Page:La Fontaine - Œuvres complètes - Tome 2.djvu/267

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Tout le Clergé chante autour, à voix haute,
Vade retro. Perrette cependant
Est au logis le lutin attendant.
Le lutin vient : Perrette échevelée
Sort et se plaint de Phlipot en criant :
Ah ! le bourreau ! le traistre ! le méchant !
Il m’a perdüe, il m’a toute affolée.
Au nom de Dieu, Monseigneur, sauvez-vous ;
A coups de grife, il m’a dit en courroux
Qu’il se devoit contre votre excellence
Batre tantost, et batre à toute outrance.
Pour s’éprouver le perfide m’a fait
Cette balafre. A ces mots au folet
Elle fait voir… Et quoy ? Chose terrible.
Le diable en eut une peur tant horrible,
Qu’il se signa, pensa presque tomber ;
Onc n’avoit veu, ne leu, n’oüy conter
Que coups de grife eussent semblable forme.
Bref, aussi-tost qu’il apperceut l’énorme
Solution de continüité,
Il demeura si fort épouvanté,
Qu’il prit la fuite, et laissa là Perrette.
Tous les voisins chommerent la défaite
De ce démon : le Clergé ne fut pas
Des plus tardifs à prendre part au cas.



VI. — FÉRONDE, OU LE PURGATOIRE.


Vers le levant, le vieil de la montagne
Se rendit craint par un moyen nouveau.
Craint n’estoit-il pour l’immense campagne
Qu’il possedast, ny pour aucun monceau
D’or ou d’argent ; mais parce qu’au cerveau