Page:Études religieuses, historiques et littéraires, volume 69, septembre-décembre 1896.djvu/383

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Pour diviser les travaux, le Congrès avait constitué quatre sections siégeant simultanément pour examiner, la 1re la doctrine maçonnique, la 2e l’action maçonnique, la 3e la prière, et la 4e l’action antimaçonnique. Les actes du Congres n’étant pas encore publiés, il serait difficile d’apprécier en détail ces diverses études. Mais sans attendre cette publication, il y aura peut-être quelque intérêt à rappeler les principales résolutions approuvées dans les assemblées générales, et à résumer une discussion importante qui a déjà porté ses fruits en faisant évanouir tout un monde de ridicules légendes.

I

LES RÉSOLUTIONS DU CONGRÈS

À quoi bon tant de discours ? disent parfois certains esprits chagrins dont l’inertie s’accommode mal de l’activité des autres. Que sortira-t-il de Trente ?

Mais n’est-ce donc rien que cette grandiose manifestation d’un grand nombre de catholiques, unis par leurs délégués et par les télégrammes d’adhésion venus de toutes les parties du monde, pour déclarer la guerre à la franc-maçonnerie. Il y a là plus qu’une platonique protestation. Si ce n’est pas l’entrée en campagne, c’est du moins l’organisation et l’armement pour de prochaines batailles. C’est beaucoup d’avoir attiré l’attention du monde sur la lutte publique contre les Loges, et d’avoir donné lieu à cette dépêche transmise le 28 septembre par l’Agence Havas : « La séance du Congrès antimaçonnique a été ouverte par la lecture des réponses de l’Empereur et du Pape aux messages du congrès au milieu d’applaudissements frénétiques. » À lui seul, ce résultat doit être pour les organisateurs du Congrès, spécialement pour le Comité français et son président, le vaillant abbé de Bessonies, qui en a été un des plus ardents promoteurs, une consolation et un dédommagement de leurs fatigues.

Mais le Congrès a fait beaucoup mieux : sur le terrain de l’action, les conférences ont abouti à des résolutions, qui, en donnant au parti catholique une direction plus sûre, décu-