Lolote

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche



Ajouter un fac-similé pour vérification, — comment faire ?

Jacques Bertrand Chansons

Lolote


Sul bôrd dè Sambe, et pierdu dins l' fumêre,
Wèyèz Couyèt avè s' clotchî crawieus ?
C' est la k' dèmeure èm matante Dorotéye,
Veuve d' èm mononke Andriyin du Crosteu
A s' neuve mêzo, nos avans fêt ribote,
Lundi passè, tout è pindant l' crama.
Poul prumi côp, c' est la k' dj' é vû Lolote.
Rén k' d' î pinser, sintèz come èm keur bat.
Poul prumi côp, c' est la k' dj' é vû Lolote.
Rén k' d' î pinser, sintèz come èm keur bat.

Gn avèt drola les pus guéy du vilâdje.
En fét d' couméres, on n' avèt k' a tchwèzi.
On a rcinè, a l' ombe, padzou l' fouyâdje,
Dèvant l' mêzo, dèlé l' gros cèriji.
Em boune matante a del biêre è bouteye,
Ç' n' est nin l' fârô k' est jamés si bon k' ça.
Dins s' chike, Lolote estèt si bén vermèye,
Rén d' î pinser, sintèz come èm keur bat.

I dalèt mieus, les panses estant rimpliyes
Djan l' Blanchisseu tinguèle es viyolon
Et dit: " Mz èfants, nos avons ci des fiyes
Ki n' dimandnut k' a danser l' rigodon.."
A ! ké pléji ! Kè Lolote ét continne !
Après l' cadriye, on boute ene mazurka
Djè triyanè è pressant s' mwin dins l' minne.
Rén k' d' î pinser, sintèz come èm keur bat..

Vla l' swêr vènu, pou danser chakin s' presse.
El violoneu raclèt avû ardeur
L' biêre et l' amour èm fèyint toûrner l' tiesse.
Vingt noms di chnik ! djè nadjè dins l' bouneur.
Mins l' pa Lolote, è wèyant k' èle m' imbrasse,
D' in côp d' chabot m' fét plondji dins l' puria.
L' coumére s' inkeurt, eyet mi, dj' èm ramasse.
Ciel ! ké côp d' pî ! Sintèz come èm keur bat.

Dj' èm souvénrè du crama d' èm matante.
Dj' crwè k' dj' é l' cripet cåssè ou bin dèsmi.
Djè prind des bins al vapeur d' êwe boulante,
Grignant les dints tous les côps kè dj' m' achîd.
Mès cand dj' dèvrè skèter 'm dérinne culote,
E m' impwègnant avè s' mame eyet s' pa,
Putot mori ki d' viki sin Lolote.
Rén k' d' î pinser, sintèz come èm keur bat.

Traduction :

Au bord de la Sambre et perdu dans la fumée
Voyez-vous Couillet et son clocher tordu
C'est là qu'habite ma tante Dorothée
Veuve de mon oncle, Adrien le fils du porteur de béquille
A sa nouvelle maison, nous avons fait la fête
Lundi passé, en pendant la crémaillère
Pour la première fois, c'est là que j'ai vu Lolote
Rien que d'y penser, sentez comme mon cœur bat.

Il y avait là les plus joyeux lurons du village
En matière de filles, on n'avait qu'à choisir
On a goûté à l'ombre, sous les frondaisons
Devant la maison, près du gros cerisier
Ma chère tante a de la bière en bouteilles
Bien supérieure même au Faro.
Dans son ébriété, Lolote était toute rougeaude
Rien que d'y penser, sentez comme mon cœur bat.

Ca alla mieux quand les ventres furent repus
Jean le Blanchisseur tend son violon
Et dit: "Mes enfants, nous avons ici des filles
qui ne demandent qu'à danser le rigodon."
Ah quel plaisir ! Que Lolote était contente !
Après le quadrille, on lance une mazurka
Je tremblais en étreignant sa main
Rien que d'y penser, sentez comme mon cœur bat.

Voilà le soir venu, et chacun s'exhorte à danser
Le joueur de violon raclait son instrument avec ardeur
La bière et l'amour me faisaient tourner la tête
Ah, sacré nom d'un chien ! Je nageais dans le bonheur
Mais le père de Lolote, en voyant qu'elle m'embrasse
D'un coup de sabot me fit plonger dans le purin
La fille s'éclipsa et moi, je me relevai tant bien que mal
Mon vieux, quel coup de pied ! Sentez comme mon cœur bat.

Je me souviendrai de la pendaison de crémaillère de ma tante
Je pense que j'ai le coccyx cassé ou luxé
Je prends des bains de vapeur
Grinçant des dents chaque fois que je m'assieds
Mais quand bien même je devrais y laisser ma dernière culotte
Et en découdre avec son père et sa mère
Plutôt mourir que de vivre sans Lolote
Rien que d'y penser, sentez comme mon cœur bat.