels elle éclate 134

CHAPITRE XXVII. — Lorsque l’atmosphère est orageuse, il y a, simultanément, dans les entrailles de la terre, à la surface ou au sein des eaux, de grandes perturbations 189

CHAPITRE XXVIII. — L’état exceptionnel dans lequel les orages atmosphériques placent la partie solide du globe, se manifeste quelquefois par des détonations foudroyantes qui, sans aucune apparence lumineuse, produisent cependant les mêmes effets que la foudre proprement dite 142

CHAPITRE XXIX. — L’état particulier qu’un orage atmosphérique communique au globe par son Influence, se manifeste quelquefois par de brillants, par de larges phénomènes de lumière dont la terre est d’abord le siège, et qui disparaissent à la suite d’une explosion, soit dans le lieu même où ils sont nés, soit après un déplacement plus ou moins étendu et plus ou moins rapide 145

CHAPITRE XXX. — Feux saint-elme. Il se montre souvent, en temps d’orage, des lumières vives et légèrement sifflantes, aux parties les plus saillantes des corps terrestre 148

CHAPRME XXXI. — Pendant de grands orages, les gouttes de pluie, les flocons de neige, les grêlons, produisent de la lumière en arrivant à terre, ou même en s’entre-choquant 155

CHAPITRE XXXII. — Géographie des orages. Y a-t-il des lieux où il ne tonne Jamais ? 155

Quels sont les lieux où il tonne le plus ? 162

Tonne-t-il aujourd’hui aussi souvent que dans les siècles passés ? 163

Des circonstances locales influent-elles sur la fréquence de ce phénomène ? 168

Tonne-t-il tout autant en pleine mer qu’au milieu des continents ? 174

Lettre de M. le capitaine Duperrey 175

Quelle est, de nos jours, quant à la fréquence, la distribution géographique des orages ? 186

CHAPITRE XXXIII. — Quelle est, dans nos climats, la quantité de victimes que la foudre fait annuellement ? 196

CHAPITRE XXXIV. — Dans quelle saison les coups de tonnerre foudroyants sont-ils le plus fréquents ? 200

CHAPITRE XXXV. — La foudre frappe principalement les lieux élevés 204

CHAPITRE XXXVI. — La foudre se porte de préférence sur les métaux, lorsqu’il en existe, à découvert ou cachés, soit dans le voisinage des lieux vers lesquels elle tombe directement, soit près de ceux où sa course serpentante l’amène ensuite. La foudre ne produit de dégâts notables qu’à son entrée dans les masses métalliques, ou au moment où elle en sort 204

CHAPITRE XXXVII. — Explications, remarques et rapprochements concernant les observations précédentes 214

§ 1. Éclairs 215

§ 2. Du tonnerre ordinaire, de l’intervalle qui le sépare de l’éclair, de son roulement, de ses éclats, des plus grandes distances auxquelles on l’entende, du tonnerre des jours sereins, de la longueur des éclairs 228

§ 3. Longueur des éclairs 246

§ 4. Odeur développée par les coups de foudre 246

§ 5. La foudre opère des fusions, des vitrifications instantanées ; elle raccourcit les fils métalliques le long desquels sa transmission s’effectue ; elle perce de plusieurs trous les corps qui se trouvent sur son passage, etc., etc. 250

S 6. Des transports de matière opérés par la foudre 250

CHAPITRE XXXVIII. — DES DANGERS QUE FAIT COURIR LA FOUDRE 260

§ 1. Les dangers que fait courir la foudre sont-ils assez grands pour qu’on s’en occupe ? 260

§ 2. Destruction des édifices et des navires 266

CHAPITRE XXXIX. — Des moyens de se garantir de la foudre 274

§ 1. Des moyens que les hommes ont cru propres à les mettre personnellement à l’abri de la foudre 275

§ 2. Lorsque la foudre tombe sur des hommes ou des animaux placés les uns à la suite des autres, soit en ligne droite, soit le long d’une courbe non fermée, c’est aux deux extrémités de la file que ses effets sont généralement les plus intenses, les plus fâcheux 288

§ 3. Des préceptes à l’usage des personnes qui craignent la foudre 290

§ 4. s’expose-t-on à être foudroyé quand on court pendant des temps orageux ? 294

§ 5. Les nuages d’où les éclairs et la foudre s’échappent incessamment, sont-ils constitués, comme les physiciens le supposent, de telle sorte qu’il y ait du danger à les traverser ? 299

§ 6. Est-on frappé de la foudre avant de voir l’éclair ? 302

chapitre XL. — Des dangers que causent les fils des télégraphes électriques 304

CHAPITRE XLI. — Des moyens à l’aide desquels on a prétendu mettre les édifices à l’abri des atteintes de la foudre 306

§ 1. Des anciens moyens de préservation des édifices 306

§ 2. Est-il vrai que des arbres qui dominent une maison à de petites distances, la mettent complétement à l’abri des atteintes de la foudre, ainsi que le prétendent beaucoup de physiciens ? 307

CHAPITRE XLII. — Des moyens à l’aide desquels on a prétendu préserver de la foudre des villes entières, et même de grandes étendues de pays 309

§ 1. Procédé des anciens 309

§ 2. Effet des grands feux allumés en plein air 311

§ 3. Du bruit du canon considéré comme moyen de dissiper les orages 314

CHAPITRE XLIII. — Est-il utile ou dangereux de sonner les cloches en temps d’orage ? 321

CHAPITRE LIV. — Des paratonnerres modernes 328

CHAPITRE XLV. — Des paragrêles 345

CHAPITRE XLVI. — De la sphère d’action des paratonnerres 347

CHAPITRE LXVII. — Les paratonnerres implantés horizontalement ou dans des directions très-inclinées sur l’entablement des édifices, sont-ils utiles ? 353

CHAPITRE XLVIII. — De la meilleure forme et des meilleures dispositions à donner aux diverses parties dont un paratonnerre se compose 357

§ 1. De la pointe 357

§ 2. Du. conducteur. 359

CHAPITRE XLIX. — Des organes qui sont le plus ordinairement affectés dans les morts ou les blessures occasionnées par des coups de foudre 374

CHAPITRE L. — La foudre brûle ordinairement le poil sur toutes les parties du corps de l’individu qu’elle frappe 376

CHAPITRE LI. — Les coups de foudre très-intenses tuent les hommes, les animaux, les végétaux ; les coups de foudre d’intensité médiocre ont souvent la propriété de débarrasser les hommes et les animaux de maladies dont ils souffraient antérieurement, et même de hâter la croissance des végétaux 377

CHAPITRE LII. — Est-il prouvé, en fait, que des paratonnerres aient préservé des ravages de la foudre des bâtiments sur lesquels on les avait établis 380

CHAPITRE LIII. — Les paratonnerres à tiges élancées et pointues attirent-ils la foudre ? 388

CHAPITRE LIV. — Des moyens de prévenir les coups foudroyants qui pourraient frapper les monuments élevés, tels que la colonne de la place Vendôme et l’obélisque de Louqsor 392

chapitre LV. — Phénomènes produits par l’électricité artificielle ; de leur ressemblance avec les phénomènes engendrés par la matière de la foudre 394

CHAPITRE LVI. — Du rôle de la foudre dans la nature 397

chapitre LVII. — Sur la théorie de la foudre 399

§ 1. Des lieux où il ne tonne jamais 399

§ 2. Électricité près des cascades 400

§ 3. Explications des transports occasionnés par la foudre 401

ÉLECTRO-MAGNÉTISME

I. — Des recherches faites en France avec la pile 405

II. — Aimantation du fer et de l’acier par l’action du courant voltaïque 409

III. — Aimantation d’une aiguille au moyen du passage du courant électrique en hélice 413

IV. — Points conséquents produits dans l’aimantation des fils d’acier par des courants en hélice 417

V. — Principe des télégraphes électriques 418

VI. Projet d’expérience sur le magnétisme par rotation 419

VII. Aimantation par l’action de l’électricité ordinaire 421

VIII. — Du magnétisme de rotation 424

ÉLECTRICITÉ ANIMALE

I. — Sur l’étincelle tirée de la torpille et du gymnote 449

II. — Sur une prétendue jeune fille électrique 453

III. Phénomène des tables tournantes 456

MAGNÉTISME TERRESTRE

CHAPITRE PREMIER. — Avertissement relatif à mes observations personnelles 459

CHAPITRE II. — Variations dans les éléments du magnétisme terrestre 461

CHAPITRE III. — Déviation locale de la boussole 463

CHAPITRE IV. — Moyens de perfectionner les observations de la boussole à la mer 466

CHAPITRE V. — De la déclinaison 467

CHAPITRE VI. — Du mouvement de la déclinaison en un lieu déterminé avec le temps 468

CHAPITRE VII. — Variation de la déclinaison à la surface de la terre 477

CHAPITRE VIII. — Variations annuelles de l’aiguille de déclinaison 479

CHAPITRE IX. — Variations diurnes de l’aiguille de déclinaison 485

CHAPITRE X. — Observations de M. Arago sur les variations diurnes de la déclinaison à Paris, de 1818 à 1885 495

CHAPITRE XI. — De l’inclinaison 505

CHAPITRE XII. — Variations annuelles de l’inclinaison 506

CHAPITRE XIII. — Variation de l’inclinaison magnétique avec les lieux 513

CHAPITRE XIV. — Mouvement de translation de l’équateur magnétique 514

CHAPITRE XV. — De l’intensité magnétique 516

CHAPITRE XVI. — Sur un moyen de mesurer les variations du magnétisme terrestre en chaque point du globe 517

CHAPITRE XVII. — Des variations d’intensité magnétique avec la hauteur 519

CHAPITRE XVIII. — Des relations de l’inclinaison et de l’intensité magnétiques 520

CHAPITRE XIX. — Variation de l’inclinaison magnétique à Paris 524

CHAPITRE XX. — Sur l’intensité du magnétisme terrestre pendant les éclipses de soleil 528

CHAPITRE XXI. — Variations de l’inclinaison et de l’intensité magnétique d’un lieu à un autre 532

CHAPITRE XXII. — Variations diurnes de l’inclinaison magnétique 536

AURORES BORÉALES

CHAPITRE PREMIER. — Définition des aurores boréales 545

CHAPITRE II. — Les aurores boréales étaient connues des anciens 546

CHAPITRE III. — Des aurores boréales observées dans le nord 547

CHAPITRE IV. — Aurores boréales observées de divers lieux 549

CHAPITRE V. — Sur la détermination de la hauteur de l’arc des aurores boréales 553

CHAPITRE VI. — Du bruit des aurores boréales 556

CHAPITRE VII. — Heures des aurores boréales 560

CHAPITRE VIII. — Causes des aurores boréales 561

CBAHTRE IX. — Sur les aurores boréales qui se montrent en plein jour 567

CHAPITRE X. — Des influences magnétiques exercées sur l’aiguille aimantée 595

CHAPITRE XI. — Action exercée par les tremblements de terre sur l’aiguille aimantée 595

CHAPITRE XII. — Aurores australes 598

CHAPITRE XIII. — Sur une disposition des nuages qui reproduit celle qu’affectent les rayons lumineux des aurores boréales 602

CHAPITRE XIV. — Incertitude de la polarisation de la lumière des aurores boréales 603

CHAPITRE XV. — De l’utilité des catalogues d’aurores boréales 605

CHAPITRE XVI. — Catalogue d’aurores boréales de 1818 à 1848 606

§ 1. — Année 1818 606

§ 2. — Année 1819 607

§ 3. — Année 1820 608

§ 4. — Année 1821 611

§ 5. — Années 1822 et 1823 612

§ 6. — Année 1824 614

§ 7. — Année 1825 616

§ 8. — Année 1826 624

§ 9. — Année 1827 627

§ 10. — Année 1828 643

§ 11. — Année 1829 657

§ 12. — Année 1830 670

§ 13. — Année 1831 678

§ 14. — Années 1832 à 1848 680

CHAPITRE XVII. — Conclusion 705