Lorenzaccio/Traduction du livre XV des Chroniques florentines

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Lorenzaccio
LorenzaccioCharpentierŒuvres complètes d’Alfred de Musset, tome IV (p. 214-221).
◄  Notice


TRADUCTION
DU LIVRE XV
DES CHRONIQUES FLORENTINES


La nuit était venue que le destin avait marquée pour être celle de la mort malheureuse du duc Alexandre. Ce fut entre cinq et six heures, le samedi d’avant l’Épiphanie, et le 6 janvier de l’année 1536 (selon la manière de compter le temps des Florentins, qui prennent pour la première heure du jour celle qui suit le coucher du soleil). Le duc n’avait pas encore achevé sa vingt-sixième année. Cette mort, dont on a parlé et écrit diversement, je la raconterai avec la plus entière véracité, en ayant entendu le récit de la bouche même de Lorenzo, dans la villa Paluello, située à huit milles de Padoue, ainsi que de la bouche même de Scoronconcolo, dans la maison des Strozzi à Venise. Si l’on peut parler d’un tel fait avec certitude, c’est assurément lorsqu’on le tient de ces hommes, et non d’autres, en supposant qu’ils l’aient voulu raconter sans mentir, comme je pense qu’ils l’ont fait. Mais il est nécessaire de commencer par donner quelques détails sur la vie et les mœurs dudit Lorenzo.

Il naquit à Florence en 1514, le 24 mars. Son père était Pierre-François de Médicis, fils de Lorenzo et petit-neveu de Lorenzo, frère de Cosme ; et sa mère, madame Marie, fille de Thomas Soderini, fils de Paul-Antoine. Cette femme, d’une rare prudence et bonté, ayant perdu son mari quand Lorenzo était encore en bas âge, fit élever cet enfant avec tous les soins imaginables. Lorenzo manifesta une intelligence incroyable dans ses études ; mais à peine fut-il sorti de la tutelle de sa mère et de ses maîtres, qu’il commença à montrer un esprit inquiet, insatiable, et désireux de mal faire. Après avoir pris des leçons de Philippe Strozzi, il se mit à se railler ouvertement de toutes les choses divines et humaines. Au lieu de rechercher ses égaux, il se lia de préférence avec des gens au-dessous de lui et qui non seulement lui témoignaient du respect, mais se faisaient ses âmes damnées. Il se passait toutes ses envies, surtout en affaires d’amour, sans égard pour le sexe, l’âge et la condition des personnes. Il caressait tout le monde, et, au fond, méprisait tous les hommes. Son appétit de célébrité était étrange, et il ne laissait pas échapper une seule occasion, tant en actions qu’en paroles, d’acquérir la réputation d’homme galant ou spirituel. Comme il était délicat et maigre de corps, on l’appelait Lorenzino. Il ne riait point, et souriait seulement. Bien qu’il fût plutôt agréable que beau, ayant le visage brun et l’air mélancolique, il plut cependant beaucoup, dans sa petite jeunesse, au pape Clément, ce qui ne l’empêcha point, comme il l’a dit lui-même après la mort du duc Alexandre, de concevoir la pensée de tuer le saint-père. Il conduisit François, fils de Raphaël de Médicis, compétiteur du pape, jeune homme instruit et de grande espérance, à un tel état de ruine, que ce malheureux, devenu la fable de la cour de Rome, fut considéré comme fou et renvoyé à Florence. Dans le même temps, Lorenzo encourut la disgrâce du pape et devint un objet de haine pour le peuple romain : on trouva un matin, sur l’Arc de Constantin et en d’autres lieux de la ville, quantité de figures antiques privées de leurs têtes. Clément en ressentit tant de colère, qu’il déclara, ne pensant guère à Lorenzo, que l’auteur de ce délit serait pendu par le cou, sans forme de procès, quel qu’il fût, à moins pourtant que le cardinal-neveu ne se trouvât être le coupable. Le cardinal, ayant découvert que l’auteur était Lorenzo, s’en alla intercéder en sa faveur près du saint-père, en le représentant comme un jeune amateur passionné d’objets d’art, à l’exemple de leurs aïeux les Médicis. À grand’peine le cardinal réussit à calmer le ressentiment du pape, qui appela Lorenzo la honte et l’opprobre de sa maison. Le dit Lorenzo fut banni de Rome, sous peine de mort, si on l’y reprenait, par deux décrets dont un émané du tribunal de Caporioni, et messer François-Marie Molza, homme de grande éloquence, versé dans les lettres grecques, latines et italiennes, prononça, dans l’Académie romaine, un discours où il accabla Lorenzo des plus belles malédictions qu’il put trouver en latin.

Lorenzo, étant retourné à Florence, se mit à faire sa cour au duc Alexandre, et il sut si bien feindre, si bien complaire au duc en toutes choses, qu’il alla jusqu’à lui persuader que, pour le service de ce prince, il jouait le rôle d’espion ; et, en effet, il entretenait des relations secrètes avec les bannis, et chaque jour il communiquait au duc quelque lettre de ces bannis ; et comme il se montrait lâche au point de n’oser ni porter ni toucher une arme, ni même en entendre parler, le duc s’amusait beaucoup de sa poltronnerie. Tant parce que Lorenzo étudiait et lisait, que parce qu’il allait souvent seul et paraissait mépriser la fortune et les honneurs, le duc l’appelait le Philosophe, tandis que d’autres le connaissant mieux le nommaient Lorenzaccio. En toute occasion, Alexandre le favorisait, et particulièrement contre son second cousin Cosme, auquel le duc portait une haine extrême, dont l’origine, outre leur complète dissemblance de mœurs et de caractères, était un procès important que Cosme avait intenté à ce prince, touchant l’héritage de leurs ancêtres. De toutes ces choses, il arriva que le duc prit une confiance extrême en Lorenzo, et qu’il se servit de lui comme d’entremetteur près des femmes, tant religieuses que laïques, vierges, mariées ou veuves, nobles ou roturières, jeunes ou expérimentées ; et non content de cela, il voulut encore que Lorenzo lui procurât une sœur de sa mère du côté paternel, jeune femme d’une merveilleuse beauté, mais aussi honnête que belle, laquelle était mariée a Léonard Ginori et demeurait non loin de la porte de derrière du palais de Médicis.

Lorenzo, qui attendait une occasion de ce genre, fit entendre au duc que l’entreprise offrirait des difficultés, mais qu’il ferait son possible pour réussir, disant qu’en somme toutes les femmes étaient femmes, et que, d’ailleurs, le mari de celle-ci se trouvait fort à propos à Naples dans le moment présent pour des affaires embarrassées, car il avait dissipé son bien. Quoique Lorenzo n’eût parlé de rien à sa tante, il ne laissait pas de dire au duc qu’il l’avait fait, et qu’il la trouvait rebelle ; mais que pourtant il viendrait à bout de la séduire et de l’obliger à condescendre à leurs désirs. Tandis qu’il amusait ainsi le duc, il travaillait l’esprit d’un certain Michel del Tovalaccino, surnommé Scoronconcolo, auquel il avait fait obtenir grâce de la vie, pour un homicide par lui commis ; et, raisonnant avec cet homme, il se plaignait à lui d’un courtisan qui, disait-il, l’avait offensé sans raison, et s’était joué de lui, et il ajoutait que par le ciel !… Mais Scoronconcolo, l’interrompant, lui dit tout à coup : « Nommez-le seulement, et laissez-moi faire ; il ne vous donnera plus d’ennui. » Il le supplia de dire qui était son ennemi ; à quoi Lorenzo répondit : « Hélas ! je ne le puis : c’est un favori du duc. — Qui que ce soit, dites toujours, » reprenait Scoronconcolo ; et dans le langage dont se servent habituellement les spadassins de cette espèce, il s’écria : « Je le tuerai, quand ce serait le Christ ! »

Voyant, par là, que ses manœuvres réussissaient, Lorenzo emmena un jour cet homme dîner avec lui, comme il le faisait souvent, malgré les remontrances de sa mère, et il dit à Scoronconcolo : « Or çà, puisque tu me promets si résolument de m’assister, je crois que tu ne me manqueras pas, comme, de mon côté, je te rendrai service en tout ce qui dépendra de moi, et je suis satisfait de tes offres que j’accepte. Mais je veux être de la partie, et afin que nous puissions faire le coup et nous sauver après, j’aviserai à conduire mon ennemi dans un lieu où nous ne courrons aucun risque, et je suis sûr que nous réussirons. » Comme la nuit que j’ai dite plus haut parut à Lorenzo le moment favorable, d’autant que le seigneur Alexandre Vitelli se trouvait parti ce jour-là pour Città-di-Castello, il parla bas à l’oreille du duc après souper, et il lui dit qu’enfin, par des promesses d’argent, il avait décidé sa tante, et que le duc pouvait venir seul, à l’heure convenue et avec précaution, dans sa chambre à lui Lorenzo, en prenant garde, pour l’honneur de la dame, que personne ne le vît ni entrer ni sortir, et que sitôt que le prince y serait, incontinent il irait chercher Catherine Ginori. Le duc ayant mis un grand vêtement de satin, à la napolitaine et garni de zibeline, au moment de prendre ses gants, qui étaient les uns de mailles et les autres de peau parfumée, réfléchit un peu et dit : « Lesquels prendrai-je, ceux de guerre ou ceux de bonne fortune ? Quand il eut pris ceux-ci, le duc sortit accompagné seulement de trois personnes, Giomo le Hongrois, le capitaine Justinien de Cesena, et un officier de bouche nommé Alexandre. Arrivé sur la place de Saint-Marc, où il était venu pour ne pas être épié, il les congédia, disant qu’il voulait aller seul, et il ne retint avec lui que le Hongrois, lequel entra dans la maison des Sostegni, située presque en face de celle de Lorenzo, avec l’ordre du prince de ne bouger ni se montrer, quelque personne qu’il vît entrer ou sortir. Mais le Hongrois, ayant demeuré là un bon bout de temps, retourna au palais et s’endormit dans l’appartement du duc. En arrivant dans la chambre de Lorenzo, où un grand feu était allumé, le prince ôta son épée. Tandis qu’il se couchait sur le lit, Lorenzo s’empara de l’épée, en lia prestement la garde avec le ceinturon, de manière à empêcher la lame de sortir aisément du fourreau, puis il la posa sur le chevet du lit, en disant au duc de se reposer ; après quoi il sortit, et laissa retomber derrière lui la porte, qui était de celles qui se ferment d’elles-mêmes. Il s’en alla trouver Scoronconcolo, et d’un air tout à fait content : « Frère, lui dit-il, voici le moment ; j’ai enfermé mon ennemi dans ma chambre, et il dort. — Allons-y, » répondit Scoronconcolo. Sur le palier de l’escalier, Lorenzo se retourna et dit : « Ne t’inquiète pas si c’est un ami du duc ; et tâche de bien faire. — Ainsi ferai-je, répondit l’ami, quand ce serait le duc lui-même. — Grâce à notre embuscade, reprit Lorenzo d’un ton joyeux, il ne peut plus nous échapper ; marchons. — Marchons donc, » répondit Scoronconcolo.

Lorsqu’il eut soulevé le loquet qui retomba et ne s’ouvrit pas du premier coup, Lorenzo entra dans la chambre, et dit : « Seigneur, dormez-vous ? » Prononcer ces mots et percer le duc de part en part d’un coup de dague, fut une seule et même chose. Cette blessure était mortelle ; car elle avait traversé les reins et perforé cette membrane appelée diaphragme, qui, semblable à une ceinture, divise le corps humain en deux parties, l’une supérieure où se trouvent le cœur et les autres organes du sentiment, l’autre inférieure où sont le foie et les organes de la nutrition et de la génération. Le duc, qui dormait ou feignait de dormir, se tenait le visage tourné vers le fond. Il bondit sur le lit en recevant cette blessure, et sortit du côté de la ruelle, cherchant à gagner la porte, et se faisant un bouclier d’un escabeau qu’il avait saisi. Mais Scoronconcolo lui donna une taillade au visage qui lui fendit la tempe et une grande partie de la joue gauche. Lorenzo le repoussa sur le lit et l’y tint renversé en pesant sur lui de tout le poids de son corps ; et afin de l’empêcher de crier, lui serra la bouche avec le pouce et l’index de sa main gauche, en lui disant : « Seigneur, n’en doutez pas. » Alors le duc, se débattant comme il pouvait, prit entre ses dents le pouce de Lorenzo et le serra avec une telle rage que Lorenzo tombant sur lui appela Scoronconcolo à son aide. Celui-ci courait d’un côté et de l’autre, et il ne pouvait atteindre le duc sans blesser du même coup Lorenzo, que le duc tenait étroitement embrassé. Scoronconcolo essaya d’abord de faire passer son épée entre les jambes de Lorenzo, sans autre résultat que de piquer le matelas ; enfin il prit un couteau qu’il avait par hasard sur lui, et l’ayant fixé dans le cou de la victime, il appuya si fort que le duc fut égorgé. Après sa mort, ils lui firent encore quelques blessures qui versèrent tant de sang que la chambre en devint comme un lac. C’est une chose à remarquer, que pendant tout ce temps, où il était tenu par Lorenzo et où il voyait Scoronconcolo tourner et se démener pour le tuer, le duc ne poussa ni un cri ni une plainte, et ne lâcha point ce doigt qu’il serrait entre ses dents avec fureur. En mourant, il avait glissé à terre ; ses meurtriers le relevèrent tout souillé de sang, et l’ayant posé sur le lit, ils recouvrirent son corps avec la tenture qu’il avait fermée lui-même avant de s’endormir ou d’en faire semblant. On a supposé qu’il s’était ainsi enfermé à dessein, parce que, sachant bien qu’il était incapable d’en user convenablement avec cette Catherine qu’il attendait, laquelle passait pour une personne savante et d’esprit, il voulait éviter, par ce moyen, les préliminaires et belles paroles. Lorenzo, lorsqu’il vit le duc en l’état qu’il souhaitait, tant pour s’assurer qu’on n’avait rien entendu que pour se reposer et reprendre ses esprits, car il se sentait rompu et accablé de fatigue, se mit à l’une des fenêtres qui donnaient sur la Via Larga. Quelques personnes de la maison avaient entendu du bruit et des trépignements de pieds, entre autres madame Marie, mère du seigneur Cosme ; mais nul ne s’en était ému, car depuis longtemps, et par précaution, Lorenzo avait pris l’habitude d’amener dans cette chambre, comme font parfois les mauvais plaisants, une troupe de gens qui feignaient de se quereller et couraient çà et là criant : « Frappe-le ! tue-le ! Ah ! traître, tu m’as tué ! » et autres vociférations semblables.