Odes et Ballades/La Lyre et la Harpe

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Odes et BalladesOllendorf24 (p. 179-183).

La Lyre et la Harpe

à M. Alph. De L.


Alternis dicetis, amant alterna Camoenae. VIRGILE.


Et caepit loqui, prout Spiritus Sanctus dabat loqui. ACT. APOST.



LA LYRE

Dors, ô fils d’Apollon ! ses lauriers te couronnent,
Dors en paix ! Les neuf Soeurs t’adorent comme un roi ;
De leurs chœurs nébuleux les Songes t’environnent ;
La lyre chante auprès de toi !

LA HARPE

Éveille-toi, jeune homme, enfant de la misère !
Un rêve ferme au jour tes regards obscurcis,
Et pendant ton sommeil, un indigent, ton frère,
À ta porte en vain s’est assis !

LA LYRE

Ton jeune âge est cher à la Gloire.
Enfant, la Muse ouvrit tes yeux,
Et d’une immortelle mémoire

Couronna ton nom radieux.
En vain Saturne te menace ;
Va, l’Olympe est né du Parnasse,
Les poètes ont fait les dieux !

LA HARPE

Homme, une femme fut ta mère ;
Elle a pleuré sur ton berceau ;
Souffre donc. Ta vie éphémère
Brille et tremble, ainsi qu’un flambeau.
Dieu, ton maître, a d’un signe austère
Tracé ton chemin sur la terre,
Et marqué ta place au tombeau.

LA LYRE

Chante ! Jupiter règne et l’univers l’implore ;
Vénus embrase Mars d’un souris gracieux ;
Iris brille dans l’air, dans les champs brille Flore ;
Chante : Les immortels, du couchant à l’aurore,
En trois pas parcourent les Cieux.

LA HARPE

Prie ! Il n’est qu’un vrai Dieu, juste dans sa clémence,
Par la fuite des temps sans cesse rajeuni.
Tout s’achève dans lui, par lui tout recommence ;
Son être emplit le monde ainsi qu’une âme immense ;
L’Éternel vit dans l’Infini.

LA LYRE

Ta douce Muse à fuir t’invite.
Cherche un abri calme et serein ;
Les mortels, que le sage évite,
Subissent le siècle d’airain.

Viens ; près de tes Lares tranquilles,
Tu verras de loin dans les villes
Mugir la Discorde aux cent voix.
Qu’importe à l’heureux solitaire
Que l’autan dévaste la terre,
S’il ne fait qu’agiter ses bois !

LA HARPE

Dieu, par qui tout forfait s’expie,
Marche avec celui qui le sert.
Apparais dans la foule impie,
Tel que Jean, qui vint du désert.
Va donc, parle aux peuples du monde ;
Dis-leur la tempête qui gronde,
Révèle le juge irrité ;
Et, pour mieux frapper leur oreille,
Que ta voix s’élève, pareille
À la rumeur d’une cité !

LA LYRE

L’Aigle est l’oiseau du Dieu qu’avant tous on adore.
Du Caucase à l’Athos l’Aigle planant dans l’air,
Roi du feu qui féconde et du feu qui dévore,
Contemple le soleil et vole sur l’éclair !

LA HARPE

La Colombe descend du ciel qui la salue.
Et, voilant l’Esprit-Saint sous son regard de feu,
Chère au Vieillard choisi comme à la Vierge élue,
Porte un rameau dans l’arche, annonce au monde un Dieu !

LA LYRE

Aime ! Eros règne à Gnide, à l’Olympe, au Tartare.
Son flambeau de Sestos allume le doux phare,

Il consume Ilion par la main de Pâris.
Toi, fuis de belle en belle, et change avec leurs charmes.
L’Amour n’enfante que des larmes ;
Les Amours sont frères des Ris !

LA HARPE

L’Amour divin défend de la Haine infernale.
Cherche pour ton cœur pur une âme virginale ;
Chéris-la, Jéhovah chérissait Israël.
Deux êtres que dans l’ombre unit un saint mystère
Passent en s’aimant sur la terre,
Comme deux exilés du ciel !

LA LYRE

Jouis ! c’est au fleuve des ombres
Que va le fleuve des vivants.
Le sage, s’il a des jours sombres,
Les laisse aux dieux, les jette aux vents.
Enfin, comme un pale convive,
Quand la mort imprévue arrive,
De sa couche il lui tend la main ;
Et, riant de ce qu’il ignore,
S’endort dans la nuit sans aurore,
En rêvant un doux lendemain !

LA HARPE

Soutiens ton frère qui chancelle,
Pleure si tu le vois souffrir ;
Veille avec soin, prie avec zèle,
Vis en songeant qu’il faut mourir.
Le pécheur croit, lorsqu’il succombe,
Que le néant est dans la tombe,
Comme il est dans la volupté ;
Mais quand l’ange impur le réclame,

Il s’épouvante d’être une âme,
Et frémit de l’Éternité !

Le poète écoutait, à peine à son aurore,
Ces deux lointaines voix qui descendaient du ciel ;
Et plus tard il osa parfois, bien faible encore,
Dire à l’écho du Pinde un hymne du Carmel.



Avril 1822