Odes (Horace, Séguier)/II/1 - À C/ Asinius Pollion

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Odes et Épodes et Chants séculaires
Traduction par M. le Comte de Séguier.
A. Quantin (p. 55-57).

I

À C. ASINIUS POLLION


Nos troubles datant de Métellus consul,
Les causes, le cours de luttes inhumaines,
      Puis les jeux du Sort, l’âpre calcul
   De chefs ligués, et les armes romaines

Couvertes d’un sang encore inexpié,
Voilà tes récits, matière périlleuse

      S’il en fut, car tu foules du pié
   Des feux que cache une cendre trompeuse.

Que ta Melpomène, à sévère maintien,
Quitte un peu la scène : une fois notre histoire
      Achevée, en cothurne athénien,
   Tu reprendras ton labeur plein de gloire,

Fameux Pollion, rempart des accusés,
Toi dans ses conseils, flambeau de la Curie,
      Front certain d’honneurs éternisés
   Pour ton triomphe au sol de Dalmatie.

Déjà par tes mains le clairon menaçant
M’étourdit ; déjà les trompettes s’irritent,
      Et déjà, mille éclairs jaillissant,
   Chevaux fuyards et cavaliers palpitent.

Je crois déjà voir, fulminant à l’envi,
Les grands chefs souillés d’une noble poussière :
      Ici-bas tout me semble asservi,
   Tout, excepté de Caton l’âme altière.

Junon et ces dieux du Maure adulateurs,
D’Afrique exilés sans fournir la riposte,
      Ont voulu des fils de ses vainqueurs
   À Jugurtha faire un large holocauste.

Grâce au sang latin fumé plus grassement.
Quel champ ne dit pas, en ses tombeaux tout tièdes,
      Nos fureurs, et cet effondrement
   De l’Hespérie entendu chez les Mèdes ?

Quels gouffres, quel fleuve ont pu vous ignorer,
Lugubres combats ? Par nos veines ouvertes
      Quelle mer ne se vit colorer ?
   Où sont les bords non témoins de nos pertes


Muse, assez d’orgueil !… Ne va pas, loin des Jeux,
Toucher de Céos la lyre élégiaque :
      Avec moi, d’un plectre plus joyeux,
   Cherche des sons sous l’antre Cypriaque.