Manuel et itinéraire du curieux dans le cimetière du Père la Chaise/Mont-Louis, Cimetière

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


MONT-LOUIS, CIMETIÈRE.


M. Frochot, préfet du département de la Seine, recherchait alors un emplacement convenable pour y former le principal asile funéraire des habit ans de la capitale. Dans sa pensée, il devait occuper un beau site, entièrement opposé aux cloaques dans lesquels jusqu’alors on avait enfoui les restes des morts. M. Brongniart reconnut, dans le parc autrefois occupé par le P. La Chaise, un lieu superbe où bientôt s’élèverait une cité des morts célèbre dans l’Europe entière. M. Frochot fit l’acquisition pour la somme de 160,000 francs, au nom de la ville de Paris, de cet enclos, contenant alors cinquante-deux arpens[1]. Sa pompeuse dénomination de Mont-Louis disparut ; il fut tristement appelé par l’administration le cimetière de l’Est ; mais le public, immobile dans ses vieux usages, lui imposa le nom de cimetière du P. La Chaise, pour rappeler toujours l’étonnante métamorphose du jardin d’un Jésuite, confesseur de Louis XIV, en un cimetière. Le premier enterrement se fit dans son enceinte le 21 mai 1804[2].



  1. Son étendue est à présent portée à soixante-douze arpens (trente-six hectares), tant les ravages de la mort ont d’activité dans Paris. Il reçoit maintenant seulement les dépouilles mortelles des personnes décédées dans les 5e, 6e, 7e, 8e et 9e arrondissemens de Paris, à l’exception des personnes décédées dans les hôpitaux et les hospices qui n’y sont pas inhumées, et ceux qui de tout Paris y sont conduits dans des concessions perpétuelles. Il recevait jusqu’au 1er juillet 1824, tous les corps auxquels étaient destinés des sépultures à perpétuité, tous ceux que l’on voulait faire conduire de tous les points de Paris dans des fosses temporaires, et tous les corps des 3e, 4e, 5e, 6e, 7e, 8e et 9e arrondissemens. Dans cet état de choses il a reçu dans les années 1821, 1822, 1823, 30,432 corps, et pour une année moyenne 10,144 corps.
  2. Il y a été enterré, depuis le 21 mai 1804 jusqu’au 31 décembre 1827, 163,800 corps, non compris ceux des Israélites et ceux d’environ 3,000 hommes enterrés dans une même fosse après le 30 mars 1814.