50%.png

Manuel-Roret du relieur - Vocabulaire

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche






VOCABULAIRE
DES MOTS TECHNIQUES
EMPLOYÉS DANS L’ART DU RELIEUR
[modifier]

AFFINER. Coller sur le carton des feuilles de papier
ou de parchemin, pour lui donner de la fermeté. On
dit : affiner le carton.
ARMES. On donne ce nom à des fers à dorer, ou,
pour parler plus correctement, à des plaques sur les-
quelles sont gravées en relief des armoiries, qui se
tirent avec la presse, et se placent sur le milieu des
plats de la couverture.
ASSEMBLEUR. Ouvrier qui classe les feuilles impri-
mées qui doivent former le volume, selon l’ordre des
signatures.
ASTÉRlSQUE. Signe de convention par lequel les
imprimeurs marquent les cartons. C’est ordinaire-
ment une étoile placée à côté de la signature.
BASANE. Peau de mouton tannée que les relieurs
emploient pour les reliures communes ; on les pré-
pare aujourd’hui avec tant de perfection et imitant si
bien le veau qu’on est quelquefois trompé au premier
coup d’œil.
BATTÉE. C’est une pincée de feuilles que le relieur
prend pour la battre avec le marteau sur la pierre ; le
nombre de feuilles de chaque battée est indéterminé ;
cependant il est d’autant moindre que l’ouvrage doit
être plus soigné.


416                                    VOCABULAIRE.
BOSSES. On donne ce nom à des plaques de laiton,
carrées et bombées dans le milieu en demi-sphère, de
3 centimètres de diamètre. On place quatre de ces
bosses sur chaque côté de la couverture des gros
antiphoniers ; on les fixe par quatre clous de laiton,
dont la tête est en dehors et la rivure en dessous, ca-
chée par la garde qu’on colle dessus. On distribue
ces quatre plaques à égale distance des coins, et en
forme de carré long ; elles servent à garantir la cou-
verture et Ie dos, puisque c’est sur ces bosses que
repose le livre ouvert sur le lutrin. Elles servent
aussi à accrocher les bandes de cuir qui maintien-
ent le livre fermé ; dans ce cas, ces bandes sont
posées par-dessus les plaques des bosses, et sur
l’autre plat les bosses sont surmontées de crochets
dans lesquels les bouts des bandes, qui portent une
lame de laiton, s’accrochent.
BRASSÉE. Tas de feuilles plus considérable que
celui qu’on désigne par le mot de poignée.
BROCHEUSE. Ouvrière qui coud ensemble, selon
l’ordre des signatures, toutes les feuilles d’un vo-
lume, et qui les couvre d’un papier de couleur.
CAMBRER. Lorsqu’on termine le volume par la po-
lissure, l’ouvrier passe le fer à polir sur le plat anté-
rieur des cartons, en allant du dos vers la gouttière,
afin de leur donner une légère forme convexe qui les
force à s’appliquer plus parfaitement sur les feuilles
du volume : cela s’appelle cambrer.
CAMELOTTES. Ouvrages peu soignés et mal payés.
Reliures à la grosse.
CARTON. Les imprimeurs donnent ce nom à un
feuillet qui renfermait des fautes importantes, et qu’on
a réimprimé à part afin de le substituer au feuillet


VOCABULAIRE.                                    417
défectueux qu’on doit supprimer ; ce feuillet est tou-
jours marqué d’un astérisque.
CASSE. Boîte du compositeur typographe, qui ren-
ferme toutes les lettres de l’alphabet.
CHAÎNETTE. C’est une sorte de boucle que la cou-
seuse fait avec le fil qui sert à coudre les cahiers for-
més de feuilles, ou bien la brocheuse, en les cousant
l’un sur l’autre ; ces chaînettes se trouvent en tête et
en queue de chaque volume.
CHASSE. Partie du carton dont la couverture est
formée, qui excède les feuilles du volume en tête et
en queue.
CISAILLES. Gros ciseaux dont on se sert pour en-
lever le superflu des feuilles, afin de donner plus de
grâce au volume broché. Une des branches de la
cisaille est fixée sur le bord de l’établi, et l’autre a une
poignée par laquelle on la fait mouvoir.
COIFFE. C’est la partie du livre, l’espèce de bord
qui surmonte le dos. Le relieur dit qu’un livre est
bien ou mal coiffé.
COIFFER LA TRANCHEFILE. C’est lorsqu’on fait la
coiffe du livre, rabattre la peau sur la tranchefile, en
frappant doucement dessus avec le plat du plioir in-
cliné devant soi.
COLLATIONNER, COLLATIONNEMENT. Cette opération
est commune à l’assembleur, à la plieuse, à la bro-
cheuse et au relieur. Lorsque les feuilles sont réunies,
on examine si elles sont placées dans l’ordre numé-
rique ou alphabétique des signatures, si toutes s’y
trouvent, ou s’il n’y a pas de transpositions : dans le
cas contraire on répare toutes les fautes.
CORPS (mettre par). C’est une expression, dont
l’assembleur se sert pour désigner qu’il réunit


418                                    VOCABULAIRE

toutes les parties d’un volume ou même de tous les
volumes d’un ouvrage.
DÉBORDER. Frapper à petits coups avec le marteau
sur les bords, en sorte que la main qui le tient soit
en dedans du volume pour toucher plus sûrement et
éviter de couper les cahiers.
DÉFETS. Ce sont les feuilles qui restent des ouvra-
ges incomplets, après que l’assembleur a réuni tous
les volumes complets d’une même édition.
DOREUR SUR CUIR. C’est l’ouvrier qui dore les plats
et le dos des volumes.
DOREUR SUR TRANCHES. C’est l’ouvrier qui ne s’oc-
cupe que de la dorure de la tranche des volumes.
EGAYER LA DORURE. C’est, en style de mauvais ou-
vrier, ne pas pousser complètement les filets des
mors à leur place ; les faire rentrer sur le dos ; éloi-
gner les filets des entre-nerfs de chaque nerf qu’il
devrait toucher, toutes choses qui produisent un effet
détestable. Il y a beaucoup de livres de piété à bas
prix ainsi gâchés.
ENCARTATION, ENCARTER, ENCART. Ce sont des ter-
mes de brocheuse expliqués page 23 et suivantes.
ETENDOIR ou FERLET. Outil commun à l’assembleur
et à tous ceux qui sont obligés de faire sécher du
papier sur des cordes ; c’est un long liteau en bois,
surmonté par un bout d’une traverse d’environ

33 cent. de longueur, assemblée dans le manche à

tenon et mortaise. On s’en sert pour porter la feuille
sur la corde, et pour l’enlever lorsqu’elle est sèche.
FERS. Outils de cuivre qui servent à imprimer di-
vers ornements sur la couverture des livres. On leur
donne des noms différents, selon les places où on les
applique. On les appelle fers à dos, fers à écusson,
fers à armes, palettes, roulettes, etc.


VOCABULAIRE                                    419
FOUETTER ET DÉFOUETTER. Fouetter, c’est serrer le
volume couvert, avec des ficelles appelées fouet, entre
deux ais, afin de bien marquer les nerfs. Défouetter,
c’est enlever les ficelles.
GARDE. C’est une feuille de papier que l’on place
au commencement et à la fin du volume pour garan-
tir le premier et le dernier feuillet. La feuille est
quelquefois pliée en deux, chacune de la grandeur du
format ; d’autres fois, elle est pliée au tiers et quel-
quefois moins dans la brochure, mais toujours de
manière qu’elle ait la hauteur du format.
GOUTTIÈRE. C’est le côté du volume opposé au dos.
GRATTOIR. C’est une espèce de ciseau armé de
dents qui sert à gratter le dos pour faire entrer la
colle entre les cahiers.
JASPER, JASPURE. Jasper, c’est peindre la tranche
ou la couverture d’un livre en couleur de jaspe. La
jaspure est le nom de ce genre de peinture.
JUSTIFICATION. On désigne par ce mot la longueur
des lignes, et la grandeur des pages prises et arrêtées
selon le format.
LAVRONS. Plis des feuilles qui ne se trouvent pas
rognées.
LIGNES DE PIED. La ligne qui se trouve au bas de
la première page de chaque feuille d’impression qui
forme un cahier, et sur laquelle est placée la signa-
ture, quelquefois le titre de l’ouvrage, avec la dési-
gnation du tome, se nomme ligne de pied.
MACULATURES. Feuilles de papier qui ont servi à
recevoir l’excédant d’encre d’impression, et dont on
se sert ensuite pour enveloppe. Se dit aussi d’un fort
papier de couleur fabriqué spécialement pour enve-
lopper les papiers blancs.
MACULER. Se dit d’une impression trop chargée


420                                    VOCABULAIRE

d’encre, ou faite avec une encre trop faible, ou qui
n’est pas encore assez sèche lorsque l’ouvrier bat les
cahiers. Alors cette encre dépose sur la page adja-
cente, et l’on dit qu’elle macule, c’est-à-dire qu’elle
marque sur le papier blanc.
MARBREUR SUR TRANCHES. Ouvrier qui s’occupe de
marbrer les tranches des livres, le papier, etc.
MEMBRURES. Ais qui servent à l’endossement des
livres ; ils sont plus épais que les ais ordinaires. Il y
en a qui sont couverts d’une bande de fer.
METTRE PAR CORPS OU PARCORISER. Réunir dans
une même tournée les divers tomes d’un même
ouvrage.
NERFS. On nomme ainsi les ficelles sur lesquelles
on coud les cahiers des volumes, et qui forment de
petites éminences dans l’espèce de reliure qu’on dé-
signe sous le nom de reliure à nerfs. L’espace com-
pris entre deux de ces ficelles s’appelle entre-nerfs.
La reliure dans laquelle ces nerfs ne sont pas appa-
rents se nomme reliure à la grecque.
NEZ. Lorsqu’en cousant un volume, l’ouvrière n’a
pas soin de tenir la tête de tous Ies cahiers dans une
ligne parfaitement verticale ; et qu’au contraire ils
présentent une ligne oblique à l’horizon, alors le
volume présente une pointe, soit vers le commence-
ment, soit vers la fin. Cette pointe se désigne sous le
nom de nez : C’est un grand défaut qui ne peut pas
se corriger, même à la rognure, sans tomber dans un
défaut plus grand, qui consiste en ce que les marges
de la tête vont toujours en diminuant de largeur.
NŒUD DE TISSERAND. Ce nœud est généralement
connu. On prend les deux bouts du fil qu’on veut
nouer, l’un de la main droite, l’autre de la main gau-
che ; on les croise sur l’index de la main gauche, en


VOCABULAIRE                                    421
plaçant dessous celui qu’on tient de la main droite,
et, sans lâcher ce fil, on en entoure le pouce de la
main gauche pliée : en le faisant passer au-dessus de
la première phalange, on vient le passer antre les
deux bouts de fil éparpillés entre le pouce et l’index ;
on lâche la boucle qui était arrêtée sur la phalange
du pouce, on passe dans la boucle le bout de fil qu’on
tenait d’abord avec la main gauche, on le tient avec
le pouce ; on pince l’autre bout entre l’ongle de l’in-
dex et le dedans du doigt du milieu ; on tire le long
bout de fil qu’on tenait d’abord avec la main droite ;
alors serrant bien ce nœud, sans lâcher les deux
bouts, le nœud est fait.
NOIX. Bosses que, par maladresse, le batteur laisse
sur les cahiers en battant le volume.
ONGLET. C’est une petite bande de papier qu’on
laisse à une feuille pour coller un carton dessus.
PINCÉE. Petit nombre de feuilles, 10 à 12 au plus,
que l’assembleur prend à la fois quand il assemble à
l’allemande.
PLIEUSE. C’est l’ouvrière qui plie les feuilles quand
elles sont sorties des mains de l’assembleur, pour les
livrer à la brocheuse.
PLIOIR. C’est une espèce de couteau à deux tran-
chants, en bois, en os ou en ivoire, dont la plieuse se
sert pour plier les feuilles.
POINTURES. Ce sont deux trous faits dans la feuille
imprimée, par deux pointes de fer attachées à la table
de la presse de l’imprimeur, et qui servent de re-
père pour tourner la feuille dans l’opération du re-
tirage ; ces trous servent à guider certains plis que
doit faire la plieuse.
PONTUSEAUX. On nomme ainsi les raies claires qui
traversent le papier vergé à 25 ou 30 millimètres de
Relieur.                                                              24


422                                    VOCABULAIRE.

distance, et qui coupent d’équerre d’autres raies
très-rapprochées et moins transparentes appelées
vergeures.
PRESSÉE. Quantité de volumes que contient à la
fois la presse.
RABAISSER (Pierre à). C’est une pierre de liais dont
la grandeur est à peu près la moitié de la pierre à
parer ; on frappe sur cette pierre les ficelles qui ont
servi à coudre les cartons avec le volume, afin de les
faire entrer dans l’épaisseur de ces cartons, et qu’elles
ne paraissent pas, soit dans l’intérieur, soit à l’exté-
rieur de la couverture. On devrait appeler cette
pierre pierre à abaisser, puisqu’elle sert à aplatir
les ficelles et non pas à les rabaisser ; cependant c’est
une expression adoptée par les ouvriers.
RAFFINER LE CARTON. C’est coller du côté du mors,
une bande de papier plus ou moins large pour le
rendre plus propre et plus dur.
RÉCLAME. Mot qu’on mettait autrefois au bas de la
dernière page de chaque cahier et qui était le pre-
mier de la page qui commençait le cahier suivant : on
n’est plus dans l’usage de mettre des réclames.
ROULETTE. Instrument qui sert à pousser les filets
dorés sur les livres.
RELEVAGE. Opération par laquelle l’assembleur
retire de dessus les cordes tout ou partie des feuilles
qu’il y avait placées pour les faire sécher.
SAUVEGARDE. C’est une bande de papier de la lon-
gueur du volume, qu’on plie en deux et qu’on coud
avant la garde du commencement, et après la garde
de la fin de chaque volume ; elles servent à garantir
les gardes : on les enlève avant de terminer la reliure
et au moment de coller les gardes sur les cartons.
SÉCHAGE. C’est l’opération qui se fait soit à l’impri-


VOCABULAIRE.                                    423
merie, soit chez l’assembleur, pour faire sécher les
feuilles imprimées.
SIGNATURES. Ce sont, ou des lettres capitales, ou
des chiffres, qu’on met au bas de la première page de
chaque cahier sur la ligne de pied, à droite, pour
faire reconnaître l’ordre selon lequel on doit placer
les cahiers.
SIGNET. C’est un petit ruban de faveur qu’on colle
par un bout sous la tranchefile, et qu’on laisse pen-
dre dans le volume pour marquer l’endroit où l’on
est resté de sa lecture.
TITRE-COURANT. C’est le titre de l’ouvrage qu’on
place ordinairement, moitié sur le verso, et moitié
sur le recto de chaque page de l’ouvrage, au-dessus
du texte, et hors de la justification.
TORTILLER. C’est l’opération que fait le relieur lors-
qu’il veut réunir ou coudre les cartons avec le volume.
Après avoir épointé les ficelles, il les mouille avec de
la colle, ensuite il les roule sur son tablier avec le
plat de la main.
TRAIN. On nomme ainsi un certain nombre de livres
reliés à la fois. On dit : il a fait un train de 30, 100,
500 volumes, etc.
TRANCHEFILE. C’est la tranche à coudre.
VERGEURES. (Voy. Pontuseaux.)


FIN

TABLE DES MATIÈRES[modifier]

PREMIÈRE PARTIE
Brochage.
Notions préliminaires. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1
CHAPITRE PREMIER. -- Séchage. . . . . . . . . . . . . . . . . 2
CHAPITRE II. -- Assemblage. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
CHAPITRE III -- Glaçage et satinage. . . . . . . . . . . . . 13
§ 1. -- Glaçage. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
§ 2. -- Satinage. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
CHAPITRE IV. -- Pliage. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
CHAPITRE V. -- Brochage. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
§ 1. -- Collationnement. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
§ 2. -- Travail du brocheur. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
§ 3. -- Brochage mécanique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
§ 4. -- Travail du cartonneur. . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58



DEUXIÈME PARTIE
Reliure.
Considérations générales. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59
§ 1. -- Utilité et importance de la reliure. . . . . . . . . . . 59
§ 2. -- Différentes sortes de reliures. . . . . . . . . . . . . . 62
CHAPITRE PREMIER -- Matières employées par le
relieur. . . . . . . . . . . . . . . . . 69
  Ire section. -- Peaux. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69
§ 1. -- Basanes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69
§ 2. -- Veaux. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70
§ 3. -- Maroquins. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70
§ 4. -- Cuir de Russie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73
§ 5. -- Chagrin. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74


426                                    TABLE DES MATIÈRES

§ 6. -- Teinture de peaux. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76
§ 7. -- Parchemin et vélin. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78
  IIe section. -- Papier parcheminé, ivoire, écaille, nacre. 80
§ 1. -- Le papier parcheminé. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80
§ 2. -- L’ivoire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81
§ 3. -- L’écaille. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86
§ 4. -- La nacre. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90
  IIIe. section. -- Colles. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92
CHAPITRE II. -- Atelier et outillage du relieur. . . . . . 97
§ 1. -- Atelier. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97
§ 2. -- Outillage. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97
CHAPITRE III. -- Opérations du relieur. . . . . . . . . . . . 115
  Ire section. -- Reliure pleine. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115
§ 1. -- Débrochage. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116
§ 2. -- Collationnement. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117
§ 3. -- Battage. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123
§ 4. -- Grecquage. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 129
§ 5. -- Cousage. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 132
§ 6. -- Endossage. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 140
§ 7. -- Rognure. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 154
§ 8. -- Faire la tranche. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163
§ 9. -- Tranchefile. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 171
§ 10. -- Rabaissure. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 176
§ 11. -- Coupage des coins. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 178
§ 12. -- Collage de la carte. . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . 179
§ 13. -- Collage des coins. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 180
§ 14. -- Coupage et parage des peaux. . . . . . . . . . . 181
§ 15. -- Couvrure. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 185
§ 16. -- Collage des angles. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 190
§ 17. -- Achevage de la coiffe. . . . . . . . . . . . . . . . . . 191
§ 18. -- Fouettage et défouettage. . . . . . . . . . . . . . . 194
§ 19. -- Mise en place des pièces blanches. . . . . . . 196
§ 20. -- Battage des plats. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 197
§ 21 -- Pose des pièces de titre. . . . . . . . . . . . . . . . 197
§ 22 -- Dorure. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 200
§ 23 -- Brunissage de la tranche. . . . . . . . . . . . . . . 200
§ 24. -- Collage de la garde. . . . . . . . . . . . . . . . . . 202
§ 25. -- Polissure. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 208
§ 26. -- Vernissage. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 212
TABLE DES MATIÈRES                                    427


  IIe section. -- Demi-reliure. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 215
  IIIe section. -- Cartonnages. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 217
§ 1. -- Cartonnage commun. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 217
§ 2. -- Cartonnage à la Bradel. . . . . . . . . . . . . . . . . . 218
§ 3. -- Cartonnage emboîté. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 225


CHAPITRE IV. -- Racinage et marbrure de la cou-
verture. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 227
Observations préliminaires. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 227
§ 1. -- Préparation des peaux. . . . . . . . . . . . . . . . . . 228
§ 2. -- Préparation des matières. . . . . . . . . . . . . . . . 229
§ 3. -- Outillage. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 238
§ 4. -- Racinage. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 239
§ 5. -- Marbrure. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 243
§ 6. -- Teintes unies ou rehaussées d’or. . . . . . . . . 249
§ 7. -- Opérations complémentaires. . . . . . . . . . . . . 255
CHAPITRE V. Marbrure sur tranche. . . . . . . . . . . 255
Observations préliminaires. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 255
§ 1 -- Outillage. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 256
§ 2. -- Matières employées. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 257
§ 3 -- Couleurs employées. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 257
§ 4. -- Préparation de la gomme. . . . . . . . . . . . . . . . 258
§ 5. -- Préparation du fiel de bœuf. . . . . . . . . . . . . . . 259
§ 6. -- Préparation de la cire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . 259
§ 7. -- Préparation des couleurs. . . . . . . . . . . . . . . . 260
§ 8. -- Préparation du baquet à marbrer. . . . . . . . . . 261
§ 9. -- Marbrures des tranches. . . . . . . . . . . . . . . . . 263
§ 10. -- Marbrure du papier. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 264
CHAPITRE VI. -- Dorure et gaufrure. . . . . . . . . . . . . 265
Observations préliminaires. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 265
§ 1. -- Dorure sur tranche. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 266
§ 2. -- Dorure sur le dos et la couverture. . . . . . . . . 275
§ 3. -- Combinaison des fers. . . . . . . . . . . . . . . . . . 295
§ 4. -- Choix des fers. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 297
§ 5. -- Observations diverses. . . . . . . . . . . . . . . . . . 313
§ 6. -- Moyen de séparer l’or des chiffons qui ont
servi à la dorure. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 323
§ 7. -- Gaufrure. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 325
§ 8. -- Emploi dans la reliure des percalines grenées
et gaufrées. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 328


428                                    TABLE DES MATlÈRES

CHAPITRE VII -- Reliure mécanique. . . . . . . . . . . . . . . 330
§ 1. -- Machines à battre. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 331
§ 2. -- Machines à grecquer. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 336
§ 3. -- Machines à coudre. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 336
§ 4 -- Machines à endosser. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 342
§ 5. -- Machines à couper le carton. . . . . . . . . . . . . . . 344
§ 6. -- Machines à rogner. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 346
§ 7. -- Machines à dorer et à gaufrer. . . . . . . . . . . . . 366


CHAPITRE VIII. -- Reliures diverses. . . . . . . . . . . . . 369
§ 1. -- Reliure arraphique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 369
§ 2 : -- Reliure Girard. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 372
§ 3. -- Reliure mobile Frichet. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 376
§ 4. -- Reliure Gaget. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 378
§ 5. -- Reliure Nickels. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 381
§ 6. -- Reliure Levys. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 383
§ 7. -- Reliure mobile Weber. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 383


CHAPITRE IX. -- Renseignements divers. . . . . . . . . 384
Reliure des grands journaux. . . . . . . . . . . . . . . . . . . 384
Reliure de quelques gros livres. . . . . . . . . . . . . . . . . 385
Démontage des livres. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 390
Nettoyage des livres. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 392
Moyens de préserver les livres des insectes et des
vers. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 397
Moyens de préserver les livres de l’humidité. . . . . . 399
Imitation des reliures étrangères. . . . . . . . . . . . . 401
Procédé de MM. V. Parisot et J. Girard pour donner
aux reliures l’odeur et l’aspect du cuir de Russie. . 403
Choix des reliures et conservation des livres. . . . . . 408
Vocabulaire des mots techniques employés dans l’art du
relieur. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 415



-------------------
Coulommiers. -- Imp. PAUL BRODARD. -- 259-1900.



Relieur. Pl.1.


800px

Imprimerie Roret, rue Hautefeuille, 12 Paris Ed. Laurent sc.


Relieur. Pl. 2.

800px

Ed. Laurent sc.


Relieur. Pl. 3.

800px

Ed. Laurent sc.


Relieur. Pl. 4.

Roret-relieur-planche4.png

Ed. Laurent sc.