Marig Ar Polanton

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche



Ajouter un fac-similé pour vérification, — comment faire ?
AnonymeAnonyme (traditionnel breton)

Marig Ar Polanton



Ar vravañ plac'hig yaouank a zo 'barzh ar c'hanton
Hanver a reer anezhi Marig ar Polanton

La plus belle jeune fille qu'il y a dans le canton
On l'appelle Marig Ar Polanton

Oadet eo deus ugent vloaz ha marteze ouzhpenn
Bemdez ar baotred yaouank a zeu d'he zic'houlenn

Elle est âgée de vingt ans et peut-être plus
Tous les jours, les jeunes gens viennent la demander

Kaoz 'zo dezhi da zimeziñ mes dimeziñ ne ra ket
An hini he deus choajet gant an arme zo aet

Il est question pour elle se marier, mais elle ne se marie pas
Celui qu'elle a choisi est parti avec l'armée

Ha da zeg eur deus an noz yae ar plac'h deus ar gêr
Da zeg eur deus ar mintin arruas e Kemper

Et à dix heures du soir, la fille partit de chez elle
A dix heures du matin, elle arriva à Quimper

Bonjour aotrou kabiten, kabiten ar soudarded
P'lec'h 'mañ 'r soudarded yaouank 'barzh ar gêr-mañ plaset ?

Bonjour monsieur le capitaine, le capitaine des soldats
Où sont cantonnés les jeunes soldats dans cette ville ?

Du-se 'maint plac'hig yaouank, tre an tu all d'ar gêr
Oc'h ober an egzersis war dachenn vras Kemper

Ils sont là-bas, jeune fille, de l'autre côté de la ville
A faire l'exercice sur le grand champ de manoeuvre de Quimper

Kunduet e oa gantañ tre betek at poñchoù
A-benn neuze tigouezas na kement a zaeloù

Elle était conduite avec lui jusqu'aux ponts
Jusqu'alors, combien de larmes a-t-elle versées

Kenavo plac'hig yaouank, kenavo, kenavo
Kar 'barzh fin d'am c'honje marteze vin maro

Au revoir, jeune fille, au revoir, au revoir
Car avant la fin de mon service, peut-être serai-je mort