Page:La Fontaine - Fables choisies, Barbin 1692, tome 3.djvu/136

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


N’habite pas toûjours chez les gens ſequeſtrez :
Il eſt bon de parler, & meilleur de ſe taire,
Mais tous deux ſont mauvais alors qu’ils ſont outrez.
Nul animal n’avoit affaire
Dans les lieux que l’Ours habitoit ;
Si bien que tout Ours qu’il eſtoit
Il vint à s’ennuyer de cette triſte vie.
Pendant qu’il ſe livroit à la mélancholie,
Non loin de là certain vieillard
S’ennuyoit auſſi de ſa part.
Il aimoit les jardins, eſtoit Preſtre de Flore,
Il eſtoit de Pomone encore :
Ces deux emplois ſont beaux ; Mais je voudrois parmy
Quelque doux & diſcret amy.
Les jardins parlent peu ; ſi ce n’eſt dans mon livre ;