éléments Wikidata

Livre:Bertrand - La religion des Gaulois.djvu

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Bertrand - La religion des Gaulois.djvu
TitreLa religion des Gaulois Voir et modifier les données sur Wikidata
AuteurAlexandre Bertrand Voir et modifier les données sur Wikidata
Maison d’éditionErnest Leroux
Lieu d’éditionParis
Année d’édition1897
BibliothèqueInternet Archive
Fac-similésdjvu
AvancementÀ corriger

Pages

- - - - - - 007 008 009 - 011 -  vii  viii  ix - 001 002 003 004 005 006 007 008 009 010 011 012 013 014 015 016 017 018 019 020 021 022 023 024 025 026 027 028 029 030 031 032 033 034 035 036 037 038 039 040 041 042 043 044 045 046 047 048 049 050 051 052 053 054 055 056 057 058 059 060 061 062 063 064 065 066 067 068 069 070 071 072 073 074 075 076 077 078 079 080 081 082 083 084 085 086 087 088 089 090 091 092 093 094 095 096 097 098 099 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 297 298 299 300 301 302 303 304 305 306 307 308 309 310 311 312 313 314 315 316 317 318 319 320 321 322 323 324 325 326 327 328 329 330 331 332 333 334 335 336 337 338 339 340 341 342 343 344 345 346 347 348 349 350 351 352 353 354 355 356 357 358 359 360 361 362 363 364 365 366 367 368 369 370 371 372 373 374 375 376 377 378 379 380 381 382 383 384 385 386 387 388 389 390 391 392 393 394 395 396 397 398 399 400 401 402 403 404 405 406 407 408 409 410 411 412 413 414 415 416 417 418 419 420 421 422 423 424 425 426 427 428 429 430 431 432 433 434 435 436 437 438 439 440 441 442 443 444 445 446 447 448 449 450 451 452 453 454 455 456 457 458 459 460 461 462 463 464 465 466 467 468 469 470 471 472 473 474 475 476 477 478 479 480 481 482 483 484 485 486 487 488 489 490 491 492 493 494 495 496 497 498 - - - - - -

TABLE DES MATIÈRES


Pages.
Préface 
 vii-xi
INTRODUCTION
Ire Leçon. — Leçon d’ouverture 
 1-15
La religion des Gaulois a traversé trois phases ou périodes distinctes, correspondant à trois groupes sociaux bien caractérisés : le mégalithique, p. 3 ; — le celtique, p. 8 ; — le galatique ou kimrique, p. 11 ; — avant de subir l’influence gréco-romaine à la suite de la conquête. — A chacune de ces périodes la religion a varié, p. 13.
IIe Leçon. — Les sources, la méthode 
 16-24
Difficulté du sujet, p. 16 ; — insuffisance des textes pour résoudre le problème, p. 17. — Nouvelles sources d’information : le Musée des Antiquités nationales et les monuments figurés, p. 18 ; — la Revue des traditions populaires et les légendes, p. 19 ; — les survivances, p. 20. — Questions à résoudre, p. 24.


PREMIÈRE PARTIE
LA GAULE AVANT LES DRUIDES
IIIe Leçon. — Le groupe mégalithique 
 27-41
La distribution des monuments mégalithiques indique un mouvement de migration du nord-est au sud-ouest ; probabilité d’un contact de nos populations primitives avec les nations touraniennes. La civilisation touranienne. Son unité linguistique et religieuse. La magie et les sorciers, p. 28-36. — Les Finnois et les Scythes, p. 38. — Les Hyperboréens, p. 39. — Ouvrages à consulter, p. 41.
IVe Leçon. — Le culte des pierres 
 42-54
Minéraux précieux déposés dans les chambres sépulcrales mégalithiques, p. 45 ; — traces de cérémonies magiques pratiquées dans ces sépultures, p. 45. — Le tumulus de Gavr’Inis et la chiromancie, p. 46. — Le Mané Lud, p. 49. — Le Mané er-H’oeck, p. 52.
IVe Leçon. — Superstitions relatives aux pierres précieuses. — Pierres à bassins. — Pierres trouées 
 53-67
La croyance aux vertus des pierres est une très ancienne tradition. Le Pseudo-Orphée et Pline, p. 57. — Survivances de ces superstitions. Les pierres de foudre, p. 62. — Pierres à cupules, à bassins et à cercles avec fusées : pierres trouées, en Gaule, en Irlande, en Écosse, en Angleterre et en Scandinavie, p. 63 ; — dans l’Inde ; les Mahadeos, p. 64-66.
VIe Leçon. — Les sacrifices humains. 
  
Ces pratiques ne sont point d’origine druidique, mais une survivance du culte chamanique, p. 70. — Les sacrifices humains en Grèce et à Rome, p. 73 ; — témoignages de Platon et de Théophraste p. 76. — L’origine doit en être cherchée chez les Touraniens, p. 80.
VIIe Leçon. — Superstitions et croyances des populations du nord de l’Europe et de l’Asie en rapport avec les superstitions et croyances des Gaulois 
 82-95
Populations de l’Empire russe. — Enquête de 1776, p. 83. — Persistance de rites païens chez ces populations, même après leur conversion au christianisme. — Les keremet, p. 86 ; — croyances à un Dieu suprême et à l’immortalité de l’âme, p. 87 ; — rapprochements avec les croyances des Gaulois, p. 88-89. — Les chamans finnois et sibériens ; un sacrifice humain chez des Tschouktas, p. 91 ; — Le chamanisme chez les Tartares d’après le P. Hue, p. 92 ; un lama médecin et magicien, p. 93.
VIIIe Leçon. — Les influences aryennes 
 95-108
Les influences aryennes succèdent aux influences chamaniques, p. 97 ; — les feux de la Saint-Jean, survivances des vieilles cérémonies solsticiales. — Ovide et les Palilies, p. 98 ; — Ovide ignorait déjà l’origine et le sens de ces cérémonies auxquelles il avait pris part dans son enfance, p. 100. — Importance sociale des fêtes religieuses dans l’antiquité, p. 103. — Le feu sacré en Irlande et en Écosse, p. 105 ; — comment on produisait le feu sacré, p. 107.
IXe Leçon. — Le feu de la Saint-Jean 
 109-121
Exemples remarquables de survivances. — La roue enflammée, la bûche de Noël, bénédiction du feu, p. 111. — L’Église amenée à tolérer, puis à christianiser les cérémonies après les avoir interdites comme diaboliques, p. 112. — Institution de la fête de la Saint-Jean. — Bossuet et le feu ecclésiastique, p. 115. — Les feux de la Saint-Jean dans nos diverses provinces, p. 116 et suiv.
Xe Leçon. — Les herbes de la Saint-Jean 
 127-139
La croyance à leurs vertus se lie aux pratiques de la magie et remonte à la plus haute antiquité ; témoignage de Pline, p. 123 ; — cueillette des herbes de la Saint-Jean à Marseille et dans le Perche, p. 124 ; — la camomille, p. 125 ; — l’armoise, 126 ; — le chiendent, p. 128 ; le lierre terrestre, p. 129 ; — le mille-pertuis ou chasse diable, p. 10 ; — la bardane ou grateron, le samole et le selago, p. 180 ; — l’orchis, p. 131 ; — la verveine, p. 138. — La cueillette du gui, opinion de M. Gaidoz, p. 134. — La cueillette des herbes médicinales dans les lamaseries du Thibet, p. 136.
XIe Leçon. — Le swastika ou croix gammée 
 140-158
Nouvel exemple de survivances. — La croix gammée ou swastika primitivement signe solaire ; son extension dans le monde, p. 142 ; — se montre en Gaule dès le viiie siècle pour le moins dans les stations lacustres de la Savoie et des cimetières du haut Rhin remontant au premier âge du fer, p. 144 ; — sur les bords de la Méditerranée et dans les vallées pyrénéennes aux environs de l’ère chrétienne, p. 145. — Les statues de Vélaux, p. 149. — La pierre de Robernier, p. 152. — Le swastika sur des monnaies gauloises, p. 153 ; — sur des coffrets cinéraires et des fibules d’époque romaine, p. 134 ; — sur des boucles mérovingiennes, p. 156.
XIIe Leçon. — Le swastika (suite) 
 159-172
Le swastika accepté par les chrétiens comme équivalent de la croix. Inscriptions funéraires des catacombes. — Le Diogenes fossor, p. 160. — Le Bon Pasteur et l’ange Gabriel, p. 161 ; — rapprochement avec une peinture de vase grec, id. — Le swastika sur des croix chrétiennes irlandaises, p. 162 ; — se trouve en Asie Mineure et en Grèce dès le xve siècle au moins avant notre ère : 1° à Hissarlik ; 2° à Mycènes, p. 164 ; — puis au viiie siècle à Chypre, p. 165 ; — à Athènes (vases du Dipylon), en Béotie, p. 165-166 ; — en Italie chez les Ombriens et chez les Samnites (viie et iiie siècles av. J.-C), dans l'Italie méridionale (ive siècle av. J.-C.), p. 170-171 ; — sur la poitrine d’Hélios comme sur la poitrine de Buddha (cratère du Musée de Vienne), p. 172.
XIIIe Leçon. — Le swastika (suite) 
 173-184
Le swastika en Scandinavie, p. 174 ; — dans l’Inde sur des monuments buddhiques et jainas des premiers siècles avant et après notre ère, p. 176. — Le swastika associé à la rouelle ou roue solaire, p. 177 ; — en tête des édits du roi buddhiste Piyadasi-Açoka (iiie siècle avant notre ère), p. 178. — Origines des symboles, opinions de Ludwig Müller, Goblet d’Alviella et Salomon Reinach, p. 182.
XIVe Leçon. — Autres signes solaires 
 185-190
Le swastika n’est pas le seul signe solaire dont les traces se retrouvent en Gaule. Les rouelles gauloises sont des amulettes solsticiales, p. 185 ; — la roue solaire dans l’Inde, p. 186 ; — le Jupiter gaulois à la roue, p. 188 ; — la rouelle à six rayons, prototype du chrisme, p. 189.
Pages.
XVe Leçon. — Le culte des eaux 
 191-212
Le culte des fontaines est une survivance de l’époque celtique, p. 192 ; — les divinités des sources thermales ; Greppo, Chabouillet et Charles Robert, p. 193. — Les fontaines saintes, p. 197 ; — dans le département d’Eure-et-Loir, p. 198 ; — dans l’Aisne, p. 203 ; — dans le pays Éduen, p. 205 ; — en Armorique, p. 208, etc. — Le culte des fontaines semble avoir été régularisé par les druides. Les abbés des grandes abbayes ont continué la tradition, p. 210-213.


DEUXIÈME PARTIE
LA GAULE APRÈS LES DRUIDES
XVIe Leçon. — Résumé de la première partie 
 215-227
XVIIe Leçon. — Les symboles religieux sur les monnaies gauloises 
 228-244
L’influence des druides commence à se faire sentir. — Valeur des symboles gravés sur les médailles armoricaines, trop méconnue aujourd’hui. Duchalais, Lambert, Hucher avaient vu plus juste. Il faut reprendre leur tradition, sans tenir compte des exagérations de Fillioux, p. 230 et suiv. — Symboles ayant une signification certaine : le swastika, p. 237; — le triskèle, p. 239 ; — le foudre, p. 241 ; — le signe de l’esse §, p. 242. — Les druides ont dû présider à ce monnayage, p. 243-244.
XVIIIe Leçon. — Les « oppida » du type d’Avaricum 
 245-231
Caractère de ces oppida construits tous sur un même modèle, p. 246 ; — oppidum de Murcens, p. 248 ; — statistique avec carte des oppida de ce type, p. 249. — Une école d’architectes devait exister à cette époque dans les communautés druidiques, p. 250.
XIXe Leçon. — Les druides 
 252-276
Les druides d’après les textes. Du peu de valeur des renseignements donnés par César touchant les dieux gaulois, p. 255. — Origine et organisation des druides, p. 256 ; — leur enseignement, p. 262 ; — leur doctrine, p. 265. — Dis pater et Ésus, p. 267. — L’éternité des âmes, p. 270. — Rôle politique des druides, 273 ; — leur disparition de Gaule, p. 274.
XXe Leçon. — L’Irlande druidique 
 277-296
L’Irlande est restée en grande partie druidique, même après son entière conversion au christianisme, p. 178 ; — la constitution politique et les lois civiles, œuvre des druides, n’ont reçu que des modifications légères, p. 280. — Le Senchus-mor, les lois des Brehous (Ollamhs, c’est-à-dire druides de second rang), est resté la loi du pays jusqu’au xiiie siècle, à côté des lois anglaises. Ces lois nous donnent une idée suffisamment juste de l’ancien état social du pays, p. 284. — De la prépondérance des druides dans la société irlandaise à l’époque celtique. Des connaissances exigées des membres d’un rang élevé dans la corporation, p. 287. — Les druides de haut rang avaient le pas sur les rois, exemple tiré de l’épopée irlandaise, p. 290. — Communautés analogues aux communautés druidiques signalées chez les Gètes, p. 294. — Les lamaseries du Thibet peuvent donner une idée assez exacte de ce qu’étaient les communautés druidiques, p. 296.
XXIe Leçon. — Les lamaseries 
 297-312
Les collegia ou communautés religieuses dans l’antiquité, p. 298. — La cité religieuse de Comana (Cappadoce) avec ses dix mille hiérodules, p. 299. — Les lamaseries du Thibet peuvent être considérées comme une survivance de ces antiques institutions, p. 300. — Description des lamaseries de la Mongolie et du Thibet, par le P. Huc, p. 302-309 ; — rapprochements avec les communautés druidiques, p. 310.
XXIIe Leçon. — La religion après les invasions galatiques et la conquête romaine 
 313-340
Représentations figurées étrangères aux types classiques et dont les textes ne parlent pas, p. 314 ; — le dieu cornu, le dragon à tête de bélier, p. 313 ; — les tricéphales, p. 316 ; — le dieu au maillet, p. 318 ; — le dieu à la roue, p. 319 ; — les divinités assimilées, p. 320 ; — Mercure, p. 322 ; — Apollon, p. 327 ; — Mars, p. 329 ; — Jupiter et Minerve, p. 331, sont des divinités gréco-romaines, non des divinités celtiques ou gauloises. — Divinités topiques, p. 332. — Divinités kimro-belges, p. 335. — Rôle des druides vis-à-vis des divinités étrangères importées, p. 338.
XXIIIe Leçon. — Les triades et les divinités à symboles 
 341-362
La triade de l’autel de Reims, p. 341-344 ; — symboles des triades, p. 343 ; — origine de la triade, p. 347; — la Triade de Lucain, p. 330 ; — l’autel de Paris : Ésus, Cernunnos et le Tarvos Trigaranos, p. 331 ; — l’autel de Trêves aux trois grues et le dieu bûcheron, p. 233 ; — le Dis pater gaulois de César représenté sous la figure de Jupiter Sérapis, p. 334. — Le comput du temps par nuits et non par jours, p. 335.
XXIVe Leçon. — Le chaudron de Gunuestrup 
 363-380
Découvert dans le Jutland (presqu’île cimbrique). Couvert de bas-reliefs où se retrouvent les principaux symboles de la triade kimrique ; paraît l’œuvre d’un collège de prêtres cimbres ; — du rôle des communautés comme propagatrices des langues et de la civilisation indo-européenne (voir Annexe I). — Opinions de Sophus Muller sur les bas-reliefs du vase, p. 365. — Le chaudron n’est une œuvre ni gauloise, ni scandinave, elle appartient à un pays intermédiaire, p. 372 ; — et à une période voisine de l’ère chrétienne, p. 273. — Les conclusions de Sophus Muller paraissent légitimes ; — improbabilité d’une date postérieure, p. 374 ; — preuves à l’appui de son caractère cimbrique, tirées de l’examen des deniers romains des familles Fundania. Cloulia, Egnatuleia et Julia, ainsi que des bas-reliefs de l’arc d’Orange dont les trophées représentent, comme les bas-reliefs du chaudron, des armes cimbriques. 
 376-379
XXVe Leçon. Conclusions 
 381-389
(Voir la préface).

ANNEXES
A. Observations sur la religion des Gaulois et sur celle des Germains, par Fréret 
 391
B. Le chamanisme 
 394
C. Les cupules 
 397
D. Les superstitions 
 400
E. Les feux de la Saint-Jean 
 406
F. Opinions de J.-B. de Rossi sur la signification de la croix gammée dans les catacombes 
 412
G. Extrait du mémoire de M. Deloche sur Le jour civil et les modes de computation des délais légaux en Gaule 
 413
H. De la propagation et de l'altération des langues indo-européennes en Occident 
 415
I. Les abbayes chrétiennes d’Irlande et d'Écosse héritières des communautés druidiques 
 417