Page:Descartes - Œuvres, éd. Adam et Tannery, I.djvu/442

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


}28

��Correspondance.

��Page 327, I. i5. — Du même jour (IV Kal. Nov. 1 635 ), on trouve une lettre de Huygens à Hortensius, datée aussi du camp de Panderen : « Grandi gaudio me perculere, quse in re Dioptricâ, nobilissimâ parte » Mathescos, serio te versari nuntiaverc; et jam omni scopulo superato, » co ut polliceri Tubum cœpcris, quo ad interuallum justi milliaris vul- » gâtas scripturœ notas assecuturi simus, sollicitum de eo tantum, quo » pacto tibi, re vulgatâ, honoris, opéras et impensœ ratio constarepossit.., » Tibi cœtera curx sunto, qui si beare me vis maxime, hominem sane » ignarum, sed totius opticae ardentissimum amantem, obsecro te vere, ut » si fas est, aliquid mihi tam pulcharum demonstrationum palam fiât, » quibus inclusisse negotium omne diceris, et hyperbolâ denique quam » Gallus noster, et parabolâ quam alii adstruunt exclusâ, soli circulo tri- » buere, quas tam nobilis inuenti infinita, meo judicio, potestas et sequela » est. Si hue xgre est utadduci possis, jam pari sorte me cum vulgo habe. » et quam prope diem expectari a te prima rei expérimenta jubeas, ardori » meo denuntia quoeumque locorum sim. Faxo ut inter terra; Principes » uni meâ operâ innotescas, quem si caeteris prastulcris nunquam poenite- » bit. » (Copie ms., Amsterdam, Acad. des Se; Lettres latines de Huy- gens, t. I, n»224).

Page 327, I. 19. — Tout cet été Huygens avait fait campagne avec le prince Frédéric-Henry contre l'armée espagnole. On lit dans son Dagboek, année i635 : « 18 mey. Cum principe Hagâ Ultrajectum. » — 20 dec. Redimus Hagatn salvi, post 7 menses et dies duos. Deo » laus in sœçula. » L'armée hollandaise campait à Panderen, d'où écrit Huygens

��LXIII.

Descartes a Huygens.

Utrecht, 1" nov. i635. Autographe, Paris, Coll. Foucher de Careil.

Une feuille, grand format, pliée en deux; la lettre [trois pages) remplit tout le premier feuillet et la moitié du second. Autographe acquis à la vente de la collection Van Voort d'Amsterdam par le comte Foucher de Careil, et publié par lui dans ses Œuvres inédites de Descartes, t. If, 1860, p. 227-231. — C'est la réponse à la lettre précédente.

�� �