Mademoiselle La Quintinie/21

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche



XXI.

M. LEMONTIER À SON FILS.


Chêneville, 15 juin.

Fais-lui comprendre, à cette noble Lucie, le droit et le devoir de la liberté de conscience, et ne t’inquiète pas e pas du reste. Ne discute ni ses dogmes ni son culte, jusqu’à ce que tu aies établi en elle la base de tout principe, la sainte liberté. Tu ne pourrais entrer avec elle dans des discussions de détail, et ce serait bien en vain que tu le tenterais. L’amour te ferait taire, ou il t’emporterait dans son magique tourbillon à mille lieues de tes doctes raisonnements. Elle-même perdrait la tête, et, partagée entre son cœur et son esprit, elle prendrait peut-être de trop promptes résolutions. À mon sens, toute croyance doit être respectée dans son exercice, si la discussion de son principe ne l’a point modifiée. Laisse donc Lucie garder ses habitudes et ses amis, qu’ils soient prêtres ou séculiers, jusqu’à ce que leur influence échoue d’elle-même devant une conviction profonde de son droit vis-à-vis de tous et de toi-même. Ce droit lui apparaîtra clair et victorieux le jour où elle t’aimera d’un véritable amour, et c’est alors seulement que tu devras l’épouser et que tu n’auras pas à craindre d’influences néfastes dans ta vie conjugale. Si Lucie ne les secoue pas sans regret, ou si elle les secoue dans un jour d’entraînement pour toi, elle n’est pas la femme d’élite que tu vois en elle, ou bien elle aura de nouvelles luttes à subir contre elle-même au lendemain d’un dévouement irréfléchi.

Il faut bien le reconnaître, mon enfant, nous avons tous le droit de propagande et de persuasion ; mais nous n’avons pas d’autre droit. Que les raisons d’État augmentent ou restreignent ce droit selon les circonstances, il existe toujours dans son entier. On peut subir le fait des obstacles qui le froissent, la conscience d’un homme digne du nom d’homme ne les acceptera jamais en principe. Les catholiques, qui le nient dès qu’il s’agit de religion, le réclament, ce droit, dès qu’il s’agit de leurs intérêts ou de leur propagande. Donc, ils le reconnaissent en dépit d’eux-mêmes, et pas plus que nous ils ne peuvent s’en passer.

Lucie comprendra, si elle est véritablement intelligente ; si elle ne l’est pas, brise ton amour et n’engage pas ta vie, car, si tu la voyais retomber sous le joug du prêtre, de quoi te plaindrais-tu ? Tu étais libre de ne pas l’épouser. Tu pouvais chercher ta compagne parmi celles qui pensent comme toi… Mais, moi, je crois à la grandeur et au sérieux de son esprit ; aussi ne suis-je pas très-inquiet. Poursuis donc cette noble conquête sans autres armes que celles qui t’ont servi jusqu’à présent, une sincérité inaltérable, une fermeté invincible pour conserver ta propre croyance, et avec cela la foi au vrai, qui est contagieuse et qui transporte les montagnes.

…Je reçois ta lettre du 13. — Eh bien, tu as été un peu vite ; mais il n’est plus temps de regarder derrière soi, puisqu’à l’heure où tu recevras ma réponse, tu auras déjà présenté ta demande au général La Quintinie. Nous allons bien voir si, par quelque exigence inadmissible, il ne rend pas ta démarche nulle. N’importe, Lucie t’aime, je le crois ; elle te l’a dit, ce me semble, avec une grandeur qui me charme, et je l’aime aussi, moi, et je la veux pour fille, si les obstacles dont elle parle, et que je commence à pressentir, ne sont pas insurmontables. Ces obstacles ne viennent plus d’elle, sois-en certain. Elle ne croit pas à l’enfer, elle ne damne personne. Elle est à nous, va, puisqu’elle est au vrai Dieu ! Elle est de ces âmes de diamant que l’erreur ne peut ternir, et je l’estime, non pas quoique, mais parce que. Si elle a pu fleurir dans cette atmosphère du cloître sans en rapporter ni ombre ni déviation, c’est une forte plante, j’en réponds, et nulle brise malsaine ne l’empêchera de porter ses fruits.

Courage donc, un grand courage, Émile ! entends-tu ? car il faudra peut-être beaucoup combattre, beaucoup attendre, et quelquefois désespérer ; mais je serai là dès que tu pourras me fixer sur la nature des empêchements signalés par Lucie, et je te promets de ne pas me décourager facilement.

Ton père.