Nouvelles observations sur la propriété dont jouissent certains corps de favoriser la combinaison des fluides élastiques

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Lu à l’Académie royale des Sciences le 3 Novembre 1823, et imprimées, par extrait, dans le Moniteur du 12 du même mois.





Depuis la lecture de la Note que nous avons eu l’honneur de soumettre à l’Académie à l’occasion du phénomène découvert par M. Doebereiner, le Mémoire que ce savant chimiste a publié sur cet objet est parvenu en France ; mais, comme il ne renferme aucune théorie positive, nous avons continué nos recherches, dans l’espoir de découvrir le genre de forces auquel ce singulier phénomène doit être attribué. C’est le résultat de ces nouveaux essais que nous allons exposer.

À l’époque de notre première lecture, nous ne connaissions que le platine qui eût une action assez intense sur le mélange détonant pour devenir incandescent, en partant de la température de l’atmosphère. Maintenant nous savons que le palladium, le rhodium, l’iridium, se comportent de la même manière. L’osmium a besoin d’être porté à 40 ou 50°. Le Page:Mémoires de l’Académie des sciences, Tome 5.djvu/490 Page:Mémoires de l’Académie des sciences, Tome 5.djvu/491 Page:Mémoires de l’Académie des sciences, Tome 5.djvu/492 Page:Mémoires de l’Académie des sciences, Tome 5.djvu/493 Page:Mémoires de l’Académie des sciences, Tome 5.djvu/494 Page:Mémoires de l’Académie des sciences, Tome 5.djvu/495