Mille et un jours en prison à Berlin/22

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
L’Éclaireur Enr (p. 129-140).

Chapitre XXI


un suisse et un belge


Un des cas d’internement qui fera le plus de bruit, après la guerre, sera certainement celui de M. Hintermann, un Suisse. En mentionnant ce cas dans une publication du genre de celle que je fais en ce moment, je dois garder une certaine réserve et m’abstenir de livrer au public certains détails qui jetteraient une lumière trop vive sur les agissements de quelques employés du Ministère des Affaires Étrangères en Suisse.

M. Hintermann était suisse de naissance. Il n’avait jamais renoncé à sa nationalité en ce sens qu’il n’avait jamais été naturalisé dans un pays étranger. Il habitait Londres avec sa famille et était en relations d’affaires avec une firme importante de cette ville.

Venu en Suisse au cours de l’été 1915, pour certaines affaires, il décida de se rendre à Berlin. Il lui fallait pour cela un sauf-conduit signé par le ministre allemand à Berne. Il obtint ce sauf-conduit sans la moindre difficulté, mais son départ pour Berlin, qui devait être fixé, naturellement, par le ministre allemand, fut retardé de quelques jours. Enfin, M. Hintermann put quitter la Suisse sur un train à destination de Berlin, mais à la première gare sur le territoire allemand, il fut appréhendé au corps par deux casques à pointe. On l’emmena dans la gare, et là, M. Hintermann, en promenant ses regards un peu partout, remarqua sur la table du chef de gare une dépêche venant de Suisse le concernant. On l’emmena à Berlin où il fut enfermé dans la prison de la rue Dirksen. Nous étions là.

Sur la porte de sa cellule, on avait écrit : H. Hintermann, englander, c’est-à-dire sujet britannique. Ce ne fut pas long avant que M. Hintermann eût rayé le mot englander et y eût substitué la désignation correcte de sa nationalité qui était suisse. On changea plusieurs fois la carte servant à le désigner, et qui était collée sur sa porte, mais le mot englander y était toujours mystérieusement effacé et remplacé par le mot propre.

J’ai connu M. Hintermann intimement. Je sais qu’il n’a jamais été naturalisé en Angleterre, mais le gouvernement suisse et le gouvernement allemand ont été mis sous 1’impresssion, facilement je dois le dire, qu’Hintermann était devenu sujet britannique. Il ne m’est pas permis de dire, du moins en ce moment, par quels procédés le gouvernement suisse et le gouvernement allemand ont été mis sous cette fausse impression.

Durant les trois ans que j’ai connu M. Hintermann, je puis affirmer qu’il n’a cessé de réclamer sa mise en liberté, et, qu’il a maintes et maintes fois mis le gouvernement suisse et le gouvernement allemand en demeure de démontrer qu’il était sujet britannique. La seule réponse catégorique qu’il ait jamais reçue, à ce sujet, de la Légation Suisse à Berlin, fut que le ministère des Affaires Etrangères d’Allemagne était pertinemment renseigné, et qu’il possédait dans ses archives la preuve documentaire que M. Hintermann avait été naturalisé en Angleterre. M. Hintermann a toujours taxé de fausseté ces prétendus documents.

Je ne saurais en dire davantage, mais il est certain que cet internement d’un sujet neutre, d’un des hommes les plus braves et les plus honorables que j’aie connus, internement qui n’avait pas encore pris fin lors de mon départ d’Allemagne, et qui a causé, tant au point de vue de la santé qu’au point de vue de la finance, un tort incalculable à celui qui en a été victime, aura une certaine répercussion dans le monde politique après la guerre.

M. Hintermann était un homme d’une très grande valeur. Il était estimé et vénéré de tous les prisonniers. Dans notre petit monde, dont la grande majorité était composée de miséreux, il a déployé envers tous une charité inlassable. Parlant également bien l’anglais, le français et l’allemand, il était en état de se mettre au courant des misères et des souffrances des prisonniers de quelque nationalité qu ils fussent. Tous ceux qui l’ont connu, au cours des trois années qu’il a passées à la Stadvogtei, garderont un bon souvenir de son grand coeur et de sa belle intelligence.


* * *

Le sujet des déportations belges a fait les frais de nombreuses polémiques dans la presse mondiale, pendant un certain temps, et je ne saurais ajouter rien de nouveau à tout ce qui s’est dit. La presse allemande a concédé, avec hésitation et répugnance, que des déportations de Belges en Allemagne avaient eu lieu. Les faits, toutefois, crevaient tellement les yeux qu’il eut été impossible de le cacher plus longtemps.

Nous avions, à la prison, un grand nombre de ces déportés qui avaient refusé de travailler... pour le roi de Prusse. D’autres ayant accepté du travail afin d’améliorer la position pénible dans laquelle ils se trouvaient placés au camp de Gruben, étaient si maltraités et si mal nourris, qu’ils quittaient tout bonnement leur usine ou les puits de mine de charbon. Ils étaient alors amenés à la Stadvogtei.

Nous en avons eu des quantités. Je ne saurais passer sous silence le cas d’un Belge nommé Edouard Werner. Werner était un homme de 25 ou 26 ans, doué d’un physique très remarquable : il était très grand et très fort. Avant la guerre, il habitait Anvers où il était à l’emploi de la compagnie du Pacifique Canadien qui a un bureau dans cette ville.

Son père et sa mère étaient allemands ; lui-même était né à Anvers, mais à l’âge de 18 ans il avait opté pour la nationalité belge. Il avait satisfait à toutes les lois du pays au point de vue militaire. Il n’était pas enrôlé dans l’année belge, mais il était porteur de papiers établissant son exemption.

Anvers, connue on le sait, était occupée par les Allemands depuis le 9 octobre 1914. Quelques mois plus tard, Werner reçut un avis d’avoir à se rapporter au commandant d’un district militaire de Westphalie. Il refusa de se conformer à cet ordre, malgré les instances de sa vieille mère qui, allemande elle-même, aurait voulu voir son fils dans les rangs de l’armée du Vaterland.

Après deux mois, un second avis lui était adressé, lui enjoignant de se rapporter sans délai au commandant de ce même district militaire dont il est fait mention dans le paragraphe précédent. Werner, malgré les supplications de sa mère, refusa encore de se rendre. Enfin, un dernier avis lui fut envoyé avec menace de mesures de rigueur à son endroit s’il n’obtempérait pas.

Plutôt pour ne pas affliger sa vieille mère que par crainte des menaces qu’on lui faisait, Werner décida de se rapporter mais il se munit, avant son départ d’Anvers, de tous les papiers d’identification possibles, démontrant sa nationalité belge, et démontrant également qu’il avait satisfait à toutes les exigences de la loi du service militaire belge.

Arrivé en Westphalie, il subit un interrogatoire, naturellement :

— « Pourquoi ne vous êtes-vous pas rapporté plus tôt ? », lui demanda-t-on.

— « Parce que je suis Belge », répondit Werner.

— « C’est faux ! c’est faux ! vous êtes Allemand ! Votre père et votre mère sont Allemands. »

— « Je n’y contredis point en ce qui concerne mon père et ma mère, mais quant à moi, j’ai opté pour la nationalité belge, et je suis en possession de tous les papiers le démontrant. »

— « Laissez voir ces papiers ? »…

Aussitôt en possession de tous ces papiers, l’officier lui annonce qu’il ne saurait être question de le considérer comme sujet belge, qu’il était dès lors enrôlé dans l’armée allemande, et qu’il doit partir incessamment pour Berlin. Là, on le conduisit à la caserne du fameux régiment Alexander, le plus beau régiment de Prusse, — à ce qu’ils disent, — et dans lequel on n’accepte aucun sujet qui ait moins de six pieds de taille. Werner, pour sa part, avait six pieds et deux pouces.

On lui met l’uniforme, et il commence son entraînement. Comme il possède le français, l’allemand et le flamand à la perfection, on l’emploie au bureau du sergent-major, pour les écritures et la traduction. Il devient plus ou moins populaire parmi les officiers et les sous-officiers. On le croit même sincèrement converti aux idées allemandes.

Peu de temps après avoir été enrégimenté malgré lui, Werner demande un congé pour aller voir ses parents à Anvers. Le major lui répond qu’il est absolument impossible d’accorder un congé pour aller en Belgique, mais que s’il a des parents en Allemagne, on lui permettra volontiers d’aller les visiter. Ce à quoi Werner répondit, qu’en effet il avait une tante à Hambourg.

C’était un jour de fête : il devait partir dans la soirée, et dans l’après-midi, revêtu de son uniforme de gala, coiffé de son casque à plumet, il fit une promenade dans la ville avec un compagnon. Il laisse voir à son compagnon son permis tout en exprimant le regret qu’il ne fût pas valable pour aller à Anvers. Son compagnon, après lui avoir enlevé le permis des mains, et en moins de temps qu’il n’en faut à Werner pour déguster sa chope de bière, sort et revient quelques minutes après avec le permis tout transformé : c’est à Anvers et non plus à Hambourg que le porteur du dit permis peut se rendre.

Werner décide donc de prendre le train à destination d’Anvers au lieu de se rendre à Hambourg. Le long du trajet, particulièrement à Cologne et à Aix-la-Chapelle, tous les militaires doivent faire viser leurs permis de voyager. Il est contraire aux règlements militaires, en Allemagne du moins, de voyager en uniforme de gala, excepté dans des circonstances spéciales. On s’étonne à Cologne, on s’étonne à Aix-la-Chapelle de voir notre Werner avec son uniforme de gala, et on lui pose certaines questions à ce sujet.

Il répond qu’il veut faire plaisir à sa mère devant laquelle il ne s’est jamais présenté avec cet uniforme. On le laisse passer. Il arrive à Anvers, visite sa vieille mère qui l’embrasse et, — en bonne Allemande, — affirme qu’elle ne l’a jamais vu aussi beau.

Werner conçoit le projet, — si toutefois il ne l’avait conçu auparavant, — de se débarrasser de son uniforme, de revêtir un habit de civil, et de déserter en se sauvant en Hollande. Pour cela, il lui faut le concours d’un de ses cousins qu’il va visiter à ce sujet. L’affaire est immédiatement arrangée : l’habit de civil lui est fourni, et Werner, — précaution qui surprendra le lecteur, — fait un paquet de son uniforme de grenadier et l’adresse au régiment Alexander, à Berlin. Enfin, dans la soirée, on se met en marche vers Capellen pour, de là, passer la frontière au cours de la nuit si c’est possible.

A Capellen, Werner et son cousin tombent dans un piège. Un espion aux gages de l’autorité militaire occupante les amène dans un certain estaminet. Là, on leur conseille d’aller passer la nuit chez le maire, parce que toutes les chambres sont occupées, et le lendemain ils pourront passer la frontière. La maison du maire était un véritable guet-apens, car elle était occupée par des officiers allemands, ce que Werner et son compagnon ignoraient. Ils étaient tout bonnement pris au piège, et retenus jusqu’au lendemain chez Monsieur le maire. On leur fit alors subir un interrogatoire très minutieux au cours duquel on découvrit, il n’y avait pas à en douter, que ces messieurs désiraient passer en Hollande. On les ramena à Anvers, à la Kommandantur. Le cousin tut examiné le premier ei se dégagea facilement ; on le remit immédiatement en liberté. Werner se flattait déjà de partager l’heureux sort de son cousin, mais à peine eut-il donné son nom que l’officier l’interrogeant parut songer un peu plus longtemps qu’il ne faut. Il court au téléphone, et revenant après quelques minutes, dit à Werner :

— « N’êtes-vous pas Edouard Werner ? »

— « Oui. »

— « N’êtes-vous pas déserteur ? »

— « Non ! »

— « N’étiez ;-vous pas d’un régiment à Berlin ? »

— « Oui. »

— « Et alors, comment se fait-il que vous soyez ici, et en habit de civil ? » ...

Et sans attendre la réponse de Werner, l’officier rugit, écume, donne des ordres à faire trembler tout le monde, et fait jeter Werner en prison. Peu après, on vient le chercher, à cette prison, pour le faire comparaître tout d’abord devant le commissaire de police allemande qui le menace des plus terribles châtiments, et lui dit, entre autres choses : — « Vous verrez ce que c’est que d’avoir affaire à l’autorité militaire prussienne. Je ne donne pas grand chose pour votre peau ! » On le renvoie à la prison, et quelques jours après, il est ramené à Berlin. Là, il est mis dans un cachot, et le lendemain on le fait comparaître devant le major du régiment, ce même major qui lui avait octroyé un permis pour aller à Hambourg. En apercevant Werner, le major est près d’étouffer de rage : il peste, il jure, et il enjoint à Werner de disparaître immédiatement, et de ne revenir devant lui qu’après avoir remis son uniforme.

On trouve dans un coin, à l’étage inférieur, quelques vieux uniformes. Werner en passe un et on le ramène devant le major qui s’exclame, se fâche, frappe la table de ses poings, menace Werner des punitions les plus sévères, et même de le faire coller au mur, et enfin, ayant un peu repris ses sens, il lui demande ce qu’il a fait de son uniforme. Werner répond qu’il l’a renvoyé au régiment.

— « Monsonge ! Mensonge ! » reprit l’officier.

— « Il est facile d’en faire la preuve dit Werner, demandez si on n’a pas reçu un uniforme renvoyé au régiment ? »

On s’empresse de faire enquête, et on découvre qu’en effet un colis contenant un uniforme de grenadier est arrivé, quelques semaines auparavant, venant d’Anvers. C’était l’uniforme de Werner.

On renvoie donc Werner en prison en attendant que l’on fasse son procès en Cour martiale. On lui offre un défenseur : il refuse. Traduit devant les juges de la Cour martiale, on le somme d’expliquer sa conduite avant que jugement ne soit rendu contre lui. Werner s’exprime à peu près en ces termes :

« Je suis Belge. En conscience, il m’était impossible de prendre les armes contre mon pays. A la première occasion qui s’est offerte, je n’ai pas déserté l’armée allemande, mais je suis rentré dans mon pays, d’où j’avais été tiré contrairement aux lois. A mon point de vue, porter les armes dans les rangs de l’armée allemande est un acte de félonie et de haute trahison ; je n’ai fait qu’obéir à la voix de ma conscience. Vous pouvez maintenant décider de mon sort : mon plaidoyer est fini. »

Les officiers se consultèrent. L’un d’eux dit :— « On ne saurait lui donner plus de quinze ans. » On le renvoie à son cachot. Werner attend avec anxiété le jugement que l’on va porter contre lui. Il attend en vain, mais quelques semaines après, on vient le chercher dans sa cellule, et il est amené à la Stadvogtei. C’est là que nous avons fait sa connaissance, et c’est lui-même qui nous a relaté ces divers incidents qui nous ont paru souverainement intéressants.

Il resta à la prison pendant cinq ou six mois, après quoi on le sollicita de nouveau de rentrer dans les cadres de l’armée allemande. Il refusa catégoriquement et enfin, on lui fit tenir un document officiel émanant des plus hauts tribunaux militaires de l’Empire, l’exonérant de l’accusation de désertion qui avait été portée contre lui.

Werner fut alors transféré au camp de Holzminden, et quelques mois plus tard, un prisonnier venu de ce camp, et que j’interrogeais au sujet de Werner, me dit : — « Il y a longtemps déjà qu’il a déserté. Il a même réussi à passer en Hollande, et nous avons appris par correspondance qu’il était dans l’armée belge, combattant ceux qui ont voulu l’enrégimenter de force. »