Modèle:Lettrine4

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Documentation

Utilisation[modifier]

Permet d’insérer une lettrine en début de paragraphe.

Remarques[modifier]

  • Contrairement à {{Lettrine}} et {{Lettrine2}}, qui insèrent la lettrine dans un cadre, à l’image des lettres historiées, la lettrine composée avec {{Lettrine4}} est précisément calée sur les lignes (au moins sur Wikisource et en export ePub).
  • Ce modèle permet aussi de faire précéder la lettrine d’un autre caractère (typiquement un tiret ou un guillemet si la lettrine intervient dans un dialogue).
  • Un paramètre retrait permet, lorsqu’il est non vide, de renfoncer le reste du premier mot (ordinairement écrit en petites capitales) en utilisant le modèle {{Alinéa}} (cf. le dernier exemple ci-dessous).

Syntaxe[modifier]

{{Lettrine4|lettre|reste du premier mot}}

{{Lettrine4|lettre|reste du premier|pre=|lignes=|ff=|fs=|m=}}

Paramètres[modifier]

Permet d’insérer une lettrine en début de paragraphe

[Modifier les données du modèle]

Paramètres du modèle

La mise en forme sur une seule ligne est préférée pour ce modèle.

ParamètreDescriptionTypeStatut
Lettre1

Caractère de la lettrine

Exemple
L
Chaîneobligatoire
Reste2

Reste du mot, composé en petites capitales

Exemple
ongtemps
Chaîneobligatoire
Préfixepre

Texte précédant la lettrine

Exemple
— «
Chaînefacultatif
Hauteurlignes

Nombre de lignes occupé par la lettrine

Par défaut
2
Exemple
3
Chaînefacultatif
(font-family) Fonteff

Famille de police

Par défaut
serif
Exemple
sans-serif, 'Georgia'
Nombrefacultatif
(font-size) Corpsfs

Taille de la police

Par défaut
333.333333%
Exemple
400%
Chaînefacultatif
(color) Couleurcouleur

Couleur de la lettrine

Par défaut
normal
Exemple
red, #ED1F24
Chaînefacultatif
(margin-right) Marge droitem

Marge à droite séparant la lettrine et le texte

Par défaut
0.5em
Exemple
1em, 10px
Chaînefacultatif
Retraitretrait

Si non vide, permet de maîtriser l’enfoncement du reste

Par défaut
(vide)
Exemple
1em, 10px
Chaînefacultatif

Exemple[modifier]

Code wiki Rendu
<poem class="verse" >
{{Lettrine4|À}} mes frères aînés, écoliers éblouis,
Ce qui suit fut conté par mon oncle Louis,
Qui me disait à moi, de sa voix la plus tendre :
— Joue, enfant ! — me jugeant trop petit pour comprendre.
J’écoutais cependant, et mon oncle disait :
</poem>


À
mes frères aînés, écoliers éblouis,
Ce qui suit fut conté par mon oncle Louis,
Qui me disait à moi, de sa voix la plus tendre :
— Joue, enfant ! — me jugeant trop petit pour comprendre.
J’écoutais cependant, et mon oncle disait :

Code wiki Rendu
<nowiki>{{Lettrine4|L|ongtemps|lignes=3|fs=600%}}, je me suis couché de bonne heure. Parfois, à peine ma bougie éteinte, mes yeux se fermaient si vite que je n’avais pas le temps de me dire : « Je m’endors. » Et, une demi-heure après, la pensée qu’il était temps de chercher le sommeil m’éveillait ; je voulais poser le volume que je croyais avoir encore dans les mains et souffler ma lumière ; je n’avais pas cessé en dormant de faire des réflexions sur ce que je venais de lire, mais ces réflexions avaient pris un tour un peu particulier ; il me semblait que j’étais moi-même ce dont parlait l’ouvrage : une église, un quatuor, la rivalité de François Ier et de Charles Quint.


L
ongtemps, je me suis couché de bonne heure. Parfois, à peine ma bougie éteinte, mes yeux se fermaient si vite que je n’avais pas le temps de me dire : « Je m’endors. » Et, une demi-heure après, la pensée qu’il était temps de chercher le sommeil m’éveillait ; je voulais poser le volume que je croyais avoir encore dans les mains et souffler ma lumière ; je n’avais pas cessé en dormant de faire des réflexions sur ce que je venais de lire, mais ces réflexions avaient pris un tour un peu particulier ; il me semblait que j’étais moi-même ce dont parlait l’ouvrage : une église, un quatuor, la rivalité de François Ier et de Charles Quint.
Code wiki Rendu
<nowiki>{{Lettrine4|L|ongtemps|pre=«}}, je me suis couché de bonne heure. Parfois, à peine ma bougie éteinte, mes yeux se fermaient si vite que je n’avais pas le temps de me dire : « Je m’endors. » Et, une demi-heure après, la pensée qu’il était temps de chercher le sommeil m’éveillait ; je voulais poser le volume que je croyais avoir encore dans les mains et souffler ma lumière ; je n’avais pas cessé en dormant de faire des réflexions sur ce que je venais de lire, mais ces réflexions avaient pris un tour un peu particulier ; il me semblait que j’étais moi-même ce dont parlait l’ouvrage : une église, un quatuor, la rivalité de François Ier et de Charles Quint. »
« 
L
ongtemps, je me suis couché de bonne heure. Parfois, à peine ma bougie éteinte, mes yeux se fermaient si vite que je n’avais pas le temps de me dire : « Je m’endors. » Et, une demi-heure après, la pensée qu’il était temps de chercher le sommeil m’éveillait ; je voulais poser le volume que je croyais avoir encore dans les mains et souffler ma lumière ; je n’avais pas cessé en dormant de faire des réflexions sur ce que je venais de lire, mais ces réflexions avaient pris un tour un peu particulier ; il me semblait que j’étais moi-même ce dont parlait l’ouvrage : une église, un quatuor, la rivalité de François Ier et de Charles Quint. »
Code wiki Rendu
<nowiki>{{Lettrine4|L|ongtemps|ff='Georgia'|couleur=red|m=1em}}, je me suis couché de bonne heure. Parfois, à peine ma bougie éteinte, mes yeux se fermaient si vite que je n’avais pas le temps de me dire : « Je m’endors. » Et, une demi-heure après, la pensée qu’il était temps de chercher le sommeil m’éveillait ; je voulais poser le volume que je croyais avoir encore dans les mains et souffler ma lumière ; je n’avais pas cessé en dormant de faire des réflexions sur ce que je venais de lire, mais ces réflexions avaient pris un tour un peu particulier ; il me semblait que j’étais moi-même ce dont parlait l’ouvrage : une église, un quatuor, la rivalité de François Ier et de Charles Quint.

L
ongtemps, je me suis couché de bonne heure. Parfois, à peine ma bougie éteinte, mes yeux se fermaient si vite que je n’avais pas le temps de me dire : « Je m’endors. » Et, une demi-heure après, la pensée qu’il était temps de chercher le sommeil m’éveillait ; je voulais poser le volume que je croyais avoir encore dans les mains et souffler ma lumière ; je n’avais pas cessé en dormant de faire des réflexions sur ce que je venais de lire, mais ces réflexions avaient pris un tour un peu particulier ; il me semblait que j’étais moi-même ce dont parlait l’ouvrage : une église, un quatuor, la rivalité de François Ier et de Charles Quint.
Code wiki Rendu
<nowiki>{{Alinéa|{{Lettrine4|L|ongtemps|retrait=1}}, je me suis couché de bonne heure. Parfois, à peine ma bougie éteinte, mes yeux se fermaient si vite que je n’avais pas le temps de me dire : « Je m’endors. » Et, une demi-heure après, la pensée qu’il était temps de chercher le sommeil m’éveillait ; je voulais poser le volume que je croyais avoir encore dans les mains et souffler ma lumière ; je n’avais pas cessé en dormant de faire des réflexions sur ce que je venais de lire, mais ces réflexions avaient pris un tour un peu particulier ; il me semblait que j’étais moi-même ce dont parlait l’ouvrage : une église, un quatuor, la rivalité de François Ier et de Charles Quint.|0|-0.75}}

L
ongtemps, je me suis couché de bonne heure. Parfois, à peine ma bougie éteinte, mes yeux se fermaient si vite que je n’avais pas le temps de me dire : « Je m’endors. » Et, une demi-heure après, la pensée qu’il était temps de chercher le sommeil m’éveillait ; je voulais poser le volume que je croyais avoir encore dans les mains et souffler ma lumière ; je n’avais pas cessé en dormant de faire des réflexions sur ce que je venais de lire, mais ces réflexions avaient pris un tour un peu particulier ; il me semblait que j’étais moi-même ce dont parlait l’ouvrage : une église, un quatuor, la rivalité de François Ier et de Charles Quint.

Voir aussi[modifier]

  • {{lettrine}} et {{lettrine2}} : lettrine en habillage dans le texte
  • {{lettrine/I}} : import d’une illustration à la place du simple caractère de lettrine
  • {{initiale}} et {{lettrine3}} : première lettre de plus gros corps alignée sur la première ligne