éléments Wikidata

Livre:Augustin - Œuvres complètes, éd. Raulx, tome I.djvu

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Augustin - Œuvres complètes, éd. Raulx, tome I.djvu
TitreŒuvres complètes de Saint Augustin
AuteurAugustin d’Hippone Voir et modifier les données sur Wikidata
ÉditeurPoujoulat et Raulx
Maison d’éditionL. Guérin & Cie
Lieu d’éditionBar-le-Duc
Année d’édition1864
BibliothèqueUniversity of Toronto -> Internet Archive
Fac-similésdjvu
AvancementÀ corriger
SérieI - II - III - IV - V - VI - VII - VIII - IX - X - XI - XII - XIII - XIV - XV - XVI - XVII

Pages

- - - - - - - - - -  i  ii 001 002 003 004 005 006 007 008 009 010 011 012 013 014 015 016 017 018 019 020 021 022 023 024 025 026 027 028 029 030 031 032 033 034 035 036 037 038 039 040 041 042 043 044 045 046 047 048 049 050 051 052 053 054 055 056 057 058 059 060 061 062 063 064 065 066 067 068 069 070 071 072 073 074 075 076 077 078 079 080 081 082 083 084 085 086 087 088 089 090 091 092 093 094 095 096 097 098 099 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 297 298 299 300 301 302 303 304 305 306 307 308 309 310 311 312 313 314 315 316 317 318 319 320 321 322 323 324 325 326 327 328 329 330 331 332 333 334 335 336 337 338 339 340 341 342 343 344 345 346 347 348 349 350 351 352 353 354 355 356 357 358 359 360 361 362 363 364 365 366 367 368 369 370 371 372 373 374 375 376 377 378 379 380 381 382 383 384 385 386 387 388 389 390 391 392 393 394 395 396 397 398 399 400 401 402 403 404 405 406 407 408 409 410 411 412 413 414 415 416 417 418 419 420 421 422 423 424 425 426 427 428 429 430 431 432 433 434 435 436 437 438 439 440 441 442 443 444 445 446 447 448 449 450 451 452 453 454 455 456 457 458 459 460 461 462 463 464 465 466 467 468 469 470 471 472 473 474 475 476 477 478 479 480 481 482 483 484 485 486 487 488 489 490 491 492 493 494 495 496 497 498 499 500 501 502 503 504 505 506 507 508 509 510 511 512 513 514 515 516 517 518 519 520 521 522 523 524 525 526 527 528 529 530 531 532 533 534 535 536 537 538 539 540 541 542 543 544 545 546 547 548 549 550 551 552 553 554 555 556 557 558 559 560 561 562 TdM TdM TdM TdM TdM TdM TdM TdM TdM - - - - -

TABLE DES MATIÈRES
CONTENUES DANS LE PREMIER VOLUME.



HISTOIRE DE SAINT AUGUSTIN.
PAR M. POUJOULAT.


Chapitre premier. — L’enfance et la jeunesse de saint Augustin jusqu’à son voyage à Rome.
— II. — Saint Augustin à Rome, à Milan ; les préliminaires de sa conversion. — Il est converti.
— III. — Retraite d’Augustin à Cassiacum, aux environs de Milan ; peinture de sa vie avec sa famille et ses amis ; les trois livres contre les académiciens.
— IV. — La philosophie païenne au quatrième siècle. — Les deux livres de l’Ordre.
— V. — Suite des livres de l’Ordre. — Le livre de la Vie bienheureuse. — Les deux livres des Soliloques. — Le livre de l’Immortalité de l’âme. — Correspondance.
— VI. — Baptème de saint Augustin. — Mort de sainte Monique à Ostie.
— VII. — Saint Augustin se rend de nouveau à Rome. — Son retour en Afrique. — Le livre des Quatre-vingt-trois questions. — Les livres des Mœurs de l’Eglise catholique et des Mœurs des Manichéens.
— VIII. — Correspondance entre saint Augustin et Nébride. — Mort d’Adéodat. — Les six livres sur la musique. — Le livre de la véritable Religion.
— IX. — Continuation du même sujet.
— X. — Correspondance de saint Augustin en 390. — Il est ordonné prêtre de l’Eglise d’Hippone. — Description d’Hippone. — Son état présent. — Lettre de saint Augustin à l’évèque Valère.
— XI. — Divers travaux de saint Augustin contre les Manichéens. — Le concile d’Hlippone. — Lettre de saint Paulin de Nole.
— XII. — Le Traité du Libre Arbitre.
— XIII. — Avènement de saint Augustin à l’episcopat. — Les Donatistes. — Lettres de saint Augustin à Proculéien, à Eusèbe, à Simplicien.
— XIV. — Réponse à une lettre de Manichée. — Lettre à Glorius, etc. — Conférence avec Fortunius à Tubursum.
— XV. — Zèle de saint Augustin pour la prédication. — Conduite des évèques vis-à-vis du polythéisme. — Les quatre livres de l’Accord des Evangélisles. — Le livre des Choses qu’on ne voit pas. — Le Livre sur la Manière de catéchiser les ignorants. — Sur le Travail des Moines.
— XVI. — Trois livres contre la lettre de Parménien. — Les sept livres du Baptème contre les Donatistes.
— XVII. — Les trente-trois livres contre Fauste le Manichéen. — Les Confessions.
— XVIII. — Crispinus de Calame. — Concile de Carthage en 401. — Les livres sur le Mariage et sur la Virginité. — Les trois livres contre Pétilien. — Le livre de l’unité de l’Eglise. — Dangers que court saint Augustin avec les Circoncellions. — Pammachius.
— XIX. — Les deux conférences de saint Augustin avec Félix le Manichéen.

— XX. — Le livre de la Nature du bien, contre les Manichéens. — Le livre contre Sécondinus.
— XXI. — Dispute de saint Augustin avec saint Jérôme.
— XXII. — Continuation du même sujet.
— XXIII. — Cruautés des Donatistes et bienveillante intervention de saint Augustin. — Les quatre livres contre Cresconius. — Emeute païenne contre les chrétiens de Calame. — Description de Calame.
— XXIV. — Lettre à Vincent le Rogatiste — Des peines temporelles portées contre les hérétiques.
— XXV. — Saint Paulin et Thérasie. — Inquiétudes de saint Augustin sur les législations pénales. — Son intervention en faveur des Donatistes. — Nouvelles instances de Nectarius de Calame et réponse de l’évêque d’Hippone. — Tendre admiration de Sévère, évèque de Milève. — Les invasions des Barbares. — Dioscore et saint Augustin. — Les païens de Madaure. — Longinien.
— XXVI. — Le livre sur le Baptème unique. — Consentius. — Saint Paulin. — Attale. — Lettre de saint Augustin à son clergé et à son peuple. — Retentissement en Afrique de la prise de Rome par Alaric. — Sermon de saint Augustin. — Affaire de Pinien à Hippone.
— XXVII. — Carthage et ses ruines. — La Conférence de Carthage entre les Catholiques et les Donatistes. — Résumé des actes de la conférence par saint Augustin.
— XXVIII. — Consolations à Proba. — Histoire de Firmus. — Le livre sur le Don prophétique des démons. — Lettres à Volusien et à Marcellin. — Intercession de saint Augustin en faveur des Donatistes.
— XXIX. — Commencements du pélagianisme. — Pélage et Célestius. — Concile de Carthage en 412. — Le Traité des mérites et de la rémission des péchés, et la Lettre sur le Baptème des enfants.
— XXX. — Réponse aux cinq questions posées par Honoré de Carthage. — Humilité de saint Augustin. — Voyage de saint Augustin à Constantine. — Peinture de cette ville.
— XXXI. — Les mœurs et les habitudes de saint Augustin.
— XXXII. — Considérations. — Le livre de l’Esprit et de la Lettre.
— XXXIII. — Lettre à Pauline sur la vision de Dieu. — Lettre à Fortunatien. — Le livre de la foi et des œuvres. — Mort de Marcellin.
— XXXIV. — Lettre à saint Paulin de Nole. — Démétriade fait vœu de virginité. — Le livre à Juliana sur le veuvage. — Correspondance avec Macédonius, Hilaire, Evode, saint Jérôme.
— XXXV. — Du livre de la Nature et de la Grâce. — Du livre de la perfection de la justice de l’homme. — Lettre à Maxime de Ténès. — Les douze livres sur le sens littéral de la Genèse. — Explication des psaumes.
— XXXVI. — Conciles contre les Pélagiens et décrets d’Innocent 1er — Les quinze livres sur la Trinité. — Les cent vingt-quatre traités sur l’Evangile de saint Jean, et les traités sur la première Epitre de cet apôtre.
— XXXVII. — Lettre de saint Augustin à Boniface. — Lettre à saint Paulin, à Dardanus, préfet des Gaules. — Diverses opinions sur Dardanus. — Lettre à Juliana sur le livre à Démétriade. — Lettre à Pierre et à Abraham.
— XXXVIII. — Le pape Zozime et les Pélagiens. — Persévérance des évèques d’Afrique. — Les deux conciles de Carthage. — Condamnation des Pélagiens dans l’univers catholique.
— XXXIX. — Utilité des hérésies. — Les livres de la Grâce de Jésus-Christ et du Péché originel.
— XL. — Césarée, aujourd’hui Cherchell. — Conférence de saint Augustin avec Emerite, évèque donatiste de Césarée. — Abolition d’une sanglante coutume de cette ville à la suite d’un discours de saint Augustin. — Traits de mœurs de la société de cette époque.
— XLI. — Les sermons de saint Augustin.
— XLII. — Continuation du même sujet.
— XLII. — Lettre au comte Boniface sur les devoirs des hommes de guerre. — Lettres à Optat sur l’origine de l’âme ; au prêtre Sixte sur la question pélagienne ; au diacre Célestin ; à Mercator ; à Asellicus. — Lettres à Hésichius sur la fin du monde.
— XLIV. — L’affaire d’Apiarius. — Les deux livres des Noces et de la Concupiscence. — Julien. — Des mariages adultères. — Les quatre livres sur l’âme et son origine.
— XLV. — Autorité de saint Augustin établie par les plus illustres témoignages. — Les sept livres des Locutions et les sept livres des Questions sur les sept premiers livres de l’Ecriture. — Les quatre livres contre les deux Epitres des Pélagiens. — Contre Gaudentius et contre le mensonge. — Lettre à Optat. — Contre l’adversaire de la loi et des prophètes. — Durée et transformation diverses du manichéisme.
— XLVI. — Les six livres contre Julien. — Manuel à Lorentius. — Du soin pour les morts.
— XLVII. — Les chrétiens de Fussale. — Affaire d’Antoine de Fussale. — La règle de saint Augustin.
— XLVIII. — Les reliques de saint Etienne à Hippone. — Histoire de Paul et de Palladie. — Election d’Eraclius, successeur de S. Augustin.
— XLIX. — Les livres de la doctrine chrétienne.
— L. — La Cité de Dieu.
— LI. — Les moines d’Adrumet. ( — Le livre de la Grâce et du Libre Arbitre. — Un mot sur Luther, Calvin et Jansénius. — Lettre de Valentin à saint Augustin. — Le livre de la Correction et de la Grâce. — Rétractation du moine Leporius.
— LII. — Le comte Boniface, trahi par Aétius, appelle à son secours les Vandales pour le défendre contre les forces de l’empire romain. — Lettre de saint Augustin au comte Boniface. — Ses écrits contre les Ariens.
— LIII. — La révision des ouvrages de saint Augustin. — Le livre des Hérésies, à Quodvultdeus. — Les lettres de saint Prosper et d’Hilaire et les semi-pélagiens des Gaules. — Les deux livres de la Prédestination des saints et du Don de la persévérance.
— LIV. — Réconciliation du comte Boniface avec l’impératrice Placidie. — Correspondance de saint Augustin avec Darius. — Lettre à Honoré sur les devoirs des prêtres dans les calamités publiques. — Peinture de la dévastation de l’Afrique par les Vandales. — L’ouvrage imparfait contre Julien. — Mort de saint Augustin.

— LV. — Hommage rendu à saint Augustin par Théodose le Jeune. — Boniface ; sa fin. — Levée du siège d’Hippone ; évacuation et ruine de cette ville. — Comment Salvien expliquait l’invasion des Vandales. — Bélisaire et la fin de la domination des Vandales en Afrique. — Un mot sur la chute rapide de l’Eglise d’Afrique. — Les reliques de saint Augustin. — Dernière appréciation de saint Augustin.


LES RÉTRACTATIONS.
TRADUCTION DE M. DE RIANCEY.



Préface.
LIVRE PREMIER.
Chapitre premier. — Contre les Académiciens. — Trois livres
— II. — De la Vie bienheureuse. — Un livre.
— III. — De l’Ordre. — Deux livres.
— IV. — Les deux livres des Soliloques.
— V. — De l’immortalité de l’âme. — Un livre.
— VI. — Livres des arts libéraux.
— VII. — Des mœurs de l’Eglise catholique et des mœurs des Manichéens. — Deux livres.
— VIII. — De la grandeur de l’âme.
— IX. — Du Libre Arbitre. — Trois livres.
— X. — De la Genèse contre les Manichéens. — Deux livres.
— XI. — Les six livres de la musique.
— XII. — Du Maître. — Un livre.
— XIII. — De la vraie religion. — Un livre.
— XIV. — De l’utilité de la Foi. — Un livre à Honorat.
— XV. — Des deux âmes. — Contre les Manichéens. — Un livre.
— XVI. — Actes contre Fortunat, manichéen. — Un livre.
— XVII. — De la Foi et du Symbole. — Un livre.
— XVIII. — Commentaire littéral sur la Genèse. — Un livre incomplet.
— XIX. — Du sermon sur la montagne. — Deux livres.
— XX. — Cantique contre le parti de Donat.
— XXI. — Contre la lettre de l’hérétique Donat. — Un livre.
— XXII. — Contre Adimante, disciple de Manès. — Un livre.
— XXIII. — Exposition de quelques propositions tirées de l’Epitre de saint Paul aux Romains.
— XXIV. — Exposition de l’Epitre aux Galates. — Un livre.
— XXV. — Exposition commencée de l’Epitre aux Romains. — Un livre.
— XXVI. — De quatre-vingt-trois questions diverses. — Un livre.
— XXVII. — Sur le Mensonge. — Un livre.


LIVRE SECOND.
Chapitre premier. — Les deux livres à Simplicien.
— II. — Contre la lettre appelée du fondement. — Un livre.
— III. — Du combat chrétien. — Un livre
— IV. — De la doctrine chrétienne. — Quatre livres.
— V. — Contre le parti donatiste. — Deux livres.
— VI. — Les treize livres des Confessions.
— VII. — Contre Faustus, manichéen. — Trente-trois livres.
— VIII. — Contre Félix, manichéen. — Deux livres.
— IX. — De la nature du bien. — Un livre.
— X. — Contre Sécondinus, manichéen. — Un livre.
— XI. — Contre Hilaire. — Un livre.
— XII. — Questions évangéliques. — Deux livres.
— XIII. — Annotations au livre de Job. — Un livre.
— XIV. Le catéchisme des ignorants. — Un livre.
— XV. — De la Trinité. — Quinze livres.
— XVI. — De la concorde des Evangélistes. — Quatre livres.
— XVII. — Contre la lettre de Parménien. — Trois livres.
— XVIII. — Du Baptème. — Sept livres.
— XIX. — Contre les écrits donatistes apportés par Centurius. — Un livre.
— XX. — Sur les demandes de Janvier. — Deux livres.
— XXI. — Du travail des moines. — Un livre.
— XXII. — Du bien conjugal. — Un livre.
— XXIII. — De la sainte virginité. — Un livre.
— XXIV. — De la Genèse au sens littéral. — Douze livres.
— XXV. — Contre les lettres de Pétilien. — Trois livres.
— XXVI. — A Cresconius, grammairien du parti de Donat. — Quatre livres.
— XXVII. Preuves et témoignages contre les Donatistes. — Un livre.
— XXVIII. — Contre un donatiste inconnu. — Un livre.
— XXIX. — Avertissement aux Donatistes, sur les Maximianistes. — Un livre.
— XXX. — De la divination des démons. — Un livre.
— XXXI. — Exposition des six questions contre les païens.
— XXXII. — Exposition de l’épitre de saint Jacques aux douze tribus.
— XXXIII. — Des peines et de la rémission des péchés, ainsi que du baptème des petits enfants. — Trois livres à Marcellin.
— XXXIV. — D’un seul baptèême, à Constantin contre Pétilien. — Un livre.
— XXXV. — Des Maximianistes contre les Donatistes. — Un livre.
— XXVI. — De la grâce du Nouveau Testament à Honorat. — Un livre.
— XXXVII. — De l’esprit et de la lettre, à Marcellin. — Un livre.
— XXXVIII. — De la foi et des œuvres. — Un livre.
— XXIX. — Abrégé de la conférence avec les Donatistes. — Trois livres.
— XL. — Contre les Donatistes, après la conférence. — Un livre.
— XLI. — De la vue de Dieu. — Un livre.
— XLII. — De la nature et de la grâce. — Un livre.
— XLIII. — De la cité de Dieu. — Vingt-deux livres.
— XLIV. — A Orose, contre les Priscillianistes et les Origénistes. — Un livre.
— XLV. — Deux livres à Jérôme, prêtre, l’un sur l’origine de l’âme, l’autre sur un passage de saint Jacques.
— XLVI. — A Emérite, évêqne des Donatiste, après notre conférence. — Un livre.
— XLVII. — Des actes du procès de Pélage. — Un livre.
— XLVIII. — Du châtiment des Donatistes. — Un livre.
— XLIX. — De la présence de Dieu ; à Dardanus. — Un livre.
— L. — Contre Pélage et Céleste, sur la grâce de Jésus-Christ et sur le péché originel, à Albina, Pinianus et Mélanie. — Deux livres.
— LI. — Actes de la conférence avec Emérite, donatiste. — Un livre.
— LII. — Contre le discours des Ariens. — Un livre.
— LIII. — Du mariage et de la concupiscence, au comte Valère. — Deux livres.
— LIV. — Sept livres de locutions.
— LV. — Sept livres de questions.
— LVI. — De l’âme et de son origine. — Quatre livres.
— LVII. — A Pollentius, sur les mariages adultères. — Deux livres.
— LVIII. — Contre un adversaire de la loi et des prophètes — Deux livres.
— LIX. — Contre Gaudence, évèque des Donatistes. — Deux livres.
— LX. — Contre le mensonge. — Un livre.
— LXI. — Contre deux lettres des Pélagiens. — Quatre livres.
— LXII. — Six livres contre Julien.
— LXIII. — A Laurentius, sur la foi, l’espérance et la charité. — Un livre.
— LXIV. — A l’évêque Paulin, du soin à prendre des morts. — Un livre.
— LXV. — Des huit questions de Dulcitius. — Un livre.
— LXVI. — A Valentin et à ses moines, sur la grâce et le libre arbitre. — Un livre.
— LXVII. — Aux mêmes, sur la réprimande et la grâce. — Un livre.




TRADUCTION DE M. MOREAU.


Chapitre premier. — Grandeur de Dieu.
— II. — Dieu est en l’homme ; l’homme est en Dieu.
— III. — Dieu est tout entier partout.
— IV. — Grandeur ineffable de Dieu.
— V. — « Dites à mon âme : Je suis ton salut. »
— VI. — Enfance de l’homme ; Eternité de Dieu.
— VII. — L’enfant est pécheur.
— VIII. — Comment il apprend à parler.
— IX. — Aversion pour l’étude ; horreur des châtiments.
— X. — Amour du jeu.
— XI. — Malade, il demande le baptème.
— XII. — Dieu tournait à son profit l’imprévoyance même qui dirigeait ses études.
— XIII. — Vanité des fictions poétiques qu’il aimait.
— XIV. — Son aversion pour la langue grecque.
— XV. — Prière.
— XVI. — Contre les fables impudiques.
— XVII. — Vanité de ses études.
— XVIII. — Hommes plus fidèles aux lois de la Grammaire qu’aux Commandements de Dieu.
— XIX. — Fautes des enfants ; vices des hommes.
— XX. — Il rend grâces à Dieu des dons qu’il a reçus de lui dans son enfance.


Chapitre premier. — Désordres de sa jeunesse.
— II. — Ses débauches à seiz ans.
— III. — Vices de son éducation.
— IV. — Larcin.
— V. — On ne fait point le mal sans intérêt.
— VI. — Il se trouve dans les pêchés une imitation fausse des perfections divines.
— VII. — Actions de grâce.
— VIII. — Ce qu’il avait aimé dans ce larcin.
— IX. — Liaisons funestes.
— X. — Elan vers Dieu.
LIVRE III.
Chapitre premier. — Amour impurs.
— II. — Théâtres.
— III. — Insolence de la jeunesse de Carthage.
— IV. — Il se passionne pour la sagesse, à la lecture de l’Hortensius de Cicéron.
— V. — Son mépris pour l’Ecriture.
— VI. — Il tombe dans l’erreur des Manichéens.
— VII. — Folie des Manichéens.
— VIII. — Ce que Dieu commande devient permis.
— IX. — Dieu juge autrement que les hommes.
— X. — Folie des Manichéens.
— XI. — Prières et larmes de sa mère.
— XII. — Parole prophétique d’un évêque.


LIVRE IV.
Chapitre premier. Neuf années d’erreur.
— II. — Il enseigne la rhétorique ; son commerce illégitime avec une femme ; il rejette les offres d’un devin.
— III. — Sa passion pour l’astrologie.
— IV. — Mort d’un ami.
— V. — Pourquoi les larmes sont-elles douces aux affligés ?
— VI. Violence de sa douleur.
— VII. — Il quitte Thagaste.
— VII. — Sa douleur diminue avec le temps.
— IX. — L’amitié n’est vraie qu’en Dieu.
— X. — L’âme ne peut trouver son repos dans les créatures.
— XI. — Les créatures changent ; Dieu seul est immuable.
— XII. — Les âmes trouvent en Dieu le repos et l’immutabilité.
— XIII. — D’où procède l’amour. Livre qu’il avait écrit sur la beauté et la convenance.
— XIV. — Il avait dédié ce livre à l’orateur Hiérius. Estime pour les absents ; d’où vient-elle ?
— XV. — Son esprit, obscurci par les images sensibles, ne pouvait concevoir les substances spirituelles.
— XVI. — Génie de saint Augustin.


LIVRE V.
Chapitre premier. — « Que mon âme vous loue, Seigneur, pour vous aimer ! »
— II. — Où fuit l’impie en fuyant Dieu ?
— III. — Faustus. Aveuglement des philosophes.
— IV. — Malheur à la science qui ignore Dieu !
— V. — Folie de Manès.
— VI. — Eloquence de Faustus et son ignorance.
— VII. — Il se dégoûte des dorlrines manichéennes.
— VIII. — Il va à Rome malgré sa mère.
— IX. — Il tombe malade ; prières de sa mère.
— X. — Il s’éloigne du manichéisme dont il retient encore plus d’une erreur.
— XI. — Ridicules réponses des Manichéens.
— XII. — Déloyauté de la jeunesse romaine.
— XIII. — Il se rend à Milan pour enseigner la rhétorique. Saint Ambroice.
— XIV. — Il rompt avec les Manichéens et demeure catéchumène dans l’Eglise.


LIVRE VI.
Chapitre premier. — Sainte Monique suit son fils à Milan.
— II. — Elle se rend à la défense de saint Ambroise.
— III. — Occupations de saint Ambroise.
— IV. — Assiduité d’Augustin aux sermons de saint Ambroise.
— V. — Nécessité de croire ce que l’on ne comprend pas encore.
— VI. — Misère de l’ambition.
— VII. — Son ami Alypius.
— VIII. — Alypius entraîné aux sanglants spectacles du cirque.
— IX. — Alypius soupçonné d’un larcin.
— X. — Intégrité d’Alypius. Ardeur de Nébridius à la recherche de la vérité.
— XI. — Vives perplexités d’Augustin.
— XII. — Ses entretiens avec Alypius sur le mariage et le célibat.
— XIII. — Sa mère n’obtient de Dieu aucune révélation sur le mariage de son fils.
— XIV. — Projet de vie en commun avec ses amis.
— XV. — La femme qu’il entretenait étant retournée en Afrique, il en prend une autre.
— XVI. — Sa crainte de la mort et du jugement.


LIVRE VII.
Chapitre premier. — Il ne pouvait concevoir Dieu que comme une substance infiniment étendue.
— II. — Objection de Nébridius contre les Manichéens.
— III. — Peine qu’il éprouve à concevoir l’origine du mal.
— IV. — Dieu étant le souverain bien, est nécessairement incorruptible.
— V. — Ses doutes sur l’origine du mal.
— VI. — Vaines prédictions des astrologues.
— VII. — Tourments de son esprit dans la recherche de l’origine du mal.
— VIII. — Dieu entretenait son inquiétude jusqu’à ce qu’il connût la vérité.
— IX. — Il avait trouvé la Divinité du Verbe dans les livres des Platoniciens, mais non pas l’humilité de son incarnation.
— X. — Il découvre que Dieu est la lumière immuable.
— XI. — Les créatures sont et ne sont pas.
— XII. — Toute substance est bonne d’origine.

— XIII. — Toutes les créatures louent Dieu.
— XIV. — Il s’éveille enfin à la vraie connaissance de Dieu.
— XV. — Toutes choses participent de la vérité et de la bonté de Dieu.
— XVI. — Ce que c’est que le péché.
— XVII. — Par quels degrés il s’élève à la connaissance de Dieu.
— XVIII. — Jésus-Christ seul est la voie du salut.
— XIX. — Il prenait Jésus-Christ pour un homme d’éminente sagesse.
— XX. — Les livres des Platoniciens l’avaient rendu plus savant, mais plus vain.
— XXI. — Il trouve dans l’Ecriture l’humilité et la vraie voie du salut.


LIVRE VIII.
Chapitre premier. — Augustin va trouver le vieillard Siinplicianus.
— II. — Simplicianus lui raconte la conversion de Victorinus-le-Rhéteur.
— III. — D’où vient que l’on ressent tant de joie de la conversion des pécheurs.
— IV. — Pourquoi les conversions célèbres doivent inspirer une joie plus vive.
— V. — Tyrannie de l’habitude.
— VI. — Récit de Potitianus.
— VII. — Agitation de son âme pendant le récit de Potitianus.
— VIII. — Lutte intérieure.
— IX. — L’esprit commande au corps ; il est obéi : l’esprit se commande, et il se résiste !
— X. — Deux volontés ; un seul esprit.
— XI. — Derniers combats.
— XII. — Prends, lis ! Prends, lis !


LIVRE IX.
Chapitre premier. — Actions de grâces.
— II. — Il renonce à sa profession.
— III. — Sainte mort de ses amis Nébridius et Vérécundus.
— IV. — Son enthousiasme à la lecture des Psaumes.
— V. — Il consulte saint Ambroise.
— VI. — Il reçoit le baptême avec Alypius, son ami, et Adéodatus, son fils. Génie de cet enfant. Sa mort.
— VII. — Découverte des corps de saint Gervais et de saint Protais.
— VIII. — Mort de sainte Monique. Son éducation.
— IX. — Vertus de sainte Monique.
— X. — Entretien de sainte Monique avec son fils sur le bonheur de la vie éternelle.
— XI. — Dernières paroles de sainte Monique.
— XII. — Douleur de saint Augustin.
— XIII. — Il prie pour sa mère.


LIVRE X.
Chapitre premier. — Elévation.
— II. — Confession du cœur.
— III. — Pourquoi il confesse ce que la grâce a fait de lui.
— IV. — Quel fruit il espère de cette confession.
— V. — L’homme ne se connaît pas entièrement lui-même.
— VI. — Ce qu’il sait avec certitude, c’est qu’il aime Dieu.
— VII. — Dieu ne peut être connu par les sens.
— VIII. — De la Mémoire.
— IX. — Mémoire des sciences.
— X. — Les sciences n’entrent pas dans la mémoire par les sens.
— XI. — Acquérir la science, c’est rassembler les notions dispersées dans l’esprit.
— XII. — Mémoire des mathématiques.
— XIII. — Mémoire des opérations de l’esprit.
— XIV. — Mémoire des affections de l’âme.
— XV. — Comment les réalités absentes se représentent à la mémoire.
— XVI. — La mémoire se souvient de l’oubli.
— XVII. — Dieu est au delà de la mémoire.
— XVIII. — Il faut conserver la mémoire d’un objet perdu pour le retrouver.
— XIX. — Comment la mémoire retrouve un objet oublié.
— XX. — Chercher Dieu, c’est chercher la vie heureuse.
— XXI. — Comment l’idée de la béatitude peut être dans la mémoire.
— XXII. — Dieu unique joie du cœur.
— XXIII. — Amour naturel des hommes pour la vérité ; ils ne la haïssent que lorsqu’elle contrarie leurs passions.
— XXIV. — Dieu se trouve dans la mémoire.
— XXV. — Dans quelle partie de la mémoire trouvons-nous Dieu ?
— XXVI. — Dieu est la vérité que les hommes consultent.
— XXVII. — Ravissement de cœur devant Dieu.
— XXVIII. — Misère de cette vie.
— XXIX. — La grâce de Dieu est notre seul appui.
— XXX. — Triple tentation de la volupté, de la curiosité et de l’orgueil.
— XXXI. — De la volupté dans les aliments.
— XXXII. — Plaisir de l’odorat.
— XXXIII. — Plaisir de l’ouïe. Du chant de l’Eglise.
— XXXIV. — Volupté des yeux.
— XXXV. — Curiosité.
— XXXVI. Orgueil.
— XXXVII. — Disposition de son âme touchant le blâme et la louange.
— XXXVIII. — Vaine gloire, poison subtil.
— XXXIX. — Complaisance en soi-même.
— XL. — Coup d’œil sur tout ce qu’il a dit.
— XLI. — Ce qui le rejetait loin de Dieu.
— XLII. — Egarement des superbes qui ont eu recours aux anges déchus comme médiateurs entre Dieu et les hommes.
— XLIII. — Jésus-Christ, seul médiateur.


LIVRE XI.
Chapitre premier. — La confession de nos misères dilate notre amour.
— II. — Il demande à Dieu l’intelligence des Ecritures.
— III — Il implore la Vérité qui a parlé par Moise.
— IV. — Le ciel et la terre nous crient qu’ils ont été créés.
— V. — L’univers créé de rien.
— VI. — Comment Dieu a parlé.
— VII. — Le Verbe divin, Fils de Dieu, coéternel au Père.
— VIII. — Le Verbe éternel est notre unique Maître.
— IX. — Le Verbe parle à notre cœur.
— X. — La volonté de Dieu n’a pas de commencement.
— XI. — Le temps ne saurait être la mesure de l’éternité.
— XII. — Ce que Dieu faisait avant la création du monde.
— XIII. — Point de temps avant la création.
— XIV. — Qu’est-ce que le temps ?
— XV. — Quelle est la mesure du temps ?
— XVI. — Comment se mesure le temps ?
— XVII. — Où est le passé ? où est l’avenir ?
— XVIII. — Comment le passé et l’avenir sont présents.
— XIX. — De la prescience de l’avenir.
— XX. — Quels noms donner aux différrences des temps ?
— XXI. — Comment mesurer le temps ?
— XXII. — Il demande à Dieu la connaissance de ce ce mystère.
— XXIII. — Nature du temps.
— XXIV. — Le temps est-il la mesure du mouvement ?
— XXV. « Allumez ma lampe, Seigneur ; éclairez mes ténèbres ! »
— XXVI. — Le temps n’est pas la mesure du temps.
— XXVII. — Comment nous mesurons le temps.
— XXVIII. — L’esprit est la mesure du temps.
— XXIX. — De l’union avec Dieu.
— XXX. — Point de temps sans œuvre.
— XXXI. — Dieu connaît autrement que les hommes.


LIVRE XII.
Chapitre premier. — La recherche de la vérité est pénible.
— II. — Deux sortes de cieux.
— III. — Des ténèbres répandues sur la surface de l’abime.
— IV. — Matière primitive.
— V. — Sa nature.
— VI. — Comment il faut la concevoir.
— VII. — Le ciel est plus excellent que la terre.
— VIII. — Matière primitive faite de rien.
— IX. — Le ciel du ciel.
— X. — Invocation.
— XI. — Ce que Dieu lui a enseigné.
— XII. — Deux ordres de créatures.
— XIII. — Créatures spirituelles ; matière informe.
— XIV. — Profondeur des Ecriture.
— XV. — Vérités constantes, malgré la diversité des interprétations.
— XVI. — Contre les contradicteurs de la vérité.
— XVII. — Ce que l’on doit entendre par le ciel et la terre.
— XVIII. — On peut donner plusieurs sens à l’Ecriture.
— XIX. — Vérités incontestables.
— XX. — Interprétations diverses des premières paroles de la Genèse.
— XXI. — Explications différentes de ces mots : « La terre était invisible. »
— XXII. — Plusieurs créations de Dieu passées sous silence.
— XXIII. — Deux espèces de doutes dans l’interprétation de l’Ecriture.
— XXIV. — Difficulté de déterminer le vrai sens de Moïse entre plusieurs également vrais.
— XXV. — Contre ceux qui cherchent à faire prévaloir leur sentiment.
— XXVI. — Il est digne de l’Ecriture de renfermer plusieurs sens sous les mêmes paroles.
— XXVII — Abondance de l’Ecriture.
— XXVIII — Des divers sens qu’elle peut recevoir.
— XXIX. — De combien de manières une chose peut être avant une autre.
— XXX. — L’Ecriture veut être interprétée en esprit de charité.
— XXXI. — Moïse a pu entendre tous les sens véritables qui peuvent se donner à ses paroles.
— XXXII. — Tous les sens véritables prévus par le Saint-Esprit.


LIVRE XIII.
Chapitre premier. — Invocation. Gratuite munificence de Dieu.
— II. — Toute créature tient l’être de la pure bonté de Dieu.
— III. — Tout procède de la grâce de Dieu.
— IV. — Dieu n’avait pas besoin des créatures.
— V. — De la Trinité.
— VI. — Comment l’Esprit de Dieu était porté au-dessus des eaux.
— VII. — Effets du Saint-Esprit.
— VIII. — L’union avec Dieu, unique félicité des êtres intelligents.
— IX. — Pourquoi il est dit, seulement du Saint-Esprit, qu’il était porté sur les eaux.
— X. — Bonheur des pures intelligences.
— XI. Image de la Trinité dans l’homme.
— XII. — Dieu procède dans l’institution de l’Eglise comme dans la création du monde.
— XIII. — Notre renouvellement n’est jamais parfait en cette vie.
— XIV. — L’âme est soutenue par la foi et l’espérance.
— XV. L’Ecriture sainte comparée au firmament, et les anges aux eaux supérieures.
— XVI. Nul ne connaît Dieu comme Dieu se connaît lui-même.
— XVII. Comment on peut entendre la création de la mer et de la terre ?

— XVIII. Les justes peuvent être comparés aux astres.
— XIX. Voie de la perfection.
— XX. Sens mystique de ces paroles : « Que les eaux produisent les reptiles et les oiseaux. »
— XXI. Interprétation mystique des animaux terrestres.
— XXII. Vie de l’âme renouvelée.
— XXIII. De quoi l’homme spirituel peut juger.
— XXIV. Pourquoi Dieu a béni l’homme, les poissons et les oiseaux.
— XXV. Les fruits de la terre figurent les œuvres de piété.
— XXVI. — Le fruit des œuvres de miséricorde est dans la bonne volonté.
— XXVII. — Signification des poissons et des baleines.
— XXVIII. — Pourquoi Dieu dit que ses œuvres étaient très-bonnes.
— XXIX. — Comment Dieu a vu huit fois que ses œuvres étaient bonnes.
— XXX. — Rêveries manichéennes.
— XXXI. — Le fidèle voit par l’Esprit de Dieu, et Dieu voit en lui que ses œuvres sont bonnes.
— XXXII. — Vue de la création.
— XXXIII. — Dieu a créé le monde d’une matière créée par lui au même temps.
— XXXIV. — Sens mystique de la création.
— XXXV. — « Seigneur, donnez-nous votre paix. »
— XXXVI. — Le septième jour n’a pas eu de soir.
— XXXVII. — Comment Dieu se repose en nous.
— XXXVIII. — Différence entre la connaissance de Dieu et celle des hommes.


LES LETTRES.
TRADUCTION DE M. POUJOULAT.



PREMIÈRE SÉRIE. — LETTRES ÉCRITES AVANT L’ÉPISCOPAT.
Lettre I. — Augustin à Hermogénien. — Il s’agit des philosophes désignés sous le nom d’Académiciens ; saint Augustin s’est occupé d’eux dans un de ses ouvrages ; il demande à son ami Hermogénien ce qu’il pense de ce qu’il en a dit.
— II. Augustin à Zénobe. — Saint Augustin adresse à son ami Zénobe quelques mots de philosophie et d’amitié. Il avait commencé avec lui une discussion philosophique qu’il avait fallu interrompre. Il lui exprime le désir de reprendre d’aussi utiles entretiens.
— III. Augustin à Nébride. — Saint Augustin parle à son ami Nébride de la vie heureuse et de ce qui fait le vrai bonheur.
— IV. Augustin à Nébride. — Saint Augustin parle à Nébride de ses progrès de solitaire dans la contemplation des choses éternelles.
— V. Nébride à Augustin. — Nébride déplore que les affaires des gens de Thagaste détournent trop souvent saint Augustin dans la contemplation.
— VI. Nébride à Augustin. — Nébride admire les lettres de saint Augustin. Il pose des questions sur la mémoire et l’imagination.
— VII. Augustin à Nébride. — Saint Augustin examine les deux questions proposées par Nébride.
— VIII. Nébride à Augustin. — Nébride demande à saint Augustin comment les puissances célestes peuvent nous envoyer, pendant le sommeil, des visions et des songes.
— IX. Augustin à Nébride. — Saint Augustin répond à Nébride sur les questions précédentes.
— X. Augustin à Nébride. — Saint Augustin répond à son ami qui l’accusait affectueusement de ne pas songer aux moyens de vivre ensemble.
— XI. Augustin à Nébride. — Saint Augustin répond à son ami qui lui avait demandé pourquoi le Fils de Dieu s’est seul fait homme, tandis que les trois personnes divines sont inséparables.
— XII. Augustin à Nébride. — Saint Augustin revient à la question précédemment traitée.
— XIII. Augustin à Nébride. — Sur la question de savoir si quelque chose de corporel n’appartiendrait pas à l’âme.
— XIV. Augustin à Nébride. — Réponse à d’autres questions de Nébride. Belles pensées de saint Augustin sur le Christ et la création.
— XV. Augustin à Romanien. — Saint Augustin annonce à son ami Romanien son livre sur la Vraie Religion et l’exhorte à élever son âme au-dessus des biens temporels.
— XVI. Maxime de Madaure à Augustin. — Maxime de Madaure, qui était païen, défend le polythéisme, se moque de certains noms puniques, devenus des noms de saints, et adresse des reproches aux chrétiens et à leurs mystères.
— XVII. Augustin à Maxime de Madaure. — Saint Augustin mêle à de fines raillevies d’utiles leçons.
— XVII. Augustin à Cétestin. — Trois genres de natures.
— XIX. Augustin à Gaïus. — Saint Augustin envoie ses ouvrages à Gaïus qui n’était pas encore chrétien : il exprime l’espoir de le voir enfant de l’Eglise.
— XX. Augustin à Antonin. — Vœux exprimés pour qu’une même foi unisse une même famille. — Belles idées sur l’estime affectueuse qu’on témoigne à ceux qu’on croit gens de bien.
— XXI. Le prêtre Augustin à l’évêque Valère. — Saint Augustin ordonné prêtre malgré ses résistances, supplie le vieux Valère, évêque d’Hippone, de lui accorder un certain temps pour se préparer au saint ministère.
— XXII. Augustin, prêtre à Aurèle, évêque de Carthage. — Saint Augustin déplore des usages grossiers et coupables, sous apparence de religion, dans les cimetières et sur les tombeaux des martyrs.
— XXIII. Augustin, prêtre catholique, à Maximin, évêque donatiste. — Saint Augustin demande des explications à l’évêque Maximin qu’on accusait d’avoir rebaptisé un diacre catholique.
— XXIV. Paulin et Thérasie à l’évêque Alype. — Saint Paulin de Nôle parle de sa vie et demande à saint Alype lui-même l’histoire de sa vie et comment il est arrivé au christianisme.
— XIV. Paulin et Thérasie à Augustin. — Saint Paulin parle avec admiration d’un ouvrage de saint Augustin que saint Alype lui avait envoyé.
— XXVI. Augustin à Licentius. — Saint Augustin exhorte au mépris du monde son jeune ami Licentius.
— XXVII. Augustin à Paulin. — Saint Augustin loue saint Paulin ; il lui parle de quelques uns ses meilleurs amis et parle de lui-même avec humilité.
— XXVIII. Augustin à Saint Jérôme. — Sur une nouvelle version des saintes Ecritures après les Septante. Le passage de l’Epitre aux Galates ; le mensonge officieux.
— XXIX. Augustin à Alype, évêque de Thagaste. Cette lettre renferme l’intéressant récit des efforts heureux de saint Augustin pour faire cesser les festins désordonnés qui se mêlaient à la célébration de la fête des saints.
— XXX. Paulin et Thérasie à Augustin. — Témoignage de respect et de pieuse affection pour saint Augustin.




FIN DE LA TABLE DES MATIÈRES.